AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

The lies of a broken soldier [Drake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: The lies of a broken soldier [Drake] | Dim 21 Juin - 17:45


San Francisco, 7 semaines après la catastrophe.

Le retour de mission se fit dans une grisaille lugubre : un crépuscule cendreux épousait les déchirures de la ville dévastée.

Eryn, Harper et une jeune recrue s’étaient levés à l’aube pour arpenter les quartiers dévastés. Le chaos ambiant ne différait pas d’une zone de guerre, et les deux militaires avaient évolué dans le milieu hostile avec l’assurance des prédateurs. Prudents, rodés à l’exercice, ils formaient un binôme de choix. La recrue, par contre, ne partageait pas leur flegme de prédateur, n’était pas pétri de ces réflexes spartiates. Son manque d’expérience le rendait gauche, sous le poids de l’équipement, et il gardait constamment sa main bien trop près de son arme. Zélé, furieux et agressif, il guettait avec impatience l’instant où il pourrait enfin zigouiller du mutant. Il parlait trop. Ce comportement exaspérait Eryn, et elle se demandait comment Olivia faisait pour supporter ceux qui venaient grossir leurs rangs. Heureusement la présence silencieuse et coutumière d’Aaron rendait l’expédition journalière un peu plus tenable.

Eryn tolérait mal la tournure que prenait les événements et cette soif de sang chez certains. Déjà, dans les rangs de l’armée, ces fous de la gâchette, ces tueurs déguisés en patriotes, elle ne pouvait pas les blairer. Le mépris fielleux qu’ils lui inspiraient aboutissait souvent en disputes et bagarres, une fois que les supérieurs avaient le dos tourné. Mais ces êtres détestables avaient au moins une formation digne de ce nom, n’étaient juste une bande de profanes qui s’imaginaient dans un film ou dans un jeu, la tête farcie de clichés et de mythes. Nombreuses seraient les Hunters en herbes qui ne survivraient pas plus de quelques semaines.

Quelques semaines…
Cela faisait déjà près de trois semaines qu’ils avaient appris l’atterrante nouvelle. Ils ne quitteraient pas la zone. Ils étaient condamnés à survivre dans ce milieu inhospitalier, à faire face à une menace qu’ils ne comprenaient même pas. Aujourd’hui encore, les mutants qu’ils avaient croisés possédaient des capacités monstrueuses ; un d’entre eux, elle en était presque sûre, avait des yeux qui brillaient dans l’obscurité d’une ruelle, de cette lueur phosphorescente propre aux vers luisants. Tout l’entraînement du monde ne pourrait l’exempter de cette peur face à l’inconnu, cette appréhension qui se lovait dans sa cage thoracique et qui, parfois, menaçait de l’étouffer.

Pourtant, ce n’était pas tant le fait d’affronter des mutants qui l’angoissait le plus : c’était cette façon dont elle pouvait deviner quels individus avaient développé une mutation. Elle n’avait rien dit, elle avait bien trop peur de la réaction de ses camarades. Et s’ils décidaient de l’exécuter sur le champ, elle aussi ? Parce qu’il fallait bien se rendre à l’évidence : sa toute nouvelle capacité, ce sixième sens incongru, ce n’était pas une bénédiction tombée du ciel pour sauver sa patrie, non.

Eryn était contaminée.

La pensée avait rapidement fait son chemin jusqu’à son esprit, d’abord sous la forme d’une crainte sourde, un simple murmure qui chuintait parmi ses pensées. Puis, le murmure s’était mué en véritable hurlement de conviction, comme si tout son corps avait besoin qu’elle reconnût sa propre appartenance à cette engeance nouvelle. Alors, elle ignorait ses craintes et usait de cette malédiction pour faire son boulot. De façon discrète, bien sûr ; chaque fois elle prétendait avoir vu quelque chose que ses coéquipiers n’avaient pas remarqué, ou esquissait un geste pour faire réagir le potentiel mutant. Mais elle ne se méprenait pas : son succès allait bien finir par attirer les soupçons.

Quand ils passèrent les portes de la Base, ils purent enfin relâcher quelque peu leur attention ; la tension familière qui habitait le corps d’Eryn se relâcha. Du coin de l’œil, elle repéra Liv qui était perchée sur un immeuble du complexe, occupée à monter la garde. Elle ne pouvait pas déchiffrer les traits de sa meilleure amie à cette distance, mais elle savait très qu’Olivia devait suivre leur progression dans le viseur de son arme ; elle lui adressa un petit clin d’œil triomphant pour la saluer – et conserver les apparences – avant de pénétrer dans le bâtiment principal.

D’un accord tacite, elle laissa à Harper le soin du débriefing de la recrue, tandis qu’elle se dirigeait vers le « bureau » du Lieutenant Carter. Elle serait chargée, une fois de plus, de faire son rapport. Le nombre de mutants qu’ils avaient exécuté. L’évolution dans les quartiers. L’efficacité de ces tout nouvellement créés Peacekeepers. Tous les détails dignes d’intérêt. Et ils étaient nombreux, comme souvent, car c’était en connaissant le terrain et les différents facteurs sur le bout des doigts qu’ils pourraient espérer mener la mission à bien.

Eryn frappa à la porte, attendit qu’on lui autorisa l’entrée, puis pénétra dans la pièce désormais familière. S’ils avaient laissé tomber les conventions militaires pour une meilleure intégration des nouveaux Hunters, elle conservait une attitude martiale. Bien droite, les mains croisées dans le dos, elle patientait en silence.

Ce faisant, elle observait son supérieur, son chef, cet homme qu’elle avait plus d’une fois suivi au cœur de l’enfer. Depuis qu’il l’avait engagée, son sentiment de fierté, l’admiration débordante qu’elle lui portait, rien de tout cela n’avait décru. Elle s’en voulait de lui mentir, de lui dissimuler sa contamination. Mais pire encore, il y avait ces esquisse de doutes au fond de son cœur qu’elle tâchait d’ignorer, mais qui distillaient une crainte lancinante dans ses veines.

Prenant une profonde inspiration, elle se prépara à cette épreuve quotidienne.

Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

*Toc-toc* Sarah Connor ?

Masculin

MESSAGES : 18
Points : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Drake Carter
*Toc-toc* Sarah Connor ?
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Dim 21 Juin - 20:24

Il n'y avait pas que des avantages à diriger : en plus de la solitude - qui ne le dérangeait pas outre mesure - et le poids des responsabilités - avec lequel il avait appris à faire -, il y avait surtout toute cette foutue paperasse que même l'illégalité la plus totale des Hunters ne lui épargnait pas. A défaut de tenir ses propres comptes, Drake Carter se faisait un devoir de surveiller les faits et gestes de la Néo-Corp, et de certains individus suspects placés à des hauts postes de la ville, et qu'il pensait être des mutants dissimulés. Sans compter ses propres hommes, qu'il tenait à surveiller de loin, juste par mesure de précaution. Cela faisait énormément de rapports à lire, et de liens à établir entre les différents éléments. Beaucoup de notes, et de schémas, ainsi que d'ébauches de plans qu'il n'élaborait que dans sa tête afin d'éviter toute tentative d'espionnage de leurs activités.

En supposant qu'aucun mutant ne puisse lire mes pensées passées et présentes... ah, ces mutants, ils compliquent tout décidément.

Relisant la première phrase du rapport pour la dixième fois au moins, Drake Carter se prit la tête entre les mains, et il se serait volontiers écrasé le front contre le bureau s'il n'avait pas attendu le retour imminent d'une équipe. Cela aurait plutôt mis à mal son image de leader charismatique... Drake sourit à sa propre blague, ce qui le revigora un peu et lui donna assez de concentration pour tenir trois-quart d'heures de plus.

Ce n'était rien de très urgent ou de très important : il s'agissait des rapports habituels sur les membres de ses équipes. Il recevait très régulièrement ces courts dossiers de la part d'un observateur extérieur, payé pour être neutre et impartial. Celui-ci suivait les équipes de très loin sur le terrain. Dernièrement, il avait noté le caractère irascible et les absences répétées d'un des premiers membres des Hunters, qui réagissait lentement au cours des combats. Drake pensait qu'il était victime d'un très léger syndrome post-traumatique qui le sonnait pendant les batailles. Si cela s'aggravait, il faudrait lui donner un rôle qui le mette moins en danger et qui, surtout, n'impacte pas sur la survie de ses coéquipiers si jamais ces absences devaient gagner en puissance...

Le silence sépulcral du bureau de travail à la propreté impeccable et toute militaire fut interrompu par un bruit de pas en approche, rapidement suivi de quelques coups secs à la porte. Eryn Blake. Drake Carter n'attendait qu'elle, et il aurait reconnu son pas dans n'importe quel couloir sombre. Une femme de caractère, froide d'apparence mais loyale jusqu'à l'os. Une perle rare qu'il s'était fait un plaisir de former et d'intégrer à son commando d'élite.

"Entrez." dit-il avec l'indifférence que confère l'habitude.

Refermant le dossier d'observation des membres du commando en question, il se rencogna contre le dossier du fauteuil aux accoudoirs usés et posa les mains sur son ventre, le dos bien droit, attentif à sa recrue qui entrait et saluait. Il la fit mariner quelques secondes, sachant que l'impatience poussait souvent les gens à révéler des attitudes ou des émotions qu'ils souhaitaient dissimuler. Dernièrement, il trouvait que Blake se dissimulait un peu trop, en fait, dans ces moments-là, et s'il s'était agi d'une toute autre personne, il aurait dit que c'était justement suspect. Il plaçait néanmoins une grande confiance en elle, et s'il n'était pas dupe au point de la croire incapable de toute trahison, il ne la pensait pas capable de trahir sans une excellente raison.

Or, pour l'instant, il n'en voyait aucune.

Son regard noisette croisa le fer avec celui d'Eryn, plus sombre encore. Il n'y lut rien d'autre qu'une loyauté sans faille. Une lueur passa dans les pupilles noires de la jeune femme, vive et rapide comme une étoile filante, puis disparut. Drake hocha la tête et dit :

"Rapport de situation ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Dim 21 Juin - 22:29

Eryn resta droite, soutint le regard de Carter sans ciller. Il ne l’invita pas à s’asseoir, et donc elle n’en fit rien en dépit de sa fatigue, se conformant à sa ferveur docile.

C’était un problème récurrent quand on faisait partie d’un groupe soudé depuis trop longtemps, quand son chef et formateur prenait à cœur le bien-être de ses troupes, quand on partageait plus de temps avec ses frères d’armes qu’avec sa propre famille : on ne pouvait rien cacher.

En cet instant, Eryn avait cette impression désagréable que le lieutenant Carter pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. C’était probablement le cas. Combien de fois avait-elle manqué à ses habitudes ? Combien d’hésitations avait-elle marqué ? Quand est-ce que son mutisme était devenu trop lourd ? Eryn s’efforça d’écarter ces questions de son esprit : ressasser des erreurs potentielles ne ferait que lui donner un air inquiet qui ne lui seyait guère, qui ne ferait qu’attirer les soupçons.

De toute façon, la situation était éprouvante pour tout le monde, et toute l’équipe était plutôt à cran. Les écarts des uns et des autres étaient fréquents, surtout qu’il était difficile de garder toute sa tête dans ce métier. Eryn sourirait peut-être en son for intérieur si elle avait su que des mois plus tard, elle aborderait le sujet avec un parfait inconnu, membre du SWAT, autour d’un sandwich, d’une bouteille de tord-boyaux, et leurs flingues à portée de mains pour se trouer mutuellement le cuir si le besoin s'en faisait sentir.

Elle prit donc la parole, formelle comme à son habitude ; l’inquiétude qu’elle avait tenté de dissimuler aux yeux de son supérieur laissa place à la fatigue et un brin d’exaspération contenue.

« Nous avons eu trois cibles », commença-t-elle.

Eryn avait toujours économisé ses mots, et ses rapports s’avéraient plutôt concis. Plus tard, elle ferait parvenir au lieutenant un document rédigé avec des informations plus détaillées, qu’ils pourraient ensuite compiler et analyser ; l’âge, le sexe, le type de mutation… tout ce qui pouvait être noté et finalement résulter en un schéma, une constante, des indices, des probabilités. Ce qui importait, en l’occurrence, c’était que le nombre de proies qu’ils rencontraient chaque jour diminuait.

« On a longé le Blocus puis on est remonté directement du côté de Richmond. Le marché noir était plutôt calme, mais ça devient un vrai repère, selon les habitués. Le pillage des maisons s’est calmé aussi. Ça semble se stabiliser. »

Se décontractant quelque peu au fil de ses paroles, savourant probablement l’atmosphère bien plus familière – elle, Carter, un rapport de mission – plutôt que les rues dévastées et les mutations incompréhensibles, elle passa une main lasse sur son visage avant de remettre les mains dans son dos. Les semaines précédentes n’avaient été que violence et chaos, et de nombreuses fois, elle s’était interposé pour mettre fin à des altercations. Une perte de temps selon certaines langues de vipères, et son sentimentalisme lui avait valu des plaisanteries qu’elle aurait bien fait ravaler à coups de poing dans la tronche.

« Les patrouilles des Peacekeepers et les rumeurs sur notre compte portent préjudice à la traque,  les mutants se terrent. »

Traque.
Le mot lui venait si spontanément.
Dire qu’elle repérait les mutants d’un simple regard, ou même les yeux fermés. Cette sensation qui la tiraillait, c’était de la triche, quelque part. Mais ça, elle le gardait pour elle. De toute façon, elle avait un autre problème à agresser à son boss, et pas des moindres. C’était un sujet à polémique dans les rangs des Hunters depuis leur formation : les recrues. Wicket ne les appréciait guère, et elle non plus. Ils étaient inexpérimentés, ils manquaient cruellement de discipline. S’ils pouvaient être un atout sur le long terme, ils n’étaient pour l’instant que des boulets qu’ils se traînaient aux pattes.

Si dans le futur, Eryn se comparerait amèrement à un clébard égaré et les soldats en général à de bons toutous qui obéissaient aveuglément, ou les principes faisant office de colliers étrangleurs, et bien les recrues étaient ces espèces de chiots un peu tarés et bâtards, sans aucune dignité, ni principes et surtout particulièrement mal éduqués.

Elle savait que cette conversation pourrait s’avérer épineuse, mais elle devait quand même rapporter les divers incidents à Drake Carter, et ce fut avec un peu d’appréhension qu’elle rouvrit la bouche :

« Et... Je pense pas que c'était une bonne idée d’emmener… la recrue. »

Bordel !
Elle en avait même oublié son prénom dans son agacement. Cela ne lui ressemblait pas.

Une partie d’elle s’attendait un peu à ce qu’on lui répondît de façon abrupte que, de toute manière, elle n’était pas payée à réfléchir. Une autre ricana intérieurement que, de toute façon, elle n’était plus payée du tout.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

*Toc-toc* Sarah Connor ?

Masculin

MESSAGES : 18
Points : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Drake Carter
*Toc-toc* Sarah Connor ?
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Lun 22 Juin - 18:38

Chose inhabituelle, Blake s'accorda quelques secondes de réflexion avant d'effectuer son rapport. C'était la deuxième ou troisième fois que cela arrivait. Clairement, quelque chose lui pesait sur la conscience, ou elle se serait lancée bille en tête et directement dans sa diatribe habituelle. Pourtant, cette fois, elle semblait mesurer ses propos. Choisir ses mots avec plus de soin que d'habitude encore. Sans montrer de signe extérieur de suspicion, Drake guetta les silences, les pauses qui en disaient long. Il hocha la tête d'un air satisfait lorsqu'elle lui annonça que trois cibles avaient été abattues, et il eut hâter de barrer soigneusement leur nom et leur pouvoir sur le carnet où il lisait les noms des mutants notoires. Il ferait cela une fois le rapport papier reçu.

Il inclina légèrement le menton en avant lorsque Blake parla de stabilisation de la situation. Il n'aurait pas dit la même chose : c'était plutôt le calme avant la tempête. Mais quelle tempête ? C'était justement ce qu'il tentait de visualiser. Car lorsque l'ennemi restait "calme", c'est qu'il fourbissait ses armes, et ce n'était jamais bon signe. Les mutants étaient peut-être en train de s'unir, ce qui serait assez embêtant, étant donné la combinaison dangereuse de certains de leurs pouvoirs... et mettre à bas une organisation aux rets tentaculaires s'avérait à peu près 150 000 fois plus difficile que de faire la chasse à des cibles éparpillées et, donc, vulnérables.

"Les mutants se terrent", reprit Drake dans son esprit. Ensemble ou seuls ? Il serait peut-être de bon ton de calmer les traques pour un moment, et de se concentrer sur la localisation d'éventuels "nids", avant que des réseaux organisés ne se forment entre ceux-ci... Drake nota l'idée dans un recoin de son esprit.

Blake marqua soudain une longue pause, trop longue. Drake la regarda droit dans les yeux, la défiant de ne rien dire, mais la jeune femme céda et finit par avouer ce qui lui trottait dans la tête : les recrues. Drake s'y attendait. Il poussa un profond soupir et hocha la tête.

"Je suis tout à fait d'accord concernant les recrues. Ce ne sont pas des militaires comme nous, ils n'ont pas d'esprit de corps ni d'obéissance. Cela nous met en danger. C'était un risque nécessaire à prendre pour augmenter nos capacités d'action cela dit. Un risque calculé."

A son tour de prendre une seconde de réflexion, au cours de laquelle son regard se fit lointain, traversant la silhouette fine et sportive de Blake. Il revint soudain à la réalité, ayant pris une décision, et faisant d'une pierre deux coups :

"A partir de maintenant, les recrues seront interdites de missions en extérieur, du moins pour ce qui est des attaques. Nous leur réserverons les missions de préparation et d'observation. Cela devrait les aider à canaliser leur énergie et leur désobéissance."

Il grimaça un sourire d'excuse, se rappelant du combat qu'il avait mené contre Blake lors de son propre recrutement, des bleus qu'il lui avait donné, ainsi que de la leçon sous-jacente. Son expression se transforma en une large déchirure sur le bas de son visage, qui s'ouvrait comme un sourire d'animal féroce.

"Je vais leur enseigner l'humilité sur le terrain d'entraînement aussi, cela devrait les calmer." ajouta-t-il avant de se lever de sa chaise pour aller vers la machine à café. Il sortit deux tasses du tiroir, des sucrettes, et d'un signe de la main invita l'agent Blake à s'asseoir. Il avait à lui parler, d'un sujet qui impactait certes leurs activités, mais qui n'avait rien ici d'une accusation ou d'une mise en demeure officielle. Au contraire, il espérait qu'elle lui donne un avis franc afin d'évaluer les comportements des nouvelles recrues, notamment.

Il la vit aller s'asseoir du coin de l'oeil, silhouette gracile mais forte, et lui tourna le dos tout en préparant les boissons. Haussant la voix pour couvrir le ronronnement de la machine à expresso, il se lança :

"Je voulais vous poser une question qui ne vous engage à rien... vous savez que j'accorde une grande importance à votre opinion, et je m'interrogeais simplement, l'autre jour... en tant que Hunter engagé et gagné à notre cause, que feriez-vous si vous découvriez que vous étiez infectée ?"

Au même instant, il se tourna, tasse en main, et fixa le beau visage de sa subordonnée. Il déposa le café devant elle, sur le bureau, puis prit sa propre tasse avant de regagner sa place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Mar 23 Juin - 13:39

Eryn fut soulagée de constater que Drake partageait son avis sur les recrues. Elle s’autorisa même un rire silencieux quand il mentionna la leçon d’humilité. Elle savait très bien ce à quoi il faisait référence. Sauf que, ce que les recrues verraient comme un moyen de les rabaisser, de les humilier, elle l’avait d’emblée pris pour une leçon, un test. Et Eryn Blake était une femme tenace, à ne pas en douter.

En cet instant, de l’évocation d’un souvenir commun au rictus carnassier de son supérieur, Eryn se sentait chez elle. Elle ne s’en rendait même pas compte, mais beaucoup de ses propres attitudes et expressions étaient calquées sur celles du lieutenant Carter – pas étonnant qu’elle fut si peu féminine par rapport à Liv. Les membres du commando étaient sa famille, et elle ne pouvait pas imaginer une vie sans eux.

Pas encore.

Eryn ne se fit pas prier quand on lui indiqua de s’asseoir. Elle se laissa tomber un peu lourdement sur le siège, ses jambes criant grâce. Même entraînée comme elle l’était, crapahuter toute la journée à travers San Francisco était épuisant, pas tant par l’exercice physique en soi, mais la tension constante qui crispait le moindre de ses muscles. L’odeur du café emplit la pièce ; que le lieutenant Carter partageât ce luxe avec elle l’emplit de reconnaissance. Après tout, l’Armée avait cessé de les approvisionner, s’attendant à ce que l’équipe s’en fût vivre tranquillement vivre dans la Bright parmi les Citoyens. Bientôt, ils seraient obligés de trouver des vivres au Black Market naissant, parmi les mutants, sans se faire repérer. S’ils commençaient à attaquer les gens en pleine zone d’échange, ce serait certainement signer leur perte ; on leur refuserait des vivres, tendraient des embuscades… Eryn était à peu près certaine que Carter avait pris tout ça en compte, et qu’il se réservait des recrues juste pour ces tâches quotidiennes aussi.

Le lieutenant Carter ne laissait jamais rien au hasard.

La preuve. Le voilà qu’il posait la question tant redoutée. Était-ce en toute innocence ? En quoi la question ne l’engageait-elle à rien ? Soupçonnait-il quelque chose ? Eryn fut prise d’un vertige, son cœur se mit à battre la chamade. C’en était presque douloureux, asphyxiant. Elle eut la présence d’esprit de ne pas déglutir.

L’avantage, c’était que la surprise qui se peignait sur ses traits ne la rendait pas coupable pour autant. Si Carter posait la question à n’importe quel membre de son équipe, il aurait tout un panel de réactions. Peut-être même que Wicket se mettrait à l’insulter. Probablement, même. Aucun d’eux ne voulait songer à ça. Ce serait le pire cauchemar pour un Hunter, que d’être étiqueté comme étant un « monstre » aux yeux de ses frères d’armes.

En silence, elle se tourna vers Drake Carter, sans prendre la peine de dissimuler sa crainte, affichant clairement qu’elle ne pourrait pas vivre comme étant une mutante. Essayer de rester stoïque (comme son entraînement le préconisait) dans une telle situation ne servirait guère à Eryn ; Drake devinerait à coup sûr.

Elle analysa la question avec soin, comme dans n’importe quelle situation. Reprit un peu contenance.

« Cela dépendrait de la mutation. Si elle est d’une quelconque utilité, je resterais à votre service. »

Elle décida de ne pas épiloguer là-dessus, les conditions du service en question, l’épreuve que ça serait. La détresse qui s’attardait dans son regard suffisait.

« S’il s’avérait que les… capacités comportent un risque ou un poids pour l’équipe… Dans ce cas, ce sera à vous de faire le nécessaire, non ? »

Eryn n’avait aucun doute sur l’intransigeance de son chef. On pouvait prendre soin de ses hommes, d’un blessé, à la limite d’un mourant, faire son possible pour ramener le corps d’un défunt au bercail. Mais un chien égaré dans la démence, une bête bouffée par la rage, on ne la traînait pas plus loin. On l’exécutait.

« En tout cas, la priorité serait de vous mettre au courant. »

Logique implacable.
Drake devait avoir toutes les cartes en main, quelles que fussent les circonstances. C’était une règle indéniable pour que le commandement se fasse sans accroc.

Elle fronça les sourcils, hésitante. La question qu’elle s’apprêtait à poser, elle l’aurait posée même si elle n’avait pas été visée, et probablement avec la même appréhension : si un autre membre des Hunters était infecté, elle ne s’en remettrait pas. Bien sûr, ce n’était pas le cas pour le moment, mais… Plus tard ?

Elle prit une profonde inspiration :

« Ne me dîtes pas que… L’un d’entre nous est infecté ? »


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

*Toc-toc* Sarah Connor ?

Masculin

MESSAGES : 18
Points : 145

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Drake Carter
*Toc-toc* Sarah Connor ?
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Dim 28 Juin - 15:02

Alors qu'il prenait place dans son siège aux accoudoirs usés, Drake Carter tenait la tasse brûlante entre ses doigts, appréciant sa chaleur. Il finit par la poser sur le bureau devant lui, et observa son interlocutrice à travers le léger filet de fumée qui s'élevait du liquide encore bouillant. Avec un intense sentiment de satisfaction, il vit la peur se peindre sur le visage de Blake – non pas qu'il se délecte de faire naître ce sentiment chez elle, mais une telle réaction le rassurait : elle ne tentait pas de dissimuler ses sentiments à ce sujet, elle lui accorderait donc l'aumône d'une degré de franchise élevé.

Lorsque la jeune femme se risqua à émettre son avis, elle parla tout de suite de l'utilité de la mutation, ce qui était une donnée importante, et parlante : commencer par un tel détail impliquait nécessairement qu'elle se place du côté Hunter de la force, et non du point de vue du mutant qui dormait potentiellement en elle. En eux tous.

En nous tous, se rappela Drake, se retenant de se tortiller sur sa chaise comme un enfant. Le scénario de sa propre contamination faisait partie de ses pires cauchemars. Il n'interrogeait pas seulement ses subalternes en posant cette question, il se la posait également. Il savait que tous y cherchaient une réponse, consciemment ou non, et pour Drake, la sécurité et la stabilité des Hunters reposait sur la transparence à ce sujet. Il voulait faire savoir aux membres qui le suivaient, depuis le début ou non, qu'une mutation chez un Hunter ne signifiait pas sa fin immédiate, ni son exil.

Sauf si la mutation s'avérait dangereuse et incontrôlable, bien sûr.

Des mutants au sein des Hunters... que Drake garderait de manière consciente, dans un but affiché. Un paradoxe ? Pas tellement. Après tout, les vaccins n'étaient-ils pas fabriqués à partir des maladies concernées ? Que les Hunters acceptent des mutants dans leurs rangs n'était pas si antithétique, de ce point de vue là. Et de toute manière, Drake ne haïssait pas les mutants : ce n'était pas tant les individus qu'il voulait détruire, que leur potentiel de chaos et de destruction.

Le risque. La destruction. Eryn Blake l'évoqua, et ce qu'elle dit ensuite le frappa tant le raisonnement était froid et désespéré : "Ce sera à vous de faire le nécessaire." Elle parlait, presque sans frémir, de le laisser lui mettre une balle dans le crâne. De mettre fin à ses jours, comme si sa vie n'avait aucune valeur.

Une petite mise au point s'impose, songea-t-il en cherchant les mots les plus adéquats pour exprimer ce qu'il avait à lui dire.

Il la laissa terminer ce qu'elle avait à dire, et commença ensuite par répondre à sa question :

"Non, personne n'est infecté..."

Il saisit la anse de sa tasse pour porter le café à sa bouche et souffler dessus. Il adressa un regard serein vers Blake et ajouta : "Du moins pas à ma connaissance."

Le café étant trop chaud, il le reposa sur le bureau avant de poursuivre, le regard riveté à celui de son interlocutrice : "Cela ne durera pas : étant donné la situation générale, l'un de nous finira par être infecté. C'est inéluctable, et en vérité, ce n'est pas important. Car si je vous pose la question, Agent Blake, c'est pour vous avertir que je ne vous mettrai pas une balle dans la tête si vous deviez muter. Non. Je vous laisserais la responsabilité de choisir la manière dont vous désirez vivre ou mourir, je crois que vous avez les épaules pour cela."

Son regard dur s'adoucit sensiblement. Il ne voulait pas la blesser ni lui faire peur, juste lui rappeler qu'elle pouvait avoir foi dans la chaîne du commandement. Confiance en lui, mutation ou pas.

"En vérité, je crois à l'adage "combattre le feu par le feu". Vous en êtes sûrement familière. Si des mutants venaient à émerger au sein des Hunters, et il y en aura... j'aimerais qu'ils sachent qu'ils n'ont pas à craindre d'exécution publique ou d'exil forcé. Ce n'est pas parce que leur nature change que leur conviction doit changer. Elle peut et doit rester la même : un monde sans mutation est un monde stable. Avec, en revanche... Vous voyez ce que je veux dire ?"

Ces derniers mots flottèrent dans l'air entre eux, comme une épée de Damoclès qui, au lieu de tomber, remonterait vers le maelstrom de pensées et d'angoisses d'où elle était née.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] | Lun 29 Juin - 13:37

Eryn éprouva un soulagement que trop bref quand le lieutenant Carter lui annonça que personne n’était infecté. Puis, placide, il ajouta le bémol qui lui serra son coeur dans un étau glacé. Voyait-il donc la contamination comme inéluctable ? Eryn espérait plutôt que seulement une catégorie d’individus pouvait être contaminée, que d’autres ne pouvaient pas être affectés par l’agent mutagène. C’était possible, non ? Que certains aient des dispositions et d’autres nom ? Aurait-elle été croyante qu’elle aurait prié de toutes ses forces pour que ses suppositions fussent des certitudes. S’ils étaient tous voués à muter, alors jamais on ne les laisserait sortir de cet enfer. Déjà résignée sur son propre sort, c’était pour ses camarades et pour sa soeur qu’Eryn s’inquiétait.

Elle serra les mains autour de sa propre tasse de café et darda sur son supérieur un de ces regards indéchiffrables, sans savoir si on pouvait y lire une forme de vulnérabilité ou bien une force inflexible.
Non, avait-elle envie de répondre. Non, elle n’avait pas les épaules pour cela. C’était un choix qu’elle préférait qu’on fît pour elle, car elle avait bien trop peur de ne pas être en mesure de choisir entre ses besoins égoïstes et ce que son devoir le dictait. Mais que Carter ne vit pas cette faiblesse chez elle la rassérénait quelque peu. La terrifiait, aussi, dans l’optique où elle aurait à faire ce choix.

Un pincement de lèvres vint barrer son visage alors qu’elle opinait du chef en assentiment. Son raisonnement aussi la terrifiait parfois. En mission, si l’un de ses camarades venait à devenir un danger pour eux tous, même s’il s’agissait d’Olivia qui se transformait en bombe à retardement, aussi déchirante pusse être la décision, Eryn prendrait la décision la plus radicale, en se convainquant que c’était ce que son amie aurait voulu. Réciproquement, elle était à peu près persuadée que Liv ferait la même chose qu’elle. Elles étaient faites de la même étoffe, après tout. Même si Olivia était plus sociable que sa comparse.

Toutes ces pensées, elle ne pouvait pas les proférer.
Elle se mura dans son silence caractéristique, ne donnerait au lieutenant que son avis strictement professionnel. Elle écouta donc, sans se laisser déborder par ses réflexions, focalisant toute son énergie sur les propos de Drake, et la rigueur toute spartiate reprit le dessus presqu’immédiatement. Certes, elle comprenait, oui elle ne pouvait pas approuver le raisonnement tout du long, mais elle ne pouvait qu’apprécier son caractère inflexible. Et la suggestion mûrit enfin en elle, et franchit ses lèvres avant qu’elle ne pût se retenir :

« Il faudrait recruter des mutants... »

C’était évident.
Leur équipement n’allait pas durer éternellement. Les stocks allaient s’amoindrir. Comment, diminués, pourraient-ils combattre cette menace autrement ? Ils avaient besoin des capacités surnaturelles des mutants pour lutter.
Le feu par le feu.

Les mutants seraient-ils prêts à traquer leurs congénères ? Certains peut-être, mais combien de temps ? Tous n’avaient pas la discipline implacable des militaires. Encore moins des Forces Spéciales. Ils n’avaient pas ces principes forés profondément dans le crâne, pas ce sens du devoir qui les tenaient en laisse.

Elle fronça les sourcils. Le recrutement n’était pas le souci premier en fait.
C’était davantage le côté imprévisible, instable. Un facteur qui jetait des inconnues dangereuses sur leur mission, qui pourrait leur être fatales sur le long terme.

Et surtout...

« Mais. Cela poserait problème à… à la fin. »

Le but ultime, c’était l’éradication complète des mutants.
S’ils formaient des mutants pour qu’ils grossissent les rangs des Hunters, leur arme pourrait bien se révéler à double tranchant. Encore un risque calculé ?

Elle étudia, curieuse, son supérieur, tout en trempant les lèvres dans son café pourtant trop chaud. Elle savoura l’arôme corsé et reposa la tasse, pour croiser les bras sur sa poitrine. Ce n’était pas là une posture défensive, mais plutôt perplexe. Quel était donc le plan de Drake Carter ?


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: The lies of a broken soldier [Drake] |

Revenir en haut Aller en bas

The lies of a broken soldier [Drake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Backstage :: Free Zone :: Back to the Past-
TopBottom
Ouvrir la Popote