AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Cette illusion de normalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Cette illusion de normalité | Mar 14 Avr - 19:43



Cette illusion de normalité
Hunter VS emmerdeur, alias Olivia Lazar VS Joshua Stone


Le bar transpirait la normalité. Il y avait de la musique de fond, du monde autour des tables, des verres et beaucoup de chopes de bières, des rires, des exclamations, du brouhaha, même deux tables de billard et un jeu de fléchettes. Pour un peu, on en oublierait presque où on était et dans quelle situation on se trouvait. On en oubliait que la ville était devenue prison et que là dehors, les mutants se cachaient dans les quartiers désertés. Belle illusion de la normalité.

Olivia était assise au bar. Elle avait commandé un triple sec et en attendant son verre, elle promenait son regard sur la foule présente dans le bar. Il y avait de tout, des hommes déjà ivres et bruyants, des jeunes qui avaient l’air bien trop jeunes, des filles bien habillées et bien trop maquillées. Elle se demanda si parmi eux, un mutant se dissimulait. Ou peut-être même plusieurs. Et combien d’entre eux souriaient à la vie et riaient aux éclats, dans l’insouciance totale, en ignorant complètement qu’une mutation se développait dans leurs gènes ? Parce que c’est ça qu’il y avait de plus sournois, avec les mutations. C’est que ça se développait comme un parasite, comme un cancer, sans qu’on s’en rende compte.

Le barman déposa le verre plein de glaçons devant elle. Elle le remercia d’un signe de tête et en but la moitié en une seule gorgée. Elle portait un jeans sombre avec une paire de bottines à haut talons noirs, en cuir, comme elle les affectionnait particulièrement. Top blanc, créoles aux oreilles, cheveux lâchés. Elle n’avait pas encore enlevé son éternelle veste en cuir. L’habitude d’être toujours aux aguets et en mouvement, sans doute. Pourtant, ce soir, elle voulait se donner l’impression que tout était normal. Ou tout du moins, qu’elle n’était pas seulement une tireuse d’élite, reconvertie en Hunter, qui passait son temps à écumer la ville pour abattre des mutants en espérant pouvoir arranger la situation. Elle voulait goûter à cette illusion de normalité et d’insouciance, à laquelle ils goûtaient tous, dans la Bright, le soir, dans les bars. Elle avait encore le goût amer de l’échec dans la bouche, alors qu’elle avait eu à nouveau une faiblesse avec cette gamine blonde du nom de Sasha, une mutante qu’elle n’arrivait décidément pas à tuer. Et puis, c’était sans parler sa rencontre avec Eryn. Ça, c’était pire. Oui, c’était un soir qu’elle n’avait pas envie de passer dans la forteresse Hunter ou seule, quelque part dans les quartiers désertés. Elle avait envie de boire, et peut-être essayer de se détendre, rien qu’une seconde.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Mer 15 Avr - 11:54

Fuir Princesse, c’était devenu une habitude.
Alors, Josh, à la place de traîner à la Station après les heures de bureau, s’empressait de le quitter d’un pas vif, histoire de ne pas se trouver confronté à Aria Blake, pour qui la pilule ne passait toujours pas. Il s’était appliqué à choisir des horaires différents des siens, partait vite pour ne pas la croiser (même pas dans la rue). Il attendait qu’elle se soit calmée, ou qu’elle ait vraiment besoin de lui. Personnellement, il n’avait pas de souci de conscience, il avait fait ce qu’il pouvait, il n’était pas un surhomme. Mais cette triste aventure allait le poursuivre un moment, et ses mensonges finiraient tôt ou tard par lui porter préjudice.

C’était donc après une fuite précipitée qu’il se trouvait à errer dans la soirée, se demandant ce qu’il pourrait bien faire ce soir-là. Il était trop tard pour importuner Maggie ou Jenny, et, franchement, il n’était pas certain de vouloir se plonger dans la normalité d’une soirée entre amie, à domicile. Trop calme, trop prévisible. Ces dîners étaient de plus en plus emprunts d’une tristesse lancinante, qui plantait ses crocs dans l’âme. Or, Josh était quelqu’un de joyeux et de bon vivant, et il n’appréciait guère être confronté à des sentiments si négatifs.

Alors, il se dirigea vers un bar qu’il connaissait bien – il y avait travaillé quelques temps comme videur – en se disant que, franchement, il ne serait pas contre une boisson alcoolisée très bien mérité. De la vodka, tiens, ce jour-là, ce serait de la vodka. C’était neutre, grisant, plaisant, et ça ne sous entendait rien, au moins. Avec un peu de chance, peut-être trouverait-il quelque charmante compagnie.

En pénétrant dans les lieux, il salua un vieux collègue, échangea quelques plaisanteries et une accolade virile. Déjà, les ragots couraient, qui fréquentait ce bar en ce moment, comment la clientèle évoluait avec le temps. L’établissement était situé assez près de la Seamy, après tout, et le métier se compliquait.

Enfin, il s’immergea dans le brouhaha familier, ça fourmillait d’une normalité rassurante et, à cette simple atmosphère, le cœur de Joshua se gonfla de nostalgie, pas de celles qui alourdissent le cœur de mélancolie, mais plutôt qui donnent une impression de chez-soi rassérénante, douceâtre, certes, mais agréable tout de même. Il se dirigea vers le bar, jeta des coups d’œil tout autour de lui, examinant la clientèle, usant de son expertise. Il repéra sans peine les habitués, les personnes en quête d’une histoire d’un soir, les curieux égarés, les groupes d’amis qui avaient organisé une sortie spontanée.

Et puis il y avait les solitaires, ces âmes qui s’étaient retrouvées là sans nécessairement savoir ce qu’elles cherchaient. C’était justement une de ces silhouettes isolée – pas parce que personne ne se trouvait à ses côtés, isolée par sa posture, sa présence – qui attira son regard. Indéniablement sexy, probablement capable de se défendre, il se demanda qui pouvait être l’inconnue, si son visage était aussi beau que la ligne de son dos, la courbe de sa nuque, sa main sur son verre. Elle transpirait la force, la volonté. Et il ne lui avait même pas adressé la parole.

Décidé à en découvrir davantage, il se dirigea d’un pas conquérant vers le bar. Il s’assit à côté d’elle, avec la nonchalance calculée acquise avec l’expérience, pris sa commande, et se para de son sourire charmeur. Le tout était de trouver une accroche qui ne serait ni mielleuse, ni arrogante.

« Vous en prendrez un autre ? » demanda-t-il en désignant le verre.

Bon, on avait vu mieux, mais si offrir un verre n’avait jamais rien d’innocent, il ne pensait pas moins que ça avait le mérite d’être direct, et certainement moins hypocrite.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Jeu 16 Avr - 0:53

Olivia continuait d’observer la salle. Elle le faisait distraitement, presque par automatisme, mais son esprit alerte de tireur d’élite faisait qu’elle se prenait à observer en détails les personnes sur lesquelles elle posait les yeux. Un groupe de jeunes gens attira son attention. Ils avaient probablement l’âge d’être étudiants. En promenant son regard sur eux, elle se prit à penser que le frère de la petite mutante qu’elle avait déjà rencontré deux fois devait probablement ressembler à ça. À un jeune homme tout à fait normal, avec des amis, une famille, une popularité, une vie. Quelqu’un qui donnait parfaitement l’illusion, mais qui avait sa propre petite sœur en fuite dans les quartiers désertés de la ville et qui prenait des risques pour lui venir en aide. Au final, cette ville était devenue celle des faux-semblants.

Repenser à la jeune mutante n’améliora pas son état d’esprit, ni son humeur. C’est d’alcool dont elle avait besoin, pas de ruminer encore et encore les mêmes pensées. Le coude appuyé sur le comptoir, elle vida son verre et le reposa sur le bar. Elle suivit distraitement le barman du regard, attendant le moment où il passerait devant elle, mais quelque chose attira son attention avant qu’elle n’ait le temps de commander un verre. Ce quelque chose était plutôt quelqu’un, qui venait de s’assoir à côté d’elle, et elle tourna la tête. C’était un homme, jeune, bien bâti, belle gueule. Probablement de ceux qui étaient sûrs d’eux, mais charmant, indéniablement. Elle devina qu’il allait l’aborder et lorsqu’il le fit, elle réfléchit un instant à sa réponse. Elle avait l’impression que ça faisait une éternité qu’elle n’avait pas fait ça.

« Seulement si vous me l’offrez. »

Elle faillit grimacer. C’était ça, la formule d’usage ? Ça sonnait désagréablement ridicule à ses propres oreilles. C’est probablement pourquoi elle avait adopté un ton légèrement plus blasé que la normale. Ou alors c’est juste qu’elle avait trop traîné dans les quartiers désertés de la ville et qu’en tant que Hunter, elle ne savait même plus s’exprimer correctement. Après, en soi, l’idée de fond n’était pas idiote : ce n’est pas comme si elle roulait sur l’or, depuis la mise en place du blocus. De toute façon, la formulation importait peu, au final.  

Elle croisa les bras sur le bar et inclina la tête.

« Ce sera un double. »


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Ven 17 Avr - 13:18

Merveilleux.
Il ne se faisait pas rembarrer de façon hautaine et agressive, c’était toujours ça de pris. Par contre, pas un sourire. Quand il le mystère de Blair Davis se caractérisait par des demi-sourires et des œillades énigmatiques, celui de son interlocutrice tenait davantage du secret brut et suffocant. Et, diantre, quel cocktail ! Josh étant quelqu’un de très direct, il savait apprécier les paroles sans fards. Mais bon. Un petit sourire n’aurait tué personne… Il préféra s’en amuser, un sourire étira ses lèvres, accompagné d’un rire étouffé.

Sans l’incommoder davantage pour le moment, il fit signe au barman, Silas, une vieille connaissance. Ils se serrèrent la main et, avisant que Joshua était accompagné, le barman s’empressa de prendre la commande, plutôt que de demander des nouvelles. Une paire de minutes plus tard, le double triple-sec était posé devant l’inconnue, et une vodka avec un zest de citron trouva sa place devant Josh.

« Joshua Stone », se présenta-t-il en tendant le verre pour trinquer.

Jovial, le Peacekeeper se faisait charmant, pas cet enquiquineur qu’il était habituellement dans les locaux de la Neo Corp. ou avec ses collègues les plus proches à la Station. Il se parait plutôt de cette lucidité charmante, un constant sourire en coin, une joie de vivre simple et directe. Peut-être quelques plaisanteries un peu plates franchiraient ses lèvres. Pour que Josh se montre sous un jour plus taquin, il faudrait, d’abord, être provoqué. Mais comment un joli brin de femme – qui avait des airs de dure à cuire, ne nous mentons pas – pourrait le provoquer ? Il ne l’imaginait pas. Et c’était ça, qui était intrigant : il avait beau faire tous les efforts du monde, il ne la devinait pas, il ne parvenait pas à la ranger dans une case. Avec Dawn, le petit jeu des devinettes avait été aisé, bon enfant. Avec elle ? Il ne parvenait même pas à déterminer son origine, son accent était bien trop feutré, effacé, pour qu’il puisse s’en dépatouiller ; c’étaient surtout les voyelles qui en pâtissaient légèrement, plus lourdes qu’en américain, les syllabes plus roulée, plus lentes… Des détails infimes qui ne lui échappaient pas, sans pour autant le mettre sur la bonne piste. Enfin, déjà, si elle levait son verre à leur santé et se présentait, ça serait pas mal.

Se laisserait-elle interroger ensuite ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Lun 27 Avr - 1:39

L’homme ne sembla pas s’offusquer de sa réponse, ce qui était déjà pas mal. Il fit signe au barman, qu’il semblait d’ailleurs connaître personnellement vu qu’il lui serra la main avant de passer commande. Peut-être étaient-ils amis, ou alors de simples connaissances. C’était ça, la vie civile : on pouvait se lier à toutes sortes de personnes, n’importe où, n’importe comment, et pas seulement aux membres d’un commando que l’on côtoyait exclusivement. Si Olivia enviait parfois ce genre d’aspects de la vie normale, elle ne regrettait cependant pas le choix qu’elle avait fait il y a des années de cela. Seulement, il y avait des moments comme ça où l’on avait besoin de décompresser.

Joshua Stone, donc. Les verres étaient arrivés vite, et son voisin avait penché le sien pour trinquer en même temps qu’il se présentait. Il avait l’air simple, direct, probablement sans prises de tête. Pile ce qu’elle recherchait ce soir. Elle leva son verre pour trinquer avec un signe de tête.

« Olivia Lazar. »

Elle porta le verre à ses lèvres pour en boire une première gorgée. L’alcool lui brûla l’œsophage. Il y avait toujours quelque chose d’agréable dans cette chaleur provoquée par l’alcool qui se répandait dans le corps, quelque chose de régénérant, presque quelque chose de rassurant. Comme une récompense bien méritée après une longue journée de travail.

Elle reposa le verre sur le bar, le tint à deux mains, et observa son voisin en haussant légèrement les sourcils. Elle ne connaissait strictement rien de lui, il y aurait donc de quoi avoir matière à discuter.

« Alors ? Le barman est un ami à vous, ou vous aimez l’alcool au point de devenir un habitué des lieux connu de tous ? »

À le regarder, elle se doutait bien qu’il n’était pas un alcoolique qui passait toutes ses soirées à écumer les bars. Il devait probablement juste aimer boire, comme n’importe quel bon vivant en ce monde. Mais poser la question de cette façon, pour savoir comment il pouvait connaître le barman, et aussi mais surtout pour engager la conversation, était plus amusant, au moins.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Mer 29 Avr - 19:02

Olivia Lazar…
Le prénom sonnait de façon absolument charmante, mais était un soupçon trop doux, peut-être, pour sa porteuse. Enfin, il ne connaissait pas encore son interlocutrice, donc rien ne lui prouvait qu’en vrai, il n’y avait pas un tout petit cœur d’artichaut tendre à souhait sous les couches de cuir, de muscles, d’os… Quant à son nom, en revanche, il lui apporta une piste bien plus intéressante, la clé de l’énigme ! Lazar, c’était un prénom assez répandu en… Oh, quelque part en Moyen Orient, non ? Joshua fit un effort cognitif hors du commun pour se souvenir, puis, enfin, la question surgit de ses lèvres avec le naturel de l’homme cultivé (qu’il n’était pas) :

« Oh, vous êtes d’origine israélienne ? »

Au moins, cela résolvait l’affaire de l’accent.
Mais une autre forme de familiarité, frappa alors Joshua, et il dût réitérer ses efforts, plongeant dans ses souvenirs pour essayer de comprendre où il avait bien pu voir cette femme… Enfin, elle relançait la conversation, et comme il n’était pas doté de la faculté de faire plusieurs choses à la fois, il délaissa ses investigations pour répondre :

« Oh, j’ai travaillé ici, donc oui, on peut dire que nous sommes amis… »

Joshua esquissa un sourire finaud, tout en poursuivant :

« Ce qui a du bon : je peux débarquer, il y aura toujours des gens du personnel pour me tenir un peu compagnie. Parce que, c’est plutôt triste d’aller au bar seul, vous ne trouvez pas ? »

La taquinerie, il espérait qu’il ne la paierait pas trop cher, sinon son ami le barman serait effectivement sa seule compagnie ce soir… Il saupoudra le tout d’une grosse dose de bonne humeur, un sourire provocateur, et une belle louche de charisme, histoire que la pilule passe mieux.

Avouez quand même que c’était plus original que les formules poissées de banalité, celles qui servent à s’enquérir de la présence d’une femme seule, dans un bar… Il y avait toute une ribambelle de ces formules fades et lourdes, souvent machos, qui demandaient où étaient le copain ou les copines, ce genre de choses…
N’est-ce pas ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Lun 4 Mai - 19:38

Olivia haussa légèrement les sourcils. Eh bien. C’est qu’il était doué, ce type. Reconnaître son origine israélienne juste en ayant connaissance de son nom ou… quoi, d’ailleurs ? Elle ne pensait pas avoir un accent particulièrement prononcé, depuis le temps qu’elle habitait aux États-Unis. Ni même que son nom de famille soit forcément si révélateur. Dans tous les cas, bien joué. Elle voulait bien admettre que ça l’impressionnait. Finalement, il devait être possible de faire des rencontres réellement intéressantes dans ce genre de bar ? Peut-être bien.

Elle but une nouvelle gorgée de son verre et continua de l’observer, désormais intriguée. Ainsi, il avait travaillé ici. C’est pour ça qu’il connaissait le barman, et non à cause d’une quelconque réputation d’alcoolique de service. Il avait peut-être même travaillé derrière ce bar lui-même, il avait l’air d’en avoir le charisme. Il ajouta que cette particularité avait du bon, puisqu’il pourrait toujours avoir un membre du personnel pour lui tenir compagnie en venant ici. La question qu’il posa ensuite, loin d’être anodine, arracha un léger sourire en coin à la jeune femme. D’accord, la tournure de phrase avait au moins le mérite de sortir de l’ordinaire. Et puis, il y avait un petit côté volontairement provocateur qui laissait entendre que la question n’avait pas été posée dans l’intention de la faire fuir.

Dans tous les cas, ça lui allait. Effectivement, elle était seule ici ce soir et elle ne risquait pas de s’en cacher. Venir seule dans un bar ne la dérangeait pas particulièrement, alors si elle était vraiment honnête, elle répondrait à son voisin qu’elle ne trouvait pas vraiment que cette idée soit si « triste » que ça. Juste parce qu’elle était de nature à se foutre de ce genre de choses. Mais il n’y avait aucun intérêt à avoir ce genre de réponse particulièrement trop honnête quand on instaurait un jeu subtil et agréable, alors elle préféra croiser les bras sur le bar et l’observer un court instant en conservant un semblant de sourire en coin. Elle préférait orienter la conversation sur lui plutôt que de répondre vraiment, pour voir.

« Parce que vous y venez souvent seul, Joshua Stone ? »

C’est en tous cas l’idée qu’il laissait entendre. Après, que ce soit vrai ou non, parce qu’elle voulait bien croire que ça pouvait être faux vu son charme, peu importait au final. L’idée était simplement d’en apprendre plus sur son interlocuteur. Elle était peut-être seule ce soir dans ce bar, mais de toute évidence, lui aussi. Pourquoi elle ne pourrait pas s’enquérir, elle aussi, de la raison de la présence d’un homme seul dans un bar ? Une femme n'était pas forcément obligée de prendre la position de celle qu'on questionne mais qui ne s'intéresse pas de la même manière en retour, après tout.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Mar 5 Mai - 11:47

Joshua parti dans un de ses rires silencieux en secouant la tête, détourna brièvement le regard pour le replanter ensuite dans celui de son interlocutrice. Un sourire en coin accroché sur ses lèvres, il baissa le ton, comme pour faire une confidence :

« Touché. »

Enfin, il n’y avait pas la même connotation et il se sentait tout à fait à l’aise dans son rôle de dragueur crâneur qui arpente ses anciens lieux de travail pour pouvoir faire des rencontres amusantes. Mais devait-il déduire, pour autant, qu’Olivia Lazar était une fille facile ? Probablement pas. Et puis, son entraînement de garde du corps ne le rendait pas dupe non plus : il savait pertinemment que son interlocutrice au minois adorable était armée. Ce qui ne faisait que renforcer son intérêt.

Restait à élucider une énième énigme, satisfaire l’insatiable curiosité. Mais pas tout de suite, sinon, cela ne serait guère amusant ! Elle pouvait être Peacekeeper, militaire ? Joshua se posait franchement la question. Une PK pareille, il s’en serait souvenu… Craignait-elle simplement pour sa sécurité ? Ou encore, faisait-elle partie des Hunters ?

Ce dernier groupe, notre bon vieux Stone ne savait pas trop quoi en penser. Il n’était pas un tueur, il ne voyait pas l’intérêt d’éliminer les mutants. C’était bête et méchant, bien trop radical. Mais d’autres pourraient penser que lui aussi, était bête et méchant de s’allier à la Neo Corp. ? De livrer des mutants à des scientifiques désespérés ? De fermer les yeux sur certaines choses ?

Il mourrait d’envie de lui demander ce qu’elle faisait dans la vie, si elle était originaire de San Francisco, ce genre de choses ; engager une conversation anodine, somme toute. Hélas, il se doutait qu’elle n’était pas là pour ça, et que ce genre d’échanges ne menait jamais bien loin par les temps qui couraient. Trop d’individus souffraient de la catastrophe pour pouvoir se targuer d’une vie idéale, et peu étaient enclin à étaler leurs appartenances à des factions ou leurs opinions politiques. Eh, on vivait à une époque dangereuse.

Joshua bu une gorgée de vodka, goûta la piqûre acide du citron sur ses lèvres et reposa son verre, mettant fin à l’entracte. La pièce pouvait reprendre son cours.

Quel sujet de conversation pouvait-il lancer ?
Rien de trop personnel.
Rien de trop anodin.
Fichtre.

« Pour être tout à fait honnête, je suis en manque d’inspiration ce soir, pour ce qu’il s’agit de faire la conversation », fit-il avec un air penaud. « Seules des questions indiscrètes me viennent à l’esprit. »


Il adopta finalement cette franchise habituelle, dissimulée sous un ton taquin. Miss Lazar pouvait bien faire un effort, elle aussi, non ? Il était à peu près certain qu’elle parviendrait à relancer la conversation. À moins qu’elle ne veuille que son corps (du moins, rêvait-il, notre petit agent double à l’égo bien monté) et nous savons bien que Joshua Stone ne pourrait pas refuser une telle faveur !


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Mar 12 Mai - 20:10

Le coude sur le bar et le menton dans la main, Olivia observa Joshua alors qu’il allait prendre la parole. Il semblait hésiter, ou du moins réfléchir, et finit par avouer qu’il n’avait pas d’inspiration ce soir pour faire la conversation. La militaire eut un sourire.

« Je ne vous inspire pas ? »

La blague était facile. Elle était amusée, de toute façon, et n’attendait pas spécialement de réponse. Olivia se mit à réfléchir. Elle comprenait ce qu’il voulait dire. Par les temps qui courraient, beaucoup de questions d’apparence anodines pouvaient s’avérer indiscrètes. Son appartenance à un groupe défini, par exemple. Olivia savait que si Joshua lui posait la question, elle ne répondrait pas qu’elle faisait partie des Hunters. C’était trop dangereux de dire la vérité. Le groupuscule des Hunters n’était pas des plus apprécié, en ville, alors elle ne préférait pas se lancer dans un débat inutile. Elle mentirait, probablement en disant qu’elle faisait partie des PK. Ca pourrait expliquer le fait qu’elle porte une arme, et ses réflexes de militaire. Mais même là, c’était risqué. Les PK n’étaient pas spécialement des plus appréciés non plus, en raison de leur alliance avec la Neo Corp. Le plus simple serait finalement de dire qu’elle était une simple citoyenne. En fait, tout le monde devait raconter ça quand ils se rencontraient dans les bars. Comme si les citoyens de cette ville étaient « normaux » et sans histoire… C’était se leurrer.

Alors quoi ? Fallait-il vraiment fuir comme la peste toute question indiscrète ? Mais dans ce cas, que leur resterait-il ? Oh, ils pouvaient se passer de mots, bien sûr. L’idée avait déjà effleuré l’esprit d’Olivia. Mais à la place, elle se redressa sur son siège.

« J’ai une idée. »

Elle fit signe au barman, celui que Joshua connaissait. Elle avait fini son verre et elle voyait que son compagnon n’en était pas loin non plus. Elle passa commande d’une tournée de shooters tequila, puis tourna la tête vers son voisin pour annoncer la couleur.

« Un shooter, une question indiscrète. »

Ça sonnait comme un jeu. En fait, ça n’en était pas loin. Même s’il devenait presque incongru de pouvoir s’amuser dans cette ville.

« Je commence. Je vous pose une question, vous répondez et vous buvez. Ou vous buvez et vous répondez, selon l’ordre que vous préférez. »

Elle était amusée en disant ça. Après tout, si certaines questions s’avéraient vraiment indiscrètes, il se pouvait que ni l’un ni l’autre n’ait vraiment envie d’y répondre. Dans ce cas, vider un shooter pouvait aider à se lancer. En espérant, bien sûr, que ce jeu de questions n’aille pas trop loin. Après tout, aucune règle n’était vraiment fixée hormis la principale. Jusqu’où pouvait aller l’indiscrétion, dans cette ville, par les temps qui courraient ?

Elle enleva les mains du bar lorsque l’ami de Joshua vint aligner les shooters devant eux. Cette tournée suffirait probablement, à moins qu’ils ne trouvent finalement l’inspiration. Elle se mit ensuite à réfléchir. Une question, une question… Bon, allez, va pour la base de la question indiscrète par les temps qui courraient.

« Qu’est-ce que vous faites dans la vie ? Actuellement, mais aussi avant. »

Pour beaucoup, il y avait un avant et un après. Un avant et un après tout ça.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Dim 17 Mai - 17:43



Oh, oui, un jeu de boisson !
Le contentement s’épanouit sur le visage de Joshua, avec, peut-être, une lueur mesquine au fond des yeux, un soupçon de provocation. Alors comme ça, madame voulait jouer ? Cherchait-elle donc l’ivresse, l’aventure, ou simplement un moyen de tromper l’ennui ?  Cherchait-elle, aussi, à profiter de lui ? Qu’elle essaye donc ! Il était rompu à ce genre d’exercice comme tout bon fêtard se devait.

La lueur d’appréciation dansait dans ses prunelles, alors qu’il contemplait les verres de tequila (un choix purement féminin, bien caractéristique) se ranger bien en rang devant eux. Des shots, oh, il en connaissait si bien la saveur, la brûlure traînante de l’alcool sur son palais.

Puis la question vint, anodine.
Il rit, doucement, un rire amusé, certes, un rire un peu facile, aussi. Il n’y avait rien d’insultant dans ce rire, et elle choisissait la facilité, tout en s’aventurant sur un terrain plutôt glissant. Somme toute, avec son rire, il saluait son audace mesurée. Il en déduisit que son interlocutrice avait probablement un tempérament patient, prudent, calculateur, mais elle n’avait pas froid aux yeux non plus. Oh oui, bien sûr, qu’il aimait ça.

« Avant la catastrophe, j’ai été de nombreuses choses, dont videur, pompier et agent de sécurité, à la Neo Corp. notamment. Aujourd’hui, je suis Peacekeeper. »

Il ne s’était pas départi de son naturel direct et charmant, son ton n’avait pas une seule fois dévié, n’impliquait aucune menace, aucune demande d’amitié. Il était plaisamment professionnel, comme souvent, doucereusement hypocrite, un peu. Car si Olivia avait choisi cette question avec un naturel joueur, il se devait d’y répondre tout en prétendant que, entre ces murs, devant ces verres, leurs vies à l’extérieur importaient peu. Aucun préjugé.

Il vida son shot.
Aucun préjugé ?

Serait-il capable de prétendre que rien n’avait d’importance, même si elle était une mutante, une criminelle, que savait-il encore ? Même s’il devait l’arrêter, même si son existence attentait à la sienne ? Même si elle lui révélait être à l’origine d’horreurs innommables ?

Il laissa ses interrogations en suspens et s’humecta les lèvres, avant de déclarer :

« À votre tour. »

Comme sa question le tracassait depuis un moment déjà, il décida de la poser, sereinement. Après tout, son activité justifiait son expertise sans passer pour une déformation professionnelle.

« Pourquoi êtes-vous armée ? »

Bon, il attendait une réponse un peu plus élaborée que « pour me défendre », si bien qu’il précisa :

« Ma question est bien entendu dotée de sous-entendus qui sont tout à fait accessible à votre esprit subtil, d’ailleurs. »

Il ponctua sa réplique d’un sourire adorable, saupoudré d’un soupçon de bouderie. Hors de question de se faire arnaquer, elle n’avait pas le droit de prendre de raccourci !


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Lun 25 Mai - 18:04

Ils jouaient à un innocent jeu d’alcool, comme si toutes les vérités étaient bonnes à dire et qu’aucune parole ne pouvait être dangereuse dans le contexte actuel. Ce qui était totalement faux. C’était même tout le contraire. À l’heure actuelle, dans cette ville, un tel jeu ne pouvait pas rester innocent bien longtemps. Que serait-il arrivé, par exemple, si elle avait été une mutante ? Et qu’elle avait poussé ses limites à l’avouer à son partenaire de jeu, alors que lui-même venait de lui révéler qu’il était Peacekeeper ? Que se passerait-il alors ? Continueraient-ils de jouer innocemment, dans une illusion de normalité qui les poussait à se mentir à eux-mêmes ? Ou bien la réalité de leur monde les rattraperait-elle alors ? Poussant le Peacekeeper à prendre le dessus sur l’homme agréable du bar ? Peut-être bien, oui. À vrai dire, Olivia en était même presque certaine. Heureusement pour elle, et aussi pour lui, elle n’était pas mutante.

Peacekeeper, donc. Leurs fonctions pouvaient presque se ressembler, quand on y réfléchissait. Sauf que les PK agissaient plus comme de vrais flics, et qu’ils se contentaient d’arrêter les mutants. Pour ensuite les livrer aux scientifiques de la Neo Corp, mais ça… C’était un autre débat. Est-ce que ça voulait dire que Joshua pensait que les mutants étaient une erreur ? Ou du moins, un problème à régler, sinon il ne serait probablement pas PK. Oui, peut-être qu’ils avaient un point commun sur leur façon de penser à ce sujet, mais ça s’arrêtait là. D’instinct, et par expérience, Olivia savait que les Hunters étaient mal vus. Alors elle se gardait bien de révéler son appartenance à ce groupe aux civils, surtout pas alors qu’elle venait en ville pour tenter de passer une bonne soirée.

Elle avait déjà les doigts autour d’un shooter, et à la question de son partenaire de jeu, elle se mit à réfléchir. Ainsi, il avait donc remarqué qu’elle était armée. Naturellement, en tant que Peacekeeper, il devait avoir l’œil. Et en plus de ça, il précisait bien qu’il ne voulait pas se contenter d’un semblant de réponse. Ça la fit sourire, rien qu’un peu. Et il voulait quoi, hein ? Qu’elle lui dise qu’elle était armée parce que ce qu’elle faisait de son temps libre, c’était abattre des mutants à vue ? Non. La soirée risquait trop de mal finir.

Elle porta le shooter à ses lèvres, pour le boire d’abord et s’accorder un peu plus de temps pour réfléchir. Elle était presque tentée de dire la vérité, sans pour autant réussir à s’y résoudre. Finalement, elle opta pour un entre-deux.

« Je suis militaire. Enfin, ancienne militaire je présume. C’est pour ça que je suis armée, je le suis toujours. »

Peut-être que Joshua ferait la déduction, et qu’il se demanderait si elle faisait partie de ces militaires formant le groupe des Hunters. Ou alors peut-être allait-il juste penser qu’elle était une ancienne militaire basée à San Francisco, et qu’elle se retrouvait coincée ici avec tous les autres. Moins probable, mais pourquoi pas. En tous cas, si elle était armée, ce n’était pas simplement pour se protéger.

Elle réfléchit à sa prochaine question. Elle avait envie de lui demander pourquoi il était là ce soir, si c’était vrai qu’il venait souvent seul, s’il arrivait à charmer beaucoup de femmes pendant ce genre de soirées. Elle avait envie de rigoler un peu, de lui demander s’il pensait mieux tirer qu’elle avec une arme à feu, s’il était un bon coup, ce genre de choses. À la place, la question franchit ses lèvres presque par automatisme, sans réfléchir. Comme si cette question, elle se la posait aussi à elle-même. Ce qui était finalement bien dangereux, dans ce jeu.

« Et ça vous va ? Cette traque. De livrer les mutants à Alcatraz. »


HUNTER IS BADASS ✽


Dernière édition par Olivia Lazar le Jeu 18 Juin - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Ven 12 Juin - 16:41


Josh n’était pas un brillant esprit. Il n’avait pas cette capacité à tout organiser comme Charlotte Hawkins, il n’avait pas cette imagination débordante, ce génie indomptable qui caractérisait les scientifiques, il n’avait pas, non plus, cette énergie débordante et la culture raffinée de sa collègue Peacekeeper préférée. En fait, Josh se trouvait particulièrement normal. La seule qualité intellectuelle qui se trouvait, c’était un esprit d’analyse et de déduction qu’il avait acquis au fil des années. Allié à sa discipline professionnelle, c’était, somme toute, un atout considérable.

Alors, bien entendu, une ancienne militaire…
Oui, il pensa tout d’abord aux Hunters, aux hommes de Carter. Il la détailla avec une curiosité non feinte : pouvait-il y avoir non pas une, mais deux femmes dans une unité des forces spéciales ? Elle avait certainement un corps rompu à l’exercice et cette sorte de férocité tranquille qui imprégnait ses traits, même lorsqu’elle se faisait joueuse.

À cet instant, Joshua envisagea l’orientation que prendrait sa prochaine question.

Mais d’abord, il fallait répondre à la sienne, et elle attaquait fort, directement sur cette corde sensible qui devait probablement donner du fil à retordre à la plupart des Peacekeepers. Mais Joshua n’était pas la plupart des Peacekeepers.

L’aplomb de la question, en tout cas, le fit se raviser sur la question que lui-même avait envisagé. Une autre s’esquissa dans son esprit, et il se retint de rétorquer si elle aimait les traquer pour les tuer. Se montrer si présomptueux avec si peu de preuves, ne fonctionner qu’à l’instinct, ça ne lui ressemblait pas. Que la réplique lui ait effleuré l’esprit, en soi, était même surprenant. Mais l’alcool faisait déjà son effet, et une si jolie frimousse pleine de volonté, ça faisait vite tourner la tête à un Joshua Stone qui aimait tant flirter – sans compter qu’il n’avait eu guère le temps de se consacrer à ses conquêtes dernièrement.

Pour désarmer son interlocutrice, il s’autorisa un sourire où l’on décelait un soupçon de taquinerie, tout en haussant les épaules :

« Je ne suis pas le genre de personne à me poser des questions existentielles de la sorte. Je fais mon boulot de façon absolument égoïste, à vrai dire. »

Uniquement la vérité.
Joshua savait fatalement qu’il ne pouvait en rien influencer la situation. Il fallait bien faire quelque chose, et il avait simplement emprunté la voie qu’on avait tracé pour lui. Sans plus, ni moins. Bien sûr, il s’inquiétait pour ses proches, pour Jen, pour Aria, et cela influençait ses propres décisions, mais il n’avait pas de souci de conscience fondamentaux.

Il vida son shot, histoire de gagner un peu d’inspiration pour la formulation de sa question. Puisque miss Lazar souhaitait attaquer de façon si peu fine, il n’allait pas se gêner. Il aimait trop la franchise calculée et les jeux insolents pour s’en empêcher :

« Et vous, que préconisez-vous pour faire face à cette situation on ne peut plus épineuse ? »

Parce que c’était bien joli, de poser des questions qui pouvaient sous-entendre un jugement. Encore fallait-il être prêt soi-même à trouver une solution plus satisfaisante, non ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Jeu 18 Juin - 0:53

À l’instant où la question avait franchi ses lèvres, elle l’avait regretté. Ce n’était pourtant pas dans ce sens qu’elle avait souhaité orienter la conversation, ou plutôt le jeu, mais il fallait croire que l’alcool commençait peut-être à faire son effet. Puis elle se dit que tant pis, la question était posée, alors trop tard pour revenir en arrière. Au pire, cette rencontre de ce soir finirait mal… Et achèverait de la convaincre qu’il fallait mieux qu’elle reste à la base, ou dans ces coins où la force brute remplaçait la finesse.

Elle le regarda alors qu’il esquissait un sourire, visiblement pas perturbé une seule seconde par la question. Est-ce qu’il était du genre à toujours garder la face peu importe les circonstances ? Ou à bien jouer la comédie ? Ou était-il simplement totalement en accord avec son boulot de Peacekeeper ? Après tout, beaucoup devaient l’être. Et c’est ce qu’il laissa entendre : qu’il n’était pas du genre à se poser ce style de questions, et qu’il effectuait son travail de manière qu’il qualifia d’absolument égoïste. La formulation arracha un semblant de sourire en coin à Olivia. En même temps, il avait raison. Quand ils faisaient un boulot comme le leur, il valait mieux le faire de façon égoïste, et sans se poser de questions. C’est ce qu’elle s’était toujours efforcée de faire, alors pourquoi ces semblants de doutes ces derniers temps ? Elle ne le savait pas elle-même.

D’instinct, elle sut qu’elle allait payer son insolence à la prochaine question. Elle avait déjà son shooter en main, prête à le porter à ses lèvres. Et ça ne loupa pas : Joshua lui retourna la question, comme elle s’y attendait. Elle but le verre d’une traite. Elle ne savait pas quoi répondre à ça, à part dire la vérité. De toute façon, vu la manière dont il avait posé la question, Olivia était prête à parier qu’il avait déjà deviné qu’elle était Hunter. Il n’avait pas l’air idiot.

Elle reposa le shooter sur le bar mais joua à faire glisser son index sur le bord du verre, le regard pensif. Comme si elle réfléchissait, elle s’exprima prudemment, son index glissant sur le verre à chaque fois qu’elle détachait une partie de sa phrase

« Je préconise… une solution… plus radicale encore. »

Elle avait choisi d’être honnête, comme elle avait choisi de ne pas dire les choses de façon trop brute, trop directe. Après tout, elle n’oubliait pas qu’ils étaient dans un bar et que dans un bar, comme dans n’importe quel lieu public, il y avait toujours des oreilles indiscrètes. Et puis, de toute façon, ce n’était là qu’une manière de lui confirmer ce qu’il savait déjà.

Elle laissa le shooter et releva les yeux sur Joshua, sa prochaine question déjà tout prête.

« Ça ne vous rebute pas ? De boire des verres en compagnie d’une personne comme moi, je veux dire. »

Autrement dit, en compagnie d’un Hunter. Ceux qu’on qualifiait de traqueurs, de tueurs, de meurtriers, à l’heure où ils étaient ceux qui avaient choisi la solution la plus radicale qui soit pour éliminer la menace mutante.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Sam 20 Juin - 19:31

Joshua n’avait que des doutes. Des doutes qui fourmillaient sur sa peau, une réaction épidermique à laquelle il ne pouvait rien. Quand elle confirma à demi-mots son appartenance aux Hunters, le fourmillement se mua en frisson qui serpenta sur son échine, s’attarda sur sa nuque.

Il exhala doucement, un souffle réchauffé par la téquila.
Alors, seulement, elle posa sa question, et il eut immédiatement envie de répondre par une autre question. L’engourdissement euphorique que produisait les premiers verres lui arracha un regard contemplatif ; dans les prunelles de la militaire, il ne lisait que le défi. Y avait-il vraiment une femme, là-dessous ? Une comme sa Princesse, comédienne et autoritaire ? Une comme Jen, sensible et drôle ? Ou n’y avait-il que cette carapace d’acier, ce blindage spartiate ?

Il réalisa qu’il n’était pas rebuté, non.
Joshua n’était pas ce type d’homme, en fin de compte ; sa forme toute particulière d’égoïsme l’emportait toujours. Il comprenait la démarche des Hunters. Il ne la cautionnait pas. C’était du gâchis, des vies criblées de balles, un climat de terreur constant. Il n’aimait pas ce qu’elle faisait, non, mais il ne la haïssait pas pour ses choix. On pourrait très bien l’accuser, lui, d’être un agent double ou d’expédier ces pauvres âmes qu’étaient les mutants à une existence de captivité et de torture. Dans cette situation, personne n’avait raison, tout le monde avait tort ; chacun demeurait animé par une volonté féroce, celle de défendre ses intérêts. En quoi cela dérivait-il de la vie quotidienne, des requins de Wall Street aux défenseurs du développement durable ? Le problème fondamental demeurait, peu importait les raisons, les conséquences, le contexte, l’humanité ne savait que lutter, s’opposer constamment.

Lui préférait se porter par le flot.

La réponse lui vint naturellement, alors que le frisson se dissipait, un frisson qu’il ne connaissait que trop bien. La lueur d’intérêt dans son regard se mêla à sa malice naturelle, tandis qu’enfin, il avoua :

« C’est plutôt intrigant, en fait. »

Il préféra préciser, pour éviter tout malentendu. Il manquerait plus que les Hunters essaient aussi de le recruter, après le SWAT !

« Mais je ne cautionne pas. »

C’était à son tour, désormais, d’esquisser une question. Il y avait quelque chose d’à la fois lascif, accusateur et taquin dans ses propos, comme pour laisser l’opportunité à son interlocutrice de s’esquiver tout en la provoquant.

« Dois-je en déduire que votre métier vous rebute ? »

Après tout, les militaires avaient toujours été enchaînés à leurs ordres, non ? L’initiative lui serait-elle venue spontanément, sans son supérieur pour lui dicter la conduite à tenir ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Lun 22 Juin - 0:03

Olivia le fixa en attendant une réponse, tentant d’analyser chaque mouvement ou expression de son visage pour jauger sa réaction. Forcément que ça devait le rebuter, ou alors au moins un peu. Personne ne portait vraiment les Hunters dans son cœur, par ici, hormis ceux qui venaient justement rejoindre leurs rangs de leur plein gré. Puis elle haussa un sourcil en entendant sa réponse, surprise de s’en sortir aussi bien. Alors bien sûr, il ne cautionnait pas leurs actes. C’était son choix, son avis, chacun avait le sien et c’était très bien comme ça. Mais il n’avait pas l’air de trouver l’idée de boire un verre avec un Hunter dérangeante, plutôt intrigante. Olivia ne savait pas s’il était vraiment sincère ou s’il avait juste la galanterie et la politesse de choisir ses mots, mais l’un comme l’autre, ça lui allait très bien.

Puis il enchaîna sur une nouvelle question, du tac-au-tac, et elle détourna le regard avec un sourire. Si son métier la rebutait… Non, c’était aller trop loin en interprétant ses propos. Elle ne faisait pas ce métier parce qu’elle était obligée de le faire, elle le faisait parce qu’elle avait eu envie de le faire. Alors oui, peut-être qu’elle n’avait jamais envisagé la perspective de devoir un jour tuer des « mutants » mais bon, il fallait s’adapter à tout. Et c’est ce qu'elle faisait, en tant que militaire et maintenant en tant que Hunter : elle s’adaptait. Alors non, son métier ne la rebutait pas... C’est plutôt ses dernières faiblesses en date qui la rebutaient. À ça aussi, elle devait s’adapter.

Elle prit un verre, avala la tequila d’un trait puis s’essuya la bouche avec le pouce avant de répondre :

« Mauvaise déduction. Ça ne me rebute pas, c’est juste que je me doute très bien que ça peut être le cas des autres. »

Ça, c’est vrai. Tous les Hunters le savaient, de toute façon. Ça ne les empêchait pas de continuer à traquer les mutants sans relâche. Il fallait bien que quelqu’un s’y colle…

« Vous n’avez pas bu, remarqua-t-elle d’un ton plus taquin et amusé qu’autre chose, comme pour alléger l’atmosphère après cet échange. »

Elle fit glisser jusqu’à lui un des deux derniers shooters qu’il restait. Ils n’auraient plus qu’à faire signe au barman, ami de Joshua, quand il passerait près d’eux, pour en commander d’autres et continuer le jeu. D’ailleurs, c’était à elle de poser une question, et elle réfléchit en pianotant distraitement des doigts sur le bar. Elle avait envie de changer de sujet, naturellement. Elle pouvait s’orienter sur quelque chose de beaucoup plus léger, voire de drôle, mais avant ça, elle préféra poser pensivement la question qu’elle se posait elle-même actuellement :

« Vous pensez que cette situation va durer combien de temps ? »

La mise en quarantaine, bien sûr, pas leur petit jeu. Tout le monde se la posait au moins de temps en temps, cette question. Parce que le temps s‘allongeait, les mois passaient, et toujours rien n’avait changé… Pourtant, il faudrait bien qu’un jour une décision soit prise à l’extérieur, pas vrai ?


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Mar 23 Juin - 11:55

Joshua regarda son verre en fronçant les sourcils.
Diantre. Ses capacités déductives hors du commun se seraient-elles estompées avec la douce chaleur de l’alcool ? Il repoussa la question d’un haussement d’épaule et bu son shot avec la nonchalance de l’habitué.

Qu’elle ne soit pas le moins du monde rebutée par ce qu’elle faisait les rapprochait, en quelque sorte. Joshua non plus, n’avait pas tellement de scrupules à faire son boulot. Cela ne servirait guère de se farcir la tête de remords, si ce n’étaient choper un vilain syndrome de la nuit blanche.

La question suivante d’Olivia lui fit hausser les sourcils. Il était plutôt surpris et, franchement, ne voyait pas du tout l’utilité de la question. Sauf si elle tentait de le rallier subtilement à sa cause, mais franchement, ce serait quelque peu gonflé. Il lui faisait grâce de sa présence, il lui portait aucun jugement, ne tentait pas de la raisonner quant à l’aspect barbare de sa mission, et elle, en retour, voudrait lui prouver que sa solution expéditive et radicale (qui traînait foutrement en longueur qui plus était) était le moyen le plus rapide de se sortir de ce merdier ?

Il espérait franchement pas que la conversation s’orientait vers ce genre de débat. Cela serait vraiment déplaisant.

Ce fut donc sans cacher son étonnement qu’il répondit :

« Mais comment voulez-vous que je le sache ? »

D’un signe distrait, il indiqua au barman de les resservir.

« Petite précision : ma réplique n’était pas la question que je souhaitais vous poser. »

Cette parenthèse faite, il s’appliqua à répondre du mieux qu’il pouvait :

« Honnêtement, j’en sais rien. On pourrait ne jamais sortir de la Quarantaine que ça ne m’étonnerait pas. En fait, je suis même plutôt étonné que la ville n’ait pas été anéantie. »

Un petit missile résoudrait bien le problème des autorités, non ? Une petite tête nucléaire et POUF ! Adieu San Francisco, adieu les mutants. Qu’est-ce qui retenait le gouvernement américain ? Une curiosité scientifique malsaine ? Des pressions politiques ? Un sens de l’éthique ? Des difficultés à évacuer les alentours ? Ou bien, l’énorme facteur inconnu : et si le Neo Serum se propageait malgré tout ? Probablement ça, oui. Connaissant Gallagher, il devait refuser de faire parvenir ce genre de données à l’extérieur pour leur permettre de survivre...

Il réalisa alors que, Olivia, en tant que militaire, devait finalement en venir à la même conclusion que lui. Qu’ils finiraient tout simplement atomisés. Sa question reflétait-elle donc plutôt une inquiétude latente ? Se sentait-elle prisonnière et condamnée ? Si elle faisait partie des forces spéciales, alors elle devait être entraînée pour ce type de situations asphyxiantes… Mais même ces gens-là avaient leur limite, non ?

Il pris le shot suivant, histoire de rattraper son retard, puis pencha la tête sur le côté, intrigué. La question suivante était toute naturelle, suivait le fil de ses pensées :

« Si on ne s’en sort jamais, qu’aurez-vous accompli ? »

Vilaine question, en soi.
Une question qui impliquait de mettre son âme à nue, si elle décidait d’en faire ainsi. Olivia avait-elle des regrets ? Avait-elle vécu sa vie comme elle l’entendait ? Sa mission n’était-elle pas vaine ? Peut-être qu’avec de tels propos, il cherchait à déceler une once de faiblesse chez cette femme qui semblait si forte, si sûre d’elle...

Joshua, lui, n’était pas le genre de personne à regretter. La ville pourrait disparaître demain qu’il serait satisfait de son existence. Il avait fait tout ce qu’il pouvait pour soutenir les personnes qui lui importaient. Il vivait au jour le jour, saisissait les opportunités sans se soucier de rien. Il n’avait fait défaut à personne, il n’avait même pas de famille à qui manquer. Alors, à quoi bon s'appesantir sur des détails ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Jeu 10 Déc - 13:11

Être plutôt étonné que la ville n’ait pas encore été anéantie… Tu m’étonne. Olivia se demandait souvent pour quand exactement ça serait. Parfois, le matin, elle se levait, dans son dortoir à la forteresse, et elle se demandait si c’était aujourd’hui qu’une bombe allait leur tomber dessus et tous les atomiser en quelques secondes. Parce que c’est ce qui allait forcément finir par arriver, pas vrai ?

Du moins, pour sa part, elle en était persuadée. Certes, le gouvernement pouvait décider de les garder en quarantaine pendant longtemps, mais pas éternellement. Quand ils commenceraient à avoir peur que le « virus » se propage en dehors de San Francisco, ils prendraient la décision adéquate. Et ils n’arriveraient pas à faire passer ça pour un mal nécessaire auprès du reste de la population américaine et mondiale, ils pourraient toujours faire croire à un accident, un nouveau laboratoire qui aurait explosé au sein même de la ville et dont la puissance aurait été décuplée en raison du virus mutant… C’était à la mode, les explosions accidentelles.

En même temps, si le gouvernement avait peur de voir l’agent mutagène se propager, il pouvait avoir la même peur à l’idée de tout faire sauter. Eliminer tout le monde, d’accord, mais si les particules se propageaient d’autant plus… C’était peut-être ça, qui les freinait. Ils devaient être tiraillés entre deux volontés, deux peurs. Ce serait à eux de décider, dans tous les cas. Olivia se demanda ce qui serait le mieux, entre vivre éternellement confiné ou mourir une bonne fois pour toutes. Un dilemme que devaient se poser beaucoup de gens en prison. Comme quoi, ils étaient vraiment devenus prisonniers de cette ville.

Elle fit tourner son verre entre ses doigts, pensive, et releva les yeux lorsque Joshua lui posa une nouvelle question. Qu’aurait-elle accompli, s’ils ne s’en sortaient jamais ? Mince, ce jeu n’était finalement pas si drôle que ça. Un instant, elle songea quand même à répondre malgré tout. Pour jouer le jeu. Elle l’avait elle-même lancé, après tout.

« Ce que j’aurais accompli… »

Elle pensa à tout ce qu’elle avait fait depuis qu’elle était enfermée ici avec les autres, tous les mutants qu’elle avait éliminés sous les ordres de Carter. Elle pensa à sa famille, à son enfance. Elle pensa à sa carrière de militaire, de sniper, elle pensa aux missions qu’elle avait brillamment réussies et celles qu’elle avait moins bien réussi. Elle pensa à ses collègues et les liens indéfectibles qu’elle avait tissé avec eux, elle pensa à la jeune mutante qu’elle avait épargné par deux fois, deux fois de trop, elle pensa à l’enfant qu’elle n’avait jamais connu, elle pensa à Eryn et à leur amitié qui avait explosé, et elle décida que le jeu avait assez duré.

Elle vida son shot, puis le reposa sur un comptoir dans un geste définitif.

« Disons de bonnes choses et de moins bonnes. »

Elle ne savait pas si elle avait l’alcool mauvais ce soir ou si c’était juste naturel chez elle d’être rabat-joie. En fait, ça devait plutôt être ça. Elle n’avait jamais été très drôle. Ou alors c’était peut-être juste le fait qu’elle n’aimait pas mettre son âme à nue. Toujours est-il qu’elle n’avait plus envie de jouer, du moins pas à ce jeu-là. Sans transition, elle se leva en souplesse, récupéra sa veste en cuir et posa son regard sur son voisin.

« Désolée, je ne suis pas vraiment la partenaire de jeu idéale. Mais j’ai été ravie de vous rencontrer ce soir, Joshua. »


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité | Dim 29 Mai - 18:20

Joshua pinça les lèvres.
Pourquoi avait-il poussé le jeu si loin ? Pourquoi s’était-il enorgueilli de la provoquer ? Pourquoi l’avait-il fait fuir ? Chose rare, un regret inattendu l’étreignit. Un frisson lui parcourut la nuque. Il imaginait déjà Aria lui lancer un regard moqueur et hautain dont elle avait le secret.

Eh oui, mon pote, t’as merdé…

Il hésita, un instant, à la retenir par le bras. Puis il jugea plus sûr de ne pas surprendre une femme de son envergure. À la place, il présenta les excuses qui étaient de mise :

« Non, c’est moi qui suis désolé… »

Embarrassé, il se passa une main sur la nuque. Il faudrait qu’un jour il se défasse de ce tic ridicule. Une moue contrite plutôt authentique peignait désormais son visage. Ouais, il se trouvait bien idiot. Il dénigra son shot et se leva à son tour, peu désireux de laisser l’alcool le rendre plus abruti qu’il ne l’était déjà.

Tout en cherchant son porte-feuille pour régler la note dans la poche intérieure de son blouson, il s’adressa à Olivia :

« Est-ce que je peux vous raccompagner, au moins ? »

Il réalisa que sa question était stupide. Si ses soupçons étaient avérés (et ils l’étaient, lui soufflait son instinct), elle n’avait aucune raison d’avoir besoin d’un garde du corps. Déformation professionnelle, peut-être ? En tout cas, il avait mis les deux pieds dans le plat, encore. Même pas certain qu’elle habitât dans la Bright, ce qui signifiait qu’en plus de se mettre dans l’embarras, il ne faisait que creuser encore plus le sujet sensible. Bien joué, Josh.

Il souffla, excédé, secoua la tête comme si cela pouvait effacer ses paroles. Décidément, il n’en manquait pas une.

Il se fendit en un maigre sourire, parvint enfin à poser quelques billets sur le bar et enfila à son tour son manteau, décidé à arrêter les frais.

« Bonne soirée, Olivia. »

Ravi de t’avoir rencontré aussi, pensa-t-il tout bas.
Il doutait du prétendu ravissement de sa voisine de bar. Après tout, elle avait l’air tout sauf ravie en cet instant précis. Plutôt contrariée. Un tantinet accablée, aussi ? Sa curiosité dévorante l’aurait probablement poussé à poser la question si le message n’avait pas été aussi clair. Olivia n’était pas intéressée par une conversation à cœur ouvert.

Galant, il tint la porte de l’établissement ouverte pour laisser la jeune femme passer. Le brouhaha du troquet s’effaça pour laisser place au silence nocturne. San Francisco était d’autant plus silencieuse les voitures ne circulaient plus. Il pensa à sa moto, bien tranquillement garée sous le gratte-ciel de la Neo Corp. Il irait probablement se balader sur son bolide, juste après. Pour se vider un peu la tête. Il songea qu’il avait un peu bu, tout de même, mais restait convaincu que, entre son appartenance aux Peacekeepers, ses liens avec la Neo Corp. et l’absence de contrôle routier, il ne risquait pas grand-chose, légalement parlant.

Droit comme un i, mains croisées devant lui, il attendait qu’Olivia parte pour reprendre son bonhomme de chemin. Un dernier acte de politesse maladroit.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Cette illusion de normalité |

Revenir en haut Aller en bas

Cette illusion de normalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Bright Town :: Citizen District :: Restaurants-
TopBottom
Ouvrir la Popote