AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

What the hell are you doing here?! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 14 Avr - 15:41



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Je n’avais pas mis le réveil exprès aujourd’hui. Pourtant il sonna comme à son habitude à 9h. Encore une preuve de mon état d’esprit en ce moment. J’oubliais tout, commençant quelque chose puis m’arrêtant en plein milieu pour faire complètement autre chose et oubliant la première. Bref, je n’avais pas vraiment toute ma tête. Une chance que je ne travaillais pas. J’étais toujours en arrêt. Je savais que je devais reprendre le boulot, reprendre un semblant de vie mais pour l’instant c’était au dessus de mes forces. Pas tant que je ne l’aurai pas un peu mieux maîtriser. Mais est-ce que j’arriverais à le maitriser un jour ? Mes entrainements nocturnes semblaient m’aider mais je ressortais de ces séances complètement épuisée. Il m’était même arrivé d’être tellement fatiguée que j’étais incapable de mettre un pied devant l’autre. Je finissais alors dans un coin, roulée en boule attendant de reprendre des forces.

Perdue dans mes pensées, j’en aurais presque oublié mon réveil si celui-ci n’émettait pas ce bruit strident qui vous vrillez les oreilles. N’étant pas du matin, j’avais choisi exprès cette sonnerie qui m’obligeait à me lever même si je ne le voulais pas. Ben la détestait aussi quand je devais me réveiller avant lui, c’était lui qui réglait le réveil de telle sorte à ce que ce soit lui qui me réveille et non cette maudite sonnerie. A ce souvenir, l’habituel coup de poignard se planta au plus profond de mon être. J’avais eu la chance de l’avoir dans ma vie. Le fait de l’avoir perdu m’avait fait prendre conscience que cette chance là, je ne l’aurais certainement plus. J’avais eu ma chance et j’avais tout fait foiré. Moi et mon caractère de merde.

Eteignant le maudit appareil, je rabattis le drap sur ma tête ne voulant pas quitter mon lit de la journée. Surtout cette journée. L’année dernière encore, c’était synonyme de fête. L’anniversaire de Ben. Le passage dans une nouvelle décennie. Nous avions chacun pris notre journée, éteignant notre téléphone pour ne pas être dérangés par nos travail. Nous avions passé une merveilleuse journée en amoureux avant un resto avec tous nos amis. Ben n’était pas très fête. Ironique n’est-ce pas quand on savait comment on s’était parlé pour la première fois ? Il disait toujours que cette fête là était la seule qui comptait et qu’il n’avait plus besoin de faire la fête.

« Bon anniversaire mon amour… Tu me manques… », murmurai-je les yeux pleins de larmes.

A ce moment-là, la sonnerie du réveil retentit à nouveau. Mais qui était le tortionnaire qui a inventé ça ?! Soupirant, je me levai et passai sous la douche. L’eau chaude acheva de me réveiller complètement. J’adorais être sous l’eau. L’eau brulante avait le don de m’apaiser, enlevant les tensions qui m’habitaient. Pour un temps certes mais cela me soulageait vraiment. Dommage qu’elle n’avait pas cet effet aussi pour les blessures de l’âme… Me dirigeant ensuite vers la cuisine, j’en ouvris les placards et vit qu’à part une boite de céréales, ils étaient entièrement vides. Super ! J’allais devoir aller faire des courses… Au moins, il restait du café. La base.
Regardant l’heure, je vis qu’il était 11h. Déjà ? Peu enthousiaste, je sortis tout de même pour faire quelques courses. Le soleil brillait dehors. On se serait presque cru dans une ville normale. Sauf que ce n’état pas le cas. Depuis presqu’un an maintenant, plus rien n’était normal à San Francisco. Dans cette partie de la ville, on pourrait le croire. On voyait des gens sourire, insouciants comme si la vie était belle. Mais tout avait changé… Tout. Cela me rendait dingue qu’on puisse être comme ça. C’était l’une des raisons qui me faisait dire que je n’étais pas encore prête à reprendre le boulot. Il y avait encore trop de colère en moi. Colère que je n’arrivais que très peu à contrôler. Je ne pouvais me permettre de tuer d’autres personnes.

Une fois rentrée, je me fis chauffer une soupe et la but près de la fenêtre. L’endroit que je préférais dans cet appartement. Avec son large rebord, je pouvais m’y installer confortablement et regarder le parc près de mon immeuble. J’avais aussi une vue sur la rue d’à côté. Voir l’agitation de la ville me suffisait pour l’instant. Ces vues et aussi mes souvenirs. Parce que oui, je m’y plongeais bien trop souvent pour mon propre bien, je le reconnaissais honnêtement. Mais c’était tout ce qui me restait de lui. Et j’avais besoin de lui. Maintenant plus que jamais…

Un coup bref me fit sursauter. Je regardai nerveusement vers la porte, mon cœur battant à tout rompre. Détends toi, c’est surement un voisin qui vient te demander du sucre. Soufflant un bon coup pour essayer de paraître la plus naturelle possible, j’avançai vers la porte au moment où mon visiteur surprise frappa à nouveau. L’ouvrant, je restai interdite devant la personne qui se présenta à moi.

« Josh… », soufflai-je


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mer 15 Avr - 10:38

La Station des Peacekeeper était, comme souvent, en effervescence. Joshua observait depuis un certain temps déjà les allées et venues de ses collègues survoltés. Lui avait initialement pris sa journée, mais s’était pointé tout de même pour aider à faire de la paperasse.

Depuis sa rencontre avec Dawn, il se demandait combien de Peacekeepers se défiaient tacitement de la Neo Corp. Combien seraient prêt à suivre Sean s’il se séparait de la Neo Corp. ? Et quel avenir pour les forces de l’ordre, sans le Neo Serum ? Lui qui se parait toujours d’indifférence se trouvait curieusement inquiet, une fois que son entreprise bien aimée se trouvait en ligne de mire.

Un regard pour le calendrier, et il repoussa toutes ses appréhensions. À la place, il se plongea dans une nostalgie un peu aigre, de celle où les vieux amis d’une autre époque se paraient d’un halo brumeux. Une pensée pour les disparus. Il aurait fêté quel âge, déjà, le Ben ? Combien de fois avaient-ils plaisanté sur son âge ? Et quelle bouille extatique mais crevée il avait, le lendemain de son premier rencard avec Jen ?

Jen. La femme de son meilleur ami, il ne l’avait pas vue depuis sa sortie d’hôpital, où il avait dû lui annoncer cette terrible nouvelle. La scène était encore vivace dans son esprit, les mots qui sortaient de sa gorge, presque désincarnés, alors qu’il refoulait les émotions dévastatrices tout au fond de lui. La réaction de Jen, prostrée, anéantie, avait hanté ses songes. Mais après cela, elle l’avait repoussé. Il avait eu beau l’appeler, jamais elle ne lui avait répondu. Il était passé plusieurs fois à son travail, mais on lui répétait chaque fois qu’elle était toujours en congé jusqu’à nouvel ordre.

Joshua soupira ; d’un même mouvement, il se leva et prit sa veste, avant de se lancer à l’assaut des rues de San Francisco. Il était temps de rendre une petite visite à son amie.

Parce que, oui, elle était son amie !
Il était immédiatement tombé sous le charme volontaire et plein de bonté de la médecin, quand Ben les avaient enfin présentés ! Plus encore, il avait choyé le bonheur qui unissait le couple, les avaient couvés d’un regard presque paternel. Si Josh n’était pas capable d’une relation stable, s’il se noyait dans son égocentrisme vénal, il restait absolument ravi pour ce duo qui, somme toute, était son parfait opposé.

Il fit un crochet par un café, prit une commande d’un ton expert. À bien y penser, il connaissait Jen presqu’aussi bien que Ben. Ses plats préférés, son vin préféré, sa passion pour les douches qui faisait râler Ben, une multitude de détails qui dépeignaient à la perfection cette femme. Elle riait même à ses blagues pourries ! Comment ne pas apprécier quelqu’un qui récompensait les efforts de Josh de la sorte ?

Voilà, elle reconnut le bâtiment ; même l’appartement, il le connaissait que trop bien. Les longs dîners qui se prolongeaient tard dans la nuit, dans le petit salon, avec un verre de digestif, une bouteille de vin, et où les secrets s’éventaient, où on murmurait nos démons et où on savait que les aveux resteraient sous clés, dans le cœur des êtres chéris qui vous acceptaient ainsi de toute façon…

Il toqua à la porte, se répugnant à sonner – Jen n’aimait pas le son strident du réveil, alors le hurlement aigu de la sonnette… – mais il n’hésiterait pas à employer ce moyen si cela s’avérait nécessaire. Heureusement, Jen ouvrit la porte de son plein gré. La surprise sur ses traits lui arracha un sourire contrit. C’était moche, de débarquer sans s’annoncer, mais là… Là il s’inquiétait vraiment pour elle.

Le sac en papier contenant le café et les pâtisseries dans une main, il n’enlaça son amie que d’un bras, dans une étreinte amicale un peu timide, comme s’il avait peur de la faire fuir. Elle était si petite, comparé à lui !

« Salut, Jen. »

Par-dessus son épaule, il pouvait voir l’appartement, où l’absence de Ben flottait, flagrante, douloureuse. Énième soupir.

« Je m’inquiétais pour toi », avoua-t-il.

Il tendit son sac de victuailles en offrande, comme pour demander la permission d’entrer. Elle pourrait toujours lui claquer la porte au nez, après tout, peut-être que le voir aujourd’hui, le jour de l’anniversaire de Ben, ce serait trop pour elle. D’un autre côté, il avait besoin de finir de faire son deuil, lui aussi, il avait besoin de la voir, de s’assurer qu’elle allait bien, autant pour lui que pour feu son meilleur ami. Quel pote serait-il, s’il négligeait la femme de Ben, maintenant qu’elle avait le plus besoin d’un ami (et ce, quand bien même l’ignorait-elle) ?

Il patienta, donc, qu’elle l’invita à entrer, respectueux de son espace et de sa peine, se faisant pas trop intrusif, mais il en restait pas moins déterminé à ne pas passer cette après-midi seule, à ne pas l’abandonner à sa peine.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Ven 17 Avr - 15:17



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Josh… Je me retrouvai soudain transportée presque 10 ans plus tôt lorsque je me retrouvai nez à nez avec l’un de mes plus vieux amis et meilleur ami de mon défunt mari. Je ne comptais plus le nombre de journées, le nombre de soirées passés ensemble. Ben le considérait plus que comme son meilleur ami mais comme son frère. Ils avaient été partenaires au sein de la caserne et même après le départ de Josh, leur amitié n’avait pas faibli. Ils ne pouvaient plus se voir sur leur lieu de travail ? Soit ! Ils se verraient en dehors. Parfois, quand j’avais des examens ou autre et que j’avais besoin de calme, je pouvais être sûre que Josh allait emmener Ben quelque part pour me laisser tranquille. D’aussi loin que je me souvienne, Josh avait toujours été là pour nous…

… Et tout ce que j’avais fait c’était le repousser. C’était lui qui m’avait annoncé la mort de Ben et depuis ce jour je ne l’avais revu qu’une seule fois, le jour de l’enterrement. Mais j’avais vécu cette journée comme dans un bouillard. Peu de souvenirs m’étaient restés. Des visages toutes aussi flous les uns que les autres avaient défilé devant moi me présentant leurs condoléances. La seule présence certaine avait été la sienne. Ben étant orphelin et fils unique, Josh avait tenu lieu de famille pour lui. Il avait été là mais même si je sentais sa présence, je ne l’avais pas vraiment vu. Une fois la cérémonie terminée, je m’étais éclipsée et m’étais enfermée dans une tour… jusqu’à aujourd’hui.

Lorsqu’il me prit dans ses bras, toute une foule de sensations m’envahirent. Nostalgie, douleur, peine mais étrangement du réconfort. Si une personne sur terre savait ce que je pouvais ressentir c’était bien lui. Une pointe de culpabilité m’envahit quand je repensais aux nombreux appels et messages qu’il m’avait laissé et auxquels je n’avais pas répondu. C’était trop dur pour moi et même encore maintenant, le voir ne faisait que me faire ressentir l’absence de Ben plus cruellement. Mais il était là et je ne pouvais faire comme si il n’existait pas.

« Salut Josh… », lui répondis-je d’une voix douce.

Me rendant compte qu’il était encore devant la porte, je m’écartai un peu pour le laisser entrer après avoir pris le sac qu’il me tendait. Une bonne odeur de café s’en dégageait. Je ne pus m’empêcher de sourire, Josh me connaissait bien.

« Merci… Désolée je manque à tous mes devoirs. Entre donc »

Je l’emmenai vers le canapé même sil n’avait pas vraiment d’escorte. Il avait passé assez de temps en ces lieux pour le ‘connaître comme sa poche. A l’époque, il venait dîner régulièrement et restait jusque tard dans la nuit. J’aimais les écouter Ben et lui raconter leurs anecdotes et même si je les connaissais par cœur, j’arrivais encore à en rire comme si c’était la première fois. Josh et moi partagions le même goût pour les blagues vaseuses ce qui avait le don d’effarer mon mari à chaque fois. Il disait que nous étions les seuls à comprendre nos blagues et à en rire. Ça nous faisait encore plus rire à chaque fois.

« Installes toi, je reviens »

Me dirigeant vers la cuisine, je sorti les pâtisseries du sac et souris à nouveau. J’avais oublié à quel point Josh me connaissait. Il y avait là tout ce que j’aimais. Outre les chouquettes, il avait pensé à prendre des muffins pommes caramel et des muffins citrons meringués. Si je ne me trompai pas, il avait pris le tout dans le café pas très loin de son ancien lieu de travail. On avait l’habitude de s’y retrouver quand Ben avait une petite pause ou juste comme ça. Cette pensée me vrilla le cœur mais repoussant aussitôt tout ça, je disposai le tout sur un plateau et revins vers mon ami.

« Tu n’as pas oublié à ce que je vois… Tu vas bien ? Ça fait longtemps… »

J’avais conscience de parler pour ne rien dire mais j’étais mal à l’aise. Je savais que je n’avais pas bien agi par rapport à lui et je ne savais pas quel comportement adopter avec lui. Soupirant un peu, je finis par lâcher dans un murmure

« Je suis désolée… Désolée pour tout… »


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Ven 17 Avr - 16:21

Entrer dans l’appartement, c’était faire face à une multitude de souvenirs. L’assaut des réminiscences le prit à la gorge, étouffant, asphyxiant de leur étreinte nostalgique. Il avait l’impression qu’à tout moment, Ben sortirait de la salle de bain, tout dépenaillé, et qu’il ferait une blague douteuse sur la vie sexuelle du couple ou sur son métier de pompier. Mais le soldat du feu ne reviendrait pas, il les avait quittés dans un incendie… Quelle ironie.

Quand il avait appris que Jen était à l’hôpital et que Ben avait péri, Josh revenait d’une mission éreintante. Il ne s’était même pas arrêté pour faire son rapport, il avait envoyé balader Sean et s’était précipité à l’hôpital, pour avoir le récit d’un ancien collègue. Puis il avait veillé Jen, là, prostré dans un fauteuil près du lit, quand bien même elle n’était pas supposée avoir de visiteurs autres que la famille. Il avait fait les yeux doux à une infirmière avec laquelle il avait eu une aventure, puis c’était laissé tomber sur son siège, coudes sur les genoux, tête entre les mains, et une question qui tourbillonnait dans le néant de son esprit : pourquoi, pourquoi lui, Ben, qu’il considérait comme un frère ?

Très vite, Josh s’était comporté comme si cela ne l’atteignait pas, il s’était muré dans sa bonne humeur et son professionnalisme, n’en avait parlé à personne à la Station. À quoi bon ? Personne ne pouvait comprendre, personne ne l’avait connu. Mais là, avec Jen, c’était différent : ils partageaient la même peine et, quelque part, cela le faisait se sentir humain – ce qu’il n’était pas, le reste du temps.

Même à l’enterrement, il avait fait fière figure : solennel, droit, respectueux, souriant envers les autres venus, compatissant envers les autres collègues, courtois avec les vieilles connaissances. Il avait essayé d’approcher Jen, mais elle s’était volatilisée. Ses condoléances étaient restées suspendues dans l’atmosphère écrasante et il avait jeté un coup d’œil désolé au cercueil. Si Ben les voyaient, tous lamentables, il aurait un de ces sourires tristes… Alors, Josh, lui, se contentait d’honorer sa mémoire sans se laisser abattre. Le vide était là, mais il ne se laissait pas dévorer. Ce n’était pas ce que Ben aurait voulu, de toute façon.

Jen n’avait visiblement pas cette force, et il le comprenait. Alors, là encore, il faisait ce que Ben aurait voulu. Il gardait un œil sur elle. D’abord, sans réussir à la joindre, il avait quand même guetté ses rares sorties, les courses qu’elle se faisait livrer, s’assurant que ça vivait toujours, là-haut, dans l’appartement. Maintenant, il passait à la vitesse supérieure et venait directement lui rendre visite. Cela faisait trop longtemps, elle ne pouvait pas rester seule, recroquevillée dans son isolement chagrin.

Il s’assit sur le canapé, à sa place habituelle.
Le vide de Ben grignotait l’espace, et il fronça brièvement les sourcils à l’adresse du fantôme qui hantait l’appartement. Puis, il plaqua sur ses lèvres sont plus beau sourire, pour chasser le malaise de son amie :

« T’as pas à t’excuser, Jenny. »

Ni à te cacher, avait-il envie de rajouter, mais il soupçonnait que ça serait de trop.

À la place, il se redressa pour attraper son café, et en profita pour ébouriffer les cheveux de Jen, tout en l’incitant à s’asseoir. Il commença par le commencement, tout en se rasseyant :

« On fait aller. C’est la folie, au boulot, en ce moment. Comme toujours, en fait. »

Il était devenu traqueur pour arranger Gallagher. S’il n’en avait tenu qu’à lui, Josh aurait rejoint les pompiers quand il avait signé pour devenir Peacekeeper. Il aurait ainsi retrouvé ses anciens camarades, épaulé les secouristes au quotidien, retrouvé Ben. Peut-être aurait-il passé plus de temps avec son meilleur ami, ainsi. Mais il était trop tard pour se morfondre. Il écarta la sinistre pensée, avant de poursuivre :

« J’ai une coéquipière… Tu l’adorerais. Un théâtre ambulant, une princesse hautaine et drôle, qui joue son rôle au quotidien. Elle ne rit pas à toutes mes blagues et me lance de si vilains regards ! Elle est très amusante à provoquer. »

L’humour tout relatif de Josh était une chose, le voir à l’œuvre sur une tierce personne en était une autre. Jen avait souvent observé son ami faire le pitre, que ce fut aux dépends de Ben, d’une conquête, d’un vieil ami, ou d’un couple qu’on connaissait depuis trop longtemps mais qu’on détestait secrètement. Il ne savait pas si les deux femmes s’entendraient, mais au moins, Jen ne serait pas déçue du spectacle.

Josh secoua dramatiquement la tête, en pensant à Aria :

« Et dire qu’elle a tout juste la vingtaine… »

Tel fut le petit discours dramatique sur le quotidien de Joshua.
Ce n’était pas une approche anodine, il voulait effacer le malaise, reprendre comme si leur relation n’avait pas souffert d’un long silence. Comme pour qu’elle s’habitue de nouveau à lui.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 21 Avr - 1:12



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Voir Josh assis là, à sa place habituelle, me fit un effet curieux. Réconfortant, familier tout comme lui l’était. Mais aussi de la douleur car qui dit Josh dit Ben. Enfin qui disait Josh disait Ben. Pourquoi utiliser le présent pour quelque chose qui n’existait plus. Je savais que j’avais été égoïste, que je n’avais pensé qu’à moi et à ma douleur. Or Josh avait perdu son meilleur ami aussi. Ben avait fait partie de sa vie plus longtemps qu’il n’avait fait partie de la mienne et tout à ma douleur j’avais occulté le fait que lui, plus que quiconque, pouvait me comprendre…

Pour ça et pour tout pleins d’autres choses encore, je m’étais excusée. Mais le blond, fidèle à lui-même, me fit un grand sourire en me disant que je ne l’avais pas à l’être. Et lorsqu’il m’ébouriffa les cheveux, je ne pus m’empêcher de lui retourner son sourire. C’était son truc. Tout comme son ami, il avait toujours su me faire rire et me remonter le moral quand ça n’allait pas. On partageait une complicité presque fraternelle, si je puis dire et l’avoir à la maison aujourd’hui me faisait plus de bien que je ne voulais l’admettre.

Reportant mon attention sur lui, Je lui fais un petit sourire contrit tout en m’asseyant à ses côtés.

« Quand même… Je n’aurais pas dû te repousser comme je l’ai fait… Je suis vraiment contente de te voir. »

Pourtant, tout au fond de moi, je ne pouvais me défendre du sentiment de culpabilité qui m’envahissait. Car Josh ne savait pas que c’était à cause de moi que son meilleur ami était mort… Je n’avais pas l’intention de lui en parler. Ni à lui ni à quiconque d’ailleurs. Mais cela me mettait mal à l’aise. Je n’aimais pas garder des secrets. Ben disait toujours que lorsque je mentais cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Genre, j’étais un Pinocchio ambulant quoi. Très sympa mon mari quand il s’y mettait. Mais il n’avait pas tort. Je détestais mentir… Encore une raison pour détester ce que la Neo Corp a fait à notre ville…

Mais bon, je ne voulais pas y penser maintenant. Je n’allais être que colère après et ce n’était pas bon pour ce que j’avais. Surtout quand j’ai de la compagnie. J’essayai de me concentrer sur ce que Josh me disait et il me fallut quelques secondes pour comprendre qu’il me parlait de son travail. Peacekeeper… Cela ne m’avait pas étonné outre mesure qu’il les rejoigne même si j’aurai pensé qu’il aurait repris son poste dans la caserne. Ce ne fut pas le cas mais je m’en fichais un peu à vrai dire. Je n’avais jamais pensé à Josh par son métier donc je n’allais pas commencer maintenant. Il était avant tout mon ami. En fait, il était l’une des rares personnes qui me restaient. Avec mon isolement, les amis aussi s’en étaient allés. Je ne m’en plaignais pas. Avec le temps, j’avais appris à me suffire à moi-même. Et Josh venait comme un rappel du monde extérieur, monde que je n’avais pas vu depuis la mort de mon mari.

Je l’écoutai parler sa coéquipière et ne pus m’empêcher de sourire en l’entendant me la décrire. Josh avait ce talent inné pour pousser à bout les personnes autour de lui et plus particulièrement ses collègues. Ben était bonne pâte et c’était peut-être pour ça qu’ils s’entendaient aussi bien. Quant à moi, j’avais un peu le même sens de l’humour que lui donc forcément ça collait entre nous.

« Peu de personnes comprennent notre humour. »

Et concluant dans un élan théâtral, il me parla de son âge. Je voyais parfaitement clair dans son jeu et je ne lui fus que plus reconnaissante que de ne pas me sortir toutes les platitudes auxquels j’aurais eu droit de la part des autres. Peut-être était-ce pour ça que je remettais autant ma date de reprise. Pourtant, je savais que l’hôpital avait besoin de moi. Depuis l’accident, le nombre de blessés était plus important que jamais et je savais que je ne pourrais pas repousser l’échéance éternellement.

« En tout cas, elle m’a l’air très intéressante comme personne… Il faudra que tu me la présentes un de ces quatre. Peut-être qu’après m’avoir rencontrée, tu passeras mieux auprès d’elle ! »

Taquine, je rajoutai

« Mais dis moi Stone ! Elle est toute jeune ! Depuis quand tu les prends au berceau ? »

Et une chose bizarre se produisit. J’éclatai de rire devant la mine de mon ami. D’un rire spontané comme il ne m’était pas arrivé depuis des lustres. Mais aussitôt, une bouffée de culpabilité m’envahit. C’était comme si je n’avais pas encore le droit de rire. C’était encore trop tôt. Posant aussitôt une main contre ma bouche, je murmurai en baissant la tête

« Pardon… »


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Dim 26 Avr - 13:44

Joshua balaya l’instance de Jen à lui présenter des excuses d’un haussement d’épaule. Il comprenait. Puis, elle ne l’avait pas repoussé, juste ignoré, ce n’était pas pareil. Si elle lui avait claqué la porte au nez à l’instant, là, ç’aurait été une toute autre affaire.

Josh s’appliqua ensuite à imaginer une rencontre entre Jen et Aria. Oh, il savait bien comment réagirait Jen, souriante et avenante comme toujours, ne laissant que très peu transparaître sa force de caractère et, peut-être aurait-elle quelques propos malencontreux qui la feraient rougir, comme une blague ratée ou un lapsus révélateur. Aria ne pourrait qu’être charmée, non ? Ouh aurait-elle un air pincé en découvrant que Joshua avait un double féminin, qu’on risquait l’invasion d’humour débile ? De façade, il imaginait très bien sa Princesse rire et plaisanter, probablement profiter de l’occasion pour conter quelques horreurs à son sujet, l’enfoncer, se venger. Diantre, ça serait douloureux.

Après réflexion, il serait la cible de bien trop de moqueries si cela se passait ainsi. Et vu que Jen ne le prenait pas totalement pour un pitre (mais aussi un soldat du feu, un ami, un pilier, tout plein d’images délicieusement positives qui flattaient furieusement bien l’égo), il n’était pas tout à fait prêt à laisser Aria dépeindre le tableur le plus clownesque de sa majestueuse personne.

Il réfléchissait donc à quoi répondre, s’il fallait ou non les présenter (passerait-il mieux, ou serait-ce pire ?) tout en tentant de gagner du temps en plongeant le nez dans son gobelet de café…
Café avec lequel il manqua de s’étouffer.

Lui et Aria ? Mais quelle idée incongrue !
Ce n’était pas qu’elle était pas jolie, sa princesse (bon dieu, ces gambettes…), ni qu’elle était si jeune que ça (bon d’accord, un peu). Ses tendances tyranniques le dérangeaient un peu, mais laissaient présager aussi de bon moments sulfureux et–
STOP.
Joshua rembobina le fil de ses pensées, toussota pour essayer de reprendre une respiration cohérente, tenta d’ignorer la brûlure du café qui avait tenté d’atteindre sournoisement ses poumons.

« Jen ! » protesta-t-il tout d’abord.

Il allait se récrier davantage, mais elle rit.
Elle rit de bon cœur, et c’était un son si doux à ses oreilles, qu’il lui arracha un sourire malgré la gravité de la situation (tant le sous-entendu de son amie que ses pensées déplacées) et il y avait une tendresse que trop rare dans ses prunelles. Il dut se rendre à l’évidence : elle lui avait manqué, terriblement, son rire et sa bonne humeur, ses coups de sangs et son sens de l’éthique, sa passion pour son travail, sa dévotion. Jen était quelqu’un de formidable, bien plus que lui ne le serait jamais, et ça, ça  n’avait pas de prix.

Mais elle s’excusa.
Joshua cligna des yeux, se laissant un instant de réflexion. Pardon de quoi ? De rire ? N’avait-elle pas le droit de rire ? C’était ridicule ! Pourtant, il n’exprima pas sa pensée, la réprimander ou la prendre en pitié ne lui feraient aucun bien. Il avait besoin de lui prouver que la vie continuait, qu’elle avait le droit d’être heureuse, même sans Ben…

Plus il y repensait, plus il se doutait que quelque chose ne collait pas tout à fait. Déjà, elle connaissait les risques du métier de Ben. Qu’elle fût dévastée était une chose, mais qu’elle s’interdît de vivre ? Elle savait pertinemment que Ben n’aurait pas voulu ça pour elle, non ? Et Jen était médecin. Scientifique. Intelligente. Il s’était attendu à ce qu’elle abordât son deuil de façon différente…

Il repoussa ses pensées dérangeantes, refusant de s’aventurer sur ce terrain glissant, refusant de croire qu’il y avait plus que ce qu’il n’y paraissait à la mort de son meilleur ami. À la place, il fronça les sourcils et répliqua, faussement dramatique :

« Ouh, ça oui, tu peux t’excuser, ma chère ! Te moquer de moi de la sorte ? Alors que je subis au quotidien cette sorcière de Princesse ! »

Il prit son plus bel air boudeur, croisa les bras, rentra légèrement la tête dans les épaules. Avec une bouille pareille, il ne pouvait QUE lui redonner le sourire ! Il était de toute façon très facile de réaliser que tout cela n’était qu’une plaisanterie pour lui.

Puis, comme s’il se souvenait soudain de quelque chose, il se redressa d’un coup, se frotta les mains :

« Jen, passons aux choses sérieuses ! »

Son ton enjoué, heureusement, n’annonçait nullement du sérieux, mais plutôt un divertissement nouveau. Joshounet se pliait en quatre pour l’occasion, patientant tranquillement. Son amie lui parlerait d’elle quand elle en aurait envie.

« J’envisage de redécorer mon appart. »

Il connaissait bien une décoratrice d’intérieur mystérieuse et à croquer, tout velours, toute méfiance, cette fameuse Blair Davis qui avait probablement beaucoup à cacher, mais… Oh, il gardait les raisons de cette idée soudaine pour lui, pour l’instant. Fallait bien construire le suspense, et Jen se poserait certainement la question ! Joshua n'était pas spécialement connu pour prendre soin de son appartement, surtout qu'il y passait peu de temps.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Lun 4 Mai - 1:33



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Maintenant que Ben n’était plus, la personne qui s’apparentait le plus à une famille pour moi était Josh. L’avoir ici, l’entendre parler, tout cela m’avait manqué. Je m’en rendais compte maintenant. Il était toujours fidèle à lui-même, aussi drôle et sarcastique que d’habitude. Apparemment, il ne m’en voulait pas de l’avoir écarté. Mais ces derniers mois, j’avais écarté tout et tout le monde. Mon répondeur regorgeait de messages auxquels je devais répondre mais je repoussais sans cesse le moment où je le ferai. J’avais toujours une bonne excuse. Je ne me sentais pas bien. Je ne pouvais pas être perturbée car j’avais un entraînement qui m’attendait. Ou encore je devais sortir faire quelques courses et donc je devais me montrer très prudente et ne pas me laisser déborder par des sentiments inopportuns… Oui, j’avais tout un lot de d’excuses aussi bidons les unes que les autres.

Mais là Josh était devant moi en chair et en os et je n’avais aucunement l’intention de le chasser. Avec lui j’avais le sentiment d’être encore une personne normale. Je savais qu’il devait avoir du mal à comprendre pourquoi je me terrais ainsi. En même temps, je ne me voyais pas lui en donner la raison. D’une parce qu’il était devenu Peacekeeper et que je ne savais pas trop quelle était sa position envers les mutants. De deux parce que j’avais tué son meilleur ami. Comment pouvait-on dire ça à la personne qui représentait la famille qui nous restait ? J’avais peur de voir le dégout emplir son beau visage et surtout le mépris, la haine que je savais mériter mais que je n’étais pas prête mais alors pas prête du tout à le voir.

Après mon éclat de rire aussi subit que bref, je m’attendais à voir Josh venir avec ses gros sabots me demander de quoi je m’excusais et surtout pourquoi je le faisais. Je n’avais pas l’habitude de m’excuser avant et surtout pas auprès de lui. Quand on se taquinait, les plaisanteries allaient bon train et aucun de nous n’en prenait jamais ombrage. Alors oui, il avait de quoi être étonné le petit Josh de me voir ainsi. Pourtant il n’en fit rien. Au contraire, il enfonça le clou en me disant que je faisais bien de m’excuser d’avoir osé insinuer une telle chose.

Levant les yeux, je le vis qui me boudait. Enfin bouder est un bien grand mot lorsqu’il s’agissait de Josh. Là, il ressemblait plus à une tortue qu’à autre chose. Je ne pus m’empêcher de sourire. Je le connaissais assez pour savoir que là son but était ça et aussi de me faire savoir que la vie continuait malgré la perte tragique que j’avais subie. Je ne lui en fus que plus reconnaissante. Essayant de me mettre au diapason, je rétorquais un peu moqueuse

« Une sorcière de Princesse ? Vraiment ? Tu m’as l’air sacrément bien accroché mon cher ! »

Je lui fis un petit sourire tout en buvant mon café. J’adorai ce breuvage. Accro moi ? Oui peut-être bien mais avouez que c’était la meilleure invention de l’homme !

Mais à ce moment là, mon ami se redressa d’un coup et m’annonça qu’il voulait redécorer son appartement. Cette fois, ce fut à mon tour de manquer de m’étouffer avec mon café. Josh ? Redécorer son appartement ? Josh ? Prendre soin de quelque chose ?

« Qui êtes vous et qu’avez vous fait de Joshua Stone ? »

Posant mon café sur la table basse, je me redressai à mon tour. L’imitant, je croisai mes bras et le regarda en fronçant exagérément les sourcils en ajoutant.

« Le Joshua Stone que je connais est une personne très paresseuse et extrêmement négligé en ce qui concerne son intérieur alors je répète. Qui êtes vous et qu’avez-vous fait de mon meilleur ami ? »

A peine les derniers mots franchis que je me rendais compte de ce que je venais de dire. Je venais tout bonnement de dire que Josh était mon meilleur ami. Il avait été celui de mon mari oui mais le mien ? Je n’avais jamais réfléchi à lui comme ça. Pour moi Josh était intrinsèquement lié à Ben. Ces deux là était comme un package. Jamais l’un sans l’autre. On ne pouvait pas prendre l’un sans accepter l’autre. Je l’avais accepté sans me poser plus de question que ça et Josh était rapidement devenu aussi mon ami intime. Pour le taquiner, je disais que c’était lui la première femme de Ben et lui me rétorquait qu’il n’avait fait que de me « prêter » Ben. C’était bon enfant, c’était simple. Pas besoin de mot. Mais là…

Je piquai un fard et m’agitai sur mon canapé essayant de rattraper ce que je venais de dire. Je ne voulais pas qu’il se sente un quelconque devoir envers moi.

« Hum… Quelle mouche t’a piqué dis moi ? Encore une belle femme derrière tout ça ? Ta Princesse fait aussi décoratrice d’intérieur ? »


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Lun 4 Mai - 13:29

Josh était partagé.
D’une part, il adorait constater que sa stratégie était payante, que sa douce et drôle Jen reprenait du poil de la bête, que les habitudes glissaient sur sa peau, imprégnaient son être, outrepassant, même brièvement, l’affable sentiment de perte. Bien sûr, la tristesse subsistait, dans le fond ; sournoise, elle se terrait dans le fond de son regard, s’accrochait au coin de ses sourires, persistait, aussi, sous la forme d’une légère ride sur son front si lisse. Mais, même si c’était une part infime d’authenticité et un bon morceau de comédie, Josh demeurait convaincu que toute cette affaire était pour le mieux, que ce bavardage presqu’adolescent et spontané agissait comme du baume au cœur pour son amie.

Accroché, lui ?
Il préféra garder cette réflexion dans le fond de sa petite caboche bizarrement tournée, se contenta d’un regard suspicieux à l’égard de son amie. Allons bon. Ce qu’il ne fallait pas entendre ! Il n’y avait pas la moindre once de vérité dans de tels propos, juste de la taquinerie néfaste pour son égo. Aria Blake était sa princesse, sa collègue, son amie probablement, son tyran très certainement, mais de là à dire qu’il était accroché… Diantre ! Ce serait comme envisager d’avoir des sentiments autres que purement platoniques pour Jen ! La simple pensée lui arracha une terrible grimace en son for intérieur et il préféra ignorer, aussi, cette petite voix interne qui le traitait de menteur.

À la place, il se focalisa, plutôt, sur l’affaire de l’instant.
Première étape, prendre la mine outrée la plus plausible, la plus marquée, la plus… eh bien, outrée que possible.

« Je ne suis pas paresseux ! »

Joshua s’était toujours admirablement bien occupé de son appartement – bon, maintenant, il avait une femme de ménage – mais son appartement était toujours très propre. Un peu désert, mais très propre. Tout simplement parce qu’il étendait le principe « un esprit sain dans un corps sain » jusqu’à son nid douillet, tout simplement. Certes, c’était une netteté spartiate et froide, mais… il était très bien, son loft, non ? Ce n’est pas parce que son chez-lui était si peu chaleureux qu’il fallait pour autant le qualifier de « négligé ».

(Il fallait noter aussi que, les rares fois où Jen était venue chez lui, c’était quelque peu désorganisé, contrairement à son habitude. Lendemains de fête, ou encore charmante compagnie avaient tendance à laisser les lieux légèrement sens dessus dessous. Depuis ces quelques malencontreuses visites, cette femme têtue s’évertuait à le taquiner sur le sujet et à ne pas le croire quand il disait qu’il était quelqu’un qui ne négligeait pas du tout son appartement ! Mais voilà, la maligne préférait venir à l’improviste, parce que sinon, c’était de la triche.)

La mention de « meilleur ami » ne provoqua le même trouble chez lui que chez Jen. Pour lui, ça coulait de source. Jen faisait partie intégrante de son entourage, elle avait toujours été là pour lui, et réciproquement. Alors, s’il ne s’embarrassait pas de ce genre de termes, de cette dissociation entre le « meilleur ami », l’ « ami », les « copains », les « potes », les « connaissances » et les divers degrés de nuances entre, dans son petit cœur, la vérité est toute nette : oui, Jen était sa meilleure amie, une vieille amie vers qui il se tournait volontiers pour lui réchauffer le cœur. Elle n’avait rien d’une ancienne conquête, rien d’une connaissance superficielle, non, elle était juste Jen, tout simplement. Et franchement, il n’y avait rien à demander de plus.

Évidemment, une telle Jen avait visé dans le mille : il s’agissait bien d’une femme. Mais, par pur esprit de contradiction, histoire de la faire mousser un peu, et surtout, de se venger d’une bien maigre manière de ses insinuations perfides, il prit le temps d’avaler une pâtisserie et de boire un peu de café, avant de répondre :

« Non, miss Blake est Peacekeeper. Mais il y a bien une décoratrice d’intérieur qui m’intrigue. Et oui, elle est belle, mais là n’est pas la question ! »

Il perdit toute intonation joueuse dans sa voix, s’appliqua à reprendre son sérieux, avant de lancer, sur la confidence :

« Je crois qu’elle mène des activités assez illicite, je l’ai croisée en train de roder dans les bureaux d’une entreprise rivale à la Neo Corp. C’est… très mystérieux, je dois dire. »

Oui, voilà, c’était ce sentiment de mystère de velours qui entourait la jolie Blair qui intrigait vraiment Joshua.

« Et quand je dis roder, je dis bien au milieu de la nuit, et en évitant soigneusement les gardes. »

Dernier garde qu’il avait habilement détourné grâce à sa couverture de Peacekeeper.

Mais, dis-donc, Josh ?
La curiosité n’était-elle donc pas un bien vilain défaut ?


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Lun 4 Mai - 16:47



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Josh ne semblait pas le moins du monde perturbé par ce que je venais de dire. Je devrais peut-être prendre exemple sur lui et ne plus me prendre la tête pour un petit rien. C’était mon ami, mon plus vieil ami point barre. Mais d’un autre côté, j’avais peur qu’il ne voit là une charge de plus à mettre sur ses épaules. Si c’était le cas, je saurai le remettre à sa place soyez en assuré ! Je m’étais toujours prise en charge comme une grande jusqu’à présent et ce n’était pas parce que mon mari était mort que j’allais me mettre à compter sur d’autres. J’avais très bien survécu jusqu’à présent et je n’avais nullement l’intention de commencer maintenant.

Josh était certes un soutien, le meilleur que je puisse avoir mais c’était tout. Je ne voulais dépendre de personne et je savais que mon ami le savait. Sinon il ne m’aurait pas laissé cet espace ces derniers temps. Je le laissais s’exprimer quand au fait qu’il n’était pas paresseux et lui souris amusée. Je le taquinais et il le savait très bien. Bon c’est vrai que les quelques fois où j’étais allée chez lui, son appartement était dans un triste état. Il se défendait toujours en disant qu’il y avait eu une fête chez lui la veille. Cela me faisait rire et je ne manquais jamais de le taquiner à ce sujet.

« Dis ça à ton appartement mon cher ! »

Je lui fis un petit clin d’œil avant qu’il n’enchaîne en parlant de cette fameuse décoratrice d’intérieur. Tiens tiens tiens… Un mystère à résoudre ? Cela ne m’étonnait guère du blond. Il avait le chic pour se retrouver là où il y avait quelque chose de bizarre. D’ailleurs, cela m’étonnait quelque peu qu’il n’ait pas eu vent de mes démêlés avec la Neo Corp. Enfin de la raison pour laquelle j’étais partie. Il ne m’avait jamais demandé d’explications, se contentant de me soutenir dans mes décisions. La seule personne à qui j’avais fait part de mes soupçons était mon mari.

Pourquoi je n’en avais pas parlé à Josh à l’époque ? A vrai dire, je ne le savais pas vraiment. Peut-être parce que je ne voulais pas lui attirer des ennuis. Si il avait eu vent, il se serait précipité pour enquêter – ce qu’il voulait faire pour cette mystérieuse jeune femme d’ailleurs – et je ne voulais pas le mettre en danger.

« Une  entreprise rivale à la Neo Corp. ? Tu penses que c’est une espionne industrielle ? »

Je savais que Josh était quelqu’un d’assez curieux mais à vrai dire, je ne comprenais pas pourquoi il tenait vraiment à enquêter sur elle. Il n’avait pas quitté la Neo Corp ? Et surtout, si elle était dans une entreprise rivale à la Neo Corp. au beau milieu de la nuit, c’était qu’elle était à la solde de cette dernière. Josh avait travaillé pour mon ancienne entreprise, c’était même lui qui m’y avait fait entrer donc je e comprenais pas. C’était juste pour le fun ? Mais était-ce dangereux ?

Je le regardai. Cette mystérieuse décoratrice d’intérieur devait vraiment l’intriguer pour qu’il se prenne la tête à l’engager.

« Pourquoi tu cherches à savoir Josh ? Elle doit être à la solde de la Neo Corp. Non ? »

J’avais beau me creuser la tête, je ne comprenais pas pourquoi il tenait absolument à percer ce mystère…


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 5 Mai - 10:37

Si Josh savait qu’il avait orienté la conversation sur un terrain glissant ? Bien sûr ! Mais ça aussi, ça faisait partie du quotidien, de sa normalité. Même les meilleurs amis avaient des secrets les uns pour les autres et, franchement, cela tenait plus d’une forme de protection que d’une volonté mesquine de faire des cachotteries.

Il se demanda, brièvement, comment Jen réagirait si elle apprenait que ce bon vieux Stone rendait toujours des comptes à Gallagher. Probablement pas très bien. Insatiable curieux, il n’avait pas questionné Jen à propos de son départ précipité de la Neo Corp., mais avait tout de même fouiné pour savoir de quoi il en retournait. Pas par méchanceté envers son amie, mais par simple désir protecteur. Si quelqu’un lui avait cherché des noises, il comptait bien lui démonter discrètement le portrait, histoire de ne pas froisser l’égo de cette femme si fière. Bref, toujours était-il qu’un fossé assez conséquent séparait les deux amis : le sens de l’éthique. Joshua, sans être quelqu’un de désintéressé, était resté fidèle à la Neo Corp. en dépit de l’incident. C’était pas plus compliqué que ça : intérêt, loyauté, porte-monnaie bien rempli. Même là, Josh ne se prenait pas la tête. Sans compter qu’il s’entendait merveilleusement bien avec Gallagher.

Une espionne industrielle ?
Oh, que ça lui irait bien ! Josh sourit malgré lui, comme un gamin qui avait trouvé un intérêt tout nouveau. Le jeu, c’était sûr, en valait la chandelle. Eh, quoi, vous n’avez jamais joué à police-voleur quand vous étiez gamin ?
Il y avait là une forme d’ironie délicieuse, il fallait bien l’avouer.

Il reprit un air plus sérieux, histoire de ne pas inquiéter Jen, rebondissant sur ses suppositions :

« Elle a très certainement été commanditée par la Neo Corp. mais je pense qu’elle agit en tant qu’agent indépendant. Je l’aurai croisée avant, sinon. »

Aucun mensonge dans ses propos ; ce n’était pas comme s’il avait quitté la Neo Corp. il y avait si longtemps que cela… Et sa rencontre avec Blair remontait déjà à avant l’hiver ! Il faudrait qu’il la contacte pour ce fameux verre dont ils avaient parlé, la fois où ils s’étaient croisés à la Station.

Pourquoi cherchait-il à savoir ?
Il haussa les sourcils, faussement suggestif.

« Oh, Jen, rien ne vaut un bon mystère, tu ne trouves pas ? »

Il y avait un brin de nostalgie, dans sa voix. Finalement, à tourner en rond en tant que Peacekeeper, Joshua, sans s’ennuyer, glissait dans une routine qu’il n’appréciait pas vraiment. Et puis tout se ternissait, autour de lui : Aria était de plus en plus morose, Sean de plus en plus absorbé par son travail au vu de sa récente promotion, Jen… Jen était restée cloîtrée chez elle. Ses collègues de manière général, qu’ils fussent de la Neo Corp. ou des Peacekeepers, étaient toujours plus abattus par la situation, harassés de travail, épuisés. Lui aussi, quelque part, mais d’autres choses l’attristaient : impossibilité de sortir sa moto, pas de vacances sur une île paradisiaque en perspective… Juste l’inaltérable perspective d’un blocus interminable.

« Avoue que tu es curieuse, toi aussi ! » rit-il enfin.

Jen était forcément curieuse.
Elle n’était pas du genre à fermer les yeux sur ce qui l’entourait. Peut-être pourrait-elle trouver son propre mystère à résoudre ? Il y en avait plein, à San Francisco, notamment ce mystérieux blog anti-mutants dont personne ne connaissait l’origine.

Spoiler:
 


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 5 Mai - 12:38



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
La curiosité était un vilain défaut… Du moins dans la majorité des cas. Il existait des métiers pour lesquels ce défaut devenait une qualité. Les enquêteurs, journalistes ou autres chercheurs, vus devez bien admettre que ce défaut n’en devenait pas un. Josh, en tant qu’ancien pompier, était forcément curieux de nature et pour moi qui le connaissais plutôt bien, je pouvais dire que cela n’avait rien d’une déformation professionnelle. Il était vraiment de nature curieuse. En y repensant, il n’y avait rien d’étrange à ce qu’il soit intrigué. Et si en plus, l’objet de son enquête s’avérait être une belle jeune femme, cela ne pouvait qu’attiser davantage la curiosité de mon ami.

Acquiesçant à ce qu’il me dit ensuite, je repris une gorgée de café. Josh avait quitté la Neo Corp quelque temps après moi. Il avait été agent de sécurité. Pendant un moment, je craignis que ce fût à cause de moi mais il me rassura bien vite me disant qu’il commençait à tourner en rond et que le boulot de Peacekeeper lui convenait mieux. Je n’avais aucune idée qu’il fricottait encore avec Gallagher sans quoi je lui aurais déjà fait part de mes doutes.

Je ne pus sourire en l’entendant me parler du plaisir d’un bon mystère.

« T’es pire qu’un enfant… »

Mon cœur se serra à ces mots. C’était le genre de mots que je disais souvent à mon mari aussi. Contrairement à moi, il n’aimait pas le travail. Si il pouvait s’amuser toute la journée, il le faisait. Combien de fois n’avais-je pas interrompu mes révisions parce qu’il avait envie de faire une ballade ou une activité… Il croquait la vie à pleines dents et c’était à ses côtés que j’avais appris à me détendre réellement et à savoir moi aussi lâcher prise. Bien sûr, il était aidé en cela par son ami. Les deux faisaient la paire quand il s’agissait de faire des bêtises. Quand j’avais besoin de calme, il me suffisait d’un appel ou d’un message à Josh pour le voir apparaître et emmener Ben pour la journée voire pour quelques jours. Ayant une totale confiance en mon mari, je ne m’en faisais pas pour ses activités durant ces jours loin de moi.

Plongée dans mes réminiscences, je serrai inconsciemment mon gobelet. Josh le vit il ? Quoiqu’il en soit ce fut son rire qui me sorti de mes douloureuses pensées. Levant les yeux vers lui, je lui fis un petit sourire

« C’est vrai… Je l’avoue. Tu me diras ce que tu as découvert. Ou peut-être que je viendrais t’aider dans ton enquête Sherlock ! »

C’était la première fois que je proposais quelque chose depuis des lustres. Mais c’était aussi la première fois qu’on se reparlait depuis tout ça. Josh avait bien fait de venir finalement… Il me rappelait que la vie continuait dehors et à sa manière, il me disait qu’il fallait que j’avance aussi. Pour une fois, il usait de tact et ne venait pas avec ses gros sabots. Il me connaissait tellement bien qu’il savait que me forcer ne servirait à rien. Joshua Stone diplomate… Cela me faisait rire de l’admettre.

Puis redevenant sérieuse, je lui dis

« Promets moi que tu seras prudent Josh… »

L’angoisse perçait dans ma voix malgré moi. Je ne voulais pas perdre la seule famille qui me restait.


© Pando


Spoiler:
 




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Ven 15 Mai - 15:49

Il y avait quelque chose d’étrange dans le fait qu’elle lui demande d’être prudent. Il n’avait pas l’habitude. Personne, ou presque, ne prenait la peine de lui dire ce genre de chose. Parce qu’il était de nature précautionneuse, parce qu’il se montrait fin calculateur ? Ou bien, était-ce parce que Joshua Stone était en grande partie un être superficiel et blagueur, que personne ne prenait au sérieux en dehors du travail ? Avait-il si peu d’amis véritables ?

En tout cas, l’angoisse de Jen était bel et bien là, perçait dans sa voix, ombrageait son regard. Et Joshua s’attendrit comme il le faisait si rarement ; il effleura du bout des doigts la main de son amie, lui offrit un sourire doux, compatissant. Il comprenait qu’elle ne veuille pas perdre quelqu’un d’autre. Ce fut d’une voix douce et assurée qu’il répondit alors :

« Je suis toujours prudent. »

Entre autres.
Ce n’était pas de la prudence à proprement parlé, c’était juste un sens aigu de la précaution. Joshua, par ses expériences passées, avait acquis le besoin de contrôler le plus de facteurs possible, de connaître tous les éléments sur le bout des doigts pour pouvoir faire au mieux son travail. Il n’était pas à l’abri d’un élan impulsif, en soi, mais il conservait toujours la tête froide, même lorsqu’il commettait un impair.

Et puis, vraiment, il trouvait que Jen n’avait pas à s’en faire pour lui.
Lui s’inquiétait bien plus pour elle !

Pas seulement parce qu’il la trouvait dans un état psychologique fragile, mais parce que San Francisco était bien plus dangereuse qu’elle ne l’était avant. Et si elle faisait une mauvaise rencontre, au mauvais moment ? Elle ne se baladait pas avec du Neo Serum sur elle, elle ! Diantre, vu son différend avec la Neo Corp., elle serait probablement capable de refuser d’en user quand bien même parviendrait-il à s’en procurer discrètement pour elle.

Fidèle à lui-même, Josh ne dissimula pas la teneur de ses pensées à son amie.

« C’est plutôt à toi, d’être prudente. Tu ne voudrais pas venir t’entraîner de temps en temps, aux sports de combat ? Voire te procurer une arme ? »

Il n’était pas pour le port des armes à feu par de simples citoyens, mais il avait visiblement confiance en Jen. Elle saurait jauger la situation avec la tête froide et un incident serait très peu probable. C’était une scientifique et une femme forte, après tout !

Hélas, il pressentait déjà la réponse.
Il la voyait mal se balader avec une arme. Il l’imaginait déjà se sentir coupable d’avoir survécu là où son mari avait péri, elle ne pourrait pas faire face à l’idée d’attenter à la vie de quelqu’un. Peut-être les sports de combat seraient plus à son goût, encore faudrait-il qu’elle soit prête à sortir de chez elle. Le serait-elle ? Sortait-elle ? Il lui trouvait bien la pâleur de teint de ceux qui se claquemuraient, mais pas de façon aussi affreuse qu’il ne l’aurait pensé. Elle s’aérait probablement.

Il lui offrit tout de même l’un de ses regards insistants, une supplique tacite, avec un brin d’espoir dans ses prunelles. S’il le pouvait, il veillerait sur elle jour et nuit ! C’était, après tout, le moins qu’il pût faire pour Ben. Mais là encore, il était à peu près certain qu’elle prendrait très mal une mesure aussi extrême. Sinon, il ne l’aurait pas laissée seule tout ce temps.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Ven 22 Mai - 1:29



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Lorsque je sentis les doigts de Josh effleurer ma main, je tressaillis. Non pas parce que je n’aimais pas son contact, c’était juste que personne n’avait eu de gestes tendres envers moi depuis si longtemps que j’en étais bouleversée. Les larmes me montèrent aux yeux. Je les refoulais tout aussi vite. Je ne voulais pas que mon ami s’alarme pour quelque chose qui n’en valait pas la peine. Il devait bien assez s’inquiéter pour moi comme ça. Je me rendais compte à quel point j’avais été égoïste et à quel point Josh avait dû s’inquiéter. M’efforçant de lui sourire quand il m’assura l’être toujours, je hochais de la tête pour lui faire comprendre que j’avais compris.

Pourtant, il me surprit une nouvelle fois quand il me demanda à mon tour d’être prudente. Instinctivement, je levai les yeux vers ma porte récemment réparée et réprimai un sourire. Si il savait ce qui s’était passé dans ces lieux quelques jours auparavant, Josh aurait été capable de débarquer aussi sec et de rester dormir à la maison le temps que la porte soit réparée. Je n’avais pas l’intention de lui raconter ce qui s’était passé. Il devait se faire assez de soucis comme ça, je n’allais pas encore en rajouter. Mais je ne pus réprimer le froncement de sourcils qui apparu quand il me parla d’arme. Il me connaissait assez pour savoir que je n’en étais pas fan. Ben et lui m’avaient appris à tirer et je pense être une assez bonne tireuse. Mais je détestais ça. Ben l’avait bien compris et n’avait pas insisté lorsqu’il m’avait parlé d’avoir une arme à la maison après l’explosion et que je lui donné mon veto.

« Tu sais ce que je pense des armes à feu Josh… Ils font plus de mal que de bien… »

Mais l’idée des combats me plaisait assez. Je n’étais pas naïve au point de ne pas avoir remarqué que San Francisco était devenu plus dangereux qu’auparavant. Et je ne vivais pas dans le monde des bisounours non pour croire que j’étais à l’abri de tout danger. Et le fait de pouvoir me défendre ne serait-ce qu’un peu sans avoir à utiliser mon pouvoir avait quelque chose de réconfortant. Mais étais-je prête ? J’avais peur mais le côté un peu casse-cou en moi me poussait à faire plus qu’envisager la proposition de mon ami.

Le regardant, je le vis avec ses yeux de chat potté et ne pus m’empêcher de lui sourire amusée. Il avait la même expression à chaque fois qu’il venait pour chercher Ben et l’entraîner dans une de ses folles aventures. Il s’approchait alors de moi pour me demander la permission de m’enlever mon mari quelques heures voire toute la journée et c’était la même expression qu’il arborait maintenant.

« N’essaie pas de m’amadouer en faisant tes yeux de merlan frit Joshua Stone ! Je te connais trop bien pour tomber dans un de tes pièges ! »

Mais le sourire n’avait pas quitté mon visage. Josh avait eu raison de venir. Cela me faisait un bien fou de revoir mon ami.

« Mais c’est vrai que ta proposition me plait bien… Par contre, je ne sais pas si tu auras assez de patience avec moi… »

Je le taquinai. Peut-être qu’avec les autres, il pouvait se montrer brusque ou impatient mais avec moi c’était différent. Il m’avait déjà appris à faire de la moto alors…

« Mais si tu n’as pas peur, j’accepte… »

Reprenant mon sérieux, je lui dis alors quelque chose qui je savais allait lui faire extrêmement plaisir en même temps que de le rassurer.

« Josh… J’envisage de reprendre le travail… »


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Jeu 28 Mai - 13:38

Lui, des yeux de merlan frit ?
Quelle drôle d’idée !

Enfin, toujours était-il que, si le stratagème fonctionnait, il en était bien heureux, le petit Joshua Stone ! Il poussa un soupir franchement soulagé, bien heureux de pouvoir participer au bien-être et à la survie de son amie. Non seulement ça promettait d’être drôle et utile, mais en plus, cela pousserait Jen à sortir de chez elle, à se changer les idées, à concentrer ses efforts sur de nouvelles pratiques. Plus elle se tiendrait occupée, mieux ça irait.

Un sourire ravi ensoleilla son visage et sa voix pris des intonations plus taquines :

« C’est plutôt toi qui n’a pas froid aux yeux ! »

La patience, en revanche, cela ne l’inquiétait pas trop. Jen ne faisait pas partie de ces personnes inaptes et agaçantes. Et puis, il avait bien suffisamment de patience pour se coltiner miss Blake à longueur de journées... Nah, décidemment, Jen Walker ne viendrait pas à bout de la placidité du Peacekeeper !

L’annonce qui suivit termina d’alléger le cœur de Joshua. C’était un homme simple, après tout, et de voir son amie reprendre sa vie en main avait quelque chose d’apaisant. C’était pour les petites choses comme les grandes qu’on vivait, et Joshua savait se satisfaire ainsi. Bien sûr, il n’y avait rien de définitif dans la formulation de Jen, une simple pensée, mais tout commençait ainsi, et il fallait forcément en passer par là. Somme toute, il s’agissait là d’une hypothèse bien positive.

Joshua estima qu’il n’était pas temps de plaisanter avec ça, et préféra un ton sérieux et enjoué, sans débordement. C’était, après tout, une conversation importante :

« C’est une excellente idée ! Plutôt à mi-temps ? Toujours au même endroit ? Dis-moi tout ! »

La quarantaine avait quelque chose de bon : les gens comme Jen, les médecins et les forces de l’ordre, ne risquaient pas de manquer de boulot. En d’autres circonstances elle aurait pu être remplacée et oubliée. Mais non, à coup sûr, elle pourrait retourner sans souci dans son service, si elle se sentait prête. Travailler autre part tout en exerçant la même profession pourrait avoir du bon aussi, car retourner dans des lieux familiers serait forcément pénible. Les souvenirs de Ben se prélasseraient dans le moindre recoin, risquant de lui miner le moral. Si ce n’était pas une mauvaise chose d’affronter son chagrin, il fallait avant toute chose s’assurer que Jen était prête.

Dans tous les cas, Joshua pensait que ce serait une bonne chose. Reprendre le travail aussi, permettait de reprendre sa vie en main, et l’activité était le propre d’une existence bien menée. Ses pensées ne seraient plus sans cesse accaparées par les réminiscences et les regrets, et s’occuper de patients avait aussi une dimension très gratifiante qui pouvait redonner tout son sens à une vie. Parce que le problème était là, aussi, cette question pernicieuse qui, parfois, pouvait se glisser dans le cœur meurtri : à quoi bon continuer sans l’être aimé ? C’était bien cela que Joshua craignait le plus, de voir Jen entraînée dans une spirale sombre et nauséeuse de dépression et d’idées noires. Il la pensait bien plus forte que cela, mais personne n’était à l’abri de moments de faiblesse particulièrement dévastateurs. Pas même lui, à bien y songer, même s’il avait su dissimuler avec habileté l’impact de la mort de Ben sur son quotidien. Puis ils avaient perdu le shérif, aussi, et de bien nombreux événements tragiques avaient ébranlé San Francisco, somme toute. Il serait égoïste, quelque part, de se laisser aller alors que tant de gens comptaient sur eux… Il repoussa cette pensée presqu’amusé. Il était bien trop égoïste lui-même pour se prêter à ce genre de jugement ! Et il n’en voulait certainement pas à Jen, bien au contraire…

Il l’admirait énormément.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 9 Juin - 11:00



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant l’air soulagé de Josh. Il devait s’inquiéter pour moi bien plus que je ne pouvais le penser. Cela m’attendris et en même temps me fis un effet curieux. C’était comme si le monde s’en trouvait un peu moins lourd. En perdant Ben, j’avais cru égoïstement que je ne comptais plus personne. Comme si avec la disparition de ma moitié – de ma meilleure moitié – notre vie d’avant disparaissait aussi avec elle. Comme si nos amis n’avaient été que ses amis à lui, comme si ses collègues n’avaient été que ses collègues à lui alors que c’était faux. Ils n’avaient pas le même métier et donc mes collègues étaient bel et bien les miens. Nos amis d’antan restaient encore mes amis du moins je le pensais. Josh était resté là lui. Je le soupçonnais même de m’avoir surveillé de loin me laissant l’espace dont il pensait que j’avais besoin. Il avait beau avoir été le meilleur ami de Ben, il était aussi devenu le mien au fil des années. Je ne comptais plus le nombre de sorties que nous avions faite, le nombre de fous rires partagés, nos discussions jusque tard dans la nuit…

Souriant de plus belle à sa réflexion, je rétorquais

« Tu me connais… Je ne résiste pas à un défi. Joshua Stone en professeur de combat… Il fallait bien que je teste par moi-même la marchandise avant de la recommander ! »

Et comme je le pensais, ce que je lui dis ensuite le rassura. Je souris de plus belle en levant un peu les mains lui faisant signe d’arrêter toutes ses questions.

« Oula… Tu m’en demandes un peu trop là… Je ne sais pas encore… En fait, je viens juste d’y songer… »

C’était la vérité. La visite de Josh m’avait un peu ouvert les yeux. Alors que j’avais commencé la journée en étant au trente-sixième dessous, la visite de mon ami m’avait fait comprendre bien des choses. Il y avait encore de la vie en dehors des murs de mon appartement. Des gens qui vivaient. Des gens qui avaient aussi leur lot de problèmes. En se pointant à l’improviste et en m’obligeant à le recevoir – jamais je ne lui aurais claqué la porte au nez – il m’avait prouvé que j’existais encore moi aussi. C’était un peu perturbant mais c’était aussi comme si le poids qui pesait sur mois ces derniers mois s’allégeait quelque peu.

« C’est grâce à toi Josh… Si tu ne serais pas venu aujourd’hui… Enfin bref, tu m’as fait comprendre qu’il fallait que je reprenne ma vie en main »

Je posai alors la mienne sur la sienne et la pressai doucement

« Merci… »

Je savais qu’en étant médecin, je ne risquais pas d’avoir du mal à reprendre mon ancien poste. Aujourd’hui plus que jamais, on avait besoin de personnel soignant. Tellement de gens étaient blessés. Je savais que les hôpitaux étaient débordés mais je ne me faisais pas encore assez confiance pour travailler de longues heures d’affilées. Il valait mieux que je commence petit à petit. L’idée du mi-temps me plaisait assez… Oui plus j’y songeais et plus je me disais que c’était une bonne idée. Et puis ce n’était pas comme si je n’avais jamais soigné personne depuis la mort de Ben. Inconsciemment mon regard se posa à nouveau sur ma porte flambante neuve. Avoir soigné le porc épic m’avait redonné quelque peu confiance en moi. Si j’avais réussi à le soigner lui alors je devrais m’en sortir pour des patients lambda…

Prenant conscience que ma main était toujours sur la sienne, je la retirai et lui dit avec une gaité quelque peu forcé

« Et ben Stone ! On peut dire que quand tu fais quelque chose tu ne les fais pas à moitié ! Tu as réussi à me convaincre de prendre des cours avec toi et en plus tu me fais presque reprendre le travail ! On commence quand les cours ? »


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Dim 14 Juin - 17:31

Stone ne professeur de combat, ça a indéniablement la classe. Charisme et sévérité au rendez-vous ! Bon, d’accord, ça c’est pour les réguliers. Pour Jen, il y aurait aussi une bonne dose de fou-rire, parce que, comment resté sérieux ? Il voyait déjà la scène d’ici, dans les débuts, l’air déterminé qu’elle prendrait, pour quelques coups manqués ? Il se bidonnait déjà, le gros malin.

Il illustra sa pensée d’un haussement de sourcil suggestif, sous-entendant qu’elle ne perdait rien pour attendre…

Les remerciements de Jen lui allèrent droit au cœur. Tout attendri à nouveau – ciel, il se ramollissait – mais carrant les épaules malgré lui en signe de fierté, il savoura le contact de la main de Jen sur la sienne, laissa sa reconnaissance combler le vide que Ben avait laissé. C’était peu de chose, mais malgré tout, savoir que doucement, Jen remontait la pente, lui mettait du baume au cœur. La situation était déjà suffisamment difficile comme ça sans qu’ils eussent besoin de s’auto-détruire, n’est-ce pas ?

Il refreina une envie soudaine et incongrue de la chatouiller tandis qu’elle le taquinait. Il rit tout de même.

« Joshua Stone, pour vous servir, » plaisanta-t-il en esquissant un début de courbette.

Franchement, à quoi s’attendait-elle si ce n’était la perfection de la part de son ami ?

Il songea une seconde quand ils pourraient commencer leurs cours. Il était un petit peu débordé ces temps-ci, et il s’inquiétait un peu pour Aria. La Princesse n’avait pas trop bien pris le spectacle sanglant offert par la Détenue 47.

Il devrait probablement sacrifier quelques-unes de ses promenades nocturnes. De toute façon, il n’avait plus le temps de courir après les conquêtes, ces temps-ci.

« La version cours du soir te conviendrait ? Je ne crois pas que je sois de garde de nuit dans les semaines à venir… Puis on pourrait dîner quelque part après ? Sauf si tu te dévoues pour cuisiner ! »

Mais dîner dans cet appartement où ils avaient passé tellement de soirées à trois lui paraissait difficile, émotionnellement. Pour elle plus que lui. Dîner dehors dans un des anciens lieux de travail de Joshua pouvait être plus avisé. Il était trop tôt, encore, pour replonger dans les vieilles habitudes en se parant d’insouciance. Il évoquait néanmoins le choix à voix haute sur un ton taquin pour évoquer une catastrophe culinaire, un vieux souvenir où ils s’étaient trouvés tous les deux pendant l’absence de Ben, qui était parti pour une formation dans une caserne particulièrement renommée à Los Angeles. Ils avaient profité de l’absence de ce dernier pour s’amuser comme des petits fous !

Son téléphone se mit à sonner.

« Je t’appellerai pour confirmer une date, ça te va ? » demanda-t-il à la hâte, avant de décrocher.

Sur l’écran, le nom de cet imbécile de Greg venait de s’afficher, ce qui signifiait une urgence, ou une catastrophe à la Station. C’était pas bien poli de sa part de décrocher ainsi au milieu de la conversation, mais c’était quelque chose dont Jen avait forcément l’habitude. Leurs métiers respectifs étaient toujours susceptibles d’empiéter sur leurs vies privées, et de les interrompre de la sorte.

Greg déblatéra de façon incompréhensible, et Joshua n’attrapa que quelques mots au vol : « Blake », « Sean », « Serum », « ta moto » et « mutant ». Il en pâlit. Il ne sortait que très peu sa moto puisque l’essence n’existait presque plus dans la ville, mais il avait promis de la ramener pour frimer devant un collègue amateur mais désagréable. Il l’avait laissée dans l’ancien parking de la Station pour la nuit. Tout cela lui laissait présager le pire. Il raccrocha sans même un mot pour cet imbécile fini de Greg.

« Il faudrait que je file », dit-il avec un sourire d’excuses.

Il en profita pour ne faire qu’une bouchée d’un pâtisserie, à la manière des gamins goinfre, puis de boire la dernière gorgée de son café. Il ne se comportait comme ça qu’en présence de ses amis proches : Joshua était beaucoup plus soigné en société. Tout compte fait, il était fort probable que, d’une certaine façon, Jen remplace la famille qu’il avait perdu.

Il poussa un bref soupir. À vrai dire, il n’avait pas tellement envie de partir, mais il lui faudrait bien retourner au travail de toute façon.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Uriel's Legacy

Féminin

MESSAGES : 66
FEAT : Kristin Kreuk

Points : 333

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jen Walker
Uriel's Legacy
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 23 Juin - 4:44



❝What the hell are you
doing here ?!❞
Josh & Jen
Je souris à nouveau en voyant Josh faire le pitre. A croire que c’était comme au bon vieux temps. En sa compagnie, sourire ne me semblait plus être une corvée. Je retrouvais petit à petit cette faculté que j’avais à sourire pour de petits riens. Il y a encore quelques mois, je pouvais être excitée comme une gosse parce que le soleil brillait dehors ou bien parce qu’en passant j’apercevais des enfants qui jouaient à la balle. Les petites choses de la vie qui peuvent sembler banales mais qu’avec tout ce que j’avais pu vivre par le passé, j’ai appris à les chérir. C’était aussi ça qui avait plu à mon cher mari. Mais à croire que cette petite étincelle – quelle ironie de parler d’étincelle – s’éteint éteinte en même temps que Ben. Du moins c’était ce que je pensais jusqu’à ce que Josh vienne et me remette face à la réalité.

Oh je ne dirais pas qu’en une simple visite, j’étais redevenue l’ancienne Jen. Même Joshua Stone le Magnifique n’avait pas ce pouvoir. Je doutais même de le redevenir complètement un jour mais disons que j’avais compris certaines choses. Il fallait que je me reprenne en main et même si j’étais toujours aussi terrifiée de mettre un pied dehors et de blesser quelqu’un, je ne pouvais plus me cacher indéfiniment. Bien qu’il ne l’ait pas dit, je connaissais suffisamment mon ami pour savoir que c’était ce qu’il brûlait de me dire sans oser le faire pour me préserver.

Il me proposa alors plutôt de nous retrouver le soir pour mes leçons. Cela ne m’arrangeait pas trop car je comptais bien poursuivre mes entraînements nocturnes. Mais d’un autre côté, avec son travail, Josh n’avait pas tant de moment libre que ça et puis je m’étais assez entraînée. J’avais acquis une certaine maîtrise de mon pouvoir pour lâcher un peu du lest. Surtout que les cours ne prendraient pas toutes les soirées. Alterner les deux pouvait être plus qu’envisageable.

De toute façon ce n’était pas l’heure de tergiverser puisque Monsieur Stone semblait évoquer un malheureux incident de parcours. Agitant alors mon index sous son nez, je pris une voix menaçante pour lui parler

« Tu n’oserais pas parler de ce à quoi je pense hein Joshua Stone ? Dois-je te rappeler que si tu ne m’avais pas distrait avec tes idioties, mes fameuses lasagnes n’auraient jamais cramées ! »

Je me rappelais que ce soir là, on avait fini tous les deux dans le petit resto du coin. Mais depuis lors, Josh n’avait eu de cesse de me taquiner dès qu’il en avait l’occasion sur ce malheureux ratage. Oui, même quand Ben n’était pas là, je pouvais être sûre de pouvoir compter sur Josh pour ne pas être seule trop longtemps. Il faisait partie intégrante de ma vie depuis ma rencontre avec mon mari. Si bien que je n’envisageai plus ma vie sans Josh aux alentours. Un ami, un frère. Voilà ce qu’était Joshua Stone pour moi.

« Mais oui, la formule cours du soir me va parfaitement. Tu me diras quand et je checkerai mon agenda de ministre pour voir si c’est bon »

Son téléphone sonna à ce moment là et Josh prit l’appel. Je ne m’en offusquai pas. Il n’y avait jamais eu de manière entre nous et cela n’allait pas commencer maintenant. Au changement de visage qui se fit, je sus qu’il allait devoir partir. Rassemblant donc quelques pâtisseries, je les mis dans un sac et au moment où il me confirma ce que je savais déjà, je lui souris et lui tendis son petit doggy bag

« Tiens pour la route. Si je dois apprendre à combattre, il va falloir que je me secoue un peu… »

Me levant, je le raccompagnais à la porte et avant qu’il s’en aille, je le pris dans mes bras pour une étreinte que je n’avais pas connue depuis longtemps. Chaleureuse et réconfortante tout comme l’était Josh.

« Merci pour tout Josh… Fais attention à toi… »

Puis la refermant, je balayai du regard mon appartement en pensant aux changements qui s’annonçaient.


© Pando




I used to be a normal person
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] | Mar 23 Juin - 12:45

Apprendre à combattre ?
Lui pensait plutôt à se défendre ! Voilà que Jen se montrait bien agressive, à vouloir passer à l’offensive. Ne sachant trop si elle plaisantait ou non, il garda l’étrangeté de ses propos dans un coin de son esprit pour y réfléchir plus tard. On n’était jamais à l’abri d’un écart de vocabulaire, mais cela ne ressemblait pas à Jen. Les médecins et leur précision scientifique… Bon, dans le cas de Jen, c’était pas aussi marqué en dehors du travail : elle aimait bien trop toutes sortes de drôleries pour ça !

Ils se quittèrent sur une étreinte, et Joshua espérait de tout cœur réussir à transmettre un peu de sa force à Jen. Jen qui pensait à tout, franchement, mais il faudrait un peu plus que des pâtisseries pour le calmer face à ce qui l’attendait au bureau… Il dissimula son agacement pour mieux se concentrer sur leur séparation.

« Promis », fit-il encore quand elle lui demanda d’être prudent.

C’était agaçant de le répéter, mais elle semblait en avoir besoin, de ces mots, qu’on la rassure. C’était normal, après tout. Après les petits cours, il se promettait de l’obliger à sortir un peu. Si elle ne se sentait pas de voir de vieux amis, peut-être que rencontrer de nouvelles personnes pourrait l’aider ? Il espérait.

Un dernier sourire, et il se détourna.
Il entendit la porte se fermer derrière lui, et un sentiment de solitude inhabituel l’envahit. Revenir ici, c’était aussi ne plus faire l’autruche quant à la mort de Ben. Son meilleur ami n’était plus parmi eux, et cela lui alourdit le cœur. Il avait pris sur lui pour soutenir Jen, mais l’épreuve était bien réelle pour lui aussi. Il soupira en atteignant la sortie de l’immeuble. Il leva brièvement le nez vers la fenêtre de l’appartement, en espérant de tout cœur que ça irait pour Jen. Qu’elle remonterait la pente.

Puis il reprit sa route, pour revenir à son quotidien plein de rebondissement parmi les Peacekeepers et en tant qu’espion pour la Neo Corp.

Terminé


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: What the hell are you doing here?! [Terminé] |

Revenir en haut Aller en bas

What the hell are you doing here?! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Bright Town :: Citizen District :: Residential Districts-
TopBottom
Ouvrir la Popote