AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Let's make this a meeting! [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Narrator

MESSAGES : 178
HUMEUR : Contagieuse
FEAT : © holidaycase sur Tumblr

Points : 482

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Agent Mutagène
Narrator
Message Sujet: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Ven 18 Jan - 12:55

Un entrepôt abandonné.

Vous voilà tous dans l'impasse.

C’est poursuivies par des Peacekeepers en patrouille que Sasha Campbell et Eryn Blake ont trouvé refuge dans cet endroit insolite. La première s’est terrée plusieurs heures auparavant, dissimulée dans les ténèbres humides de la gigantesque pièce, tandis qu’Eryn, elle, s’est postée à une fenêtre, guette le bon moment pour sortir. Elles n’ont aucune idée de la présence de l’autre.

June et Edward, eux, s'étaient pointés là pour affaire dans le quartier, ayant prévu de se rencontrer. Hélas, le quartier est désormais sillonné par les Peacekeepers et les deux potentiels associés sont à leur tour pris au piège.

Comment quitter cet endroit sans être découverts ?
Comment chaque mutant va réagir à la présence des autres, une fois découverte ?


Êtes-vous prêts à jouer, petits cobayes ?

June, puis Edward, c'est l'ordre de passage. Ensuite vient Eryn, et Sasha pour finir. Aucun nombre de mots n'est imposé, mais la réactivité est notre priorité !
• Seuls Eryn et Edward disposent d'une arme de leur choix. Attention. S'il s'agit d'une arme à feu, les munitions sont très limitées ! Impossible de piéger les Peacekpeers qui rôdent...
• June est à court de bonbons. Hé, quoi ? Il faut bien y mettre un peu de tension...
• Sasha s'est blessée en fuyant un peu plus tôt... Blessure de son choix, handicapante dans une moindre mesure, et rien d'irréversible... Du moins, si les événements ne dégénèrent pas.
Une question vous taraude ? N'hésitez pas à la poser, un MP et c'est réglé !

A vous de jouer~


Dernière édition par Agent Mutagène le Dim 2 Mar - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Sam 19 Jan - 21:53

C'est quoi ce bordel?

Un coup le quartier est tranquille et paf! Une seconde plus tard les rues grouillent de keeper comme une nuée de cafard. On peut même pas mettre un pied en avant sans en écraser un! Je suis prête à parier que l'autre enfoiré m'a vendue. Quoi d'autre sinon? Mh... Bon ok, c'est vrai, ça colle pas. C'est flatteur mais même cette bande de tarlouzes viendrait pas si nombreuses juste pour me choper moi. Doit y avoir autre chose, un truc, je sais pas. Je préfère pas trop savoir ce qui peut exciter à ce point un enfoiré de keeper et quoi que ce soit ça à l'air de méchamment les exciter. Fais chier. Comment je sors de cette merde moi? Trouver une planque, attendre que ça s'tasse et croiser les doigts en serrant les fesses en attendant. Je frissonne légèrement. Ma main se porte machinalement à la poche de ma veste. Vide. Bordel de merde!

Faut que je bouge, j'peux pas rester sur le pas de c'te porte indéfiniment. Vais finir par attirer l'attention. Une planque. Dans ce coin? J'vois que le vieil entrepôt qui pourrait à peu près remplir ce rôle. C'est pas franchement le pied mais bon... C'est sombre et y à quelques cachettes, ça devrait bien suffire le temps que ces marioles se barrent. Reste plus qu'a l'atteindre. Je me marre.

Capuche rabattue en arrière, je trace dans la rue, les mains dans les poches. Un bon rythme sans non plus me presser. Le truc pour pas attirer l'attention c'est d'être décontract', comme si vous avez rien à vous reprochez. Comme si vous aviez le droit d'être ici. Enfin ça, y me semble pas qu'une loi m'interdise de marcher dans la rue. Je crois. Bref le truc c'est de faire l'innocent et ça commence par ne pas avoir les yeux rivés sur ses putains de godasses. Les vieux stéréotypes ont la vie dure et la peau coriace. La plupart du temps quand les gens me regardent, tout ce qu'ils voient s't une gamine mal nourrie, mal fringuée. Un p'tit truc tout maladif qu'on prendrait presqu'en pitié si ça pouvait miauler. Mais dans ce cas là je serai un chaton et pas une fugitive. Faich'... Ça me ferait bien chier qu'on essaye de me foutre un putain de collier tiens! J'y suis presque. En attendant je prends mon plus bel air de gamine paumée et maladive. Ça s'facile. J'dois avoir les yeux tout rouges à cause du manque. Je sens ma glycémie qui se met à chuter. Des fois je me dis qu'un petit coup de pouce ça serait pas mal, du genre, auréole qui clignote au-dessus de la tête. Ahah, le gag. Qu'est ce que j'aurai l'air conne tiens! J'suis devant l’entrepôt. Bien. J'commence à longer un mur direction la porte. Personne ne regarde? Ni une, ni deux, je plonge en avant avant de me plaquer contre le mur juste à côté de la porte, prête à frapper. Je compte mentalement jusqu'à vingt. Personne ne suit. Personne ne gueule. Cool. Je reste là encore un moment pour que mes yeux s'habitue à la pénombre. Ça à l'air clean. Je soupire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 23 Jan - 18:16

Une journée banale ?

Bon. Aujourd'hui est un grand jour.. Pourquoi ? Pourquoi pas.. Non, plus sérieusement, en seconde partie de journée, j'ai intérêt à assurer, je vais essayer de nouer de nouveaux liens notamment avec une personnes des bas-fonds.. Elle me permettra certainement de me réapprovisionner pour mes petites commerces douteux ou dans le pire des cas de challenge. Vous ne voyez pas où je veux en venir ? Vous le comprendrez plus tard. Bref.

Après un court instant d'hésitation, je me décidais sur la tenue à employer ; l'heure du rendez-vous approchait.. J'allais finir par être en retard si je n'me dépêchais pas.. Ça s'annonçais mal, si l'autre pauvre type était assez effronté pour me faire une remarque, j'allais partir au quart de tour.. Ces derniers temps, je dois bien l'avouer, je suis légèrement sous pression. Le coup de poing dans la mâchoire que m'avait porté l'autre drogué hier quand je lui avais refusé une dose n'y était certainement pas étranger.. Tch.. Si j'le chope et que je lui brise une jambe, il pourra considéré qu'on c'est quitté en bon terme..

Tout ça pour en revenir au fait que j'étais habillé d'une façon plutôt minimaliste. Des chaussures de villes blanches agrémentées d'un survêtement noir basique couplé à un t-shirt blanc plutôt minimaliste, recouvert par une veste noir. Une tenue plutôt banale pour un jeune du coin, si on excepte le petit joujou se trouvant dans ma poche dont je vous parlerais plus amplement un peu plus tard.

De mon visage, on ne voyait rien, la pluie avait décidé de poindre le bout de son nez et je m'en abritais à l'aide d'une capuche, what else ? Un léger rond de fumé brisait cette tranquillité apparente. Effectivement, je me ramenais au rendez-vous une clope au bec. Mauvaise image ? Dans ce domaine, on s'en soucie guère..

J'avais un mauvais pressentiment. Récemment, j'avais pris l'habitude d'être traqué et j'analysais de mieux en mieux les situations.Y'avait un truc de louche. Les types dans cette rue.. Ils étaient trop bien habillés pour être des locaux. Fuir. Ne pas chercher à comprendre. Annuler le rendez-vous. Voilà ce qui guidait mes actes, survivre...

A deux pas d'ici, il y'avait un vielle entrepôt. A défaut d'être un bon échappatoire, il serrait un terrain favorable pour organiser mes idées, voir me défendre dans le pire des cas. Ni une, ni deux, je m'y rends.. Ignorant totalement mes amis les men in black je traversais assez rapidement la rue et pénétrait dans ce sanctuaire de sûreté.

Un soupire.. Une personne, si ce n'est plus était déjà présente.. La sécurité du bâtiment était déjà compromise.. une question demeurait ; amis ou ennemis ? J'ai pas de temps à perdre au vu de la situation. Je lançais ma cigarette au sol puis, l'éteignais avec mon talon tout en lançant un regard noir en direction de la pénombre d'où j'avais entendu le bruit.


Edward - " On va jouer ça simplement. T'as deux choix. Soit tu n'es pas une menace et tu sors de la pénombre les deux mains clairement visible et on va discuter tranquillement. Soit tu l'es et je t'élimine. Point. "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 23 Jan - 20:43

Une journée détestable.

Aria, elle, aurait probablement commencé à hurler sur tout le monde depuis longtemps déjà, à pleins poumons, histoire exorciser la poisse. Ou juste se passer les nerfs. Eryn n’avait jamais vraiment compris le mode de fonctionnement nébuleux – nébuleusement, dans le sens le plus orageux du terme – de sa cadette, mais n’avait jamais remis en cause son efficacité. La tension lui nouait les muscles, l’appréhension semblait vouloir paralyser tout son appareil respiratoire. Quelle affreuse sensation que d’être la proie. Combien de fois avait-elle imposé cela à d’autres ? Des êtres humains traqués comme des bêtes ?
Une des raisons pour lesquelles elle avait quitté les forces spéciales.

Plus tôt, dans la journée, elle était tombée sur une patrouille. Rien de bien grave, c’était un peu son quotidien. Mais ils avaient l’air plus déterminés que jamais à lui mettre la main dessus, et ils étaient plus organisés aussi. Elle avait soupçonné, un moment, que Charlotte Hawkins avait peut-être parlé d’elle. Elle avait maudit la blondinette entre ses dents toute sa fuite, s’était fugacement inquiétée pour Aria, puis, une fois que la situation s’était corsée, elle était simplement passée en mode survie : concentrée, pragmatique et efficace, elle s’était faufilée jusqu’à un entrepôt abandonné en périphérie des recherches. Il n’y avait plus qu’à prier pour que les Peacekeepers abandonnassent avant qu’ils n’eussent l’idée de mettre leur nez ici, ou que des Hunters débarquassent.

Une fois terrée dans l’entrepôt, elle avait décidé de ne pas en fouiller les tréfonds – si jamais elle tombait sur quelqu’un, elle risquait de faire un peu de grabuge et d’attirer ceux qui la recherchaient. En revanche, s’il y avait quelqu’un d’autre de dissimulé dans les profondeurs ténébreuses du sinistre endroit, elle pourrait bien détourner l’attention de ses poursuivants. Un point d’observation ; la logique voulait qu’elle se positionnât en hauteur pour veiller sur les alentours. Une passerelle collée au mur fit l’affaire ; elle s’y hissa en silence et se posta près de la fenêtre aux carreaux sales. Bien. Elle n’avait plus qu’à patienter gentiment et croiser les doigts.

Tranquillement.
Du moins pour quelques dizaines de minutes seulement. Elle fronça les sourcils et plissa les yeux pour distinguer les traits de la nouvelle arrivante. Une fille, jeune, qui visiblement venait trouver refuge dans l’ombre de la planque… Elle n’aimait pas cela. Quand bien même une fois à l’intérieure, la nouvelle venue ne pourrait pas la distinguer ; Eryn avait savamment choisi son point d’observation de sorte de ne pas être repérée.

Et voilà qu’un deuxième gus débarquait.
Eryn se retint de justesse de pousser un juron. Elle se contenta de raffermir sa prise sur la crosse de son Beretta 92. Les quelques munitions qu’elle baladait ne lui auraient pas permis d’éliminer les Peacekeepers – puis, elle se répugnait davantage à tuer maintenant qu’elle n’était plus un membre de l’armée – mais elles pourraient toujours lui permettre de se défendre contre quelques intrus avant de s’élancer à nouveau dans une fuite effrénée.

« On va jouer ça simplement. T'as deux choix. Soit tu n'es pas une menace et tu sors de la pénombre les deux mains clairement visibles et on va discuter tranquillement. Soit tu l'es et je t'élimine. Point. »

L’ex militaire leva les yeux au ciel. Ressemblait-elle aussi à cela lorsqu’elle proférait une menace ? Rien d’étonnant que sa sœur se fût toujours moquée d’elle si tel était le cas. Elle devait tout de même admettre que les temps étaient difficiles. Toujours bien tapie dans sa cachette, elle tendit l’oreille pour suivre l’échange entre les deux individus qui avaient eu l’audace d’utiliser sa planque pour taper la causette. Sérieusement, comme si on pouvait éliminer quelque de manière toute calme et toute gentille avec des Peacekeepers aux alentours en s’annonçant. C’était ridicule.

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 23 Jan - 21:25

Spoiler:
 

Sasha, pour la deuxième fois de la journée, avait décidé de prendre l’air : elle ne supportait plus l’atmosphère oppressante de la maison où elle avait trouvé refuge. Après avoir caché son sac et diverses affaires sous une latte de plancher, elle était sortie, les mains dans les poches. Elle n’avait qu’un briquet avec elle, un briquet qui lui était inutile mais elle avait promis à son frère qu’elle ne sortirait pas sans cet objet : en cas de danger, elle pourrait utiliser son pouvoir pour se défendre. Quelque part, la présence du briquet dans la poche de sa veste en cuir était un peu rassurante bien qu’elle n’ait pas l’intention de s’en servir. Elle avait plus ou moins compris comment fonctionner son pouvoir à force d’entraînement avec son frère mais le faire sans lui, elle en était incapable. Si elle provoquait une catastrophe, il était toujours là pour la calmer, la rassurer et bien évidemment, limiter les dégâts.

L’air frais lui faisait du bien : elle était habituée à vivre dehors, préférant traîner dans les rues en bonne compagnie plutôt que rester chez elle à subir les critiques de sa mère. Mais ce temps là était bien évidemment fini et elle n’avait pas d’autres choix que de se terrer au fond de la maison qu’elle avait trouvée, se cachant dans un placard, au cas où quelqu’un débarquerait : au moins, elle arrivait à dormir sans avoir peur qu’on la surprenne. Et puis, qui entrerait dans une maison et fouillerait un placard en premier ? Non, elle estimait avoir une bonne cachette, même si elle la supportait de moins en moins.

Sasha savait pertinemment que sortir était dangereux : elle était recherchée par les Peacekeepers, ces flics avaient constitué son profil en demandant des renseignements sur elle à ses parents et son frère : ses habitudes, ses goûts, son caractère … Elle tenait ça de son frère, Matthew, évidemment. Enfin, elle aimait le danger et chaque jour, elle explorait un peu plus le quartier où elle « vivait », allant toujours plus loin. Il fallait bien qu’elle s’occupe : elle avait donc constituer un plan assez précis, c’était un passe temps comme un autre qui lui évitait de penser qu’elle était à la rue ou qu’elle était une mutante, pensée suffisamment déprimante comme ça et quand elle était dehors, elle avait l’impression de revivre, elle ne pleurait plus sur son sort en tout cas.

L’adolescente se trouvait loin de chez elle et elle était sur le point de rentrer quand, au bout d’une rue, elle vit deux silhouettes, deux hommes. Ces derniers la remarquèrent aussi et Sasha se figea. C’était la première fois qu’on la repérait. Qu’on la remarquait. Son sang se glaça alors lorsqu’elle reconnu les uniformes des Peacekeepers. Et, merde. Elle n’avait plus trop de choix : elle devait fuir. Elle fit volte-face, elle entendit les deux hommes qui l’interpelaient et n’hésita plus : elle courut aussi vite qu’elle le put, plus vite encore que le soir de sa fuite. Elle était assez endurante, habituée au sport mais elle savait qu’elle ne ferait pas le poids face à deux hommes. La vision d’elle, attrapée, condamnée à les suivre la fit paniquer : elle n’avait aucune envie de se faire prendre, pas un mois après sa première fuite ni jamais d’ailleurs. Aussi, dans un élan de lucidité, elle se rappela la présence d’un entrepôt non loin de là où elle se trouvait. Elle bifurqua dans une rue, puis dans une autre, essayant de les semer. Elle n’osait pas regarder derrière elle, elle ne voulait pas être ralentie. Elle ne pouvait pas rentrer : c’était trop loin et elle souhaitait garder sa planque secrète, même si ce n’était pas l’endroit le plus rassurant, elle n’avait pas la force de trouver un autre endroit pour le moment. L’entrepôt, c’était mieux.

Sasha n’était plus très loin de son objectif mais elle ne voulait pas ralentir pour autant. Elle trouva cependant le courage de tourner la tête pour regarder derrière elle : mauvaise idée. Il n’y avait personne mais, elle se prit de plein fouet un réverbère, qu’elle n’avait pas calculé dans sa trajectoire. Son épaule gauche le heurta et Sasha ressenti une violente douleur qui la força à s’arrêter, un peu étourdie par le coup. Sauf qu’elle n’eut pas une seconde de répit : elle entendit un homme crier. Les Peacekeepers étaient toujours là donc, elle du se remettre à courir, difficilement. Elle se raccrochait à l’idée que l’entrepôt n’était pas loin et que si elle les semait, elle pourrait s’y cacher. Elle fit alors un léger détour, rebroussant un peu chemin pour revenir au réverbère : connaître l’endroit l’aidait vraiment, ses petites escapades avaient plusieurs avantages. Elle se dirigea alors vers l’entrepôt, persuadée de les avoir perdus. Sasha entra alors par une porte à l’arrière, soulagée d’y arriver enfin. Elle était essoufflée, elle tenait à peine debout et son épaule lui faisait un mal de chien. Elle chercha un coin sombre et s’assit derrière une espèce de gros container : elle ne distinguait pas grand-chose en vérité. Une fois assise, contre le mur, elle ferma les yeux un instant et enleva doucement sa veste pour essayer de voir ce qu’elle avait. Elle toucha alors son épaule gauche qui avait une courbe bizarre, faisant glisser sa main droite : elle grimaça. Elle connaissait cette douleur : elle venait de se déboiter l’épaule connement. Elle avait déjà eu ça, plusieurs fois, en faisant un faux mouvement en cours de danse. Elle se demanda un instant comment elle pourrait remettre son épaule mais elle préféra oublier, elle savait d’avance qu’elle aurait mal.

Sasha était coincée, elle en avait conscience. Elle devait attendre, attendre la nuit peut être, en espérant que les Peacekeepers ne soient plus dans le secteur. Elle n’osait pas s’approcher des fenêtres, de peur qu’on la repère : elle était certaine qu’on ne l’avait pas vu rentrer, il fallait qu’elle se fasse oublier. La douleur à l’épaule était forte et difficilement supportable : son corps était trop fatiguée, trop soumis à divers tensions pour qu’elle soit plus forte. Du coup, elle finit par perdre connaissance, se réveillant en sursaut, quelques heures plus tard. Elle ne s’était pas forcément rendue compte qu’elle s’était effondrée : elle avait glissé sur le sol et, en se rasseyant, la douleur à l’épaule se réveilla elle aussi. Sasha gémit, au bord des larmes, légèrement désespérée. Pourquoi ça tombait sur elle, ça ? Elle n’allait pas croiser son frère avant deux jours. Et elle ne tiendrait pas deux jours comme ça, oh non. Son esprit se réveillant peu à peu, elle se demanda un instant où elle se trouvait et reconnu alors l’entrepôt : elle se rappela qu’elle était coincée là parce qu’elle s’était fait repérée par des Peacekeepers. Quelle sale journée.

Elle entendit alors des bruits : quelqu’un venait d’entrer où elle avait rêvé ? Son estomac se contracta à la pensée des Peacekeepers : il la trouverait facilement, assurément. Sasha décida d’aller voir et se leva avec difficulté, ramassant sa veste au passage. Elle fit quelques pas, la main droite sur son épaule, dans un vain effort d’atténuer la douleur. Elle longea l’espèce de container et risqua un coup d’œil, pas très discret soit dit en passant. C’est alors qu’elle entendit les menaces, un ultimatum en fait. Elle laissa échapper un cri, pensant que c’était pour elle. Elle se plaqua brutalement contre le container, essayant en vain de contenir un nouveau cri, de douleur cette fois. Elle avait du se faire repérer maintenant, même si les menaces n’avaient pas été pour elle, c’était foutu : elle avait non seulement crié mais le bruit qu’elle avait fait en se cognant contre le container avait dû révéler sa présence. C’est qu’elle enchaînait les gaffes aujourd’hui, la chance l’avait définitivement quitté.

Sasha ferma alors les yeux, voulant disparaître. Seulement, elle n’en avait pas le pouvoir. Non, mais elle pouvait contrôler le feu. Elle fouilla dans la poche de sa veste et serra son briquet. Elle n’était pas capable de s’en servir de sang froid et elle n’était même pas sûr d’arriver à contrôler son pouvoir sous la pression. C’était pourtant sa seule chance … Elle se décida à le sortir alors, ravalant sa salive, la peur au ventre. Elle tremblait : et si les menaces venaient d’un Peacekeeper ? Elle préférait ne pas savoir en fait. Alors elle se contenta de ne pas bouger, certainement la pire des choses à faire mais elle était paralysée, trop effrayée, même pour fuir.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Jeu 24 Jan - 17:55

Spoiler:
 

...dix-huit, dix-neuf, vingt. Pas de cris, ni d'ultimatum, non plus qu'un imbécile trop présomptueux pour se jeter obligeamment dans ma pathétique embuscade. Tant mieux je préfère ça, n'étant pas vraiment en condition pour botter des culs. J'expire légèrement pour évacuer la tension avant de me figer subitement sur place, alertée par l'odeur caractéristique du tabac. Mes yeux se braquent droit en direction de la voix, avant même qu'elle ne s'élève. Manquait plus que ça, il y a des rats dans cet entrepôt ou du moins il y en a un. Mpff. Amateur. Je grommelle entre mes dents plus agacée qu'autre chose et si je m'avance hors de l'ombre, ce n'est pas pour obtempérer mais bien plutôt pour que ce roquet arrête de japper un instant. Mâchoires serrées, je siffle.

- La ferme, p'tit con et range ton calibre avant que j'te le colle dans le cul pour t'en faire un de point.

Oui je sais, je suis trash et direct, tout particulièrement lorsque je ne suis pas d'humeur comme actuellement mais, à ma décharge, je commençais très sincèrement à en avoir plein le cul d'être braquée, menacée ou délestée. Bon en parlant de point, mettons les choses directement avec ce type.

- T'es pas un keeper, sinon tu n'm'aurai pas menacer d'cette manière et tes copines seraient tellement nombreuses à l'intérieur qu'on s'croirait en boîte. T'es pas non plus un hunter, auquel cas t'aurai tirer d'abord et menacer ensuite. Nan. T'es qu'un pauvre con qui se planque, tellement flippé qu'il en tâche son froc à loucher sur les ombres. Donc soit t'es mon contact et tu la met en sourdine, soit t'es un mec que je vais m'emplafonner si tu baisse pas ton putain de jouet. Capito?

Je lui jette un regard assassin, l'air mauvaise comme une teigne et prête à mettre mes menaces à exécutions. L'air seulement car je le sens déjà, j'en serai incapable, le manque commence déjà à se faire sentir. Je fourre les mains dans mes poches pour en cacher le tremblement sans le lâcher du regard. L’esbroufe, la tchatche, c'en est devenu instinctif. Toujours faire croire à l'autre que le plus gros de deux c'est toi et que si l'autre repart c'est bien uniquement parce que tu as choisi de le laisser repartir. C'est un jeu dangereux aux règles floues et où les joueurs passent leur temps à tricher, mais je suis douée. Putain si je l'étais pas ça ferait un baille que je servirai de bouffe à poissons au fond de la baie. Si j'arrive à me tirer de ce trou à rat qu'est devenu San Francisco, promis je me barre à Las Vegas et j'me met au poker. De l'argent facile et une nouvelle vie peut être. Merde, je divague, je jette un dernier coup d’œil négligent à mon vis-à-vis avant de tourner lentement sur moi même pour inspecter les lieux. Une autre manière de dire :"Tu m'fais pas peur." C'est sombre et encombré, autant de cachettes que de pièges, je soupire en râlant. ça fait chier.
Je commence à me retourner vers l'autre quand j'entends le bruit. Un cri. Étouffé. Douloureux. Puis ce qui suit me parait si assourdissant que je reste sur place pendant quelques secondes aux aguets, presque certaine de voir débarquer une bande de keeper, des vrais, des durs. Rien. La source du bruit semble vouloir rester discrète, mais avec le raffut produit c'est impossible et je suis trop suspicieuse pour l'ignorer, j'avance avec prudence d'un pas léger, curieuse de voir ce que je vais dénicher ce coup-ci. Je risque un coup d’œil à l'angle du container. Une gamine. Rectification une gamine terrorisé,e cramponnée à Dieu sait quoi. J'esquisse une petite moue chagrine sans la lâcher du regard ni esquisser le moindre geste. Je suis prête à parier que c'est l'autre demeuré qui lui a flanquer les chocottes. Pauvre type.

- Un chaton perdu...

Je cille. Je viens bien de penser à voix haute?
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 30 Jan - 19:53

Ahahah, non.

Elle est franchement.. Inutile.. Inintéressante.. Un déchet sans intérêt. Soyons honnête.. Entre nous.. N'oublions pas que c'est le chien qui aboie le plus qui mord le moins.. Effectivement, je la compare à une chienne, et alors ? Je pense ce que je veux et je t'emm***. Mouai enfin, certains chiens galeux peuvent tout de même se révéler dangereux en dépit de leur état pitoyable.. une bête acculé peut montrer une envie de vivre des plus étonnantes.

Edward - "T'es mignonne, fais moi un sandwich et t'auras peut-être un câlin. "

Répondre de façon complètement décalé à une furie qui se déchaîne.. Un talent inné que peu de personne dispose ou plutôt un talent que peu ose exprimer. Bon, d'après ce que le petit chiot m'a dit, elle est mon contact.. Intéressant, je ne pensais pas qu'elle serait aussi plaisante à dévisager.. Si seulement elle n'avait pas un aussi mauvais caractère..

Un léger sourire en coin, les yeux pétillants, je m'amusais de la situation.. Deux types prêts à tout pour survivre et une gamine ayant apparemment des choses à se reprocher pour se terrer dans ce genre d'endroit était en ce jour réunis et allaient devoir s'unir pour pouvoir espérer se lever au petit matin.. Un peu d'assurance mon grand, ça pourrait être pire, tu pourrais ne pas avoir ces boucliers humains.

Edward - " Désolé de casser l'ambiance les amis, mais je sais pas vous cependant, je n'ai pas franchement envie de m'éterniser ici.. Et je pense que nos autres copains avec les joujous qui tirent des balles ne vont pas tarder à débarquer. "


J'ai beau être légèrement timbré sur les bords, je n'en demeure pas moins lucide. Se cacher derrière un personnage en apparence écervelé.. Pourquoi pas, mais dans certains cas, le masque doit tomber.. Je vais attendre leur propositions avant de me forger un avis sur si je dois me servir d'eux ou travailler avec eux pour notre survie à tous..

Edward - " Vous n'avez pas une petite idée de comment on pourrait s'éclipser parce que perso', je préfère me suicider que de me faire capturer.. "

Alliant le geste à la parole, j'appliquais deux doigts contre ma tempe mimant l'action d'un pistolet tirant une balle avec ma mains.. On allait s'amuser follement.. Oh oui..


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Ven 1 Fév - 9:53

De mieux en mieux.

De son perchoir, Eryn avait déjà constaté d’un mauvais œil les intrusions successives. Mais maintenant, voilà qu’une gamine débarquait, méfiante et effrayée, probablement. À sa tête, l’ex militaire en déduisit qu’elle n’était pas dans la Seamy depuis très longtemps. Il y avait des détails qui ne trompaient pas ; elle n’avait pas l’aspect complètement négligé encore de ceux qui erraient depuis un bon moment déjà, elle demeurait soignée et son apparence trahissait aussi son ignorance du Black Market. Et sa mutation… Eryn poussa un soupir résigné. Cette mutation, en cas de danger, pourrait s’avérer létale pour tous les membres présents, et elle n’aimait pas ça du tout.
Un chaton perdu… Un dragonnet, oui.

Et voilà que le seul homme de la ribambelle de mutants s’exprimait pour sortir de là. Hm. Pas tellement le moment. La ruse, c’était de se terrer. Ils étaient en périphérie de la zone de recherche, et avec un peu de chance, ils y échapperaient. S’ils exploraient de fond en comble l’espace qui leur était offert, peut-être même pourraient-ils trouver une issue discrète ? C’était d’ordinaire le premier réflexe, que de contrôler les accès disponibles et envisageables. La situation ne s’y prêtait pas auparavant, mais puisqu’ils étaient désormais si nombreux… Puis, Eryn ne sentait pas du tout ce plan. Elle aurait pu rester terrée encore un peu plus longtemps, observer davantage ce qui se passait en contrebas… Si cela n’avait été pour la gamine. Le type ne lui avait pas encore adressé distinctivement la parole, elle restait en retrait, un danger potentiel, peut-être même une bombe à retardement. Elle maudit silencieusement son excès de conscience et elle descendit les marches sans aucune discrétion : prendre les gens par surprise dans de telles circonstances n’était pas très conseillé, si bien qu’elle déclara avant même de les avoir rejoint de son pas circonspect et méfiant :

« Si tu veux un bon conseil, ne sort pas tout de suite. Il faut faire profil bas encore un moment et compter sur un peu de chance pour s’en tirer. Et préparer un plan de secours s’ils se pointent. Ou alors, tu te dévoues pour faire l’appât. »

Elle s’adressait à celui qui avait posé la question, répondant à l’ironie par une froideur tactique et spartiate. Les « amis » ? Elle n’était pas son pote. Elle lança un regard de reproche à l’assemblée, exaspérée par le manque de discipline. Il fallait qu’elle se rentre dans la tête qu’elle n’était plus à l’armée. Une bonne fois pour toute. Le pli n’était pas aisé à prendre, hélas, et c’était l’une des raisons pour lesquelles elle ne pouvait se résigner à rejoindre la communauté mutante de Jake Caldwell. Elle lança une fois de plus une œillade perçante aux deux aînés. Eux, c’étaient probablement des gens bien rodés, de ceux qui survivent aux dépends des autres et habitués du Black Market. Ne serait-ce qu’à leur ton, farouche, agressif et vulgaire. Elle se tourna vers la gamine, toujours muette, et fronça les sourcils.

« Comment t’as atterri là, toi ? »

Son ton n’avait rien d’avenant mais rien de menaçant non plus. Elle se gardait bien de provoquer quelqu’un avec une telle mutation. Elle aperçut le briquet et un frisson lui parcourut l’échine. Elle espérait franchement que la petite n’avait pas l’intention de la rôtir. Dans de telles conditions, le contact rassurant du Beretta contre ses côtes n’était plus qu’une sécurité fort tangible. D’un autre côté, Sasha pouvait s’avérer être un atout pour sortir d’ici en cas de gros pépin.

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Ven 1 Fév - 21:07

Sasha espérait qu’on la laisse dans son coin mais elle n’avait pas beaucoup d’espoir. Elle écouta à peine le bref échange entre les deux personnes : elle cherchait une solution pour s’enfuir. Or, entre eux à l’intérieur et les Peacekeepers dehors, elle n’avait pas trente six mille possibilités. Enfin, premier point positif de la situation : d’après la discussion, ils ne semblaient pas être des flics. Ils étaient donc peut être moins dangereux pour elle. Du moins, elle préférait penser ainsi.

Alors qu’elle essayait de se faire oublier, de ne plus bouger pour que la douleur à l’épaule se rendorme, l’échange prit fin et elle entendit des pas se rapprocher. Elle s’était fait repérer, c’était sûr maintenant. Le briquet toujours en main, sa veste sous le bras, elle attendit, la peur au ventre. Qu’allait-on lui faire ? Risquait-elle vraiment quelque chose ? Avec un peu de chance, on la verrait juste comme une gamine. Avec beaucoup de chance, l’une des personnes ici l’aiderait à sortir d’ici indemne, sans qu’elle ait besoin d’utiliser son pouvoir. D’ailleurs, que penseraient-ils d’elle ? Déduiraient-ils immédiatement que, au vu de son jeune âge, elle ne pouvait être qu’une mutante ? Et eux, qui étaient-ils ? Des mutants aussi ? Ce serait la première fois qu’elle rencontrerait des gens comme elle. Elle ne savait pas trop quoi penser là-dessus : elle ne se sentait pas mutante, elle se prenait pour un simple monstre, une dégénérée. Elle ravala ses pensées sombres, juste au moment où une jeune femme se planta devant elle. Sasha était toujours plaquée contre le container, elle n’avait pas bougé : elle ne voulait plus faire de gestes brusques non plus, de peur de se faire encore plus mal à l’épaule.

Un chaton perdu. Voilà comment la jeune femme l’appela : ressemblait-elle vraiment à un chaton ? A voir. Enfin, perdue, elle l’était. Sasha la regarda un instant, se mordant la lèvre inférieure. Elle n’osa cependant rien dire, par peur : comment devait-elle le prendre ? La jeune femme allait-elle profiter de son état ? Elle l’avait entendu parler, elle semblait être du genre direct : si elle lui voulait du mal, elle l’aurait peut être déjà attrapé. L’homme avec qui elle parlait il y a quelques minutes les rejoint alors et Sasha frémit : c’était de lui qu’elle avait le plus peur. C’était déjà le plus impressionnant des deux, et il avait proféré des menaces sans hésitation. Elle n’osa pas le regarder bien longtemps : elle finit par fixer son briquet, qu’elle tenait de plus en plus fermement. Elle n’était pas prête à l’utiliser, certes, mais c’était quand même un objet rassurant : son seul moyen de se protéger d’éventuelles menaces. Matthew, son frère, lui avait dit d’utiliser son don quand elle était en danger, il lui avait conseillé de ne pas hésiter même. Mais tout ça, c’était encore trop récent, trop douloureux pour elle alors elle n’arrivait pas à s’imaginer s’en servir, juste pour survivre.

L’homme évoqua le souhait de partir d’ici, au plus vite. Il semblait avoir abandonné les menaces mais Sasha n’était toujours pas rassurée par sa présence, ni même par celle de la jeune femme. Aussi, elle n’osa rien dire, elle resta collée le dos au container. Elle, ça l’arrangeait de rester. C’était l’endroit idéal pour se cacher et si les Peacekeepers ne fouillaient pas l’endroit, elle savait qu’elle pouvait y rester encore longtemps. Si elle disait non, la forcerait-on ? Au lycée, c’était elle qui menait : habituée à se débrouiller seule, sans ses parents peu présents, elle était admirée pour son indépendance, son assurance aujourd’hui perdue. Elle dictait donc ses propres règles et on la suivait, en général. Là, son plan c’était de rester cacher, pour se faire oublier, attendre que les Peacekeepers se lassent de la situation. Seulement, ce n’était pas le cas pour l’homme devant elle, qui leur demanda même si elles n’avaient pas une idée pour sortir. Elle était d’accord sur le dernier point cependant : elle ne voulait pas se faire capturer elle non plus pour ne pas décevoir son frère. Ni lui faire de la peine. Elle voulait se montrer digne des risques qu’il prenait pour elle, pour qu’elle vive libre. Alors oui, elle était d’accord, elle voulait éviter les Peacekeepers mais non, elle ne voulait pas quitter l’entrepôt, pas maintenant. Seulement, elle n’osa pas se prononcer, bien trop effrayée pour parler. Et elle n’en eut même pas l’occasion en fait.

Sasha sursauta une nouvelle fois, grimaçant de douleur, lorsqu’une nouvelle personne arriva : elle eut un instant peur qu’il s’agisse d’un Peacekeeper, prenant un malin plaisir à les surprendre. Mais en l’écoutant, elle semblait au final dans le même bateau qu’eux. Depuis combien de temps était-elle là, à les observer ? Etait-elle arrivé lorsqu’elle avait perdu connaissance ? Possible. Plus que probable même, elle l’aurait entendu monter les marches de son perchoir, surtout si elle les avait monté aussi bruyamment qu’elle les avait descendues. Enfin, Sasha accueillit son intervention avec soulagement : elle ne faisait que traduire sa pensée. Partir maintenant, c’était trop tôt. Il fallait se faire oublier. Cette technique, Sasha s’en servait depuis qu’elle avait quitté sa famille et ça marchait. Sauf qu’elle se garda bien de raconter tout ça. En dire le moins possible sur elle était la meilleure des choses à faire, encore une recommandation de son frère qui lui avait même dit d’éviter tout le monde sauf lui. Mais ça, Sasha pouvait difficilement s’y résoudre : quelque part, la présence d’autres personnes en fuite lui remontait un peu le moral – même si elle était terrifiée pour l’instant.

Contrairement aux deux autres, la nouvelle venue s’adressa à elle, directement, et seulement à elle. Sasha fut surprise, elle ne s’y attendait pas. Comment elle avait atterri là ? En voulant fuir, tout simplement. Devait-elle préciser qu’elle s’était pris un lampadaire sur la route, se déboitant bêtement l’épaule ? Non, non, pas question de se montrer plus faible encore, elle ne le supportait déjà plus. Sasha quitta donc la contemplation de son briquet et de ses pieds lorsque la jeune femme l’interpela. Elle ne l’effrayait pas autant que l’homme, mais elle restait méfiante quand même, respectant les instructions de son frère qui lui avait recommandé de ne pas se fier à un visage, même avenant. Elle ouvrit plusieurs fois la bouche, essayant de trouver une réponse convenable. Elle n’avait pas prononcé un mot à voix haute depuis un moment, sa bouche était pâteuse et elle se sentait bête, à faire le poisson. Alors, elle inspira un bon coup, essayant de contenir une grimace de douleur par la même occasion.

« Je … Euh … » commença-t-elle, toujours hésitante. Elle ravala sa salive et baissa le regard, presque honteuse. « Je me suis bêtement fait repérée par les Peacekeepers tout à l’heure et … Voilà. »

Elle releva la tête pour regarder chacune des personnes qui se trouvait devant elle . Elle ne savait pas quoi faire. Pouvait-elle leur faire confiance pour sortir d’ici sans la laisser tomber en cours de route ? Peut être il fallait qu’elle reste méfiante. Elle ne se considérait pas comme étant un atout parmi eux, elle était plutôt un boulet, un boulet à se traîner. Mais tous trois n’avaient rien d’avenant, il fallait être naïf de ne pas rester sur ses gardes et même si elle avait l’air d’une gamine paumée – ce qu’elle était un peu – elle était intelligente. Et lucide. Elle voulut appuyer l’avis de la jeune femme mais elle n’en n’eut pas le courage. Elle était qu’une gamine après tout, une gamine au milieu d’adultes, qui voudrait l’écouter ? Sasha se rabaissait peut être mais elle ne pensait pas pouvoir apporter un plan en béton pour s’échapper d’ici – c’était bien plus facile au lycée où tout le monde s’attendait à ce qu’elle apporte une idée géniale. Les enjeux étaient moins bien importants, aussi.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 6 Fév - 19:06

Je reste encore un moment accrochée au regard de la gamine tachant de garder un air aussi neutre et distant que possible. Voir cette gamine comme ça fait remonter des souvenirs que j'avais cru enfouis depuis longtemps. Je frissonne intérieurement avant de me détourner en serrant les mâchoires, crispée. Putain de gosse! Pourquoi faut-il qu'elle soit là celle-la? Ça me fout les boules. Je me masse les tempes pour chasser les échos d'un cri lointain, mort depuis longtemps. Un sentiment de culpabilité oublié refait surface en exhalant une odeur de cadavre pourrissant. Ouais, ça me donne la gerbe et ça me rend furax aussi. J'ai envie de gueuler après cette ombre que je la connais pas cette gosse, que je lui dois rien, à elle ni à aucun d'eux. Et merde! C'est compliqué... Ou alors c'est ma glycémie qui m'fait délirer comme ça.
Je regarde tour à tour mes deux compagnons d'infortune en soupesant le pour et le contre. Coincée entre un cinglé probablement psychopathe et une gamine visiblement estropiée. J'ai une chance insolente qui fait que je m'en sort toujours, chantonnais-je dans ma tête. Mais là pour le coup ce n'est plus vraiment de la chance qu'il me faudrait... Je soupèse le pour et le contre avant d'émettre un sourire en coin. Une nouvelle voix résonne tout à coup, coupant court à mes réflexions comme aux idioties du débile. Bien au moins ça m'évitera de devoir lui répondre préférant jauger du regard la nouvelle venue en m'adossant nonchalamment contre le container le plus proche. Quatre pauvres cons bloquer dans un entrepôt qui espèrent qu'on n'ira pas les débusquer là dedans. Je devrais me marrer, tiens. Si on est quatre à avoir eu la même idée, on parie combien que d'autres vont l'avoir? Au moins la brune semble fiable. Y a qu'à voir sa façon de se déplacer, elle, elle sait se débrouiller.

- J'suis d'accord, sort maintenant si tu veux mais tu peux aussi bien te mettre une balle dès maintenant, t'aboutira au même résultat en plus rapide. Et surement moins douloureux. Doit y avoir une grille d'évacuation des eaux dans ce fatras, avec peut être un accès aux égouts. Si on veut se tirer en vitesse et en toute discrétion c'est le plus sûr. A condition de la repérer.

Et puis chercher cette foutue grille c'était toujours préférable à rester assis sur son cul à se regarder les uns les autres en chiens de faïence. Et qui sait si au passage on ne pouvait pas dénicher un truc utile? Et surtout vendable. Pas sur que je puisse tirer quelques biftons en revendant Débile. Qui irait m'acheter un type pareil même dans un coin aussi sordide que le Black Market? Et puis je fais pas dans le trafic d'humains ou d'organes. On a tous une certaine morale. Brune commence à cuisiner La gosse, je tends l'oreille vaguement intéressée, plus pour penser à autre chose qu'au manque qui commence à se manifester au départ. Puis viens un détail qui me fait tiquer. Les keepers l'ont repérée? J'arque un sourcil, une mutante donc. Manquait plus que ça... En même temps c'est logique, quelle ado irait se planquer dans un entrepôt pour échapper à des keepers et qu'est-ce qui pourrait pousser des keepers à débarquer en force si ce n'est un mutant? Et vu le nombre ce n'est pas une petite mutation bien gentillette. Cette gamine c'est une putain de bombe à retardement. Ceci dit ça peut aussi être notre ticket de sortie. Je me rapproche des deux autres filles en gardant une certaine distance de sécurité l'air bien plus intéressée. Avant de demander abruptement.

- C'est quoi ton super-pouvoir? Je ferme les yeux en me giflant mentalement, je vais la braquer si je suis trop directe. Je rouvre les yeux en soupirant avant de remarquer un truc. Bah, oublie, c'est pas important... Tu t'es esquintée comment? Je pointe sa clavicule du doigt en précisant. Ton épaule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Narrator

MESSAGES : 178
HUMEUR : Contagieuse
FEAT : © holidaycase sur Tumblr

Points : 482

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Agent Mutagène
Narrator
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Sam 2 Mar - 10:02

Poursuivons...

Bientôt un mois sans réponse, alors intervenons !

Il sera toujours possible à Edward de réintégrer le RP s'il le souhaite.
Pour le moment, le voilà parti en reconnaissance dans les alentours, exaspéré par la réplique de June. Humph. Des gamines qui lui parlent sur ce ton ? Indamissible. C'est que, le pauvre petit, il n'a pas l'esprit d'équipe.

Allons bon, mes jolies petites brebis, ne vous égarez pas... Il vous faut trouver une issue, n'oubliez pas.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Sam 2 Mar - 10:33

Eryn observa l’échange tacitement. Ne dit pas un mot lorsqu’Edward quitta les lieux non plus. Mais son esprit, lui, filait à toutes allures. Quelqu’un à l’extérieur, c’était risquer qu’il ne les dénonçât pour sauver sa peau s’il se faisait prendre. Ou alors, quelqu’un pourrait le voir alors qu’il mettait les pieds dehors et alors viendrait fouiller l’entrepôt. L’inquiétude traça un sillon de sueur glacée le long de sa colonne vertébrale. Elle n’aimait pas ça, pas du tout.

Elle ravala son angoisse. Acquiesça à la réplique de June. Oui, les égouts restaient tout de même la meilleure issue possible. Seulement, les Peacekeepers n’étaient pas complètement crétins non plus, et gardait un œil sur le dédale… S’il fallait s’éclipser par-là, il faudrait faire preuve de bien plus de prudence. Calculer son coup. Parce qu’elles pourraient parfaitement se lancer tout droit à la poursuite de la liberté pour finalement finir entre la gueule du loup, imprégnée de Neo Serum.

Super-pouvoir ? L’ex militaire haussa un sourcil sarcastique. Ces gosses… Non pas qu’elle fut particulièrement vieille, mais elle était probablement bien aigrie. Des pouvoirs. Croire que ces mutations pourraient donner naissance à des super-héros était affligeant – enfin, elle se doutait un peu, vu le profil, que la brunette faisait preuve là d’une ironie incisive – et la simple idée la révulsait complètement. Il suffisait d’avoir vu quelques-unes de ces mutations, handicapantes, hideuses ou dévastatrices, pour savoir qu’on n’était pas dans les X-Men. Loin de là. Quelque part, elle se sentit chanceuse, dans son malheur. Au moins, sa mutation n’avait pas encore montré de côté catastrophique. Alors que pour la blondinette, la moindre perte de contrôle pouvait créer des dégâts monstrueux. Quant à la brune… Elle posa sur elle un regard insistant, cherchant à deviner sa mutation comme on essayait de découvrir un son, une odeur, un goût particulier sur lequel on ne parvient pas à mettre de nom. Oh, elle savait que cela avait un rapport avec son métabolisme, mais elle ne parvenait pas à en déceler ni le fonctionnement, ni les défauts. Car il y en avait, des désavantages, non ?

« Tu permets ? »

Elle s’adressait à la blonde et ne lui laissa pas le temps de répondre. Dans un mouvement ferme, mais pas brusque – de peur de l’effrayer de trop – elle palpa rapidement l’épaule de la gamine. Démise, pour sûr. Cela lui était probablement arrivé par le passé. Une fois qu’une articulation comme ça avait morflé de la sorte, les tendons avaient du mal à se remettre ; elle s’en trouvait fragilisé et la personne pouvait se la déboîter pour pas grand-chose. Mauvaise chute, parfois même faux-mouvement pouvaient s’avérer suffisants pour malmener à nouveau l’articulation. Son diagnostic fut confirmé par la réponse de la blondinette à la brunette.

Eryn soupira. Il fallait faire quelque chose, et vite, sinon, la gamine les ralentiraient dans leur fuite. Et comme Eryn se voyait mal la laisser derrière, aux griffes des Peacekeepers, il n’y avait pas trente-six milles solutions. Elle proposa donc sans ambages :

« Je peux te la remettre, mais ça va faire mal. »

C’était le genre de choses qu’on apprenait sur le terrain. Elle était loin d’être médecin, c’était certain et elle avait plutôt l’habitude de s’occuper de soldats pas tellement douillets. Eryn n’était pas du tout réputée pour être douce. En fait, elle ne devrait même pas laisser le choix à la gamine ; si ce n’était pas elle qui lui remettait, qui le ferait ? Le Seamy Area n’hébergeait pas de médecin réputé pour leurs bons soins… D’ailleurs, combien de temps une gamine pourrait ainsi survivre ici ? Elle n’avait pas l’air de crever la dalle. Recevait-elle de l’aide ? Avait-elle quelqu’un pour l’aider ? Gardant ses questions pour elle, Eryn se contenta de fixer la gamine dans l’attente d’une décision. Ou elle se chargerait d’en prendre une pour elle.

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Sam 2 Mar - 17:03

Sasha ne dit rien non plus quand l’homme décida de partir. De toute façon, elle n’avait pas à le retenir, ce n’était pas à elle de faire ça. C’était un adulte, il faisait ce qu’il lui voulait après tout. C’était risqué de sortir pourtant, même elle le savait … Elle se voyait très mal le suivre de toute façon. Elle était bien, dans cet entrepôt : au moins, les Peacekeepers ne semblaient pas vouloir le fouiller. Peut être qu’elle pourrait y rester toute la nuit, pour se faire oublier pour de bon. Sauf si les deux jeunes femmes trouvaient une idée géniale pour s’enfuir : Sasha serait bien bête de ne pas en profiter, même si elle leur serait totalement inutile de son point de vue.

Elle fixait l’endroit où l’homme avait disparu lorsque la plus jeune des deux femmes s’adressa de nouveau à elle. Sasha tourna la tête rapidement, presque choquée : comment pouvait-elle savoir qu’elle était une mutante ? C’était si flagrant que ça ? A croire que oui. Des super-pouvoirs ? Si seulement … Sasha ne voyait pas du tout les choses de cette manière. Cette mutation, c’était une malédiction. Elle serra machinalement le briquet qu’elle avait dans la main : avec ça, elle était dangereuse. Elle se mordit la lèvre inférieure : elle ne se sentait pas prête à raconter à tout le monde de quoi elle était capable. Elle n’arrivait même plus à fixer June, trop embêtée par la question. Ce n’était pas le genre de chose dont elle était fière, comme ses talents de danseuses par exemple et puis, comment expliquer sa mutation ? Comment présenter ça de manière à ce que personne n’ait peur d’elle ? Pouvait-elle dire qu’elle ne maîtrisait absolument pas son pouvoir ? Non, absolument pas, on la verrait bel et bien comme un monstre. La brune sembla comprendre que la question n’était pas la bienvenue et elle ajouta alors qu’elle n’avait qu’à oublier. Sasha en fut soulagée, sa mutation restait beaucoup trop tabou. Elle se demanda un instant si les deux filles étaient elles aussi mutantes mais elle n’osa pas poser la question. Si c’était tabou pour elle, c’était peut être le cas pour elles également.

La deuxième question la dérangea tout autant : les deux jeunes femmes avaient remarqué que quelque chose n’allait pas avec son épaule. Elle tourna la tête pour observer de nouveau, se demandant bien ce à quoi elle pourrait répondre. Sasha eut un mouvement de recul lorsque la deuxième brune s’approcha d’elle, même si elle lui avait demandé si elle pouvait s’approcher, ce à quoi Sasha n’eut pas eu le temps de répondre. Mais elle était toujours sur ses gardes – d’où une telle réaction - et n’était pas du genre à apprécier qu’on l’examine comme ça. Elle grimaça de douleur alors et se décida à répondre à June, qui lui avait demandé comment elle avait pu se faire ça.

« Je me suis déboitée l’épaule en courant » commença-t-elle, toujours aussi peu sûre d’elle. « J’ai déjà eu ça plusieurs fois, y’a longtemps … »

Inutile de préciser pour le lampadaire, vraiment. Elle paraitrait encore plus ridicule, ce n’était vraiment pas la peine. Si l’une d’entre elle s’y connaissait un peu en épaule déboîtée, elle en déduirait qu’elle avait fait un faux mouvement, voilà tout. Et effectivement, l’une d’entre elle semblait s’y connaître : la deuxième brune lui proposait de remettre son épaule en place, tout en précisant que ça ferait mal. Sasha la regarda alors en écarquillant les yeux. Sans anesthésie ? Impensable. Elle ne supportait pas la douleur, elle était légèrement douillette et l’idée qu’une inconnue lui remette son épaule en place l’effrayait. Si encore elle pouvait lui montrer un diplôme en médecine, peut être qu’elle lui ferait confiance, peut être. Mais là, ce n’était pas possible. Et si elle la ratait ? Et si elle aggravait la situation ? Sasha se faisait peut être beaucoup trop de films, cette fille semblait savoir de quoi elle parlait … Pourtant, elle n’arrivait pas à lui dire oui sans hésiter. Et puis, Sasha ne pourrait pas s’empêcher de crier, elle le savait : elle attirerait certainement tous les Peacekeepers des alentours. Elle secoua alors la tête, plusieurs fois, fit un pas en arrière et releva les yeux vers Eryn, après avoir adressé un bref regard à June, pour voir si elle approuvait sa proposition. Et si elles se liguaient toutes les deux pour la forcer à accepter ? Et si elles s’alliaient pour lui remettre l’épaule en place, à deux ? Encore un scénario catastrophe en perspective.

« Non. Je … Je ne veux pas avoir mal. Je peux pas … Enfin, vous n’êtes pas qualifié, je pourrais voir un vrai médecin sortie de là, je … »

Sasha s’interrompit brusquement en réalisant à quel point que ce qu’elle disait était absurde. Un médecin ? Comment trouver un médecin dans la Seamy, sérieusement ? Elle n’avait rencontré personne. Et même si elle trouverait un médecin d’accord pour l’examiner, elle n’aurait pas les moyens de le payer. De même, aurait-il de quoi l’anesthésier ? Les médicaments manquaient depuis trois mois, Sasha l’avait elle-même vécu, sa mère se plaignant de devoir faire plusieurs pharmacies pour trouver qu’elle voulait. L’adolescente avait été malade juste avant que sa mutation se déclare, elle avait bien compris qu’il n’y avait plus autant de médicaments qu’avant. Au final, peut être qu’il serait plus intéressant pour elle de laisser faire la jeune femme : elle aurait mal dans tous les cas, à défaut de pouvoir se rendre dans un vrai hôpital. Cependant, elle n’avait pas le courage de faire le premier pas : ce genre de décision, c’était difficile à prendre. Elle aurait mal. Mais elle serait guérie. Et tranquille. Elle pourrait également plus facilement cacher sa mésaventure à Matthew : avec l’épaule déboitée, elle serait obligée de lui raconter comment elle avait fait ça. Et elle savait qu’il s’inquièterait, que ce serait un problème en plus pour lui : il était étudiant en droit, pas en médecine, il serait incapable de la guérir. Un souci en plus à gérer, Sasha ne pouvait pas lui affliger ça. Elle ne mourrait pas de faim grâce à lui, elle pouvait au moins lui éviter de s’inquiéter encore plus, non ? Elle ferma les yeux, essayant de se faire à l’idée de se faire soignée par une inconnue, même si elle lui faisait plus confiance qu’à l’homme qui était partie ailleurs. Là, elle s’y serait fortement opposée, quitte à rester handicapée. Sasha finit par soupirer alors, résignée. Elle lança un regard peu rassuré à Eryn.

« Vous savez vraiment le faire ? »

Sasha savait qu’une fois son épaule en place, elle irait mieux. Elle aurait mal, c’est sûr, mais elle irait mieux. Cette blessure ne serait qu’un souvenir, elle n’aurait pas de séquelles – sauf si Eryn se loupait –, Matthew ne saurait jamais ce qu’il s’était passé … Elle n’avait pas le choix. Elle rangea le briquet dans sa veste, essayant d’être discrète : on ne sait jamais, avec la douleur, elle pouvait provoquer une catastrophe avec ce truc à proximité.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Dim 3 Mar - 20:38

Je regardais Débile s'éloigner sans rien faire non plus pour le retenir. Ce type était un aimant à embrouille, le genre de cinglé qui se jette à cœur perdu dans tout les traquenards possibles et imaginables avec la plus folle insouciance. Je le chassais aussi vite de mes pensées pour me retourner vers Brune et Gamine. Ma question sembla laissée Gamine sans voix, je me fendis d'un sourire moqueur.

- Me regarde pas comme ça, c'est toi qui a vendue la mèche toute seule.

Je n'insistais pas plus, apparemment ce n'était pas vraiment le genre de sujet sur lequel, Gamine semblait vouloir s'étendre. Je haussai les épaules, après tout, à chacun ses secrets. Brune en revanche semblait plus à l'aise quand à la situation et commençait à prendre les choses en main, provoquant l'affolement de Gamine. Je soupirais. Manquait plus que ça. Ce n'était pas vraiment le moment de faire la chochotte. Même si Débile était complètement taré, il avait raison sur un point. Il ne fallait pas s'éterniser trop longtemps ici. Une cible mobile est toujours plus délicate à atteindre qu'une cible statique. Et a voir les manières de Brune, il me semblait bien qu'elle partageait ce point de vue. Je claquais brusquement de la langue, agacée, pour mettre fin aux atermoiement de Gamine, lui assenant brutalement une vérité qu'elle semblait fuir. C'était peut être brutal et surement cruel, mais c'était pour son bien. Si elle conservait ce genre d'illusions, elle ne passerait pas le mois.

- Oh! T'as p'têt pas bien compris ta situation Gamine. Tu peux plus compter que sur toi même maintenant. Oublie tout d'suite cette connerie ou tu te fera prendre d'ici peu, ça j'te le garantis. T'as pas l'choix, pas si tu veux survivre. Tu capte?

Je la fixais du regard pour appuyer mes paroles, m'attendant à moitié à la voir s'écrouler et fondre en larmes, puis je me tournais vers Brune, lui demandant du regard ce qu'elle attendait de moi. En général, je préfère restée seule, pour ne pas avoir à dépendre des autres et surtout pour ne pas dépendre d'eux. Mais ce n'était pas pour autant que j'étais d'un individualisme forcené. Brune était plus compétente que moi en la matière, je la laisserai prendre la direction des opérations. Du moins pour le moment. Rien ne m’empêchait de tailler la route de mon côté si jamais la situation se détériorait. Je tâtonnais mes poches en m'abaissant au niveau de la gosse pour être à hauteur d'yeux avant de brandir une boite en carton usée provenant d'un stock de l'armée et d'en tirer un patch anti-douleur. Je voulais être certaine qu'elle ne se fasse pas d'illusions par la suite.

- Tiens, ça devrait calmer ta douleur pour un temps. Qu'on soit bien d'accord avant... en temps normal, je t'aurai laissée sur place. Si je t'aide là maintenant, c'est parce que j'ai pas le temps de jouer les baby-sitters, ni l'envie d'avoir un boulet aux pieds. On s'entraide le temps de se tirer de là et après c'est chacun pour soi. Vu?

Je tournais la tête vers Brune pour guetter sa réaction avant de tendre le patch à la petite blonde avant de lancer un "on s'y met?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Dim 10 Mar - 10:11

Ah, brunette était un personnage des plus charmants. Mais Eryn se rassurait au moins sur un point : elle était d’une franchise assez prévisible et ne semblait pas être une source d’ennui sur ce point. Quoi qu’elle soupçonnât tout de même que, à l’instar de l’homme qui avait quitté l’entrepôt un peu plus tôt, elle n’hésiterait pas une seule seconde à vendre leurs peaux pour sauver la sienne. Le monde était ainsi fait, par ici ; la jungle étirait ses lois jusque dans la ville, la survie revenant aux plus forts et aux plus malins. Ou alors, il fallait se regrouper pour former une communauté intimidante, comme l’avait fait Jake Caldwell. Joli petit troupeau. En observant Sasha, Eryn ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle serait mieux avec eux. Qui que ce fût qui lui apportât de l’aide, elle ne pouvait pas garder contact avec les gens de la Bright. C’était trop dangereux. L’heure n’était pas au topo cependant.

Le refus de la petite blonde lui arracha un soupir. Plutôt que de s’exaspérer, Eryn se contenta de darder sur la gamine un regard insistant, attendant qu’elle réalisât d’elle-même la nécessité de se laisser soigner. Elle ne la quitta pas du regard non plus quand Brunette s’exprima, elle manifesta son agacement envers l’aînée de ses deux compagnes d’aventure par un sévère pincement de lèvre. Finalement, elle allait peut-être se montrer vraiment désagréable, celle-là, en dépit de son bon vouloir en matière de coopération. D’un hochement de tête, elle répondit à l’affirmative à la question inquiète de Blondie, puis elle darda sur la brunette un regard sans équivoque ; elle était à peine plus âgée que la blonde, cette teigne, et elle prenait déjà des grands airs. Ce qu’il ne fallait pas entendre.

Eryn repéra un muret sur lequel s’asseoir et y guida Sasha ; il lui fallait un appui stable et, si la gamine perdait connaissance à cause de la douleur, valait mieux la savoir assise. Le pull, fin, laissait clairement voir l’articulation et Eryn jugea donc inutile de le lui retirer ; le pauvre vêtement aurait connu par là même un sort peu enviable, et dans cet huis-clos, impossible de trouver des vêtements aisément. Elle s’adressa ensuite à la brune :

« Tu peux te placer derrière elle au cas où elle aurait un brusque mouvement de recul, s’il te plaît ? »

Chose exceptionnelle, Eryn avait fait preuve de politesse. Autant dire que ce n’était pas dans sa nature. Elle espérait juste que brunette n’aurait pas l’indélicatesse de lui souligner que, d’ordinaire, une telle précaution n’était pas nécessaire. Ceci étant, Eryn était effectivement capable de remettre l’épaule en place. Mais pas nécessairement avec une précision et une rapidité médicale.

Prudemment, elle palpa l’articulation et avisa quel mouvement faire pour la remboîter, puis prit une profonde inspiration.

« Je vais compter jusqu’à trois. »

Et elle ne compta que jusqu’à deux, pour ne pas laisser la gamine dans l’attente de la douleur ; on lui avait appris de nombreuses fois que cette insupportable expectative était pire encore que la douleur elle-même. Et cela limitait justement les risques de mouvements involontaires. Par chance, Eryn ne fit pas d’impair ; l’opération fut rapide et efficace. Probablement douloureuse, par contre. Mais, sous ses mains, l’articulation semblait désormais dénuée de toute anomalie.

« Essaie de bouger, pour voir ? Et enlève ce pull, qu’on t’applique le patch. »

Elle avait essayé d’ajouter un peu de douceur dans son ton, pour se montrer rassurante. Enfin, il ne fallait pas trop en demander à Eryn tout de même, elle n'avait rien d'un bisounours, mais tenait plutôt de l'ours polaire.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Jeu 14 Mar - 19:35

Sasha se sentit mal l’aise face les deux jeunes femmes. L’une essaya de lui faire comprendre qu’elle ne devait plus compter sur les autres : elle avait raison, certes, mais Sasha n’avait pas encore pris pleinement conscience de sa situation, d’autant plus qu’elle avait son frère à ses côtés pour l’épauler, elle n’était pas seule. Elle avait appris à être indépendante, à se détacher de ses parents mais elle n’était jamais seule au fond puisqu’elle avait Matthew. Donc évidemment, elle avait dû mal à se faire à cette mentalité et elle n’était pas prête à refuser l’aide de son frère sous prétexte qu’il pouvait lui nuire. Sa présence, c’était un bien nécessaire à sa survie : c’était la seule personne qui pouvait la comprendre. La deuxième brune se contenta de la regarder avec insistance, ce qui était presque aussi terrible qu’entendre le discours de la première : elle n’avait pas le choix ici, on allait décider pour elle et l’amener à la conclusion qu’il fallait qu’elle se laisse faire. Enfin, Sasha se rendait compte qu’elle s’était surestimée : vivre dans la Seamy était bien plus difficile et si elle ne prenait pas de bonnes habitudes maintenant, elle pourrait bien y rester. Et elle avait envie de vivre, malgré sa mutation.

La deuxième brune – son médecin de substitution - hocha la tête pour répondre à sa précédente question. Elle avait l’air sûr d’elle ce qui la rassura un peu. De toute façon, elle n’avait pas le choix, elle devait lui faire confiance. Son épaule lui faisait mal, le moindre mouvement était difficile, elle ne pouvait pas continuer comme ça, surtout si elle voulait sortir d’ici. La douleur serait encore présente un peu après mais ce serait déjà beaucoup plus supportable. Si elle avait été anesthésiée, elle n’aurait pas hésité, pas autant, vu qu’elle avait déjà fait l’expérience de l’épaule déboitée. Sasha suivit d’un pas hésitant Eryn, qui la guidait vers un muret. Elle avait peur, peur de la douleur, peur qu’elle n’arrive pas à lui remettre l’épaule. Elle essayait de se raccrocher à une pensée positive mais rien ne lui venait. Elle voulut s’imaginer dans le cabinet de son médecin, un homme à qui elle faisait confiance parce qu’il la suivait depuis sa naissance mais elle n’arrivait pas à oublier l’entrepôt sinistre et froid. Néanmoins Sasha se laissa faire, comme une poupée. Elle lâcha sa veste, la laissant tomber à terre avant de s’asseoir sur le muret : elle ne voulait pas avoir son briquet près d’elle, de peur que sa mutation se manifeste. Elle n’était pas très sûre d’elle sur ce point, elle préférait se montrer prudente. Faire brûler l’entrepôt ne serait pas une très bonne chose, ni pour elle, ni pour les deux autres.

June s’adressa à elle encore une fois pour lui donner un patch anti-douleur. Sasha essaya de lui sourire mais comme elle venait de lui dire quelques trucs pas très agréables, elle n'était pas très enclin à être joyeuse ... Et puis, dans quelques minutes, elle allait souffrir, elle ne pensait qu'à ça. Elle lui lança un regard reconnaissant cependant : elle n’allait pas cracher sur ce patch. Eryn palpa à nouveau son épaule et Sasha sut que le moment était venu. Elle serra les dents et leva la tête vers elle : elle avait peur, peur de la douleur et du résultat. Elle essayait de se dire qu’il s’agissait seulement d’un mauvais moment à passer, un court moment, brutal mais rapide. Lorsqu’Eryn commença à compter, Sasha ferma les yeux, serrant les dents encore plus fort. Elle s’agrippa au rebord du muret de sa main libre, comptant en même temps. A deux, la douleur arriva, accompagnée d’un craquement sourd. Sasha ne s’attendait pas à ce qu’Eryn ne compte pas réellement jusqu’ à trois mais elle le remarqua à peine : la douleur était trop forte pour qu’elle se focalise sur autre chose. Elle cria sans en avoir conscience : elle avait tout fait pour s’en empêcher, de peur d’attirer les Peacekeepers dans l’entrepôt, elle n’avait malheureusement pas le mental requis pour supporter la douleur sans bruit. Sa vue se brouilla rapidement et elle se laissa glisser à terre, resserrant les dents, gémissant de douleur à présent. Elle essaya de penser à son frère, à ses amis, à sa vie d’avant, aux moments heureux qu’elle avait passé avant qu’elle soit obligée de fuir mais la douleur était toujours présente. Des larmes coulèrent sur son visage : là non plus elle n’avait pas la force de s’empêcher de pleurer. Elle porta une main à ses côtes, essayant vainement d’atténuer la douleur. Et puis, progressivement, elle reprit ses esprits, se rendant compte que la douleur n’était plus aussi présente. Elle entendit Eryn et, toujours à terre, bougea doucement son épaule, sa main libre toujours sur ses côtes. L’épaule était bel et bien remise en place, elle bougeait normalement. Elle avait toujours mal, des suites à l’opération sûrement. Mais elle était guérie et elle serait en état de fuir, elle ne serait pas à un boulet, ou du moins pas totalement, ce qui allait sûrement ravir June.

Sasha se releva tant bien que mal, s’agrippant au mur. Une fois sur ses deux jambes, elle prit appui sur le muret et se tourna vers Eryn. Elle essuya rapidement ses yeux, passa une main dans ses cheveux pour les remettre en place, histoire d’être un peu présentable. Elle savait qu’il fallait qu’elle reprenne vite ses esprits : traîner ici n’était pas bon, il fallait qu’elle regagne sa maison, dans les plus brefs délais. Et sans se faire repérer se possible. Avec une grimace, elle bougea à nouveau son épaule et leva la tête vers Eryn.

« Merci » réussit-elle à articuler, reconnaissante.

Et puis, elle se retourna à nouveau et enleva son pull, non sans difficulté : elle avait peur de faire un faux mouvement et de se déboîter l’épaule à nouveau. Elle tira sur les manches, délicatement, peut être trop doucement au vu de la situation mais elle ne pouvait pas faire autrement. Une fois les manches enlevées, elle ne passa pas le pull par-dessus la tête, n’ayant pas la force ni l’idée de trouver une autre solution – son cerveau marchait un peu au ralenti. Ses épaules restées dégagées, les filles n’auraient normalement aucune difficulté à appliquer le patch.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 3 Avr - 19:22

Elle en avait du cran la gamine, je voulais bien lui accorder cela. Se faire remboîter l'épaule n'est pas la chose la plus agréable et les conditions n'étaient pas les meilleures qui fut. Je grommelais un vague mot d'encouragement qui pouvait tout autant être mal interprété mais c'était le mieux qu'elle aurait venant de ma part. Je la laissais même prendre son temps pour remonter son pull et dénuder son épaule sans rien dire avant de finir par en attraper le bord et le tirer un peu plus de manière à apposer le patch bien à plat, aussi doucement que possible. Là, cela devrait aller mieux comme ça. Je la laissai se rhabiller tranquillement avant de me relever souplement. Et sûrement un peu trop vite. Je me rattrapais à une pile de caisse en jurant à voix basse avant de m'accorder une pause le temps d'un battement de cœur. Merde, manquait plus que ça... J'ignorais délibérément les signaux d'alarmes que mon léger malaise faisait résonner dans mon crâne, trop têtue pour y prêter attention. Et de toute manière je ne pouvais rien y faire, autant m'y habituer. Je me retournais vers les deux autres filles comme si de rien n'était.

- J'sais pas trop ce que t'en pense Brunette mais si Gamine se sent d'attaque, il serait peut être temps de chercher une voie de sortie discrète, non? Ça ne me plait pas trop d'être enfermée sans issue de secours à portée de main. Et ça nous occupera.

Je lorgnais la pénombre du regard avant de reporter mon attention sur mes deux compagnes d'infortune. Ne faisait-il pas un peu plus sombre subitement? Je clignais des yeux. Non, ce devait être un nuage. Je ramassais mon sac, qui me paraissait bien plus lourd qu'auparavant, et le fit glisser sur mon épaule. Pour ma part, j'étais prête à partir. Il ne me manquait plus qu'une direction. Mais d'abord, trouver la bonne. Personnellement j'étais plutôt en faveur des égouts, ce dont je fis rapidement part aux autres. Certes, l'atmosphère n'était pas particulièrement accueillante mais ils offraient le double avantage de vous rendre à peu près n'importe où si vous saviez vous repérer et surtout d'éviter les mauvaises rencontres comme, au hasard, des Keepers en maraudes.

- Par contre, si en ressortant vous savez où l'on peut prendre une douche, ce ne serait pas de refus.

Suite à quoi je me fendis d'un grand sourire narquois. Il y avait bien trop longtemps que je n'étais pas tombée sur une douche en état de marche, ce qui ne m'empêchait pas d'avoir un rudiment d'hygiène. Mais la différence entre se débarbouiller avec un peu d'eau froide et le confort de l'eau courante, même froide, donnait au mot douche, une impression d'Eldorado. Et je devais bien avouer que la perspective de trimbaler partout avec moi les relents d'égouts ne m'enchantait guère. Une curieuse impression de fourmillement au niveau des doigts me tira soudainement de mes rêveries, me forçant à baisser les yeux vers mes mains qui s'étaient mises à trembler légèrement. Merde, ce n'était visiblement pas ma journée. Il fallait absolument que je détourne leur attention sur autre chose que moi. J'indiquais d'un petit geste de la tête les caisses et les containers autour de nous.

- Une idée de ce qu'il peut y avoir là dedans?

Cela manquait de finesse et de discrétion, mais je n'en fourrais pas moins les mains dans mes poches d'un air dégagé. Tout ce que j'espérais c'est que cela finisse par passer. Comme si cela marchait comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Lun 22 Avr - 11:32

Brunette ?
Eryn arqua un sourcil peu amène. Bon, elle-même surnommait ses deux comparses en son for intérieur, mais tout de même. Ce n’était pas une raison pour affubler ce genre de qualificatifs à voix haute ainsi. Sans se sentir pour autant insultée – du moins, pas trop – elle éprouvait un certain agacement à être ainsi dénommée : le suffixe –ette semblait impliquer quelque chose de petit et mignon. Or, elle n’avait rien de petit et mignon. S’était-elle ramollie pour qu’on la désigne de brunette ? Ou bien l’impudente était-elle en plus inconsciente ? Elle garda cette question pour elle et se contenta de répliquer d’un ton sec :

« C’est Eryn, pas brunette. »

Elle espérait seulement que l’affreuse peste saurait se tenir face à cette réplique et non pas lui répondre par une ironie mordante qui risquait fort de la faire sortir de ses gonds. On ne provoquait pas impunément une femme de son acabit. Et si la vraie petite aux cheveux châtain tout sales comptait sauver sa peau, elle avait plutôt intérêt à s’en faire une alliée, non ? Elle se reprocha, néanmoins, son ton aride ; voilà qu’elle appliquait soigneusement le patch à la gamine et les deux plus jeunes semblaient aussi livides l’une que l’autre. L’ex-militaire en déduisit, à tort, qu’elle avaie probablement des difficultés à se nourrir dans la Seamy. Eryn ravala sa mauvaise humeur et reporta son attention sur la petite blonde. Elle devait avoir mal, encore.

« Je te conseille de bouger le bras le moins possible, pour laisser le temps à ton articulation de se remettre complètement. Idéalement, il faudrait te mettre le bras en écharpe. Tu t’appelles comment ? »

Et joignant le geste à la parole, elle fouilla dans son sac jusqu’à trouver un tissus adéquat et, sans demander davantage, elle confectionna un bandage de fortune. Bien. La question sur son prénom étant tant pour ne pas se comporter comme leur acolyte, mais aussi pour la distraire de la douleur éventuelle.

Elle regarda tout autour d’elle.

« Il faut trouver d’anciennes canalisations, elles devraient nous orienter vers un accès. Quant à la douche, le quartier un peu plus au nord est encore alimenté. »

Bien entendu, elle n’avait pas donné le quartier où elle se trouvait actuellement, ni la direction dans laquelle elle comptait se diriger. Si les deux filles se faisaient prendre et étaient interrogées à son sujet, elle voulait mettre le plus de distance possible entre elles. Qui plus est, elle avait été assez stupide pour leur donner son prénom. Enfin, il s’agissait là d’une stupidité toute relative ; elle n’était pas passée par la case chirurgie esthétique et son expérience martiale transparaissait dans le moindre de ses mouvements. Elle n’avait fait qu’épargner aux interrogateurs éventuels quelques questions ; ils auraient, de toute manière, présenté son portrait immédiatement. Elle se demanda, furtivement, si Aria tomberait sur ce spécimen. Que sa sœur fût chez les Peacekeepers la mettait souvent mal à l’aise, en fin de compte.

Elle se redressa de toute sa hauteur, rajusta son sac, prête à partir elle aussi.

« Tu as des affaires à porter ? »

Question, encore, pour la blonde. Avec l’état de son épaule, elle doutait qu’elle pût porter une lourde charge. Elle ne ferait que les ralentir si la charge était trop importante ; Eryn, en revanche, était entraînée à se déplacer avec l’ensemble de son équipement. Si elle voyageait plutôt léger, une charge complémentaire, quoi que répartie, ne la ralentirait guère comparée à ses comparses. Elle s’étonna encore de la pâleur de chacune et lança même un regard suspicieux à l’aînée. Oh, elle se taisait pour le moment, mais si elle faisait mine de les mettre en danger, si elle ne partageait pas son problème avec le reste de cette espèce d’équipe hasardeuse, elle n’aurait aucun scrupule à la laisser derrière en dépit des risques que cela représentait pour elle.

Eryn ne se méprenait pas sur la question : elles n’y parviendraient que si elles se serraient les coudes, et les cachotteries ne mèneraient clairement à rien.

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable


Dernière édition par Eryn Blake le Mer 15 Mai - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mer 15 Mai - 12:58

Sasha se laissa poser le patch par June, encore un peu ailleurs. Elle avait encore mal : elle savait pertinemment que lui remettre en place l’épaule ne ferait pas disparaître la douleur mais dans un coin de sa tête, elle l’avait espéré. Enfin, le patch aurait au moins un peu plus d’effet, heureusement que June avait ça sur elle ! Sasha en demanderait à son frère, quand elle le verrait : ce serait toujours utile. Elle avait un peu de médicaments cachés, mais pas des masses, Matthew n’ayant pas la possibilité d’en avoir plus. Avant aujourd’hui, elle n’avait jamais été blessée, c’était la première fois qu’elle prenait autant de risques aussi. Et qu’elle parlait à d’autres gens, peut être dans la même situation qu’elle. Ca, elle ne pouvait pas vraiment le savoir et elle n’oserait pas poser la question : s’ils n’étaient pas mutants, ils étaient sûrement de simples criminels qui se cachent dans ces quartiers pour échapper aux Peacekeepers eux aussi. Et elle n’avait pas très envie de savoir qu’elle était sur le point de pactiser avec des criminelles.

Sasha se rhabilla, en essayant de faire attention à son épaule tout en écoutant June qui l’avait appelé … Gamine. Elle n’aimait pas vraiment qu’on la voit comme telle, mais soit. Elle n’avait pas la force de relever la tête et lancer un regard noir à la jeune femme, comme elle l’aurait fait habituellement. Malgré ses quinze ans et surtout depuis qu’elle était en fuite, Sasha était quelqu’un d’assez mature, prenant exemple sur son frère, et elle avait toujours souffert de l’étiquette de petite dernière. Elle avait toujours été vue comme ça, comme une gamine. Autant dire qu’elle en avait marre mais là, elle préféra passer au dessus. Enfin, elle était d’accord avec June sur le fait de chercher un moyen de sortir : il n’était pas très bon de rester ici éternellement et elle mourrait d’envie de rentrer chez elle, dans la maison qu’elle s’était attribuée.

Eryn – qui semblait avoir mal pris qu’on la surnomme elle aussi – s’adressa de nouveau à elle, en lui donnant des conseils concernant son épaule. Sasha hocha docilement la tête, prête à suivre ses recommandations et, alors que la jeune femme lui faisait son bandage, elle répondit à sa question.

« Sasha, je m’appelle Sasha. »

Elle essaya par la même occasion de réprimer une grimace de douleur, sans grande réussite. Elle retint l’information pour la douche, qui était toujours utile : elle se lavait de temps en temps avec des bouteilles d’eau, mais une douche lui ferait du bien. A méditer donc, mais pas urgent. Non, le plus urgent était de trouver une sortie, de préférence sans Peacekeepers. Toutes les trois étaient d’accord sur ce point : il était temps de se mettre en route. Sasha secoua la tête pour répondre à la dernière question d’Eryn. Elle n’avait emporté que sa veste, qu’elle tenait à présent sous son bras valide : elle l’abandonnerait s’il la gênait trop, elle ne perdrait rien mis à part un briquet qu’elle avait sur elle juste pour la forme. Elle n’avait pas remarqué que June devenait de plus en plus pâle, son objectif étant de paraître le moins boulet possible désormais, elle en avait bien assez fait. Et puis même si elle l’avait remarqué, elle n’aurait rien dit : depuis qu’elle était en fuite, elle préférait rester discrète sur sa vie et ne pas poser trop de questions sur celle des autres. Parler d’elle – de sa mutation plus particulièrement - la dérangeait tellement qu’elle se disait que cela devait être la même pour les autres.

Sasha se mit à suivre les deux jeunes femmes, sa veste sous le bras, se demandant si elles réussiraient à toutes sortir. Elle espérait qu’elles ne la laisseraient pas toute seule, en cas de danger : même si elle était endurante, Sasha aurait bien dû mal à fuir dans son état. Mais en passant par les égouts, elle pourrait peut être éviter une course folle pour fuir les Peacekeepers. Il n’était pas évident de rechercher d’anciennes cannalisations alors qu’il faisait sombre, mais elles devaient faire avec : Sasha aurait pu aider, en allumant son briquet, en créant une flamme plus importante sauf qu’elle ne voulait pas utiliser son pouvoir. Elle avait bien trop peur de ne pas pouvoir le contrôler et elle ne voulait pas créer un incendie, qui ramènerait sûrement tous les flics des alentours. De toute façon, avec un seul bras valide, utiliser son briquet risquait d’être bien compliqué. Elle s’en voulait un peu de pouvoir apporter quelque chose mais de ne rien faire. Elle se consolait en se disant qu’Eryn et June devait ignorer ses pouvoirs : elle se doutait peut être qu’elle était une mutante – une gamine dans ces quartiers, c’était flagrant – mais il était impossible qu’elles devinent la nature de sa mutation.

Sasha ne sut pas pendant combien de temps elles cherchèrent, explorant l’entrepôt. Mais leur détermination paya et, en suivant des tuyaux devenant de plus en plus épais, elles arrivèrent devant leur porte de sortie. L’odeur qui en sortait n’était pas très agréable mais Sasha savait qu’elle devait s’y habituer : les égouts, ce n’était jamais très agréable. Parmi toutes les conneries qu’elle avait pu faire, la visite des égouts n’en faisait pas partie : elle avait pourtant le goût pour le danger autrefois, mais elle préférait explorer des chantiers, des parcs de nuits, essayer d’entrer dans des cinémas sans payer ou dans des boîtes de nuit en fraude. Les égouts ne faisaient pas parti des trucs qu’elle aurait aimé explorer avec sa bande. Sasha resta un instant en retrait, observant les deux autres. Et puis, en prenant sur elle, sachant pertinemment qu’il serait difficile d’avancer sans un peu de lumière. Elle s’approcha alors, sortant le fameux briquet de la poche de sa veste.

« On aura peut être besoin de ça, non ? »

Elle tendit aux deux filles, bien décidée à ne pas s’en servir.

Spoiler:
 



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Lun 24 Juin - 20:23

blockquote>La sécheresse de cette réponse, lancée du tac-o-tac par la dure à cuire me tire un pâle sourire à moitié moqueur. Bien, miss Carapace est assez humaine pour éprouver quelques émotions. Ça me jouera des tours un jour ou l'autre d'astiquer les gens comme ça pour les pousser à en dévoiler plus qu'ils ne voudraient, mais qu'est ce que j'en ai à foutre pour l'instant? Il y a tellement plus urgent que mes mauvaises manières. Je hoche la tête mollement en entendant la petite blonde se présenter à son tour. Eryn et Sasha donc. C'est curieux, il me semble avoir déjà entendu ça quelque part, Eryn, mais du diable si je me souviens du contexte. Manque de sucre, j'ai trop de mal à rester concentrer sur quelque chose. J'enregistre néanmoins l'info transmise par Eryn quand à la possibilité de trouver de l'eau courante. Un point d'eau potable c'est toujours une ressource précieuse. Face à l'insistance du regard de la dure à cuire je fini par lâcher d'une voix moqueuse.
 
- Puisqu'on en est au stade des présentations, moi c'est June.
 
Je resserre les courroies de mon backsac, bien fixé sur mon dos pour éviter qu'il ne ballote de trop ou pire qu'il s'accroche quelque part si je dois me mettre à courir. Encore que, dans mon état actuel, courir est bien la dernière des choses que je serai en mesure de faire. Je laisse les deux autres prendre la direction des opérations, d'une parce que je n'aime pas spécialement me mettre en avant et de deux j'ai pas envie de les laisser voir à quel point ma situation est précaire. J'hésite encore sur cette question. Puis-je seulement leur faire confiance? Déballer mon problème en priant pour qu'elles m'aident et surtout qu'elles le puissent ou bien serrer les dents et tenir comme je peux, quitte à tomber raide plus loin sur le chemin? Allez June, tu sais bien où ça va te mener! Ah non pas toi! Tadaa, tu croyais quoi? Te débarrasser de moi? Comme ça? Faich'... je délire totalement, j'ai besoin de sucre et vite. Que tu crois! Ta gueule. C'est une façon de parler à celle qui vieille sur ton cul depuis tant d'années? T'es qu'une putain d'hallu. Depuis tout ce putain d'orphelinat? La ferme. J'ai toujours été là... La ferme! ... à veillée sur toi. Sur nous. LA FERME! Ah! hurle tant que tu veux, tu ne serai rien, sans moi! Je nous ai sauver. Maintenue en vie! Du sucre. Tu va leurs faire confiance? A elles? Putain du sucre. June! Tu ne peux avoir confiance qu'en moi. En toi. J'y vois plus, tout est flou. Tu vire parano ma belle! Si tu crois pouvoir m'échapper... Casse toi de ma tête! C'est ma tête, June. Tu crois vraiment pouvoir me faire partir? Disparaître? Ouuiiiiii!! Comme une junkie en manque qui se shoote pour fuir la réalité? Pitiéééé! T'es qu'une loque! Sans moi t'es quoi? T'es rien! Je m'adosse à un container et me laisse glisser au sol. Je sens mon rythme cardiaque qui martèle dans mes tempes. Tu t'es vue? Tu vois comment tu es? Boum. Boum. Tu crois qu'elles vont faire quoi te tendre la main? Boum. Boum. Boum. T'aider? Tu leurs fait confiance? A elles? Boum. PAS A MOI? Va t'en...
 
Ça pue. Je vois que dalle et je suis dans le vague, confusément je sens que je suis assise par terre sans pouvoir bouger. Merde, je suis fichue. J'ai l'impression que quelqu'un approche sans pouvoir dire de qui il s'agit. Foutue. Foutue. Foutue. Les yeux dans le vague je relève la tête comme je peux en essayant de fixer mon regard sur cette personne en face de moi. J'ai mal à la tête, j'ai l'impression de tomber en arrière en restant sur place. Je marmonne à l'intention des filles.
 
-... peux plus bouger... malaise... du sucre... ucre...
 
Oh, c'était ma voix ça? Je ne me reconnait pas dans ses accents suppliants. J'ai jamais autant frôler mes limites que ça, qu'est ce qui ce passe si jamais, je  tombe en syncope? Je meurs? AHAHAHAHAH!!!



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Sam 29 Juin - 12:09

La docilité de Sasha soulagea Eryn autant que les sourires narquois de June l’horripilaient. Dans les deux cas, ce n’était pas comme si elle avait le choix de toute façon. Elle participa à la recherche d’une issue avec son éternelle méthodologie spartiate, ne laissant rien au hasard, pas même le plus petit conduit, et s’armant de tous ses sens. Une fois devant la bouche d’entrée, elle dût constater que l’odorat seul aurait suffi. Les égouts. Encore. Cela devenait vraiment une sale habitude pour échapper à ces clébards de Peacekeepers.

La question de Sasha, qui sonnait davantage comme une résolution, fit se retourner Eryn vers la petite blonde, la détournant ainsi de la contemplation dépitée de l’accès. Elle ne lui offrit qu’un sourire amer. Pas dit que la réserve d’essence fût suffisante pour alimenter le briquet assez longtemps pour quitter cet endroit. À moins que Sasha fût en mesure de contrôler suffisamment sa mutation, si Eryn ne s’était pas méprise sur la nature de celle-ci. Elle hésita une fraction de secondes, puis se souvint que sa lampe de poche était en fin de vie de toute façon. Elle se jeta alors, histoire de bien mettre les deux pieds dans le plat :

« Seulement si tu es certaine de pouvoir le contrôler. »

Et sans attendre de réponse de la part de Sasha, elle s’engagea dans le conduit à tâtons, espérant seulement que l’adolescente trouverait le courage d’user de sa mutation sans tous les faire frire. Autre détail encore : il faudrait rester à l’écoute et il lui faudrait être réactive. Si jamais les Peacekeepers entraient dans l’entrepôt, elle ne voulait surtout pas que la lueur des flammes les attirent tout droit à leur poursuite. Un frisson glacé parcourra l’échine d’Eryn, futile écho à l’angoisse sourde qui l’habitait. Évoluer en équipe ou en solo n’avait rien à voir avec ce qu’elle vivait actuellement. Compter que sur elle était une chose. Les forces spéciales en était une autre. Mais là, elle se sentait comme dans une mission de protection, seule, où sauver sa peau n’était plus aussi simple.

Alors, quand elle perçut la plainte de June, elle songea, pendant une fraction de secondes, à la laisser derrière. C’était ce qu’aurait fait le soldat, non ? Néanmoins – et heureusement pour la sale petite peste – elle ne pouvait plus laisser ses instincts militaires la guider ; sa conscience s’y opposait fébrilement, se disputant avec sa raison. Et cette dernière finissait par suivre le mouvement : la laisser derrière, cela impliquait aussi se faire potentiellement dénoncer. Elle doutait fortement que la notion de sacrifice fût particulièrement développée chez June.

Bordel, elles avaient à peine parcouru trois cent mètres.

« Sasha, fais le moins de bruit et le moins de lumière possible, s’il te plaît. Si tu entends quoi que ce soit venant de l’entrepôt, tapotes moi l’épaule gauche, d’accord ? »

La bonne nouvelle, c’était qu’elles n’avançaient pas dans les eaux noires à donner la nausée qui stagnaient à côté d’elles. Elle ignorait qui avait inventé le concept de « trottoir » dans les égouts, mais c’était tout simplement un génie des scenarii catastrophes.

En une enjambée feutrée, Eryn rejoignit June, saisit son poignet pour en prendre le pouls. Bien trop faible. En dépit de l’obscurité qui régnait, elle devinait la brune livide, froide, tremblante. Elle pesta à voix basse, laissant libre court à son exaspération, alors qu’elle entreprenait de fouiller son sac :

« Du sucre ? C’est du foutage de gueule, comme mutation, sérieux. Du sucre à San Francisco. »

Ce n’était pas comme si le sucre était une denrée si indispensable au commun des mortels. June serait peut-être vraiment dans l’embarras si les pénuries se faisaient plus drastiques. Elle jeta un coup d’œil vers Sasha, lui faisant signe de se rapprocher. Cette dernière n’avait qu’une veste, quelles étaient les chances qu’elle eût ne serait-ce qu’un tout petit peu d’un quelconque aliment sucré sur elle ?

Allez, Eryn, trouve une idée.
Vite.



Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Lun 15 Juil - 13:26

Sasha, toujours le bras tendu vers les deux filles – dont l'identité de la dernière était connue à présent -, resta bloquée un moment, choquée de la réponse d'Eryn. Elle ne savait pas trop ce qu'elle insinuait par là. Savait-elle qu'elle pouvait contrôler le feu ? Comment pouvait-elle savoir d'abord ? Sasha se souvint un instant que June lui avait demandé quel était sa mutation, au début. Elle s'était alors demandée si les deux filles – et l'homme qui les avait quitté – étaient des mutants eux aussi ou de simples personnes  recherchées. Toujours est-il qu'Eryn avait l'air de connaître la nature de sa mutation. Elle la dévisagea un instant puis fronça les sourcils. Non, celle là, elle ne s'y attendait pas. Elle finit par regarder son briquet, puis le long chemin sombre des égoûts. En proposant son briquet, elle n'avait pas pensé à la réserve d'essence du briquet qui ne tiendrait pas longtemps : pour elle, il fallait juste éloigner cette chose d'elle si jamais les filles voulaient s'en servir. Sasha réfléchit un cours instant, alors que les filles se mettaient en route. Elles avaient besoin d'un peu de lumière et elle était capable de fournir cela. Pour le moment, Sasha avait juste été la fille qu'on est obligée de s'occuper parce qu'elle ne sait rien faire toute seule, parce qu'elle était blessée. Elle voulait donc aider un peu et pour le moment, la seule chose qui était en son pouvoir, c'était de fournir un peu de lumière. Elle s'était beaucoup entraînée avec son frère, qui la poussait un peu. Elle savait tenir une flamme dans ses mains et la manipuler plus ou moins bien : elle n'était cependant pas capable de tenir bien longtemps, par manque de concentration. Une ou deux fois, elle avait frôlé la catastrophe, alors qu'elle s'énervait : la flamme grandit d'un coup avant de disparaître dans l'air. Sasha avait aussi conscience qu'user de son pouvoir allait l'épuiser mais avoir un peu de lumière serait sûrement un avantage. Elle se mit alors en route, derrière les filles, son briquet dans la main droite. Constatant qu'il était difficile de se repérer, elle finit par se résigner. Elle voulait aider, pas forcément en utilisant sa mutation mais elle n'avait pas trop le choix, c'était la seule chose dont elle disposait. Elle s'arrêta alors un instant respira un bon coup. Elle essaya de se convaincre qu'elle allait y arriver, se rappelant les encouragements de son frère qui semblait pourtant ne pas l'atteindre en premier lieux. En vérité, son soutien était essentiel à ses yeux et c'est grâce à lui qu'elle arrivait à contrôler une petite flamme. Elle alluma alors le briquet, inspira une nouvelle fois et approcha sa main gauche de la flamme qui venait de sortir. Celle-ci finit au creux de sa paume, toute petite. Elle avança un peu et la flamme s'éteignit. Sasha jura et recommença le même petit jeu : une fois une nouvelle flamme dans sa main, elle se concentra et reprit sa route. Elle se rappela des conseils de son frère, qui lui disait de penser au résultat qu'elle voulait obtenir, et la flamme grandit un peu, finissant par bien éclairer le couloir. Concentrée ainsi, elle en oublia même son épaule douloureuse.

Elle arriva à rattraper les filles et se plaça entre les deux, histoires d'éclairer un peu ce qu'il y avait devant. Elle regardait souvent la petite flamme qui dansait au creux de sa main, menaçant parfois de s'éteindre, quand elle trébuchait à force de ne pas regarder devant elle. Elle avait peur de faire une bêtise, de provoquer une catastrophe, de faire cramer quelque chose, ou quelqu'un. Mais tout se passa plus ou moins bien, jusqu'à ce qu'elle entendit June, qui faisait un malaise. Alors ça, c'était pas bon du tout. Sasha ne savait pas si elles avaient beaucoup avancé ou non, si elles étaient loin de l'entrepôt, mais elle savait que rester sur place n'était pas une bonne chose : il fallait sortir de là au plus vite. Seulement, elle se voyait mal abandonner la pauvre June sur place : elle était bien trop loyal pour ça, même si elle ne la connaissait pas. Si elle était une mutante, il fallait bien s'entre-aider de toute façon. Eryn sembla penser la même chose : elle rebroussa chemin, demanda à Sasha de faire le moins de lumière possible. Elle s'exécuta alors, ne sachant pas trop quoi faire dans cette situation : lors de son premier essai, la lumière disparu totalement cependant. Elle reprit alors son briquet pour récupérer une nouvelle flamme, légèrement stressée. June choisissait mal son moment, mais on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir. Elle manquait de sucre, Sasha se souvenait d'une amie à elle qui faisait le même genre de crise, elle avait donc toujours un morceau de sucre ou un aliment sucré sur elle, au cas où. Mais ça n'avait pas l'air d'être le cas de June, malheureusement.

Sasha se rapprocha des deux, se mettant de sorte à pouvoir toucher l'épaule gauche d'Eryn au moindre bruit, comme elle le lui avait demandé. Elle put voir à quel point June était pâle, se demandant ce qu'il pourrait lui arriver si elle n'avait pas un petit peu de sucre rapidement. Quand Eryn pesta contre ce manque de sucre, Sasha fronça les sourcils à nouveau. Pourquoi faisait-elle un rapport avec une mutation ? Comment pouvait-elle savoir ça ? Alors, elle se lança, et posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis tout à l'heure.

« Comment tu peux savoir que sa mutation a un rapport avec du sucre ? Et comment tu savais pour moi d'abord ? Parce que tu savais, hein ? »

Sasha ne comprenait plus grand chose. Eryn serait-elle un Peacekeeper caché ? Allait-elle les mener vers les autres ? Non, elle allait peut être trop loin là. La voyant fouiller dans son sac, elle se décida de faire la même chose, à la recherche d'une quelconque denrée sucrée. Mais elle se rappelait être sortie les mains dans les poches, persuadée de rentrer au bout d'une ou deux heures. Elle n'avait donc rien. Elle avait éteint la minuscule flamme l'espace d'un instant, pour fouiller les poches de sa veste. Elle n'avait qu'un misérable briquet qui pour le moment, qui ne leur servait pas vraiment. Ou du moins, ce n'était pas la chose essentielle du moment. Elle soupira, un peu désespérée, recommençant son petit jeu avec son briquet, faisant passer la flamme du briquet à sa main. Elle dû cependant s'y reprendre à deux fois, un peu perturbée par la situation. Une fois la taille de la flamme stabilisée – en quelques secondes – elle se tourna vers Eryn après un un léger regard désespérée à June.

« J'ai rien du tout sur moi, je ne pensais pas sortir aussi longtemps ... » murmura-t-elle.

La prochaine fois, elle penserait à prendre au moins une barre de céréales, ou quelques bonbons. Mais c'est comme ça qu'elle apprenait de toute façon, en commettant des erreurs.

« Peut être que June a quelque chose sur elle ? »

Elle posa la question à  la fois à Eryn, et à June, si celle-ci comprenait quelque chose à ce qu'on lui disait. Enfin, Sasha se dit au final que si elle avait du sucre sur elle, elle l'aurait pris depuis un moment déjà.

Spoiler:
 



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Narrator

MESSAGES : 178
HUMEUR : Contagieuse
FEAT : © holidaycase sur Tumblr

Points : 482

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Agent Mutagène
Narrator
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Mar 13 Aoû - 9:07

Un bienheureux hasard fait que, quelque part dans les tréfons du sac d'Eryn, une barre énergétique sucrée au chocolat et à la banane reposait paisiblement. Elle fut extraite de son emballage et fourrée sans ménagement dans la bouche de June Lowell, dans une tentative empressée de ramener cette dernière à la vie.

Accordons donc une minute de silence en l'honneur de cette brave friandise qui, au prix de son propre sacrifice, sauve la situation actuelle.

Miss Lowell, la parole est à vous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sweety Addicted Wild Cat

Féminin

MESSAGES : 132
HUMEUR : Cherche à s'échapper
FEAT : Willa Holland

Points : 420

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


June Lowell
Sweety Addicted Wild Cat
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Dim 1 Sep - 12:55

Je vois plus rien, seulement des ombres qui s'agitent autour de moi. Marrant, elles ont presque l'air de paniquer. Je crois que je vais rester là, rien qu'un petit moment, histoire de dormir. Ouais dormir un peu, comme dans un cocon, coupée de tout. Mais non, quelqu'un semble vouloir en décider autrement. Je crois que je panique un peu en sentant quelqu'un m'agripper la tête, j'essaye de me débattre, mais mes bras paraissent si lourds. Je tente de m'écarter en pédalant mollement des pieds, sans plus de résultat. Quelque chose essaye de se glisser entre mes lèvres, sans ménagement. Non! Je ne veux pas! J'essaye de me détourner mais une main invisible m'attrape et me force à desserrer les mâchoires avant d'introduire ce truc dans ma bouche. Pas ça! Je sens des larmes tracer des sillons dans la crasse qui macule mes joues. Horreur et impuissance. Je sanglote presque en essayant d'échapper à cette chose. Enlevez ça, enlevez ça! Je suffoque, j'ai besoin d'air mais cette chose m'empêche de respirer, ma dernière goulée d'air. Je déglutis non sans un haut-le-cœur.

Sucré.

Je cesse soudainement de me débattre. Dans ma tête quelqu'un vient d'appuyer sur un interrupteur comme pour me mettre sur off. Je sens encore couler quelques larmes mais l'information passe et repasse, elle tourne en boucle dans ma tête. C'est sucré quand j'avale. Il y à du sucre dans ma bouche. Machinalement je tente de mordre sans y parvenir, trop affaiblie pour ça. Alors imperceptiblement je me met à téter, lentement, très lentement d'abord puis d'un tènement timide je me met à mordiller la barre énergétique. Autour de moi le monde semble moins flou, plus coloré. Les ombres deviennent des formes et les sensations reviennent. Ca pue, quelqu'un me serre douloureusement la mâchoire, je suis assise le cul dans l'eau, ma gorge me démange. Je me dégage brusquement, secouée d'un quinte de toux. Et je me jette sur la barre comme un naufragé sur une bouée, sans en laisser une miette, de manière compulsive. Pour un peu j'en attaquerai presque l'emballage, mais mes idées se remettent en place, mon cerveau me remet en mémoire les évènements. L'entrepôt, les filles, l'égout.

Les Keepers.

Je me relève d'un bond, le monde semble tanguer un court instant avant de se stabiliser. Bon, un problème de moins. Je plie et déplie mes doigts comme hypnotisée par la sensation de sentir mon corps. Car oui, c'est un réel soulagement. Je n'étais encore jamais passée si près du poids critique et c'est une expérience que je ne souhaite vraiment pas réitérer. Si les deux autres n'avaient pas été là... Je me tourne vers elles brusquement, une question suspendue aux lèvres mais que je n'ose pas poser. J'ai beau tourner cette question dans tout les sens, je ne comprends pas. Je me contente de leur lancer un regard étrange, laissant la question en suspend entre nous. Pourquoi?


- Bon, et si on se magnaient de sortir de là? Le décor va finir par me rendre claustro à force.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] | Ven 6 Sep - 12:28

Eryn s’en voulut immédiatement d’avoir gaffé, mais n’en montra aucun signe. D’ailleurs, elle répondit à Sasha sans même lui accorder un regard, trop occupée à chercher une barre énergétique quelque part dans les fin fonds de son paquetage.

« C’est ma mutation qui veut que je connaisse les vôtres, voilà tout. »

Plus la peine de chipoter pour si peu ; June n’était probablement pas en état d’assimiler l’information – elle n’avait pas tellement confiance en cette jeune femme qu’elle assimilait sans mal à une chapardeuse crasseuse – et la blondinette semblait vraiment avoir besoin de réponses. C’était qu’une gamine après tout. Sans compter qu’elle voulait l’orienter vers la communauté de Jake Caldwell et qu’il faudrait bien lui révéler qui l’envoyait.

Cracher le morceau sur sa mutation avait aussi quelque chose de rassurant, comme si elle ne dévoilait pas une faiblesse ou une part de sa personnalité, mais plutôt un atout. C’était comme quand elle se lançait dans une mission entourée de toute son unité, ou avec un avantage décisif, qu’il fût en matière d’équipement ou d’information. Voilà, l’information était la clé de toute victoire, connaître plus de choses sur l’ennemi, c’était le cerner et l’opportunité de l’écraser. Bien entendu, révéler sa propre mutation ne constituait aucun avantage particulier si ces deux filles décidaient de s’en prendre à elle. Et elles ignoraient qu’elle était une ex membre des forces spéciales. Elle gardait ses atouts les plus létales bien en poche et saurait en faire usage. Oh, bien sûr, elles ne constituaient pas de danger pour Eryn… Mais, sa paranoïa revenait toujours au galop lorsqu’elle se trouvait en situation de crise. Cette prudence extrême s’appliquait donc à son quotidien, vu que San Francisco était en crise constante, non ?

Enfin, elle mit la main sur cette satanée barre et obligea June à l’ingérer. User de la force n’était pas forcément la meilleure idée, surtout vu la réaction de madame-sucre, mais déjà des échos lui parvenaient depuis l’endroit qu’elles avaient quittées, et elle ne pouvait pas se permettre de traîner davantage. Elle espérait juste qu’un métabolisme aussi accéléré lui permettrait aussi d’intégrer les glucides suffisamment rapidement. Et que la barre suffirait à faire carburer la peste suffisamment longtemps. C’était très probablement sa dernière.

Heureusement, il semblait que l’effet était immédiat. Et visiblement, un merci écorcherait gorge et orgueil à l’autre grognasse. C’était l’hôpital qui se foutait de la charité venant d’Eryn, mais elle ne lança qu’un regard acerbe à June en réponse à son regard interrogateur. Elle songea que Sasha devait se sentir bien oppressées, perdue dans les égouts accompagnée de deux femmes mal lunées. Autant dire qu’elle avait tiré le jackpot. Mais s’il y avait une réponse à la question tacite de June, Eryn ne la connaissait pas. L’accro du sucre aurait pu ne reprendre conscience qu’une fois nourrie par perfusion à Alcatraz et n’aurait pas été en mesure de vendre Eryn et Sasha. Elle aurait pu clamser avant. Mieux encore : sa découverte aurait détourné l’attention des Peacekeepers. Eryn deviendrait-elle humaine ?

« Par ici. »

Elle indiqua du menton la direction qui lui paraissait plus à même de les sortir de ce pétrin. La zone vers laquelle elles se dirigeaient les rapprocherait du repère de Caldwell auquel elle enverrait Sasha. C’était plus sûr.

« Sasha, conserve une luminosité très basse et ouvre la marche pour nous éclairer. »


Il ne fallait surtout pas que la lueur attirât leurs poursuivants et donc il était essentiel que Sasha marche en tête. June devrait, logiquement, fermer la marche, mais Eryn hésitait quelque peu à lui laisser ses arrières. Elles n’auraient qu’à marcher côte à côte, en espérant que cela ne les handicaperaient pas dans un passage plus étroit. Sasha accepterait-elle de prendre la tête de l’expédition, ou serait-elle trop effrayée ? Après tout, ce n’était encore qu’une gamine…

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Let's make this a meeting! [Terminé !] |

Revenir en haut Aller en bas

Let's make this a meeting! [Terminé !]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Deserted Districts-
TopBottom
Ouvrir la Popote