AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Neo Corp. vs Hunter : First Round

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Neo Corp. vs Hunter : First Round | Lun 22 Juin - 20:25

Assise sur la terrasse d’un café huppée de la Bright, Charlotte vérifiait ses mails une énième fois, histoire de se tenir au courant de ce qu’il se passait au bureau en son absence. Elle avait chargé une stagiaire d’un dossier plutôt important, et celle-ci la bombardait littéralement de mails, pour s’assurer qu’elle ne faisait pas d’erreurs. C’était quelque chose qui l’agaçait, ce manque d’autonomie, mais elle n’avait trouvé personne d’autre pour s’en charger. Ses collègues n’avaient pas le temps, et elle-même était chargée d’une mission particulière en cette journée ensoleillée. Et pour une fois, Charlotte aurait préféré rester enfermée dans son bureau plutôt que de profiter de cette chaleur.

Elle avait abandonné sa veste, posée soigneusement sur le dossier de sa chaise et avait retroussé les manches de son chemisier blanc. Lunette de soleil sur le nez pour arriver à voir quelque chose sur l’écran de son portable, elle attendait son rendez-vous avec impatience, déjà pressée d’en finir. Durant des semaines, un contact mystérieux demanda régulièrement à voir un représentant de la Neo Corp. parce qu’il détenait des informations capitales. Ce n’était pas le premier message de ce genre qu’ils recevaient mais devant l’insistance et la façon d’écrire, Gallagher jugea que cette personne pouvait se révéler intéressante – pour Charlotte, il était juste trop curieux. Elle fit l’erreur de lui conseiller de ne pas y aller en personne : il décréta alors que c’était à elle d’y aller, et personne d’autre. Elle essaya de le faire changer d’avis, mais sa décision était déjà prise. C’était Charlotte qui irait, ce n’était pas négociable. Il lui laissa quand même choisir le lieu, tout se conclut rapidement. Et la voilà qui attendait donc, un thé glacé devant elle à la place de son habituel café. C’était plus de saison, de toute façon.

Essayant d’être aussi naturelle que possible, Charlotte tourna la tête pour vérifier que les agents qui l’accompagnaient étaient toujours en vue : ne connaissant pas la personne, elle avait exigé d’être escortée un minimum. Manquait plus qu’on l’enlève pour essayer de faire chanter son patron en plus ! Elle n’était pas persuadée qu’il serait bien réceptif à ce genre de manœuvre. Assis à quelques tables d’elle, un premier agent en civil lisait un journal. Un autre se trouvait sur le trottoir d’en face. Et un troisième passait régulièrement, restant en mouvement. Dans un lieu public, elle espérait n’avoir pas grand-chose à craindre. Elle n’était pas paranoïaque, mais elle préférait rester prudente quand même : il y avait trop à perdre en ce moment et elle tenait à la vie.

Alors qu’elle répondait à un nouveau mail de sa stagiaire, essayant de lui faire comprendre qu’elle n’était pas tout à fait disponible, son regard fut attiré par un homme qui traversait la terrasse et semblait avancer dans sa direction. Serait lui, le mystérieux contact ? Il n’avait laissé aucune indication, contrairement à la description plutôt détaillée d’elle que son patron avait jugé bon de lui donner – description qu’elle avait préféré ne pas lire en entier. Elle leva ses lunettes, les calant sur sa tête : pure politesse de sa part, n’appréciant pas elle-même de ne pas voir les yeux d’une personne quand elle lui parlait. L’homme, plutôt imposant, s’arrêta à sa table. Elle décida de s’assurer de son identité tout de suite, pour être fixée : elle n’avait pas l’intention de traîner indéfiniment ici. C’était du temps perdu, un risque de canular et elle estimait avoir mieux à faire.

« Je suppose que c’est vous qui avez pris contact avec la Neo Corp. ? »

Si ce n’était pas lui, elle se sentirait bien stupide. En même temps, comment aborder un homme dont on ne savait rien ? Elle attendit quand même une confirmation de sa part, avant de se lever, posant son portable sur la table. Elle lui tendit alors la main pour se montrer le plus professionnel possible et peut être déstabiliser la personne si lui ne l’était pas, s’il n’était là que pour s’amuser.

« Charlotte Hawkins, enchantée. »

Elle reprit place, voyant du coin de l’œil l’homme chargé d’assurer sa sécurité baisser son journal. Elle se força à sourire et ne pas laisser paraître son ennui à l’idée de passer l’heure à écouter un baratineur. Cependant, elle savait donner le change : c’était des années de pratique aux côtés de Gallagher et de tous ces gens qui essayaient de se rendre intéressant.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

*Toc-toc* Sarah Connor ?

Masculin

MESSAGES : 18
Points : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Drake Carter
*Toc-toc* Sarah Connor ?
Message Sujet: Re: Neo Corp. vs Hunter : First Round | Mer 24 Juin - 11:19

Drake Carter prenait aujourd'hui un risque énorme : se rendre dans la Bright alors que les Hunters étaient là-bas considérés comme des extrémistes de la pire espèce n'était pas vraiment une bonne idée... C'était une excellente idée, et un risque parfaitement calculé. Si la Néo-Corp acceptait de l'écouter en plus d'avoir entendu son appel, il se pourrait que les choses changent pour les Hunters, et que leur activité soit reconnue d'utilité publique. Et sanitaire, car les mutants étaient comme un virus dans San Francisco, et les Peacekeepers n'étaient que les globules blancs d'un organisme moribond incapable de résister. Drake Carter voyait son organisation comme le remède définitif à cette invasion microbienne et mortelle. Il fallait que le monde le comprenne. Et pour cela, il fallait que la Néo-Corp commence par l'accepter...

Le plus souvent vêtu d'un treillis militaire et d'un T-shirt noir assorti, Drake Carter s'attira des regards surpris ce jour-là en sortant de la base des Hunters : il portait un jean noir par-dessus des chaussures de la même couleur, et un T-shirt blanc au col en V qui mettait en valeur sa carrure. Il voulait faire bonne impression à la demoiselle qu'il allait rencontrer : il n'avait pas les moyens de s'offrir un costume sur mesure, même au marché noir, mais il avait conscience de l'importance que constituerait la première impression. Il fallait que ce soit la bonne. Aussi, pour l'occasion, ressortit-il ses RayBan aviateur, qu'il n'avait plus mises depuis son arrivée à San Francisco, et qui étaient restées au fond de son paquetage, en compagnie de ce fameux T-shirt blanc, le dernier qui soit encore intact dans ses affaires.

En vérité, il aurait pu s'acheter un costume, mais il préférait dépenser son argent dans les armes à feu, les équipements de protection et, surtout, les renseignements... justement, Drake avait mandaté un citoyen lambda pour surveiller le café de la Bright où il avait rendez-vous avec la jeune femme. Alors qu'il quittait le quartier des Hunters, son dispositif radio à courte portée vibra et transmit un signal positif : elle était là. Pas seule, évidemment, mais présente.

Eh bien, c'était parfait. Exactement comme il s'y attendait.

Dès qu'il approcha de la zone centrale de la Bright, vers les quartiers de loisir, Drake constata avec plaisir que son contact n'avait pas menti. Il ne se sentait pas à l'aise dans ce quartier, mais il fit en sorte d'avoir l'air détendu. Le soleil tapait fort, et il était heureux d'avoir ses lunettes – sans compter qu'elles dissimulaient en partie son visage, de manière fort commode. Il repéra ainsi rapidement une partie des agents postés autour du lieu de rendez-vous : la vieille avec son chien n'était pas assez voûtée pour être vieille, et ce type en costard près de la fontaine aux quatre dauphins... il était chauve et avait mal dissimulé son oreillette. Pas malin, le mec, surtout que, vu le soleil, il aurait pu se procurer un chapeau.

Drake repéra d'autres visages, qui n'étaient peut-être pas des agents mais auraient pu l'être. Il surprit un regard appuyé de la demoiselle qui l'attendait, un regard qui s'attarda sur une, deux personnes... de potentiels agents, donc, assis à des tables autour de la sienne. Drake hocha la tête avec satisfaction : plus de quatre chaperons pour ce rendez-vous seul à seul. Quelqu'un de haut placé le considérait dangereux, à la Néo-Corp.

Bien.

Sans chercher à se dissimuler ou à tenter d'approche discrète, Drake s'approcha du bar. Les regards des gens se tournèrent vers lui, celui de la jeune femme blonde l'accrocha et il se posta devant sa table, son ombre haute tombant sur elle, comme il avait le soleil dans le dos. Drake prit le temps d'apprécier son beau visage, de graver ses traits dans son esprit, et de retenir le nom qu'elle annonça lorsqu'elle se présenta. Ce ne fut pas difficile : ils 'agissait de la numéro 2 de l'entreprise. On le prenait donc au sérieux. Bien, là encore.

Très formelle et professionnelle, elle se leva pour lui serrer la main. Drake lui rendit sa poignée de main mais ne se présenta pas à son tour. Pas tout de suite. Il s'assit avec elle à la table, et lorsque le serveur se pointa, déclina l'offre de commander : pour peu que le restaurant soit à la solde de la Néo-Corp... on n'était jamais trop prudent. Drake remarqua le très rapide coup d'oeil que Mademoiselle Hawkins envoya sur la droite, confirmant l'idée que l'homme au journal était un agent. Elle n'avait visiblement pas l'habitude de ces rendez-vous secrets. Elle agissait comme un oiseau effrayé en quête de ses alliés.

"Enchanté également, répondit-il enfin en la regardant droit dans les yeux sans pour autant retirer ses lunettes de soleil. Je suis heureux que vous ayez accepté de me rencontrer. Je ne viens pas pour vous menacer mais pour vous avertir : j'ai constaté des mouvements suspects qui indiquent que votre organisation est en danger. Une certaine ex-prisonnière de notre connaissance cherche à pénétrer dans la Bright, et dans le quartier de la Néo plus précisément..."

Il marqua une très courte pause, observant l'effet de sa nouvelle sur le visage ciselé de Hawkins. Il reprit, afin de préciser:

"Elle n'y est pas encore parvenue, de toute évidence, raison pour laquelle j'ai accepté de prendre le risque de vous rencontrer ici : je ne voulais pas vous mettre en danger."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Neo Corp. vs Hunter : First Round | Jeu 25 Juin - 20:22

L’homme s’assit en même temps qu’elle, sans enlever ses lunettes de soleil. Il refusa de commander quelque chose quand le serveur approcha. Serait-ce un signe qu’il n’était pas là pour s’amuser ? Un bon point pour lui. Il ne perdit pas de temps pour entamer la discussion et Charlotte l’écouta, bien droite, plissant légèrement les yeux à cause du soleil. Elle se concentra sur ses paroles sans quitter des yeux son regard masqué par ses lunettes, essayant de tout assimiler. Elle devrait retranscrire l’intégralité de leur entretien à Gallagher : un exercice facile pour elle, si elle arrivait à comprendre les idées de cet homme.

La Neo Corp. était en danger ? Ce n’était pas nouveau. Même avant l’apparition des mutations, la tour était en perpétuel danger. C’était la raison pour laquelle Jeffrey Gallagher avait développé un système de sécurité inviolable : les intrusions dans le bâtiment étaient impossibles, ou alors il fallait vraiment être doué, ou travailler pour la Neo Corp. et en provoquer les failles. Charlotte ne comprenait pas tout de ces technologies : elle constatait juste que Gallagher arrivait à les vendre à d’autres entreprises et que les menaces étaient vite stoppées. Elle savait qu’en franchissant les portes de la Neo Corp., elle était en sécurité. Plus que dans n’importe quel autre endroit. Si Gallagher y vivait de toute façon, ce n’était pas pour rien.

L’ex-prisonnière dont il parlait devait être la Détenue 47, la mutante qui avait assassiné Jason Everwood, l’ancien capitaine des Peacekeeper. Elle ne voyait pas qui ça pourrait être d’autre : personne ne s’était échappé de prison dernièrement et c’était bien la seule qui pourrait être une menace. Mais encore une fois, la Neo Corp. était équipé contre les intrusions mutantes, peut être mieux que les Peacekeepers en patrouille. La mutante restait une menace, certes : c’était l’objectif numéro un des agents, ces temps-ci. Mais il y avait peu de chance pour qu’elle parvienne à entrer dans la tour : elle serait arrêtée bien avant.

Charlotte avait noté que l’homme ne s’était pas présenté. Parlait-il en son propre nom ou pour une organisation quelconque ? Il pourrait être un fou que ça ne l’étonnerait même pas. Les gens étaient capables de tout pour se montrer intéressants, c’était bien connu. Néanmoins, Charlotte décida de se prêter au jeu : son boulot, c’était de savoir s’il était sérieux ou non. Si ce qu’il pouvait raconter avait un intérêt pour l’entreprise. Pour le moment, il n’avait rien amené de nouveau, mais peut être avait-il d’autres informations, plus convaincantes ? Il lui avait répété ne pas être une menace : était-ce une manière de la rassurer ? Il disait prendre des risques, en venant ici. Alors, qu’est-ce qu’il avait à demander en échange de toutes ces informations ? Qu’est-ce qu’il gagnait dans tout ça ? Cette rencontre devait forcément être intéressée. Charlotte ne croyait pas un seul instant qu’il serait juste venu pour les avertir. Ça n’existait plus, les actes désintéressés : pas avec la quarantaine et toutes ses restrictions.

« Vous savez, des menaces, la Neo Corp. en subit tous les jours. Nous sommes parfaitement au courant des risques et la situation est maîtrisée. »

Charlotte posa ses bras sur les accoudoirs de sa chaise : elle essaya de se montrer diplomate, comme à son habitude, et lui faire croire qu’elle s’intéressait à ce qu’il lui racontait. La discussion aurait pu s’arrêter là, mais ce n’était pas le but. Il fallait découvrir qui était cet homme, et s’assurer que la menace ne venait pas de lui au final. Elle maudit son patron pour cette mission, qu’il lui avait confié uniquement pour l’embêter, bien qu’en la sachant capable de la mener à bien.

« Avez-vous au moins des preuves de ce que vous avancez ? »

Elle aurait pu lui demander comment il était au courant de tout ça, mais ça voudrait dire qu’elle croyait mot pour mot ses révélations. Or, à sa connaissance, les Peacekeeper n’avait envoyé aucun rapport concernant l’activité de la Détenue 47 autour de la Neo Tower.

« Vous êtes détective privé, ou quelque chose comme ça ? Vous ne m’avez pas dit pour qui vous travaillez. »

Il n’avait pas tellement la carrure d’un détective privé. Elle fronça les sourcils, cherchant à deviner ce qu’il pourrait être d’autre : un tueur à gages ? Un simple marchand participant à des choses pas nettes ? Peut être faisait-il partie d’une mafia quelconque, et qu’il était envoyé par eux. Charlotte en serait presque curieuse : en vérité, elle préférait surtout savoir à qui elle avait à faire avant de continuer. C’était un peu le but de cette rencontre aussi, connaître ce mystérieux informateur qui s’acharnait à les contacter.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

*Toc-toc* Sarah Connor ?

Masculin

MESSAGES : 18
Points : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Drake Carter
*Toc-toc* Sarah Connor ?
Message Sujet: Re: Neo Corp. vs Hunter : First Round | Mer 1 Juil - 18:14

La Néo-Corp se croyait invincible, recluse dans sa tour de verre et d'acier. Ses membres croyaient que la technologie de pointe dont ils disposaient pouvait les protéger de tout et de n'importe qui. Mais ils se trompaient. Croire n'est pas savoir, et parfois, même le savoir fait défaut... surtout face aux pouvoirs des mutants. Depuis l'incident, et malgré ses conséquences, la Néo-Corp avait oublié le sentiment de peur : drapés dans le voile de toute-puissance qu'ils jetaient sur la ville, dont ils contrôlaient plus ou moins les administrations, vu leur place centrale dans les récentes préoccupations locales, ils se prenaient pour des dieux. Des dieux invincibles. Aussi Drake ne fut-il pas surpris lorsque la jeune femme lui répondit sur un ton blasé que la NC faisait face à de nombreuses menaces, comme si ça n'était qu'une alerte de plus sur la longue liste de dangers qui rôdaient...

Ils allaient vite dégringoler de leur nuage, s'ils ne se réveillaient pas bientôt de leur rêve. Le pouvoir n'était qu'une illusion dangereuse.

Alors qu'elle parlait, Drake nota l'agacement qui brillait dans son regard comme un reflet joueur sur l'eau d'une piscine de produits toxiques. Pas étonnant que la catastrophe se soit produite si des gens comme elles dirigeaient la Néo-Corp : cela ne pouvait que mal se passer quand des inconscients jouaient à Dieu.

"La situation est parfaitement maîtrisée ?" releva-t-il en contenant son ironie. "Je vous prie de m'excuser, mais non : la prisonnière court toujours, et elle court vers vous. Je n'appelle pas ça de la maîtrise, ni du pouvoir. Tout au plus est-ce de l'inconscience de votre part, de savoir qu'elle vient et de ne rien faire d'autre qu'attendre le choc..."

Il inclina la tête, souriant légèrement pour amoindrir la reproche, et ce, sans moquerie : il venait vraiment pour les aider, et non pour les provoquer, même si la nature même de cette vérité qu'il venait de lui asséner pouvait tout à fait la mettre en colère. Il reprit tout de suite après, afin d'éviter qu'elle ne lui coupe la parole :

"Je n'ai pas de preuve matérielle, mais j'ai des témoignages. Nombreux, et confirmés par les croisements effectués par des équipes d'espions : la prisonnière 47 se dirige vers vous, elle s'est renseignée sur les plans de votre tour, votre équipement, vos gardes et leurs rondes."

Il posa ses mains croisées sur la table, image même de la force tranquille et de la sagesse militaire. Penchant un peu plus la tête en avant, afin de donner plus de poids à sa parole, il chuchota à l'adresse de son interlocutrice :

"Elle s'est échappée d'un endroit d'où il était censément impossible de s'enfuir, alors ce n'est pas une tour, même réputée inviolable, qui va l'empêcher de réussir. Pensez-vous que vos murs et vos jouets technologiques suffisent à la retenir ? C'est une mutante, aux pouvoirs imprévisibles : elle viendra, et elle aura ce qu'elle voudra..."

Les paroles flottèrent un instant, suivies d'un point d'interrogation silencieux : que voulait-elle, en effet ?

Drake plongea son regard d'obsidienne dans celui, plus clair et trouble, de Miss Hawkins. Il y décela un léger doute, qui s'envola presque aussitôt. Fière, prétentieuse, sûre d'elle. A moins qu'il ne se trompe... et il espérait se tromper. Il priait pour qu'elle l'écoute. Des vies, dont la sienne, étaient en jeu... Malgré la chaleur, Drake sentit un frisson glacé serpenter entre ses omoplates puis descendre le long de son dos.

"Pour ce qui est de mon identité, ne m'en voulez pas de la garder secrète. Mais j'ai été envoyé par Drake Carter, le leader des Hunters", mentit-il afin de protéger ses arrières. Si son nom circulait assez bien parmi les cercles importants, son visage n'était pas connu, autant que ça reste ainsi. "Et les Hunters veulent votre bien." souligna-t-il, ce qui était cette fois la vérité la plus absolue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Neo Corp. vs Hunter : First Round | Dim 19 Juil - 13:07

Charlotte retint du mieux qu’elle put son agacement : comment cet homme pouvait-il mettre en doute ses paroles ? Il ne travaillait pas à la Neo Corp. Il n’avait sûrement aucune connaissance en technologie de pointe, et encore moins concernant celles qu’utilisaient la Neo Corp. Cela faisait plus de neuf mois que la tour était à son niveau d’alerte sécurité maximale, jour et nuit : aucun mutant n’avait réussi à y pénétrer. Chaque personne venant de l’extérieur était consciencieusement fouillé. La Neo Corp. était la mieux placée pour lutter contre les mutants parce que c’était eux qui avait crée toute cette situation – mais ça, l’homme n’était pas censé être au courant – donc si elle avait la prétention d’avancer que la Neo Corp. était inviolable, c’était parce qu’elle savait de quoi elle parlait. Concernant la traque de la Détenue, les Peacekeepers travaillaient sur sa capture et, si elle s’approchait de la tour, tout le monde saurait qui elle était : elle serait vite neutralisée. Non, pour Charlotte, il était impossible qu’elle puisse entrer. Si elle avait assassiné le shérif, c’était parce que le niveau de sécurité de la station de police n’était pas aussi élevé que celui de la Neo Tower. En plus, ils n’étaient pas préparés. Là, tous savaient de quoi de cette mutante était capable.

La secrétaire voulu intervenir mais l’homme reprit la parole trop rapidement, la coupant dans son élan. Elle continua de l’écouter, essayant de montrer toujours autant de patience. Il parlait d’informateurs, de témoignages. Charlotte se demandait bien comment il pouvait être mieux informés que les Peacekeeper ou que la Neo Corp. Ils avaient des espions de partout, des personnes de confiance. Pourtant, rien n’indiquait une attaque imminente de la mutante. Ou alors, on cachait des choses à Charlotte : elle garda cette idée dans un coin de sa tête, pour questionner Gallagher sur le sujet.

Il n’avait pas tord quand il disait que la mutante s’était échappée d’un endroit réputé inviolable. Ce fut une erreur de considérer Alcatraz comme telle, une erreur qui leur avait servi pour renforcer la sécurité de la Neo Tower. Charlotte ne comprenait pas non plus pourquoi la mutante voudrait prendre autant de risques pour entrer dans la tour. Elle était libre, plus ou moins, alors, ne pouvait-elle pas en profiter le peu de temps que cela allait durer ? En se jetant directement dans la gueule du loup, elle retournerait à son poing de départ, mutation imprévisible ou non. Une simple vengeance pour le traitement subi ? Charlotte était au courant des horreurs d’Alcatraz, bien que préférant l’ignorer, mais elle ne comprenait pas l’intérêt de vouloir se venger et d’anéantir toutes les chances de pouvoir sortir un jour de la ville. L’homme savait-il quelque chose de plus, qu’il cachait ? La mutante et lui s’étaient-ils rencontrés ? Un léger silence s’installa, et la blonde fronça légèrement les sourcils pour y réfléchir.

L’homme lui révéla ensuite, à moitié, son identité : il faisait donc parti des Hunter. Pendant un long moment, Charlotte avait cru que ce groupe n’était qu’une sorte de légende urbaine inventé par les citoyens pour se faire peur. Toutes sortes d’histoires avaient été inventées depuis la quarantaine : tous devenaient paranoïaques et les rumeurs couraient très vite. Du coup, ce n’est que lorsqu’elle découvrit les rapports des agents de terrain et des Peacekeeper qu’elle a commencé à mettre en doute cette rumeur. Et si c’était vrai ? Et si des gens, extrémistes, allaient si loin qu’ils voulaient exterminer toute une partie de la population juste pour sortir de la ville ? Aujourd’hui, ce n’était plus une légende : ils avaient des preuves que ces personnes existaient bel et bien. Ce qui était désolant pour Charlie : même si elle craignait les mutants, jamais elle ne pourrait décider de son plein gré d’en tuer un pour le simple fait qu’il existe. C’était quelque chose qui la dépassait, tout simplement.

« Les Hunters tuent des gens que nous essayons de sauver. Je ne suis pas persuadée que vous voulez notre bien, comme vous le dites. »

Ils empêchaient les scientifiques de la Neo Corp. de mener à bien leur expérience et les Peacekeeper de ramener les mutants à Alcatraz. Alors, elle n’arrivait pas vraiment à le croire sur parole, lorsqu’il disait ne pas leur vouloir de mal. Enfin, maintenant, elle pourrait dire à Gallagher que les personnes qui le harcelait depuis des semaines n’étaient que les Hunter. Après, ce serait à lui de prendre la décision finale : leur faire confiance, ou pas.

« Nous ne sommes pas naïfs. Nos agents travaillent jour et nuit pour retrouver cette personne dangereuse : c’est l'une de nos priorités et celle des Peacekeepers également. »

Elle tenait à le préciser car, à l’écouter, ils faisaient l’autruche en ignorant cette menace.

« Si vous avez des informations pour la retrouver, je vous invite à vous rendre au poste de police, et à trouver un Peacekeeper pour faire une déposition. »

A faire son devoir de citoyen, en d’autres termes, et arrêter de travailler de son côté, avec les Hunter. Les Peacekeeper essayaient de récolter un maximum d’informations, d’appels à témoins pour retrouver la trace de la mutante. Si ses éléments étaient vrais, ils seraient certainement utiles à l’enquête. Puis, par simple curiosité, Charlotte continua :

« Selon vous, qu’est ce qui la pousserait à entrer dans des locaux où elle serait rapidement neutralisée ? »

Elle voulait connaître sa théorie, même si elle connaissait plus ou moins la réponse, la seule qui lui venait à l’esprit étant la vengeance. Et c’était également une manière de voir s’il ne savait pas plus de choses sur Alcatraz : tout le monde savait que l’endroit était quasi impénétrable. Quant à ce qu’il s’y passait vraiment, c’était une autre histoire.


Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Neo Corp. vs Hunter : First Round |

Revenir en haut Aller en bas

Neo Corp. vs Hunter : First Round

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Backstage :: Free Zone :: Back to the Past-
TopBottom
Ouvrir la Popote