AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Sœurs d'armes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Sœurs d'armes [Terminé] | Dim 1 Fév - 23:31

Olivia referma la fermeture éclair de son blouson en cuir en frissonnant. Le printemps arrivait et apportait avec lui des températures beaucoup plus clémentes que l’hiver, mais tôt le matin, comme ici, il continuait de faire frisquet. Elle avait plutôt hâte que l’été arrive, même si elle savait d’avance qu’elle se plaindrait à ce moment-là d’avoir trop chaud. Comme une éternelle insatisfaite. Même si dans un sens, elle continuait d’espérer que la quarantaine serait levée avant la prochaine saison.

Il y avait quand même un peu de monde dans les ruelles et sur la place, malgré l’heure matinale. Olivia promena un regard distrait sur les étalages discrets, coincés dans l’ombre, contre les murs, et sur les silhouettes qui allaient et venaient en se jetant des regards à la dérobée sans jamais parler. À force, elle avait l’impression de connaître ces lieux par cœur. Elle ne faisait pourtant pas partie des Hunters chargés de troquer ou travailler pour la survie du groupe, mais il lui arrivait toujours, comme les autres, de se rendre au marché noir pour y faire du repérage. Du repérage de marchandise, ou du repérage de cible.

En tant qu’ancien sniper, Olivia continuait d’affectionner les fusils de précision mais lorsqu’elle se baladait ainsi, elle se contentait de glisser son Beretta dans la ceinture de son jeans. Plus efficace pour la traque aux mutants. Plus efficace aussi en ces temps de crise, où il valait mieux être armé efficacement lorsqu’on pouvait être pris par surprise à chaque coin de rue. Ses longs cheveux bruns attachés en queue-de-cheval, la jeune femme traversa la place. Elle déambula un moment, parcourant du regard quelques étalages de loin, sans chercher quelque chose en particulier. Elle s’arrêta un instant, le temps de prendre un glock américain entre ses mains et d’en tester le poids. L’arme avait l’air usée et de mauvaise facture. Ça ne l’étonna pas : ici, on pouvait vendre n’importe quoi à n’importe qui de suffisamment désespéré.

Elle le reposa et songea à faire un tour dans les dédales souterrains. Puis son regard accrocha quelque chose, en périphérie de son champ de vision, sans qu’elle ne sache vraiment pourquoi. Elle tourna légèrement la tête. D’apparence totalement anodine, une femme, de dos, marchait au milieu des autres. Plutôt grande, brune, elle pouvait ressembler à n’importe quelle autre femme qui passait par là. Pourtant, un je-ne-sais-quoi attira l’attention d’Olivia. La silhouette, peut-être, la couleur des cheveux… non, la démarche. Oui, il y avait quelque chose dans cette démarche. Habituée à ne jamais hésiter, ou du moins pas trop longtemps, la jeune femme se mit en mouvement sans quitter cette silhouette des yeux. Peut-être que… Non. Ça ne pouvait quand même pas être ça. Ça ne pouvait quand même pas être elle.

Olivia la suivit de loin un moment, puis quand elles commencèrent à s’engager dans des ruelles, elle fit en sorte d’accélérer le rythme pour réduire la distance qui les séparait. Elle avait un doute, un méchant doute, alors il fallait qu’elle le vérifie. Au pire, ce serait simplement une inconnue, et dans ce cas ça ne changerait rien. Et si c’était elle…

« Eh ! »

Elle se contenta d’interpeller la jeune femme plus loin devant elle, pour attirer son attention, la voir se retourner. Elle glissa la main dans son dos, et ses doigts effleurèrent déjà la crosse de son arme au cas-où. Son regard, lui, ne quittait pas la cible. Cette cible qu’elle avait l’impression de connaître.


HUNTER IS BADASS ✽


Dernière édition par Olivia Lazar le Dim 8 Mar - 14:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Lun 2 Fév - 11:23

Eryn passait beaucoup trop de temps au Black Market dernièrement, et les risques qu’elle encourait traçaient des frissons d’appréhension sur sa peau. Pourtant, elle n’avait pas le choix : toujours déterminée à quitter son état d’inertie, à agir – enfin ! – pour espérer qu’Aria pût s’en sortir, elle devait quitter les recoins lugubres de ses planques et les bas-fonds de la Seamy pour s’immerger à nouveau dans la société, glaner des informations et se procurer tout ce qui pouvait lui être utile.

Les craintes qui se distillaient dans ses veines n’étaient pas moindres.
Sa brève rencontre avec Shura l’avait ramenée au souvenir féroce de ses frères d’armes qui la traquaient toujours. Cela, et Gallagher qui persistait à faire pression sur les Peacekeeper et ses propres agents de terrain pour faire d’elle une cible prioritaire. Somme toute, la vie de fugitive était des plus épuisantes.

Un point positif demeurait, néanmoins, en cette aube fraîche : sa jambe ne la faisait presque plus souffrir, sa démarche avait retrouvé sa souplesse, et ses réflexes ne lui faisaient plus défaut. Elle n’était pas encore au mieux de sa chambre, les conditions n’étaient pas tout à fait idéales, mais au moins, ses chances de survie reprenaient du poil de la bête.

Eryn arpentait donc le Black Market, tâchant de rester alerte, surveillant les comportements suspects, prête à détaler, tout en gardant la cruelle sensation qu’elle était loin d’être omnisciente et que, constamment, des détails lui échappaient et des silhouettes se terraient dans les ombres, dans ses angles morts. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas retrouvée dans un environnement aussi hostile, dont elle ne contrôlait pas les rares points d’accès ; la foule, traîtresse, couvait de sa masse houleuse bien des dangers.

Et pour cause.
Interpellée, Eryn fit volte-face.

La surprise, inhabituelle, étira ses traits tandis que son regard accrochait celui de Liv. Le murmure effleura ses lèvres malgré elle en un souffle angoissé :

« Non… »

C’était une chose de redouter de croiser Carter ou Harper, d’éprouver une nostalgie poignante pour ses compagnons d’armes, de regretter cette famille, cette unité qui, toujours, se mouvait à l’unisson et se comprenait sans un mot. Par contre, Liv, elle l’avait soigneusement enterrée ; elle s’était refusé la moindre pensée à son sujet. Eryn n’avait presqu’aucun ami, et, dans le cadre de l’armée, les membres du commando étaient proches, mais toujours avec ce filtre soigné, cette conscience acérée qu’à tout moment, l’un d’entre eux pouvait bouffer les pissenlits par la racine.

Liv était et restera sa seule amie.
Une partie égoïstement pragmatique d’Eryn se disait que c’était probablement dû à son rôle de tireur d’élite. Elle couvrait si souvent leurs arrières qu’elle demeurait une victime moins probable, au fil des missions. Puis, c’était la seule fille du commando, et quand elle avait gagné le respect à grands silences, sarcasmes et quelques coups de poing, la présence de Liv avait, alors, donné une toute autre dimension à sa position. Il y avait certes eu une brève période de jalousie tenace qui ne dura guère ; Liv avait même adopté le Beretta, modèle italien qui, toujours, avait attiré maintes moqueries à l’adresse d’Eryn. En fin de compte, les deux femmes avaient trop en commun pour se détester.

C’était plus le cas maintenant.
La mutation d’Eryn, même pendant les deux mois qu’elle avait passé au sein des Hunters pour mettre ses capacités au service de la traque, avait creusé un fossé entre les deux femmes.

Eryn s’ébroua mentalement et se remit en marche, se glissa dans la première ruelle qui se présenta à elle, priant pour que Liv n’osât pas lui tirer dessus en plein Black Market. Puis, elle sortit son propre Beretta. Ce fut l’une des rares fois où elle regretta de ne pas avoir ses deux armes avec elle ; Liv était bien meilleure tireuse qu’elle.

Postée à quelques pas de l’entrée de la ruelle – une fichue impasse, qui lui éviterait d’être prise par surprise mais lui coupait aussi toute retraite –,  près d’un container qui pourrait lui servir pour se mettre à couvert, l’arme braquée là ou son ancienne sœur d’arme apparaîtrait, Eryn attendit, tremblante d’anxiété, tentant vainement de faire taire le tourbillon de sentiments qui menaçait de la submerger.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Ven 6 Fév - 20:25

Ce fut comme un léger choc électrique, ou ce genre de sensation que l’on ressentait face à une mauvaise surprise. Car oui, au fond, paradoxalement, cette rencontre était une mauvaise surprise. Figée un instant, Olivia resta totalement immobile à fixer Eryn Blake. Elle avait bien cru la reconnaître de dos mais pourtant, maintenant qu’elle avait la confirmation que c’était bien elle, la stupeur s’imposait quand même d’elle-même.

Ce fut seulement lorsqu’Eryn se remit en marche qu’Olivia se reprit. Se forçant à se ressaisir, elle resserra sa main autour de la crosse de son arme et la sortit d’un geste fluide. Bon. D’accord, c’était Eryn. La seule véritable amie qu’elle avait eue depuis des années et des années. Mais ça restait avant tout une cible. Une mission. Une ennemie. Il ne fallait surtout pas qu’elle s’enlève cette vérité de la tête. Qu’elle ne laisse pas les émotions et les sentiments fausser ses agissements.

Le raisonnement était simple, évident. Implacable. Olivia le savait. Elle avait toujours été du genre logique, et à agir en fonction de cette logique. Elle avait déjà imaginé cette rencontre dans sa tête, à vrai dire. Elle avait imaginé ce qu’elle ferait. Les ordres étaient clairs. Drake la voulait vivante. Vivante, mais il voulait qu’on la lui ramène à tout prix. Aucun Hunter n’avait le droit de se défiler, d’oser la laisser se sauver. Et elle encore moins.

À pas de loup, la jeune femme avança le long du mur. Sa respiration était imperceptible, comme toujours, mais elle se rendait compte que son cœur battait plus vite et plus fort que la normale. Elle avança encore, jusqu’à s’arrêter contre le mur à l’entrée de la ruelle dans laquelle la cible s’était engouffrée. Inexorablement, une espèce d’anxiété s’emparait de son ventre. Bien sûr, les ordres étaient clairs, ce qu’il fallait faire était une évidence, mais ça ne changeait pas le fait qu’Eryn Blake était une personne chère à son cœur. Et que ce simple fait compliquait énormément les choses.

Priant pour qu’Eryn ne lui tire pas dessus à vue, Olivia prit une profonde inspiration, à l’entrée de la ruelle, avant de faire un pas pour se décoller du mur et ainsi apparaître. Elle tenait son Beretta fermement, à deux mains, bras tendus, et son regard se verrouilla sur la cible. Elle ne bougea pas d’un pouce et sa respiration se suspendit un instant, comme dans l’attente de voir si des tirs allaient s’échanger. Le silence s’abattit, lourd et pesant, et Olivia ne bougea toujours pas. Elle réfléchissait à toute vitesse, et finit par ouvrir la bouche presque malgré elle.

« Eryn. »

Ça lui fit bizarre de prononcer ce nom, comme si c’était devenu un tabou depuis qu’elle était partie. Elle se sentit idiote, un instant, puis tenta de se reprendre en resserrant sa prise autour de l’arme.

« Tu connais les ordres de Drake. »

Elle avait voulu imposer ça comme un constat, presque une menace, mais elle sentit ça comme si elle essayait de se justifier.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Sam 7 Fév - 14:44

Le face à face.
Elle apparut dans l’encadrement de la ruelle exactement comme elle l’avait imaginé, et un soulagement déplacé vint se ruer sur le cœur d’Eryn ; Liv n’était pas blessée, elle avait survécu à l’hiver, elle demeurait fidèle à elle-même.

Brièvement, Eryn eut l’impression de se contempler dans un miroir. Même position. Même arme. Même regard, ou du moins, Eryn avait adopté le même du temps où elle faisait encore partie de l’unité. Oh, il y avait bien quelques différences pour les démarquer, déjà, à l’époque. Le style vestimentaire, par exemple. La traîtresse avait déjà jalousé son amie pour ça. En dehors de l’exercice de ses fonctions, cette dernière savait se mettre en valeur, avec son perfecto, ses pantalons moulants qui mettaient en valeur ses longues jambes, une touche de rouge à lèvres, parfois, pour souligner sa jolie bouche. Eryn restait désespérément austère et spartiate.

La pensée faillit lui arracher un sourire.
Faillit.

Parce qu’en cet instant, son cerveau fonctionnait à cent à l’heure, cherchant désespérément un moyen de se tirer de ce mauvais pas.

Si Olivia avait vraiment voulu l’arrêter, elle lui aurait déjà tiré une balle dans la jambe. Harper, lui, n’avait pas hésité. La perspective d’une nouvelle blessure de cette envergure ne l’enchantait guère, et puis Liv ne la laisserait pas filer après coup. Elle espérait déceler là les réminiscences de leur solide amitié et Eryn décida, finalement, de tenter le tout pour le tout :

« Liv. Je ne rentrerai pas. »

Ce qui était bien, c’est qu’Olivia ne se formalisait pas des propos synthétiques d’Eryn ; elle avait appris à lire entre les lignes. Au ton déterminé, à son regard, elle savait déjà qu’il s’agissait plus qu’un caprice, plus que de la crainte, qu’il y avait, là-derrière, une autre motivation, plus profonde, plus justifiée…
Enfin, Eryn ne comptait pas, non plus, révéler la nature de ses plans à une digne chasseresse fidèle à Carter.

Le tout, désormais, était de tenter de calmer les inquiétudes de Liv, de lui prouver que, dans le fond, elle n’avait pas trahis leurs idéaux, même en ayant déserté :

« Je ne compte pas, non plus, fuir la quarantaine ou empêcher la neutralisation de tous les mutants. »

Liv savait lire en elle comme dans un livre ouvert, et réciproquement.
Sincérité. Détermination. Espoir, aussi.

Oui, tous les mutants. Eryn ne voyait pas l’intérêt d’être une cible à l’échelle nationale, de fuir hors de la zone de quarantaine et de représenter un danger considérable pour ses concitoyens.

Arme toujours braquée sur l’ennemie, Eryn fit un pas en arrière, jeta un coup d’œil autour d’elle dans l’espoir de déceler une issue qu’elle n’avait pas vu au premier abord. Sa stratégie initiale aurait eu du bon si elle avait été prête à tirer sur Liv, mais… Elle se reprocha sa faiblesse, s’en félicita. La contradiction constante entre ses instincts de survie et ses sentiments la tiraillait encore ; c’était l’une des conséquences lorsqu’on n’avait plus d’ordres à suivre.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Sam 7 Fév - 16:46

Liv. Olivia faillit tressaillir en entendant ce surnom dans la bouche d’Eryn. Ça ne faisait que lui rappeler à quel point c’était loin, désormais, l’époque où elle l’appelait comme ça tous les jours. Elle avait l’impression que ça faisait une éternité.

Eryn ne rentrerait pas. C’était simple, concis. Olivia avait toujours apprécié cette façon d’aller droit au but qu’elle avait toujours quand elle parlait. Tourner autour du pot était inutile quand on connaissait bien une personne et qu’on l’appréciait, non ? Olivia avait toujours pensé de cette manière. Ça ne l’empêcha pas de rapprocher imperceptiblement le doigt de la détente de son arme, comme une réponse, comme pour dire ce qu’elle pensait du fait qu’Eryn ne comptait pas revenir. Peut-être qu’elle ne voulait pas rentrer, mais ça ne changeait pas les ordres. Drake se fichait de savoir si la brunette était d’accord ou non.

Puis elle eut un léger froncement de sourcils quand son ancienne amie précisa qu’elle ne comptait pas non plus fuir la quarantaine, ou empêcher les Hunters de neutraliser les mutants. Comme pour la rassurer sur ce point.

« J’espère bien. Il ne manquerait plus que tu sois contre nous. »

La remarque, presque anodine, sonnait au fond comme une question, un doute, une interrogation. Comme si elle attendait une confirmation. Après tout, en choisissant de fuir et de se mêler aux mutants de la ville, ne se positionnait-elle pas contre eux ? Techniquement, si. Mais Olivia connaissait suffisamment Eryn pour savoir qu’elle était loyale, et pas du genre à retourner sa veste facilement. Au fond, elle devait peut-être même encore se sentir appartenir au commando, à la famille. Mais là encore, ça ne changeait rien aux faits. Elle était partie, et elle était devenue une mutante.

Olivia essaya de se concentrer. Le plus simple était encore de profiter de cette distraction, et de tirer une balle dans la jambe d’Eryn. Puis une dans l’épaule, peut-être, en fonction de sa réaction. C’était simple, elle avait déjà fait ça des milliers de fois. Mais pourtant…

Elle n’arrivait pas encore à s’y résoudre. Comme si elle croyait sincèrement aux bienfaits de la parole, de la négociation, alors qu’elle n’y avait jamais cru.

« Tu sais que ça ne change rien. Drake nous a ordonné à tous de te ramener. Si ce n’est pas moi, ce sera quelqu’un d’autre. »

Elle se souvenait encore de la colère d’Aaron. Elle prit une inspiration.

« Et il paraît qu’on te recherche aussi, de l’autre côté. Tu ne te demandes pas ce qui est le mieux, entre nous et eux ? »


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Sam 7 Fév - 22:00

Difficile de ne pas sombrer dans le confort douteux des habitudes qui revenaient à la charge. Une remarque à l’ironie mordante frémit sur les lèvres d’Eryn, sans les franchir. Un souffle agacé fut expiré pour tenter de chasser la frustration que provoquait la situation, sans pour autant être d’une grande utilité.

Donc, non, évidemment qu’elle n’était pas contre eux !
Si cela avait été le cas, elle aurait déjà vendu les secrets des Hunters, hurlé aux quatre vents les faiblesses de la forteresse qu’était leur base pour satisfaire la soif de vengeance de quelques mutants effrontés. Enfin, si on pouvait qualifier d’effronterie le désir de vengeance qui leur tordait les entrailles alors qu’on les traquait inlassablement…

Avait-elle vraiment besoin d’une confirmation ?
Oubliait-elle qu’elle s’adressait à la fille du général Blake ?
Ou voulait-elle qu’elle lui ouvrît son cœur, qu’elle exhibât cette plaie béante que la traîtrise putrescente qui envenimait chaque jour un peu plus sa conscience ?

Ouais, non, il n’était pas nécessaire de s’expliquer ; l’agacement tiraillait dans le moindre de ses muscles, le pli sévère qui barrait son front accusait l’affront : voilà qu’on la prenait pour une ennemie. Ben bravo. Un tel comportement pourrait bien, en fin de compte, abattre les derniers remparts de sa fidélité… Ou du moins, tel aurait été le cas si elle n’avait pas autant à perdre en jouant à ce petit jeu dangereux.

Elle arqua ensuite un sourcil, note de sarcasme particulièrement flagrant : si ce n’était pas elle, c’était un autre… Combien de Hunters avait-elle croisé en sept mois ? Quatre ou cinq ? Sur ces rencontres, deux seulement étaient vraiment capable de lui forcer la main : Harper et Lazar. Franchement, elle pensait bien avoir encore pas mal de répit si, d’aventure, Liv la laissait filer.

Par contre, la remarque sur l’avis de recherche qui planait sur elle avait eu bien plus d’impact. C’était vrai que, en quelque sorte, elle serait plus en sécurité auprès de Carter. Les Hunters la protègeraient jalousement, couvant d’un regard avide cette carte maîtresse qu’elle semblait représenter. Puis, avec son statut de mutante, peut-être même finirait-on par la vendre…  Réflexion faite, la sécurité était une notion toute relative, au cœur de laquelle trônait l’adage : « on est jamais mieux servi que par soi-même… »

Oh, merde.
Comme les mois avaient balayés ses résolutions ! Comme le doux cocon protecteur de l’unité était loin ! Désormais, l’union qui faisaient leur force ne s’appliquait plus à elle, vulgaire pantin, arme à double tranchant, elle n’était plus qu’un outil, un moyen pour une fin.

Un sourire sardonique fleurit enfin sur ses lèvres. La réplique, suintante d’ironie, exhalait un courroux refoulé dont Eryn n’avait pas vraiment conscience :

« Oh, tu sais, l’exécution expéditive, je peux faire ça toute seule. »

Ouais, ses « amis » se répugneraient sûrement à la faire souffrir, le jour venu.
Gallagher, d’un autre côté, portait probablement la promesse d’une cure pour les mutations, du moins le prétendait-il. Comment servait-elle au mieux sa patrie, dans ces conditions ? Et que supporterait-elle le mieux : une cage de souffrance, ou les regards plein de reproches ou de pitié de ses anciens compagnons d’armes ? Finalement, la solitude étouffante, ce n’était pas si mal…

D’un ton étonnamment doux, elle tempéra ses propos :

« Je n’ai plus ma place auprès de vous. »

Elle accompagna ces mots d’un haussement d’épaule résigné, et, enfin, elle rabaissa son arme. L’illusion de menace était inutile : Eryn ne tirerait pas sur Liv. D’autres, elle aurait envisagé une blessure, peut-être même une exécution pure et simple, s’il s’agissait de réels dangers. Mais Liv ? Elle ne pouvait même pas se résoudre à prendre le risque de la blesser trop gravement. D’autant plus qu’elle tirait mieux qu’elle. Au combat au corps à corps, peut-être, aurait-elle une chance, quoi qu’elle fût un peu diminué par sa longue convalescence et sa nutrition hasardeuse. Dans tous les cas, brandir son Beretta bêtement sur un fantôme du passé, c’était user de son énergie pour rien. L’arme vint se loger dans son holster, sous un blouson de cuir tout râpeux, et Eryn défia Olivia du regard, l’intimant tacitement à la laisser passer.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Dim 8 Fév - 22:27

Olivia plissa les yeux, presque perplexe. Voilà qu’Eryn baissait déjà son arme, sans tenter quoi que ce soit. Alors même qu’elle comprenait toute la logique de cette action, ça n’empêchait pas le stress de bouillir dans ses veines. Le stress à l’idée de ne pas réussir à faire ce qu’elle était censée faire. Un stress qui croissait à chaque seconde, car elle savait très bien que si elle n’avait pas agi directement en tirant une balle dans la jambe d’Eryn pour la neutraliser, c’est qu’elle n’arriverait sûrement pas à s’y résoudre après. Elle le savait, comme elle savait que continuer de brandir son Beretta était une blague. Et cette pensée avait le don de la mettre en rogne contre elle-même, intérieurement.

Elle hésita, cligna des paupières, puis finit par baisser lentement son arme sans pour autant la glisser à nouveau dans sa ceinture. Comme si elle ne se faisait pas encore tout à fait à l’idée d’abdiquer. C’était contraire à ses valeurs de soldat, après tout. Les ordres étaient les ordres, point. Mais ces ordres étaient finalement beaucoup plus compliqués à exécuter que prévu, à son plus grand désarroi. Quelles solutions elle avait ? S’écarter du chemin et laisser tout simplement Eryn s’en aller ? Non. Elle ne pouvait décemment pas laisser faire ça. Mais en même temps, était-elle vraiment capable de relever le bras et de presser la détente ? Pour ensuite ramener son amie de force jusqu’à leur lieutenant ? Avait-elle le choix, de toute façon ? Les questions et les hésitations avaient toujours été des pièges à éviter. Elle le savait bien.

L’entendre dire qu’elle n’avait plus sa place auprès d’eux lui fit ressentir une pointe d’agacement, et de révolte, sans qu’elle ne sache elle-même vraiment pourquoi.

« Tu as quitté cette place. »

Immédiatement, elle se sentit idiote de l’accuser de cette façon. D’accord, Eryn avait déserté leurs rangs, mais elle avait aussi contracté une mutation. Et si Olivia savait que Drake Carter était intéressé à l’idée d’avoir un tel atout dans sa manche, elle savait aussi que, personnellement, comme sûrement beaucoup d’autres de l’unité, elle ne verrait plus Eryn de la même façon. Les mutations creusaient un fossé entre les humains, et les malades. Alors oui, au fond, elle n’avait plus sa place auprès d’eux. Olivia le savait très bien.

« Tu pourrais revenir, se surprit-elle à dire, presque précipitamment. Fuir comme tu le fais est vain. Tu sais que Drake ne te lâchera pas. Tu pourrais revenir dès aujourd’hui. De ton plein gré. »

Elle hésita, le bras tendu le long du corps, le poing toujours fermé sur son arme, et fronça les sourcils. Il y avait un petit quelque chose qu’elle ne saisissait pas. En fait, il y avait tout un tas d'interrogations qui étaient nées en elle depuis le jour où Eryn était partie.

« Ça t’apporte quoi, de fuir comme ça ? Pourquoi tu tiens tant que ça à faire cavalier seul ? Ne me dis pas que c’est juste à la simple idée d’être rejetée ou regardée de travers parmi nous que tu ne veux pas revenir. Tu n’es pas du genre à t’arrêter simplement à ça. Alors pourquoi ? »


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Lun 9 Fév - 18:16

Une nouvelle moue ironique peignit les traits d’Eryn.
La note de reproche ne lui avait pas échappé. Quitté sa place, hein ? N’était-ce pas plutôt l’agent mutagène qui le lui avait arrachée ? Ne vivait-elle pas avec la promesse d’une mort prochaine de la main de sa propre famille ?

Non, revenir n’était pas une option.
Eryn le signifia d’un mouvement de tête désabusé.

Que c’était tentant pourtant ! Que ne donnerait-elle pas pour sombrer à nouveau dans la douce quiétude des habitudes ! Pouvoir sourire et même rire au diapason avec ses pairs, laisser le morceau se répéter, encore et encore, au tempo imposé par leurs vies, avec la fanfare des combats, le crescendo de l’adrénaline dans leurs veines et les passages plus calmes de leurs moments d’amitié.
Mais tout cela n’était qu’un rêve.
Un fantasme révolu.

Eryn se garda bien d’avouer, aussi, que si, elle s’était arrêtée, momentanément, à sa nature de mutante. La traque devenait trop pesante. Si la nécessité du plan de Carter lui semblait parfois fondée, elle ne pouvait s’empêcher de penser que la plupart des contaminés étaient innocents. Des dommages collatéraux. Après tout, Eryn n’était qu’humaine, et chacun avait son point de rupture, surtout dans un tel métier. Curieusement, la traîtresse avait toujours cru que Liv’ se débinerait avant elle : quand Eryn se laissait emporter dans la fureur des combats, quand elle laissait une nature sauvage prendre le dessus et écartait tout sentiments, elle se fondait simplement en un autre personnage, momentanément, le temps de servir leur bien aimée patrie.

Olivia, elle, avait un travail tout consciencieux qui, probablement, ne lui permettait pas entièrement de se couper de sa conscience. Elle visait, devait faire mouche à chaque tir. Elle était une tueuse au sens le plus fin du terme et cela devait lui peser, parfois. Les deux amies ne parlaient jamais de ça, aussi proches fussent-elles : on n’avait rien à gagner à proférer ses faiblesses, sauf, parfois, quand on percevait le fond de la bouteille de bourbon, dans l’ivresse glauque des soirées funestes, qu’on oubliait avec l’impitoyable mal de crâne et le corps perclus de douleur les lendemains.

Les lèvres pincées, Eryn pesa sa réponse. Elle ne pouvait pas trop en révéler – certainement pas mentionné Aria, quand bien même son nom flottait probablement entre elles, un moyen de porter la conversation sur un terrain glissant – mais elle n’ignorait pas, non plus, qu’elle ne pouvait mentir de façon éhontée à une personne qui la connaissait si bien. Quant à éluder simplement, cela ne la tirerait pas de ce mauvais pas.

« L’illusion de liberté, peut-être ? Le libre-arbitre ? »


Ah, ça la liberté…
Au début, elle s’en serait bien passée ; les sombres heures de solitude dans la nuit, l’indécision constante… Qu’il était plus aisé de suivre les ordres ! Avoir une foi aveugle en un leader, c’était se laisser guider docilement, s’épargner les choix cruciaux et, ainsi privée de libre-arbitre, sa conscience ne s’en portait que mieux. Désormais, si elle décidait d’abattre quelqu’un, c’était un fardeau asphyxiant, si elle commettait une erreur, c’était du sang sur ses mains.

« Ça n’a pas d’importance. J’ai des choses à faire, et je ne vous ai pas mis de bâtons dans les roues. Laisse-moi partir. »

Peut-être que si elle martelait cette injonction suffisamment de fois, Livia cèderai enfin ? Partagée entre une froide détermination et une tendresse nostalgique, Eryn oscillait entre le passage en force ou la crise de larmes. Façon de parler : une telle comédie ne convaincrait jamais son ancienne amie.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Mar 10 Fév - 16:15

La liberté et le libre-arbitre ? Olivia eut un soupir sec et dédaigneux pour montrer ce qu’elle pensait de ces notions et de cette réponse. De simples mots préconçus, une excuse. Elles étaient soldats toutes les deux. La liberté et le libre-arbitre avaient toujours représenté un luxe qu’elles ne rêvaient même pas une seule seconde d’obtenir. Il était beaucoup plus simple d’obéir aux ordres et de s’exécuter plus ou moins sans réfléchir, parce qu’elles étaient habituées, parce qu’ils étaient tous habitués, parce que c’est comme ça que ça fonctionnait. Même si la conscience venait les titiller parfois, peut-être même souvent, aucun d’entre eux ne pouvait se permettre de se sentir vraiment libre.

Eryn réitéra son injonction, comme pour couper court à cet échange. Olivia ne bougea pas d’un pouce. Elle n’arrivait pas encore à se résoudre à l’idée d’abandonner, de baisser les bras, de simplement s’écarter pour la laisser partir et la voir encore une fois disparaître. Elle connaissait bien la brune en face d’elle, et savait que les mots n’auraient pas assez de poids face à son entêtement. Mais il fallait qu’elle essaye, c’était plus fort qu’elle. À défaut d’arriver à faire ce qu’elle était censée faire, et lui tirer dans la jambe pour couper court à l’échange à sa manière, elle espérait bien arriver à lui parler et pourquoi pas la faire un peu douter.

« Ne te fous pas de moi à parler d’illusion de liberté. Tu te sens libre comme ça, peut-être ? À fuir constamment les tiens ? À te terrer dans un coin ? Emprisonnée dans cette ville transformée en Supermax géante ? Non. Aucun de nous ici n’est libre. »

Et c’est bien pour cela qu’elle avait conscience qu’il fallait faire les choses à la manière de Drake Carter, et neutraliser tous les mutants de la ville qui étaient après tout la source de tous ces problèmes, de cet emprisonnement et de cette privation de liberté des citoyens. Au fond, Olivia espérait que la Neo Corp tiendrait ses promesses et arriverait à neutraliser les mutations à l’aide de la science et de leurs aspirateurs de particules, au plus vite, mais en attendant, elle ne pouvait pas rester assise à ne rien faire au milieu des autres.

Olivia marqua une pause, sourcils un peu froncés, hésita à avancer d’un pas, puis eut finalement un haussement d’épaules presque désabusé.

« Et qu’est-ce que tu peux bien avoir à faire, hein ? Explique-moi. C’est quoi, tes projets ? Qu’est-ce que tu espères accomplir en solitaire ? Tu ne crois pas qu’on a tous le même objectif, finalement : sortir d’ici ? »

En énonçant cette vérité, elle savait aussi que si tout le monde avait le même objectif, tout le monde n’avait pas les mêmes méthodes pour le faire. Elle savait très bien que leur groupuscule des Hunters était considéré comme extrémiste par la majorité de la population. Au fond, elle se prenait même à redouter qu’Eryn se mette à voir les siens de la même manière, maintenant.

« Ce que je veux dire, reprit-elle en tâchant d’avoir un don plus doux et convainquant, c’est qu’on pourrait vraiment faire changer les choses si on s’y met tous. Et tu sais bien qu’on a besoin de ton aide. C’est ça que j’ai du mal à comprendre, ajouta-t-elle en plissant les yeux et en avançant finalement d’un pas. Pourquoi tu refuses tant que ça de revenir, alors qu’on pourrait tous mettre nos conflits et opinions de côté pour avancer et élaborer une stratégie pertinente ? Recommencer, comme au début ? Je ne dis pas que ce sera facile, ni même forcément fructueux en fin de compte, mais c’est comme si tu partais du principe que c’est impossible, que c’est perdu d’avance, sans même essayer. Tu ne trouves pas ça égoïste, dans le fond ? »

Elle se sentait en train d’espérer réussir à la convaincre, ou au moins lui faire se poser la question. Elle savait qu’elle n’était ni politicienne, ni négociatrice, et qu’en tant que soldat avec des ordres, elle aurait déjà dû agir de manière plus radicale. Mais finalement, les règles du jeu changeaient invariablement quand les sentiments se mêlaient de la partie.


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Mar 10 Fév - 18:35

Chaque remarque fit mouche, bien entendu.
Inutile de chercher des contrarguments sur l’illusion de liberté, sur les bienfaits du libre-arbitre, Eryn savait qu’elle n’était pas crédible, que ses pauvres répliques n’étaient que du flan, une maigre tentative de parvenir à se défaire de Liv. Néanmoins, quelque chose en elle frémissait : ne plus avoir à obéir aux ordres était certes déroutant, mais… Eryn était convaincue qu’elle avait gagné quelque chose, en arrachant la laisse et la muselière qui les liaient à Carter. Peut-être même que l’esquisse d’un sourire triomphant aurait étiré son visage sévère, si n’y avait eu les propos suivants d’Olivia.

Le cœur lourd, Eryn fronça les sourcils pour tenter de masquer son indécision. Car s’il y avait bien un argument qui pourrait – peut-être ! – la faire revenir sur sa décision, c’était bien celui-ci. Une stratégie. S’en sortir tout ensemble… Jusqu’à ce que les tentants et les aboutissants de la stratégie en question lui revinrent à l’esprit, le génocide tout calculé des individus contaminés.

L’amertume revint à la charge, empoisonnant les sentiments amicaux, et le ton radoucit de Liv n’avait plus rien d’apaisant ou de culpabilisant : ce n’était qu’une manœuvre, une exploitation des faiblesses d’Eryn, et la colère l’emporta alors sur la nostalgie.

Elle, égoïste ?
Égoïste impliquait de ne penser qu’à soi, non ? Or, Eryn ne pensait pas à elle, elle pensait à sa sœur, certes, mais aussi à toute la population mutante qui se terrait, était traquée, refusant de les traiter comme du dommage collatéral, des monstres, et encore moins des cibles. C’étaient les putains de citoyens qu’ils étaient censés protéger ! Et à la place, on les envoyait dans un obscur laboratoire, parce qu’ils avaient commis le crime affreux d’avoir été victime de la catastrophe, ou on les exécutait de sang-froid ?

Éludant toutes les questions précédentes pour lesquelles elle n’avait aucune réponse de toute façon, Eryn répliqua :

« Ce que je trouve égoïste, moi, c’est de vouloir se tirer à tout prix. »

La phrase avait claqué et Eryn sentit quelque chose de briser en elle.

C’était la première fois qu’elle évoquait à voix haute la haine que lui inspirait la situation, son désaccord fondamental avec la politique de Carter, en dépit de son bon fondement. C’était la première fois, aussi, qu’elle exprimait si clairement son opinion sur la situation. Jusque-là, et ce malgré sa fuite, elle s’était toujours contentée de faire l’autruche, de se focaliser sur sa sœur et sa propre survie pour justifier son comportement, alors qu’elle était juste en train de nier depuis tout ce temps ce que ses tripes lui hurlaient.

« Tu m’emmerdes, Liv. Je suis sûre que t’es aussi hypocrite que moi avant ma fuite, qu’il y a eu au moins une fois où t’as pas eu le cran d’appuyer sur la détente. Ose me dire le contraire. »

Rares étaient les fois où Eryn faisait des phrases si longues.
Et pourtant, si Olivia voulait s’amuser à lui poinçonner le cœur avec ses remarques si sensibles, elle pouvait jouer au même jeu ; elle aussi, pouvait appuyer où ça faisait mal. On lui reprochait d’avoir abandonné sa sacro-sainte mission ? Soit. Mais au moins elle n’était plus une meurtrière, au moins, elle explorait d’autres solutions. Elle allait peut-être droit à sa perte ; peu importait, tant qu’elle n’était pas un vulgaire animal, à l’image de la lie de la société.

Les muscles d’Eryn se tendirent de façon imperceptible.
Pour en avoir déjà fait les frais avec Dawn, elle savait qu’il n’était jamais bien prudent de s’aventurer à traiter un militaire de meurtrier quand ce dernier en avait gros sur la conscience.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Mer 18 Fév - 18:26

Olivia tiqua. Comment ça, ce qu’elle trouvait égoïste, c’était l’idée de vouloir partir d’ici à tout prix ? C’était bien ce qu’ils voulaient tous, non ? Les moyens pour y parvenir étaient différents, bien sûr, mais l’objectif était pourtant le même. Il fallait se tirer d’ici à tout prix. Cette ville, c’était une prison. Cette foutue quarantaine était inhumaine. Comment pouvait-elle penser autrement ? Comment pouvait-elle oser penser autrement ? Olivia ouvrit la bouche, comme pour faire une remarque, comme pour laisser libre court à toute son incrédulité et son indignation, puis se ravisa alors qu’Eryn reprenait la parole.

La remarque fit mouche. Pinçant les lèvres, la brune darda un regard noir sur son ancienne amie. La voilà qui la traitait d’hypocrite, maintenant. La négociation n’était décidément pas son fort. Malgré elle, elle repensa à cette faiblesse qu’elle avait eue quand elle était tombée sur cette gamine, dans la Seamy. Une petite blonde, une mutante. Son âge ne changeait rien à sa condition, bien sûr. Au fait qu’elle restait une cible. Mais effectivement, à cet instant, Olivia avait eu cette faiblesse. Elle n’avait pas eu le cran d’appuyer sur la détente. Comme elle n’avait pas le cran de le faire aujourd’hui, à cet instant, alors qu’elle était censée le faire. Elle avait l’impression que la honte et l’indignation bouillaient dans ses veines. S’il y a bien une chose qu’elle avait toujours détesté, c’était le fait qu’on la mette face à ses plus grosses erreurs.

Sa mâchoire se contracta.

« T’es sérieuse, là ? On se revoit depuis tout ce temps, je suis censée te tirer une balle dans la jambe pour te traîner de force auprès de Carter sans même écouter ce que tu as à dire, et tout ce que tu trouves à me dire, c’est ça ? Me traiter d’hypocrite et de faible ? T’es vraiment sérieuse ? Tu fais chier, Eryn. Tu fais vraiment chier. »

Elle avait haussé le ton presque malgré elle. Elle se sentait en colère, en colère contre elle-même de ne pas réussir à mettre ses sentiments de côté pour faire ce qu’elle avait à faire. Bien sûr qu’elle était hypocrite. Mâchoire serrée, elle avança jusqu’à Eryn.

« Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Que parfois, je me trouve inhumaine à tuer des gens censés être innocents ? Que je regrette ? Que je vais me ranger de ton côté ? Non, Eryn. Tu sais très bien qu’il faut toujours des gens comme nous pour faire le sale boulot dont personne ne veut se charger. Tu sais très bien tout ça. Alors je sais pas ce que tu cherches, là, à dire tout ça, à nous trouver soudain égoïstes de vouloir sortir d’ici. Comme si tu te sentais à des années lumières de nous. »

Elle s’interrompit, leva le bras comme pour dire quelque chose, se ravisa en le laissant retomber. Elle ne savait pas si elle se sentait juste vexée ou plutôt profondément déçue. Avec un soupir, elle se pinça l’arête du nez une seconde avant de relever les yeux sur sa sœur d’armes, presque résignée et en colère à la fois.

« Je ne te comprends plus. Mais tu sais quoi ? T’as raison. Je ne vais pas avoir le cran de presser la détente, aujourd’hui. Je ne sais même pas comment j’ai pu penser que je le pourrais. Alors vas-y, barre-toi. Si tu ne veux pas te tirer de cette ville, si la situation te convient comme elle est, alors vas-y. On n’a probablement plus rien à se dire. »


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Ven 20 Fév - 12:00

Les tirades de Liv se rallongeaient, accusatrices, blessées peut-être.

Eryn tentait tant bien que mal de ne pas laisser l’émotion la submerger. Elle détourna le regard, leva les yeux au ciel, porta le dos de sa main sur ses lèvres closes, de peur de se trahir elle-même. Même leur dispute suintait la familiarité : « tu m’emmerdes » – « tu fais chier » étaient des répliques courantes. Et quand l’une disait « ta gueule », l’autre répondait « la ferme ». Quand l’une s’épanchait en de longs discours argumentés, l’autre répliquait qu’une concision cinglante. Des dialogues aux engrenages si rodés qu’ils se faisaient encore sentir, rappel douloureusement lancinant de ce qu’elles avaient toutes les deux perdu.

Quand elle reposa son regard sur Olivia, elle était à nouveau maîtresse de ses émotions, certaine qu’aucun geste ne pourrait la trahir, qu’aucun tremblement ne viendrait éroder son filet de voix, qu’aucun torrent de larmes n’irait diluer son masque d’insensibilité déjà flagrant. Pourtant, au lieu de poursuivre sur sa lancée, son ancienne équipière lâcha une dernière tirade, changeant brusquement le cours de la conversation. L’agacement laissait place à la lassitude, à une forme de renoncement qu’elle ne lui connaissait pas. Une faiblesse qui lui fendit le cœur.

Eryn se maudit pour ses sentiments contradictoires. Elle voulait partir, enfin, pouvoir fuir sans avoir à affronter physiquement son amie. Et pourtant, la voir ainsi, la voir esquiver les ordres l’attristait. Décidant qu’il ne serait à rien de se morfondre, elle raffermit sa position, aiguisa sa détermination : Olivia devait sortir d’ici, mais pas pour finir en cours martiale pour l’extermination des mutants, rongée par la culpabilité. Hors de question.

Une colère sourde reprit possession d’elle, sur ces derniers mots ; comment pouvait-elle prétendre qu’Eryn ne voulait pas sortir d’ici ? Elle ne pouvait pas ! Il lui semblait bien, pourtant, lui avoir dit au début de cette conversation qu’elle ne comptait pas fuir la quarantaine, mais ses raisons étaient bien plus patriotiques qu’autre chose.
Ce fut pourtant d’une voix douce qu’elle répliqua, s’éloignant une fois de plus de son laconisme habituel :

« C’est vrai, tu ne comprends pas. Tu n’es pas mutante, t’as une chance de t’en sortir. Pas moi. Être une fugitive à l’échelle nationale ne m’intéresse pas, mettre en danger les citoyens pour une illusion de liberté non plus. »

Alors ouais, Eryn avait le droit de renoncer à sa façon, mais pas Olivia. Olivia était saine, elle n’empruntait pas forcément la voie la plus éthique, mais elle était saine ce qui voulait dire qu’une fois le blocus levé, elle pourrait retourner à sa vie. Ou en changer, aller voir un psy, elle s’en foutait, du moment qu’elle vivait. Peut-être même pourrait-elle garder un œil sur Aria pour elle.

D’un pas hésitant qui ne lui ressemblait guère, Eryn s’avança vers Olivia. La laisserait vraiment partir ? Renonçait-elle à lui tirer dessus, à l’assommer ? Ses muscles demeuraient tendus, sa gorge serrée. En arrivant à son niveau, elle fut prise d’un besoin soudain de poser sa main sur son épaule, dans un geste familier, rassurant. Elle serra les poings, détourna le regard, prit une inspiration.

« Garde les autres en vie, okay ? »

Elles plaisantaient souvent comme quoi les membres de la gente masculine ne s’en sortiraient jamais sans elles, ils les taquinaient ensemble sur leur côté bourrin, agissant sans réfléchir. Eryn désirait de tout cœur qu’ils s’en sortent tous, pour ceux qui étaient sain du moins. Et si Liv’ pensait qu’elles n’avaient plus rien à se dire, les lèvres d’Eryn, elles, brûlaient de mille questions qu’elle refoulait avec peine.

Un dernier soupir, un énième regard fuyant et Eryn fit un pas supplémentaire pour s’éloigner de son amie, reprendre sa route en priant de toute ses forces pour qu’elle ne la poignardât pas dans le dos, au sens propre comme au figuré.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Resolute Soldier

Féminin

MESSAGES : 175
HUMEUR : Nostalgique
FEAT : Gal Gadot

Points : 530

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Olivia Lazar
Resolute Soldier
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] | Dim 8 Mar - 14:03

La voix douce d’Eryn faillit lui hérisser le poil, lui faire serrer les poings. Elle sentait la colère gronder dans ses veines, la frustration de l’injustice, l’amertume aussi. Elle avait envie de secouer Eryn, de l’attraper par les épaules et la secouer comme un prunier pour qu’elle arrête de répondre de manière aussi douce, de manière aussi résignée. Comme si elle avait déjà baissé les bras, baissé les bras pour tout alors qu’elle était Eryn Blake et qu’Eryn Blake ne rimait pas avec abandon ni désertion. Mais si, elle estimait qu’elle n’avait plus aucune chance de s’en sortir. Alors si, bien sûr, quelque part, Olivia comprenait ce qu’elle voulait dire par là et elle se sentait presque honteuse d’être en accord avec ce qu’elle disait. Eryn était devenue une mutante alors oui, techniquement, sur le papier, dans cette vie de fou, elle était perdue. Aux yeux des Hunters, tous les infectés étaient perdus.

Mais pour Eryn, Olivia voulait bien croire en un espoir dérisoire. Croire aux paroles rassurantes de la Neo Corporation et de son célèbre PDG, croire aux promesses de guérison et placer son espoir dans les recherches scientifiques. Oui, peut-être qu’il y aurait un remède. Peut-être que les drones, aspirateurs de particules, étaient le premier pas vers la guérison. Peut-être que ce cauchemar aurait une bonne fin, avec un vaccin prodigué à tous les mutants de la ville. La quarantaine serait levée, et tous pourraient enfin sortir d’ici pour retourner à la vraie vie. Oui, peut-être.

Alors Olivia ouvrit la bouche, faillit exprimer cet espoir. Comme pour retenir Eryn, comme pour l’empêcher de baisser les bras, comme pour la convaincre de revenir malgré tout. Mais elle referma la bouche, et elle se tut. Elle se contenta de suivre la brune des yeux, qui s’approchait d’elle. Elle pourrait en profiter pour lever le poing, et lui coller une droite avec la crosse de son arme. Elle devrait, même. Elle n’en fit rien. Elle détourna le regard lorsqu’Eryn lui demanda de garder les autres en vie. Elle ne se souvenait que trop bien de leurs plaisanteries sur le sujet, sur le fait que tous les gars du commando ne feraient sûrement rien sans elles. Se rappeler ces plaisanteries était douloureux.

Olivia ne bougea pas lorsque son ancienne amie passa à côté d’elle pour s’en aller. Elle resta immobile quelques longues secondes, comme si elle réfléchissait, les doigts crispés sur la crosse de son arme. Elle avait failli à sa mission, bien sûr. Elle avait désobéi aux ordres de Drake. Rien que cette idée lui donnait la nausée. Mais plus encore, l’idée de ne peut-être plus jamais revoir Eryn.

Elle prit une inspiration, une grande inspiration, puis tourna les talons à son tour pour s’en aller. Comme si rien ne s’était passé.

[FIN DU SUJET]


HUNTER IS BADASS ✽
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Sœurs d'armes [Terminé] |

Revenir en haut Aller en bas

Sœurs d'armes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Black Market :: Main Square-
TopBottom
Ouvrir la Popote