AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Mer 15 Avr - 16:01



❝Tell me that you haven't
seen anything❞
Lawrence & Jen
« Allez… Encore un petit effort ! Tu y es presque… »

Ces petits mots, je me les répétais à chaque fois que j’étais ici. Dans cet immeuble abandonné situé dans la zone déserte de la ville. Habillée en noir de la tâte aux pieds, j’essayais de faire sortir du feu par la pensée mais c’était peine perdue. Ce soir je n’étais bonne à rien. La visite de Josh quelques jours auparavant y étaient peut-être pour quelque chose. Je n’en savais rien en fait. Mais les fantômes du passé quand ils faisaient leur réapparition, cela vous affectait que cela vous plaise ou non. Et puis, ce n’avait pas été déplaisant. Bizarre certes mais Josh était aussi mon ami. Un ami que j’avais rejeté comme j’avais rejeté tout et tout le monde après la mort de Ben. Bref, ce n’était pas vraiment le propos ici. Si j’étais venue dans cette partie désertique de la ville, c’était bel et bien pour m’entraîner mais il fallait croire que j’étais bonne à rien cette nuit. M’asseyant à même le sol, je pris une serviette dans mon sac pour éponger mon front où perlaient quelques gouttes de sueurs, preuve des efforts que j’avais fournis. Prenant le thermos de café, j’en bus quelques petites gorgées tout en repensant à mes progrès jusqu’à maintenant.

C’était peu de temps après la mort de Ben. Lors d’une de mes nombreuses nuits d’insomnie, j’errai comme une âme en peine à travers la ville ne faisant pas attention à ce qui se passait autour de moi. Inconsciente aussi du danger que cela représentait que de se balader ainsi en pleine nuit. Je n’en avais que faire qu’on me prenne pour une mutante – ce que j’étais en réalité – et que l’on m’enferme à Alcatraz, que l’on se serve de moi comme rat de laboratoire ou encore que l’on me tue. J’étais dans un tel état que plus rien n’avait d’importance. J’avais perdu ma raison de vivre et j’étais rongée par la culpabilité. Alors pourquoi n’avais-je pas mis fin à mes jours me demanderiez-vous. Je ne savais pas très bien. Enfin si, je le savais. Il y’avait deux raisons à cela. La première, par respect pour ma mère. Elle avait toujours été une femme très forte et même si elle avait été très abattue par la mort de mon père, elle s’en était relevée et je savais que c’était ce qu’elle aurait attendu de moi. Et la seconde pour Ben. Il avait toujours été très croyant et il m’aurait désapprouvé si j’avais tenté quoique ce soit pour attenter à ma vie. Désapprouvé et voulu aussi. Je n’étais pas particulièrement croyante. Je n’avais jamais réfléchi à tout ça avant ma rencontre avec Ben et même après. Je respectais ses croyances. Quant à les partager peut-être bien un peu. Mais je n’étais pas du genre à aller me recueillir dans une église ou à prier. Oh non, il ne fallait pas compter sur moi pour ça.

Enfin, c’était en errant que j’avais trouvé cet endroit. C’était parfaitement désert et curieusement ici le silence se faisait moins pesant que dans mon appartement rempli de souvenirs de mon mari. J’y étais restée toute la nuit, assise contre le mur. Personne ne m’avait dérangé cette nuit là. Ni les nuits suivantes d’ailleurs. J’avais donc pris l’habitude d’y venir deux ou trois fois par semaine, juste pour profiter de ce silence. Pour reposer un peu mon esprit. Et puis, une nuit quelque chose m’avait frôlé la jambe me faisant sursauté et poussé un petit cri. Ce n’était qu’un rat – j’avais une sainte horreur de ces bêtes – mais cela avait suffit à provoquer une réaction en moi. A cause de la frayeur, j’avais encore fait sortir du feu de mes mains et avait brûlé l’objet de ma peur sans le faire exprès. J’en restai toute tremblante et m’enfuis vers mon appartement pour m’y enfermer à double tour. Je passai le reste de la nuit à me demander quoi faire. Dans ces conditions, je ne pouvais tout simplement pas reprendre un semblant de vie normale. Il suffisait que je sursaute pour que je brûle tout ce qu’il y avait autour de moi… Les premières lueurs de l’aube apparaissaient dans le ciel quand je pris ma décision. C’est ainsi que depuis je passais plusieurs nuits dans cet endroit à m’entraîner. Si je ne voulais plus faire de mal autour de moi, il fallait que je maîtrise ce don que j’avais malgré moi.

Perdue dans mes réminiscences, je jouai machinalement avec ma main droite faisant apparaître et disparaître une petite flamme au creux de cette dernière. C’était quelque chose que je maîtrisais parfaitement maintenant. Un bruit me fit alors tourner la tête et mon regard se heurta à celui de quelqu’un… La flamme disparu aussitôt nous plongeant tout deux dans le noir complet.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar

A light glimmer in the shadows

Masculin

MESSAGES : 181
HUMEUR : Versatile
FEAT : Alex Pettyfer

Points : 631

Voir le profil de l'utilisateur http://mandragore.forumactif.pro/

Want More ?


Lawrence Even'eth
A light glimmer in the shadows
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Jeu 16 Avr - 0:27


Le mois d'avril était déjà bien entamé, mais la chaleur commençait seulement à se montrer. Alors que le renouveau apparaissait avec le printemps, les habitants de la ville de San Francisco, prisonniers depuis neuf mois déjà, tentaient de savourer le retour du soleil et des beaux jours. Une seule phrase résonnait pourtant dans les esprits : ' quand est-ce que ce blocage, que tout cela cesserait ? ', mais personne ne semblait avoir de réponse, pas plus le simple citoyen lambda que le grand ponte du gouvernement.

La vie n'avait pas été des plus faciles cet hiver pour bon nombres de gens abandonnés à leur triste sort, il y avait eu beaucoup de morts, beaucoup de disparitions aussi... mais cela on préférait ne pas en parler, comme si le simple fait d'évoquer cela pouvait attirer le mauvais œil sur soi, ou sur les siens. Certains gardaient une vie plus dorée que les autres... Et Lawrence faisait partie de ceux-là. Lui n'avait pas eu grande peine cet hiver, si ce n'est avec son entreprise qui ne cessait de ralentir ses activités. Du moins c'était la version officielle.

Car Lawrence n'était pas que cet homme bien propre sur lui qui vivait dans les quartiers relativement préservés de la ville dévastée, menant son petit bonhomme de chemin... Non, il était aussi cet autre, cet homme qui se dissimulait dans l'ombre pour aider les mutants à éviter les chasseurs et à rejoindre la résistance, ou du moins ceux qui se cachaient... Cet homme qui était aussi coupable de cacher ce que les autorités appelaient une grave maladie et que lui trouvait être un don. Cela avait été de plus en plus dur, surtout après qu'une détenue se soit échappée...

Aujourd'hui, il ne travaillait pas, on était mercredi et il avait posé un jour de congé. Pas qu'il ait vraiment à faire, mais il avait eu envie de souffler. Il avait passé une veste en cuir noire courte, et un simple jeans et s'était mis à déambuler dans la ville, passant devant un café qui lui rappelait une agréable soirée. Il n'avait pas vraiment envie de rester dans la belle ville, il avait besoin de changer d'air, et il s'était alors naturellement dirigé vers les quartiers plus déserts. Non loin de là où finalement tout avait changé pour lui. Il ne cherchait pas grand chose, il n'avait pas ouï dire que quelqu'un avait besoin de son aide, ou que quelque chose se passerait, non... il avait simplement envie, si pas besoin de se retrouver. Dans sa poche, pourtant, il gardait un bonnet, capable de dissimuler ses cheveux si d'aventure il devait fuir ou... faire quelque chose.

C'était un des coins les plus touchés par la catastrophe, un coin où plus rien ne fonctionnait, et surtout pas l'électricité... enfin... il la sentait courir dans le sol, mais elle était sans but... sans attache, plus aucun bâtiment ici n'était alimenté. Après tout... plus personne ne payait ses factures dans cette partie de la ville. Il se permet un sourire, il avait l'impression d'être en compagnie d'une amie qui appelait ses sens. Il passa une grande partie de la journée à se promener sans véritable but, oubliant même de manger. Pas que les échoppes courraient les rues non plus. Cela faisait si longtemps que les vrais marchés, et les vraies boutiques, n'étaient plus ouvertes en ces lieux. Pour la plupart, leurs devantures étaient brisées et elles avaient été pillées.

C'est alors qu'il la vit, cette petite lumière qui tremblotait dans un vieux bâtiment à la façade sombre, grisée par la saleté qui l'habitait.

" Une lumière ? Ici ? "

Elle n'aurait pas dû attirer son regard, mais l'intérieur de l'immeuble était tellement noir que Lawrence était sûr que sa vue ne lui jouait pas des tours. Il y avait quelqu'un ou quelque chose là-bas et ... il avait comme dans l'idée que ce n'était pas un animal. Ami ou ennemi ? Il penchait plus pour un ami... enfin une personne non tentée de l'agresser serait plus juste, une personne qui serait en danger si quelqu'un d'autre que lui percevait sa présence comme il venait de le faire.

Il ferma les yeux un instant, tentant de sentir la source de lumière, mais rien, pas même un petit chatoiement. Soit il était trop loin, soit la nature de cette dernière n'était pas de son domaine. Un feu peut-être ? Enfin, une torche plus tôt au vue la faible intensité. Il se dirigea vers l'entrée, trou béant ouvert sur la rue... la porte gisait en partie au sol, arrachée vraisemblablement, une partie du chambranle tenant toujours en place vaille que vaille.

L'intérieur semblait avoir été saccagé, de vieux meubles étaient poussés ça et là quand ils tenaient encore debout. Au sol, une bonne grosse couche de poussière et... des traces de pas qui menaient tout droit vers l'étage. Tentant d'être silencieux, le jeune homme se mit à gravir les marches, une fois parvenu sans encombre au sommet, il s'avança quelque peu dans la pièce, découvrant une jeune femme toute vêtue de noir lui tournant au trois quart le dos et sur sa main, une flamme dansant.

Tout à son observation, il ne vit pas la barre de fer qui gisait sur le sol et son pied la heurta. La barre de fer se mit à rouler sur le béton dans un joli carillon. Lawrence eut juste l'occasion de croiser le regard de la jeune femme qui venait de se retourner brusquement alors que le noir se fit.

* Et merde *

Il en était quitte pour l'approche discrète désormais, mais il avait au moins une chance dans son malheur, excepté si la femme était capable de voler, la seule issue était derrière lui... à moins qu'elle ne décide de s'enfuir dans les étages supérieurs...

" Je suis désolé, je ne voulais pas vous faire peur... ça vous dérangerait de rallumer la lumière ? "

Il souriait un peu, et dans sa voix on pouvait presque le sentir... Il espérait juste que la jeune femme ne décide pas qu'il était un ennemi et ne tente de le carboniser pour toute réponse. Et dire que d'habitude il était beaucoup plus prudent que cela... Pourquoi diable avait-il décidé d'entrer ici déjà ?


Spoiler:
 




Dernière édition par Lawrence Even'eth le Dim 24 Mai - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Dim 19 Avr - 11:24



❝Tell me that you haven't
seen anything❞
Lawrence & Jen
Le cœur battant à tout rompre, je retins ma respiration espérant bêtement que l’inconnu ne m’ait pas vu et qu’il reparte. Depuis le temps que je venais ici, personne ne venait ici pas même un chat. Au début, j’avais mis un petit piège à la porte pour m’avertir de toute intrusion mais personne ne venait jamais donc petit à petit ma vigilance s’était évaporée. Mais je le payai cher aujourd’hui. J’avais passé assez de temps dans cette pièce pour la connaître de fond en comble et je savais donc que la sortie était derrière l’inconnu. J’étais coincée…

Je restai là ne sachant que faire quand mon inconnu reprit la parole. Il avait parlé doucement comme si il craignait de m’effrayer. Ironique n’est ce pas ? On pouvait dire qu’il avait eu de la chance que je n’ai pas sursautée. Mais surtout qu’il ne m’ait pas surprise au tout début quand j’avais plus que du mal à maîtriser ce pouvoir. J’en aurais été quitte pour être l’auteur d’un deuxième meurtre et pas sûre que j’aurais pu supporter tout ça encore une fois.

Quoiqu’il en soit, il me demanda gentiment de remettre de la lumière. Je pouvais presque croire qu’il était en train de sourire en ce moment même. Je ne savais pas quoi faire. Le but de tout cet entraînement était justement que personne ne sache ce que j’étais réellement. Avais-je vraiment dit « CE que j’étais » ? Me considérai-je vraiment que comme une chose ? N’étais-je plus un être humain ?

Depuis la mort de Ben, je n’avais pas vraiment réfléchi à tout ça. L’instinct de survie avait pris le dessus. Je ne voulais pas devenir un rat de laboratoire et surtout j’avais compris que je devais cacher ce que j’avais développé depuis la catastrophe survenue à la Neo Corp. Je n’avais jamais pensé partager cette information avec quelqu’un. Même pas avec Josh qui pourtant s’apparentait le plus à ce qui ressemblait à une famille pour moi. J’étais une bombe à retardement alors je me devais de limiter les dommages collatéraux et ne pas impliquer des innocents dans ma galère.

Et voilà que je me retrouvai face à cette situation. Que devais-je faire ? Malgré sa voix douce, je ne pouvais me fier à cet inconnu. Qui me disait qu’il ne faisait pas ça pour essayer de m’amadouer et après me planter un poignard dans le dos ? Oui, rien ne me disait qu’il n’était pas une de ces personnes prêtes à tout pour éradiquer les mutants de la ville.

Prenant une inspiration, je portai la main à mon sac et en sortit une boîte d’allumettes. « Toujours avoir de quoi faire du feu sur soi, être toujours prêt à toute situation » telle était la devise de Ben. Devise qui allait me sortir de ce mauvais pas. Du moins je l’espérais. Faisant craquer une allumette, je la jetai dans un petit tas de papiers devant moi. Aussitôt les flammes s’élevèrent et un petit halo de lumière nous envahit. Soulagée, je soufflai un petit peu, n’étant pas sûre que le feu prenne. Il n’y avait plus qu’à espérer que cela suffise au jeune homme que je voyais maintenant.

C’était un jeune homme d’environs 25 ans. Blond avec des yeux bleus enfin je le pensais. Il avait gardé son sourire et quelque chose me disait que je pouvais lui faire confiance. Il y avait certaines personnes qui vous inspiraient confiance tout de suite et le blond faisait partie de ces personnes. Pour autant, je n’avais pas l’intention de lui dire quoique ce soit à propos de ce qu’il avait vu ou crut voir. Je le regardai un instant en silence avant de demander d’une petite voix

« Que faites-vous ici ? Ce n’est pas un endroit très sûr… »


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar

A light glimmer in the shadows

Masculin

MESSAGES : 181
HUMEUR : Versatile
FEAT : Alex Pettyfer

Points : 631

Voir le profil de l'utilisateur http://mandragore.forumactif.pro/

Want More ?


Lawrence Even'eth
A light glimmer in the shadows
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Mer 29 Avr - 23:55

Dans le noir profond, il avait entendu la respiration saccadée de la jeune femme. Elle était tendue et il le comprenait. Qui n'aurait pas été anxieux face à son secret dévoilé à un parfait inconnu ? Un secret qui pouvait bien vous coûter la vie... Combien de personnes n'avaient-elle pas été dénoncées ? Parfois même par l'être en qui elles avaient le plus confiance, et voila qu'il débarquait comme un fleur et la surprenait... Comment aurait-elle pu lui faire confiance directement ? Lui-même ne l'aurait pas fait, mais la jeune femme n'était pas lui et il n'aurait pas su prévoir ses réactions.

Un craquement, une petite flamme qui naît au bout d'un petit bâton et une légère odeur de souffre et puis une belle grande flamme vive qui danse et danse créant sur les murs des ombres fugaces, silhouettes fantomatiques presque fascinantes. Ce n'était pas ce que Lawrence avait attendu, mais il admirait l'idée de la jeune femme pour se sortir de sa situation. Quelqu'un qui n'aurait pas été certain de ce qu'il avait vu aurait sans doute pu se laisser prendre à son jeu... sauf que ce n'était pas son cas. Et elle avait beaucoup de chance qu'il ne soit pas un de ceux qui les chassaient.

" Oui c'est une idée "

Pourquoi faire mine de la croire ? La laisser s'enfoncer dans son mensonge ne l'aiderait pas à l'aider justement et ... il pouvait toujours se dévoiler lui-même si finalement elle n'arrivait pas à lui faire confiance, mais... Ce serait un risque. Un risque qu'il n'était pas encore sûr de vouloir prendre. Après tout, il devait d'abord vérifier qu'elle en valait la peine, et qu'elle n'était pas de l'autre côté surtout. Elle aurait pu choisir d'aider le gouvernement en échange d'une certaine liberté, ou d'une assurance vie. Ne disait-on pas qu'il fallait mieux combattre le feu par le feu ? Pour peu que le jeune homme en savait, le gouvernement aurait très bien pu faire appel à des mutants pour en attraper d'autres. Dans les films, cela arrivait parfois, pourquoi pas dans la réalité ? Les hommes les plus hauts n'étaient-ils pas les plus fourbes ? Il n'était pas si mal placé pour le savoir.


"L'endroit n'est certainement pas plus sûr pour vous... On voyait la lueur de vos flammes de la rue... Même si on ne pouvait se douter réellement de leur nature. Remarquez vous donnez admirablement le change pour quelqu'un qui n'aurait pas eu le temps de vous regarder plus longuement "

Il venait lui dire explicitement qu'il n'était pas dupe de son petit manège, mais il espérait qu'elle ne prendrait pas ombrage de ses paroles. Son but n'était pas de la braquer, mais il n'avait pas vraiment envie de tourner de longues heures autour du pot. Comme elle l'avait dit, l'endroit n'était pas sûr et s'il avait pu la voir, d'autres le pourraient encore s'ils passaient. Enfin ici son feu était bien plus bas, peut-être que la lueur serait moins visibles mais rien n'était moins sûr.


" Vous vivez par ici ? "

Était-elle seule ? Elle semblait l'être, mais il savait que les apparences pouvaient être trompeuses. Est-ce que ses paroles étaient une mise en garde pour lui ? Pour qu'il ne cherche pas à lui faire du mal car elle avait des amis dans l'ombre ? Elle semblait trop tendue que pour avoir une véritable assurance de s'en sortir, mais comme elle, il était seul... quoi qu'ayant beaucoup plus d'aplomb. Il savait pourtant qu'avoir trop confiance en lui pouvait lui jouer des tours... Mais il ne savait pas pourquoi, ici, dans cet endroit, avec elle, il ne se sentait pas en danger.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Lun 4 Mai - 1:51



❝Tell me that you haven't
seen anything❞
Lawrence & Jen
Apparemment cela ne lui suffisait pas au vu de ce qu’il me dit. Je n’avais pas l’intention de lui dire quoique ce soit alors autant le laisser croire ce qu’il voulait. En l’occurrence la vérité dans le cas présent. Il n’y avait jamais eu un chat dans les environs donc je ne pouvais prévoir que quelqu’un allait débarquer ce soir nan ? Si seulement je n’avais pas été aussi négligente… Si seulement j’avais laissé le piège à l’entrée… Mais l’heure n’était plus aux atermoiements. Avec des « si » on pourrait refaire le monde non ?

Je savais qu’il n’était pas dupe mais je n’allais pas confirmer ce qu’il pensait. Oh ça non pas question !

« Une bonne idée non ? »

Je souris quelque peu en lui disant ça. Il n’avait vraiment pas l’air méchant et je commençais petit à petit à me détendre. Je ne dirais pas que j’avais baissé ma garde mais ce petit quelque chose que j’avais entendu dans sa voix se reflétait sur sa personne. Il inspirait vraiment confiance. Mais ce qu’il rajouta ensuite me fit me raidir un peu. Ça faisait combien de temps qu’il m’observait comme ça ? Je ne voulais pas, non je ne pouvais pas m’être laissée surprendre de la sorte. Cela faisait des mois que je m’entraînais sans problème. Mais… il suffisait d’une fois comme on dit…

Prenant le parti de prendre ce qu’il avait vu à la légère, je laissai échapper un petit rire

« J’ai toujours eu la sale manie de jouer avec les allumettes… »

Mais voyant son regard, le rire s’éteignit sur mes lèvres. Ben me disait toujours que je ne savais pas mentir et le regard du jeune homme venait de me prouver une fois de plus que mon mari disait vrai. Soupirant un peu, je baissai la tête ne sachant quoi répondre. Je ne voulais pas dire à quiconque ce que j’étais devenue. Et voilà qu’un inconnu me surprenait de la plus banale façon qu’il soit ? Quelle ironie !

Je ne lui répondis donc pas. Mais tout dans mon attitude venait de confirmer ce qu’il venait de voir. J’étais furieuse. Non contre lui. Après tout, il n’avait rien fait de mal. Mais contre moi. Contre ma négligence. Contre ma stupidité. Et je sentais la peur me tirailler le ventre. Malgré son air avenant, je ne pouvais savoir qui il était réellement. Qui me disait que sous cet air d’enfant de chœur ne se cachait pas un Hunter chargé de traquer les personnes comme moi et les éliminer ensuite ? Pourtant, je me contrôlai. Dans d’autres circonstances peut-être aurais-je été fière de moi mais pas là. Pas comme ça. Pas sous le regard de cet homme qui semblait me dire d’arrêter de dire des conneries.

Je ne savais pas comment je devais réagir. Il dût le sentir car il chercha un autre moyen de me faire me sentir plus à l’aise…

« Pas très loin… »

Une fois de plus, je restais évasive ne voulant pas me dévoiler encore plus…

Puis le regardant, je lui demandai cash

« Que faites-vous ici ? êtes vous un traqueur ? »

Mon regard se fit plus déterminé. Si il voulait m’attraper, je n’hésiterai pas à le faire rôtir sur place.


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

A light glimmer in the shadows

Masculin

MESSAGES : 181
HUMEUR : Versatile
FEAT : Alex Pettyfer

Points : 631

Voir le profil de l'utilisateur http://mandragore.forumactif.pro/

Want More ?


Lawrence Even'eth
A light glimmer in the shadows
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Lun 4 Mai - 2:48


Longuement, le mot qu'il avait utilisé avait été un peu fort. Oh il avait eu quelques minutes pour l'observer avant qu'elle ne remarque sa présence, mais pas des heures comme son vocabulaire le sous-entendait. Cela dit, faire croire qu'on avait plus de cordes à son arc que la réalité était toujours une bonne idée. Parfois les gens se dévoilaient à vous en pensant que vous saviez déjà ce qu'ils vous racontaient. C'était là une technique de bluff connue dans certains milieux, et ce n'était pas pour rien.

Lorsque Lawrence la questionna sur son lieu de vie, son inconnue resta on ne peut plus évasive et quelque part, il s'y attendait. Elle avait eu beau manquer de prudence en ne se cachant pas vraiment alors qu'elle avait l'intention d'utiliser son don, il aurait été des plus stupides de sa part de révéler ensuite son logement à un illustre inconnu qui l'avait surprise. Elle ne semblait pas idiote, loin de là même, mais tendue, extrêmement tendue. La situation devait sans doute y être pour quelque chose et même s'il ne lui témoignait aucune hostilité et qu'elle semblait un rien moins sur ses gardes que lors de son dévoilement, elle était bien loin de lui accorder sa confiance.

" Un traqueur ? Est-ce un moyen détourné de me demander si je ne suis pas un stalker ? "

Il lui fit un petit sourire, il ne savait pas si elle gouterait la plaisanterie dans leur situation présente, aussi il ne laissa pas un grand vide s'installer et il enchaîna directement.

" Je suis désolé, la situation ne se prête sans doute pas à la plaisanterie, mais je voulais un peu vous détendre. Non je ne fais pas partie du gouvernement, j'ai comme qui dirait de bonnes raisons de ne pas vouloir fricoter avec eux. Trop de risques de... disparitions vous voyez ? "

De bonnes raisons de ne pas vouloir se faire connaître du gouvernement ? Assurément et pas que parce qu'il prenait un malin plaisir à écarter les mutants de leur chemin. Il était un peu un de ceux qu'ils recherchaient si activement, et pas que pour lui compter fleurette malheureusement. Il ne se doutait que trop bien de ce qui lui arriverait si les hunters lui mettaient la main dessus. Il ne risquait pas simplement l'enfermement. Cela aurait été une peine trop douce sans doute.

Lawrence se demandait ce que la jeune femme pouvait bien penser de lui. Un jeune homme débarquant ainsi dans sa vie, la surprenant dans son état le plus vulnérable... Un homme qui pouvait faire basculer sa vie dans le pire comme dans le meilleur. Elle semblait seule, trop seule, et il avait envie de lui venir en aide, ne serait-ce qu'en lui offrant une main de l'amitié. Mais accepterait-elle ? Entendrait-elle dans ses paroles qu'il était comme elle ? Ou penserait-elle qu'il avait d'autres raisons de ne pas aimer les actions de leurs dirigeants ?

" Qu'en pensez-vous ? Pouvons-nous faire un peu connaissance puisque nous nous retrouvons par hasard au même endroit ou pensez-vous me faire rôtir comme un jeune coq pour avoir osé vous surprendre et vous effrayer ? Si vous choisissez la première option, je suis Lawrence, et ... enchanté "

Il fit une petite courbette devant elle avant de refixer son regard sur elle, attendant sa réaction.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Lun 4 Mai - 4:16



❝Tell me that you haven't
seen anything❞
Lawrence & Jen
Traqueur, stalker… Je n’étais pas vraiment familière de ces termes. Pour moi, c’était la même chose. Une personne chargée de traquer les mutants et les offrir en pâture au gouvernement. Mourir ne me faisait pas peur mais je ne voulais pas servir de rat de laboratoire à Trisha et ses acolytes. A la pensée de mon ex amie, je ne pus empêcher une bouffée de colère m’envahir. Si elle m’avait écouté, tout ça ne serait jamais arrivé. Le chaos ne se serait pas installé à San Francisco. Mon mari bien aimé serait encore parmi nous et je serais dans ses bras à cet instant même… Mais ressasser ce genre de choses ne servait à rien… Je ne voulais pas y penser. Plus y penser. Ce qui était fait est fait. A quoi bon y revenir ?

Je l’écoutais parler et fut surprise de ce qu’il impliquait. Il ne voulait pas avoir à faire avec le gouvernement ? Trop de risque de disparitions ? Est-ce que lui aussi était un mutant ? J’étais un peu perdue. Je ne savais plus trop que croire et si je devais le croire lui quand il me dit ça.

Si je devais croire ce qu’il m’avait dit, le blond serait le premier mutant que je rencontrerais officiellement. Il se peut que j’en aie croisé d’autres mais tout comme moi, ils ne dévoilaient pas leur véritable identité. Qui les en blâmerait ? Pas moi en tout cas. J’étais la première à penser que les mutants devaient cacher leurs pouvoirs. Et le gouvernement en place ne faisait rien pour inciter les gens à avoir un peu d’honnêteté les uns envers les autres. Le temps était à la suspicion et à la méfiance et je n’échappais pas à la règle.

J’avais un tempérament ardent. Ben me disait toujours que j’étais tout feu tout flamme. Ironique n’est ce pas ? Doublement ironique même quand on savait que mon mari était pompier. Lui, qui aimait tant l’ironie et les coups que le destin nous faisait, aurait adoré ça.

Reportant mon attention sur mon inconnu, ce dernier reprit la parole. Je ne pus m’empêcher de sourire un peu en l’entendant exprimer à haute voix ce que j’avais pensé tout bas quelques minutes auparavant. L’impression de confiance que j’avais ressenti en sa présence s’accentua lorsqu’il me salua comme dans l’ancien temps.

« Je suis Jen… Je n’ai nullement l’intention de vous faire rôtir Lawrence… »

Puis lui tendant la main comme pour lui prouver ma bonne foi, je rajoutai

« Enchantée de vous connaître… »

Me réinstallant près du feu, je l’invitai à prendre place lui aussi. Il ne faisait pas très chaud dehors et autant qu’il ne prenne pas froid. Prenant ma thermos, je versais un peu de café dans un verre et le lui tendit ave un petit sourire.

« Dites moi Lawrence… Quelle est votre mutation ? Quelle capacité avez-vous développé ? »

Lawrence était le premier mutant que je rencontrais et j’étais un peu curieuse. Depuis combien de temps avait-il découvert son pouvoir ? Et surtout comment faisait-il pour le maîtriser ? Cela faisait que depuis 3 mois que j’avais découvert le mien et bien que je savais avoir fait des progrès, j’étais encore loin de le maîtriser complètement… Peut-être pourrait-il m’apprendre des astuces à progresser plus vite.


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

A light glimmer in the shadows

Masculin

MESSAGES : 181
HUMEUR : Versatile
FEAT : Alex Pettyfer

Points : 631

Voir le profil de l'utilisateur http://mandragore.forumactif.pro/

Want More ?


Lawrence Even'eth
A light glimmer in the shadows
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Mar 12 Mai - 23:18


Au moins sa petite boutade semblait avoir détendu quelque peu sa jeune compagne. Et comble du bonheur, il ne serait pas un homme cuisiné au barbecue aujourd'hui. La journée s'annonçait finalement sous des auspices favorables.

" Enchanté Jen et je suis vraiment ravi que vous ne souhaitiez pas me cuisiner "

Cuisiner, un mot qui pouvait déboucher sur deux compréhensions. Aussi bien d'une manière plus terre à terre, comme le fait de le cuire littéralement sur pied, ou le cuisiner dans un sens plus littéraire avec nombre de questions sur lui, ce qu'il cachait et sa vie en général. De leurs jours, vouloir cuisiner quelqu'un n'était pas une pensée des plus agréables... et même dans le passé, ce mot n'avait jamais joui d'une bonne réputation. Car qui disait cela, sous-entendait que l'autre n'avait pas envie de dévoiler les informations qu'il détenait.

Elle lui tendit la main et avec toujours le même sourire, il s'approcha d'elle comme pour la lui serrer, mais ce n'est pas ce qu'il fit. Il prit sa main dans la sienne et se courbant légèrement comme il l'avait fait peu de temps auparavant pour la saluer, et tenant le bout de ses doigts, il posa ses lèvres sur le dos de celle-ci dans un baise-main parfait.

Bien que le temps se réchauffait sensiblement avec l'arrivée du printemps, il ne faisait pas une température estivale, loin de là et le feu dégageait une chaleur bien agréable, aussi quand Jen lui intima de prendre place auprès d'elle dans un geste, il ne se fit pas prier et prit place en face d'elle, observant son visage animé par la danse des flammes entre eux. Les fenêtres étaient pour la plupart condamnées, ou encombrées leur donnant l'impression de se retrouver comme deux adolescents au près d'un feu de camps en pleine nuit. Ils étaient d'ailleurs peut-être aussi gauches que s'ils avaient vraiment été deux adolescents se retrouvant en cachette...

Lorsqu'elle aborda à brûle pour point la question d'une mutation chez lui, il ne put s’empêcher de la fixer, comme pour la jauger. Comme il l'avait pensé, elle était loin d'être idiote, son esprit fonctionnait bien, trop bien même et s'il avait espéré venir sur le sujet bien plus tard, il sentait qu'il ne pourrait sans doute pas y couper bien longtemps.

" Qu'est-ce qui vous fait dire que je pourrai avoir subi quelque évolution ? "

Mutation, oui... ils étaient des mutants, mais c'était un mot qui semblait mal avisé, comme s'ils étaient atteints d'une maladie honteuse. Il n'avait pas envie de qualifier ce qui les avait changé comme quelque chose de mal. Et pourtant, il savait que même les scientifiques usaient de ce mot pour qualifier une différence qui apparaissait parmi les animaux, même naturellement. Tout n'était pas noir, et tout n'était pas blanc, mais plutôt que mutation, Lawrence aurait aimé parler d'évolution et de don. Pour lui être différent, ce n'était pas une tare, quand bien même la planète entière le penserait.

Le petit feu n'éclairait pas grand chose autour d'eux, des débris, des morceaux de portes, des armoires dans un triste état aussi, et une vieille lampe couverte de poussière, mais qui semblait avoir une ampoule intact. Il avait une idée... Pour lui faire une petite démonstration. Mais avant, il voulait voir ce qu'elle allait lui répondre. Il avait pratiquement pris sa décision. Il allait lui parler. Mais... l'endroit n'était pas sûr. Cela serait bien idiot s'ils étaient pris tous les deux pour une connerie. Lui venant la mettre en garde et commettant la même erreur ? N'était-ce pas stupide ?

" Nous ne devrions pas rester là, il y a beaucoup de patrouilles ces jours-ci... On aurait dû mal à expliquer notre présence ici... à part en disant que nous sommes deux amants voulant nous retrouver un peu seul... mais... je doute qu'ils nous croient et s'ils veulent nous tester avant de nous laisser partir... Je vous laisse deviner les conséquences pour vous comme pour moi "

Cela ne voulait pas nécessairement dire qu'il était mutant, mais être un humain tout à fait normal et avoir connaissance de la mutation de quelqu'un sans la dénoncer au gouvernement, qu'elle soit votre sœur, votre fille, ou votre mère, cela n'avait aucune importance. Vous étiez considéré comme un ennemi du gouvernement, comme un terroriste, comme un traitre à votre nation, et cela avec toutes les conséquences que cela impliquaient. Coupables vous étiez, en coupables vous mourriez. Les hunters ne faisaient pas dans la dentelle et avec l'évasion d'une détenue, ils étaient sur les dents, c'était tout juste si la loi martiale n'était pas instaurée.


Spoiler:
 




Dernière édition par Lawrence Even'eth le Dim 24 Mai - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Ven 22 Mai - 1:36



❝Tell me that you haven't
seen anything❞
Lawrence & Jen
Lawrence avait ce petit quelque chose qui vous poussait à vous détendre. Il n’avait pas l’air menaçant mais souvent l’apparence était bien trompeuse. Pourtant mon instinct me disait que je pouvais lui faire confiance. Je ne saurais dire pourquoi mais j’avais pris l’habitude de m’y fier. Dans mon métier, c’était indispensable. Certes, ce n’était pas infaillible mais je savais que je pouvais lui faire confiance. L’invitant à s’asseoir près du feu pour se réchauffer, je lui offris un peu de café avant de lui demander quelle était sa mutation.

Le blond me dévisagea un moment, semblant se demander si il pouvait me faire confiance ou non. Normal me direz-vous. Oui bien sur. Mais ce qu’il me répondit me troubla quelque peu. Enfin, l’expression qu’il utilisa. « Evolution » Croyait-il vraiment que c’était une évolution ? Ce n’était pas normal comme le serait une évolution. Je veux dire, si c’était réellement une évolution pourquoi seul San Francisco en recenserait des cas ? Là, c’était dû à une compagnie ayant un gros problème d’éthique. Mais je n’en parlerai pas. Ce n’était plus mes affaires et puis qui étais-je pour m’élever contre ce que le monde entier pensait ?

Regardant Lawrence, ce fut à mon tour de prendre un peu de temps avant de lui répondre. Pensait-il à son pouvoir comme à un don ? J’étais curieuse de savoir ce qu’il pensait à ce sujet. Jusqu’à présent, je pensais que toutes les personnes atteintes comme moi, prenaient cela comme une malédiction. D’ailleurs, n’était-ce pas la pensée populaire ? Sinon comment expliquer que l’on soit traqué sans relâche. Obligé de se cacher, de dissimuler nos pouvoirs comme une honte ?

Le gratifiant d’un petit sourire, je lui répondis alors

« Parce que je ne suis pas idiote Lawrence… On ne parle pas comme vous le faites sans connaître le… sujet intimement… »

Je m’interrompis un instant. Le silence nous entourait. Seul le bruit du bois qui craquait sous les flammes s’élevait. J’aimais la quiétude de la nuit, ce silence reposant. Pendant un bref moment, on pouvait se persuader que ce qui se passait dehors n’était pas réel, ce n’était que le fruit de l’imagination d’un quelconque réalisateur de film de second ordre. Mais ce n’était pas le cas et bien trop vite la réalité reprenait ses droits sur vous. Vous obligeant à reprendre ce masque…

« Vous pensez vraiment que c’est une évolution ? »

Je n’avais pu m’empêcher de poser cette question. Depuis qu’il avait prononcé, je n’avais pu qu’y songer. Je voulais connaître le fond de sa pensée… Mais au lieu de me répondre, il me proposa alors de partir de cet endroit arguant que ce n’était pas très sur. Je réprimai alors un petit sourire. Cela faisait plusieurs mois maintenant que je venais ici et jamais personne avant n’était venu rompre la solitude qui enveloppait ces lieux. Pourtant ce soir, je ne pouvais le contredire. Il était la preuve vivante que ce n’était pas vrai.

Acquiesçant alors de la tête, je pris une bouteille d’eau afin d’éteindre le feu et me levai.

« Vous avez raison. Allons y »

Attrapant mon sac, je me dirigeai vers la porte. Je ne dis mot durant le court trajet jusqu’à la sortie de l’immeuble. Ce ne fut qu’une fois dehors que je rompis le silence qui s’était instauré.

« Très bien Lawrence, où voulez-vous qu’on aille ? »


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

A light glimmer in the shadows

Masculin

MESSAGES : 181
HUMEUR : Versatile
FEAT : Alex Pettyfer

Points : 631

Voir le profil de l'utilisateur http://mandragore.forumactif.pro/

Want More ?


Lawrence Even'eth
A light glimmer in the shadows
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] | Jeu 16 Juil - 0:18

Lawrence but le café du bout des lèvres. Il n'aimait pas spécialement la boisson, mais parfois la buvait lors de rendez-vous d'affaires afin d'en conclure et de faire comme la majorité de ceux que l'on appelait ses semblables. Une technique comme une autre. Il y avait des situations ou une tasse de café ne se refusait pas, pas quand elle valait des millions de dollars.

Bien que restant aux aguets d'un possible bruit suspect, il n'était pas des plus sur ses gardes et le pire était qu'il en avait conscience. Il se sentait à l'aise avec cette jeune fille qu'il venait à peine de rencontrer et il avait un peu de mal à trouver cela normal. Après tant de méfiances, tant de pièges, pouvait-on encore s'offrir le luxe de faire confiance au premier regard ? Il avait envie d'y croire, de faire le pari qu'il ne se trompait pas, et ... il espérait que ce ne soit pas le cas. Il y avait tellement de choses en jeu. Une chose était sure, si la jeune fille était bien ce qu'elle semblait être, alors il était content d'être le premier à tomber sur elle, plutôt que cette foutue milice privée...

" Sans doute, mais je pourrai avoir un ami l'étant ou connaitre des gens qui ? Après tout, tout est possible "

Il eut un petit sourire en coin. Oui dans leur monde aujourd'hui, il y avait beaucoup plus de possibles qu'avant ce que le gouvernement appelait la catastrophe. Cette gigantesque épidémie, cette étrange " maladie " comme ils l'appelaient était peut-être les prémices de grands changements. Mais comme les héros et les méchants des comics, ils devaient se cacher. Le monde n'était peut-être pas près. A vrai dire le monde n'avait jamais été prêt pour accepter les gens différents. Tout au long de son histoire, l'humanité avait montré son aversion pour ce qui sortait de l'ordinaire, même les génies étaient persécutés par les enfants à l'école, il ne fallait pas chercher plus loin. Sans parler du fait que le gouvernement était plus corrompu que la gangrène.

" En tout cas pour moi ce n'est ni une malédiction ni une maladie. Oui je pense que c'est un don. C'est presque comme se sentir tel un super héros. Petit j'ai toujours rêvé d'avoir des pouvoirs. N'en avez-vous pas rêvé un jour ? Et sous prétexte que cela nous change, on prétend que c'est mauvais. Au temps anciens, tout ce qui était nouveau était dangereux, mauvais, même le feu. Vous imaginez un monde où le feu n'aurait pas sa place, serait défendu ? Ou tout ce qui était nouveau ou étrange aurait été écarté ? Nous vivrions encore en grognant dans des grottes nues. Je pense que le changement n'est pas forcément synonyme de danger, de ' malin ' et je ne veux bien sûr pas parler d'intelligence "

En parlant de ' malin ', Lawrence faisait référence au diable, à ce qui était magique, ou plutôt ésotérique. Il avait assisté sans pouvoir rien faire à la mise à mort d'une petite fille par sa propre mère qui criait à la sorcellerie... Il en avait encore des sueurs froides en y repensant. A  l'époque il avait été impuissant. Il ne l'était plus maintenant. Peut-être aujourd'hui aurait-il pu la sauver. Il ne le saurait jamais.

Le jeune homme n'avait pas été sûr qu'elle accepte de le suivre et lorsqu'elle le fit et lui demanda où aller, il fut un instant interdit. D'habitude, lorsqu'il rencontrait des mutants, il ne dévoilait pas qui il était et les guidait jusqu'à un point de rendez-vous pour ceux qui se cachaient, pour les parias comme eux. Mais ici la situation était différente. Elle ne comptait pas fuir la société et se joindre aux fugitifs, il n'était même pas certains qu'elle veuille en rencontrer. La conduire chez lui ? Cela était encore hors de question. Peut-être s'il n'avait eu d'autre choix, mais ils n'étaient pas encore poursuivi pour l'instant. La nécessité ne faisait pas loi. Un café ? Cela aurait été un choix des plus discutables vu ce dont ils désiraient parler, mais alors où ? Lui demander d'aller chez elle ? Elle prendrait sans doute peur.

" Si vous me promettez de ne pas mal l'interpréter, je connais un hôtel qui loue des chambres à l'heure et qui ne pose pas de questions "


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence] |

Revenir en haut Aller en bas

Tell me that you haven't seen anything [PV Lawrence]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Deserted Districts-
TopBottom
Ouvrir la Popote