AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Fishing for Information [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Fishing for Information [Terminé] | Sam 24 Jan - 17:50

L’heure était venue.
Eryn ne pouvait pas se permettre de rester dans l’ignorance plus longtemps. Elle refusait de se laisser balloter par les événements, de se complaire dans une inertie aveugle, de n’écouter que son instinct et la complainte de son âme.

Oui, il était grand temps d’agir, non pas de se lancer dans une quête exterminatrice comme celui qui fut son supérieur, pas plus que de se retourner contre les forces de l’ordre comme cette fameuse D47 dont l’écho des exploits se répercutait encore dans les ruelles délabrées de la Seamy. Non. Il s’agissait avant tout de se renseigner, d’accumuler consciencieusement les informations et espérer découvrir une issue à cette regrettable impasse.

Pour cela, elle avait bien des outils en main. Charlotte Hawkins avait une dette envers elle. Anderson Dawn semblait s’être donné pour ultime mission de préserver une ex-soldat de ce monde dévasté. Son père, le Général Blake, l’attendait sans doute de l’autre côté de ce blocus. Si seulement elle pouvait se mettre encore quelques atouts dans la poche… Malgré son entêtement à demeurer solitaire, Eryn commençait, aussi, à envisager la coopération pour mieux survivre et atteindre ses objectifs. Le développement de la Communauté mutante de Jake Caldwell et les incroyables capacités de survies des Hunters sous le commandement de Carter prouvaient deux choses : l’union faisait la force, et ce d’autant plus sous l’égide d’un leader charismatique et organisé.

Organisée, elle l’était.
Mais, meneuse ? Absolument pas. Pétrie de principes spartiates, elle n’avait fait qu’obéir aux ordres, suivre les pas de son père, puis courber docilement l’échine face à son supérieur. Elle n’avait pas les capacités permettant la cohésion d’un groupe, elle ne saurait même pas se montrer aimable ou reconnaissante. Pourtant l’idée germait dans son esprit : il lui faudrait une sentinelle digne de ce nom – elle avait déjà rencontrée une mutante capable de ressentir les vibrations, véritable sonar ambulant – un soldat rodé – et ses pensées se tournaient ainsi vers Dawn et ses anciens compagnons d’armes – et probablement de gens aux capacités utiles. Une main légère pour le vol ? Un pro des technologies en tout genre ? Un protecteur aussi efficace que le second de Jake Caldwell ?

Elle écarta ces plans sur la comète avec humeur.
Elle n’avait guère le temps pour des rêvasseries idéalistes. Qui disait coopérer disait aussi traîtrise, complications. Comment pourrait-elle accorder sa confiance en qui que ce fût ? Et elle avait des affaires bien plus urgentes à régler. Agir en solo serait donc la marche à suivre – du moins, pour le moment.

C’était une rumeur qui avait glissé doucement jusqu’à ses sens à l’affut qui l’entraînait dans cette partie trop peuplée de la Seamy Area. Un brise printanière accompagnée d’un timide rayon de soleil semblaient agrémenter le Black Market d’une touche un soupçon moins lugubre que d’ordinaire.

Elle discuta brièvement avec deux trois marchands et personnes prétendument influentes pour, qu’enfin, on lui désignât une ruelle. Le véritable coupe-gorge n’inspirait guère confiance et Eryn s’y avança à pas prudents. Pourtant, s’y trouvait seulement une silhouette ; si ses renseignements étaient exacts, ils s’agissaient là d’un ex-flic de San Francisco, un lieutenant, disaient certains. La pensée qui accompagnait ce rang laissait une traînée amère sur son palais.

« Excusez-moi ? »

Trop peu de contacts humains.
Eryn ne savait même plus comment s’y prendre, désormais, pour interpeler quelqu’un autrement que par un aboiement sévère ou une menace. L’exercice de vie en société semblait soudain bien plus insurmontable que la perspective d’une bonne séance de torture.

La mutation de l’homme lui laissa une impression glacée, à la pulsation irrégulière. Avec le temps, elle avait compris que cela révélait généralement un manque de contrôle.

Il a probablement fui parce qu’il était mutant.
L’histoire résonnait curieusement avec la sienne et Eryn reprit un peu plus d’assurance. Ses traits austères guettaient une réaction avec avidité, tandis qu’elle croisait les doigts dans l’espoir qu’il eût les informations dont elle avait besoin. Ne serait-ce qu’un infime indice.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable


Dernière édition par Eryn Blake le Jeu 29 Jan - 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Sam 24 Jan - 23:32

Une autre journée - une autre accumulation d'heures. Mais tout n'était pas perdu - le temps n'était pas juste une poignée de grains de sable qui s'échappaient d'une main fermée en un poing, incapable de le retenir. Je m'étais levé tôt, afin de faire mes ablutions et m'entraîner. J'avais été courir, avant même que l'aurore ne soit levée ; j'avais, dans un écho incessant de mon ancienne vie, formé des séries de pompes, de tractions et autres moyens de rester en forme. Il était de mon devoir de garder des réflexes plus agiles que la moyenne, et j'y réussissais, pour le moment.

Avait suivi ce que j'appelais mes expériences. Seul, dans un dédale de ruelles où j'étais sûr de ne trouver personne, je m'étais exercé à pousser mon contrôle. A relâcher des émotions et à tenter de faire de cette mutation autre chose qu'une malédiction. Des mois que ces ébauches, ces illusions de contrôle n'étaient que des bouts de verre sur lesquels je marchais. J'avais détruit une poubelle, m'étais cassé un doigt et avait gelé un trottoir si fort que sa surface de bitume et de goudron noir avait explosé. Tout cela aurait dû me désespérer, me faire perdre espoir - mais ma volonté brillait trop fort. Pas pour moi, pas dans l'intention de continuer pour moi. Je devais le faire - car c'était mon devoir. Si ma vie de lieutenant était derrière moi, je n'oubliais pas mes principes. Je m'étais engagé à protéger l'humanité. A présent, mutant comme humain, sain comme porteur du virus, je me faisais une joie de contribuer à sauver une vie.

Laconique, j'avais été acheter de quoi me désaltérer. J'avais pris l'air, assis dans un coin, seul à méditer sur mes pensées. Un café fort mauvais, au goût amer si poussé qu'il aurait pu me donner des haut-le-coeur, et la sensation d'épuisement qui suivait mes entraînements. Voilà ce qui me récompensait de mes efforts. Ca et parfois, dans un regard, un sourire. Une étincelle de gratitude, si rare. Je soupirais, essuyais ma nuque couverte de sueur, et mon sac sur l'épaule m'éloignais afin de retourner à ma planque. Une bonne douche froide me ferait du bien. Mon pantalon visiblement militaire, abîmé aux coutures, était entrés dans deux grosses Rangers noires. Mais à peine avais-je parcouru une dizaine de mètres qu'une voix me héla en arrière.

Volte-face. Je ne connais pas cette voix. Froncement de sourcils. Je ne dis rien - je regarde juste ce bout de femme qui est là, qui m'observe. On se regarde en chien de faïence, et quelque chose en moi me pousse à répondre. « Je peux vous aider ?» Ce besoin que j'ai, de jouer les chevaliers ! Mais il est évident qu'elle a besoin de quelque chose. De quoi ? De moi ? Non. Cela fait bien longtemps qu'on a perdu mon utilité de vue. Ici, on me montre parfois du doigt comme un tourne-casaque. J'ai été dans les forces de police ; je suis un mutant. Un pied dans les deux mondes, sans être réellement intégré dans l'un d'eux. Et tous mes efforts ne changeront pas le regard et le point de vue des gens autour de moi. On se méfie, on plisse les yeux sur mon passage. Les doigts de ma main droite, aux phalanges couvertes de cicatrices, tremblent un peu et je ferme le poing avant de l'ouvrir, puis le referme, l'ouvre - plusieurs fois, dans un réflexe. Pulsation froide - une sensation étrange m'étreint le coeur, mais je refuse de laisser les prémices de mon pouvoir de se montrer. Je continue de la dévisager. Elle est un peu plus jeune que moi, quelques années ; elle est brune, et malgré que je ne fasse pas attention à ce genre de détails, pourrait être bien plus jolie qu'elle ne l'est sans son air sévère. Je la toise du haut de ma stature musculeuse et nerveuse. Que veut-elle, exactement ?


LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 0:52

Si Eryn en avait su davantage sur son interlocuteur, elle aurait probablement froncé les sourcils face à certaines similarités. À commencer par cette routine imposée, comme pour ne pas penser à ce déchirement qui, à chaque minute passée, creusait un peu plus l’âme de ses griffes accusatrices. Contrastes et similarités entre les deux personnages pouvaient créer autant une alchimie vivace qu’un cocktail explosif. Métiers d’armes, certes, mais Caesius semblait davantage animé par une authentique bonté, tandis qu’Eryn vivait que sous la carapace qu’elle s’était forgée, s’évertuant à suivre les mêmes schémas, jour après jour, hantée par les horreurs qui avaient ponctué son existence.

Ignorant tout cela, elle l’abordait le presqu’inconnu avec un air circonspect. Comment entamer cette délicate conversation ? La question, invitation à proférer sa demande aussi indiscrète que déplacée, ne freina pas les réticences de la jeune femme. Oh, si Lysander avait le cul entre deux chaises – le fauteuil confortable de son ancienne profession versus l’assise raide qu’offrait sa nature de mutant – il serait probablement peu enclin à éventer tous les secrets de son ancien ordre…

D’un regard perçant, lèvres pincées, elle observa quelques instants le manège de l’homme qui serrait et desserrait les poings. Sa mutation lui apparaissait plus froidement ; une étreinte givrée effleura sa conscience, pulsation douceâtre et menaçante. Eryn était partagée entre méfiance et fascination. Sous une impulsion paranoïaque, elle pencha plutôt pour la première réaction et guettait avec suspicion le moindre signe d’agression. Cela passait par de multiples détails : le souffle, car le moindre changement de respiration pouvait trahir, le poing, qui visiblement trahissait le manque de contrôle, les regards, qui précédaient souvent le mouvement.

Son attention voguait d’un détail à l’autre, jusqu’à ce qu’une image plus complète du mutant se forme dans son esprit. Une à une, elle assembla les pièces du puzzle, sans pour autant en connaître la signification. Sa taille. Le pli de ses lèvres. Le ton de sa voix. Sa masse musculaire. Son langage corporel. Le moindre détail pouvait compter.

Elle se demanda, brièvement, s’il connaissait Dawn. Et si une telle chose pourrait jouer en sa faveur.

Puis merde.
Minauderies et hésitations appartenaient à un passé révolu.

« Vous êtes l’ancien Peacekeeper, non ? »

Elle opta donc pour cette cinglante franchise. Traits glacials, ton abrasif, tous ses muscles tendus dans l’attente d’une réaction violente, Eryn avait tout d’un animal aussi farouche que létal.

Pourtant, du peu qu’elle savait sur ce mystérieux ex-Peacekeeper, elle n’avait rien à craindre. Parfois, dans la Seamy, s’élevait dans un soupir reconnaissant quelques mots au sujet d’un homme qui venait en aide aux autres. Et puisqu’il ne s’escrimait aucunement à enrôler ces âmes sauvées, il ne faisait pas partie de la Communauté de Caldwell.

La coutume voulait qu’on se présentât et Eryn tâcha de ne pas omettre ce point de politesse qui était supposé instiller un soupçon de confiance chez tout interlocuteur.

« Je suis Eryn Blake, et j’ai des questions à vous poser. »

Bon, comme toujours, la bienséance d’Eryn était très relative ; complètement dénuée d’amabilité, lâchée d’un ton aride, on pourrait la méprendre pour une menace. Or, c’était plutôt une détermination sourde qui poussait Eryn à se montrer si bravache. Cela, et sa nature froide, surtout en milieu étranger.

Son nom seul devait suffire.
Elle n’était pas sans savoir qu’elle était une cible privilégiée pour les Peacekeepers. L’avis de recherche la désignant devait trôner sur les coins de bureaux, apparaître chaque matin sur les écrans des traqueurs. À ce rythme, Jeffrey Gallagher lui-même offrirait une prime exorbitante pour sa capture. Franchement, tant d’acharnement, dans un monde si dévasté ? Eryn ne comprenait pas. Anderson et Aria ne l’avaient pas éclairée sur le sujet. On la disait dangereuse. Possédant des informations cruciales. Peut-être, mais elle n’était pas seule.

Peut-être que la réaction de son interlocuteur éclairerait sa lanterne.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 1:10

Mon regard fixait son visage. A présent qu’elle se tenait devant moi et que je prêtais de l’attention aux détails, elle me disait quelque chose. La demoiselle me semblait familière – ces cheveux bruns, ces yeux impitoyables … Je l’avais déjà vue quelque part. Mais où ? Je passai ma langue sur mes lèvres, vaguement  gêné sous sa vision inquisitrice. Je sentais chacun de ses mouvements oculaires, qui guettaient chez moi je ne sais quoi. La méfiance semblait être de mise - l'ambiance était à cette émotion tranchante, qui hérissait chacun de mes sens, de mes muscles. J'étais prêt à partir, prêt à m'en aller, sous ses airs à la fois hésitants et pourtant si déterminés. Puis, la brune lâcha la première bombe.

Peacekeeper.

Voilà un mot que beaucoup n'osaient dire devant moi. Je ne répondis pas de suite, mais m'efforçais à parler, à laisser des mots vides de sens répondre à ma place. Je devais dire quelque chose, ne serait-ce que par politesse. « Oui. » Aussi concis que possible. Qu'y avait-il à dire ? Que désirait-elle, exactement ? Me fustiger pour mon passé ? Mon regard de glace se durcit - j'étais prêt aux remontrances. Je les avais supporté, et je pouvais toujours le faire. Je ne me prenais guère pour un martyr, mais je reconnaissais mes tords. J'avais tué, pour me défendre, certes, mais le sang tâchait mes mains comme une glace irradiant un liquide écarlate. J'eus un frisson, alors que je continuais de l'examiner d'une façon plus distante. La demoiselle avait la mâchoire crispée, et dans ce mouvement de tête qu'elle fit, un souvenir fusa en moi comme une résurgence mystique. Juste avant qu'elle ne se présente officiellement.

Eryn Blake. Le nom faisait écho en moi. C'était une mutante, elle aussi. Contaminée, tout comme moi ; ancienne militaire, recherchée à présent par les Peacekeepers avec cet acharnement de la chasse qui les motivaient tous, semblables parfois aux hunters. Je ne dis rien, pensivement - que me voulait donc Miss Blake ? Me poser des questions. Elle venait de le dire. J'avalais ma salive, retins une grimace et, prenant soudain une pause plus détendue, relâchais la pression dans mon attitude. « Je suppose que vous me connaissez. Néanmoins ... Je suis Caesius Lysander. Enchanté de vous rencontrer, Miss Blake. » Mon ton sincèrement poli tranchait ; c'était comme une décalage dans l'espace temps. Deux êtres intimement différent - elle, aussi froide que la glace qui me menait la vie dure, et moi qui semblait si doux, si idiot à se présenter inutilement. Ravalant une vague amertume qui naquit sur mes lèvres, je continuais sur ma lancée, de ma voix presque amicale. « Vous avez des questions à me poser. Cela n'est sûrement pas étranger au fait que j'ai été lieutenant. » Ce n'était pas une question. J'étais loin d'être un idiot, sans vouloir me vanter. Je savais faire travailler ma matière grise - parfois trop bien, pour certains avis.

Je me sentais en infériorité - Eryn Blake semblait parfaitement renseignée sur moi. Je ne savais d'elle que les informations dont je me souvenais, rendues vagues par mes besoins pressants de survie. Mutante, ancienne militaire, fille d'un homme important. Mais mes réminiscences n'allaient guère plus loin. Impuissance qui vacille en moi. J'aurais voulu tendre ma main, serrer la sienne, mais peut-être prendrait-elle cela pour une menace. Je la sentais qui se défiait de mon attitude. Je pris sur moi de ni me vexer ni me sentir visé. Elle était elle aussi en fuite, comme bon nombre de mutants. Qui sait ce qu'elle cherchait à savoir ? Souhaitant me donner contenance, je cherchais à lui donner un accord dont elle n'avait guère besoin. « Je suis toute ouïe. Posez donc vos questions, et laissez moi distinguer celles dont il me sied répondre. » Et, délaissant mon visage neutre, j'optais pour un demi-sourire, accort et cordial. A mon humble avis, tout être humain ne pouvait qu'avoir un bon fond. Cette femme avait beau paraître froide et hautaine, je ne doutais pas qu'elle cache un trésor de détermination. Elle semblait une lame d'argent, luisante de mortalité, dangereuse, mais également capable d'être utile, d'être maniée pour le bien des autres. J'eus un mouvement de sourcils très expressif, lui signifiant que je l'écoutais, qu'elle avait toute mon attention. Debout dans la ruelle, je croisais les bras sur ma poitrine, avant de mettre mes mains dans mes poches, un peu gêné. Je n'avais pas l'habitude qu'on me côtoie ou qu'on me fixe comme elle le faisait - et la gêne visible par mes joues colorées de carmin ne faisait qu'aggraver mon propre embarras, cercle vicieux, à mon grand dam.


LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 2:03

Pour la première fois depuis le début de cette rencontre, Eryn cilla.

Peu s’en fallait pour qu’elle allât réquisitionner un miroir plein pied dans au marché noir à quelques pas de là. N’était-elle plus assez intimidante ? Avait-elle des airs de demoiselle en détresse ? L’excès de politesse de Caesius la laissa momentanément sans voix. Elle avait aboyé un presqu’ordre et il lui donnait du langage soutenu tout alambiqué. Encore une disparité flagrante entre les deux mutants ; quand elle se murait derrière un laconisme acerbe, il semblait s’étendre en politesses froufrouteuses. Le bruissement desdites politesses à ses oreilles la laissait une fois de plus partagée : hypocrisie ou courtoisie ?

Bien que désemparée, elle ne laissa pas son trouble apparaître de façon trop flagrante ; à la place, elle arqua un sourcil, geste suintant le sarcasme, question implicite. À quoi jouait-il donc ? Elle ne s’attendait pas à une coopération immédiate. Elle n’avait pas l’habitude des gens qui cédaient à ses demandes ; dans son ancien métier, ceux qui offraient leur aide de plein gré appartenaient à une espèce en voie d’extinction.

Pour couronner le tout, le « oui » lapidaire qu’il lui avait concédé quand elle s’était enquis sur son identité suggérait bel et bien un conflit interne douloureux qu’Eryn trouvait bien trop familier. Pour sa part, cela faisait déjà plus de la moitié d’une année qu’elle avait déserté les rangs des Hunters, laissé derrière elle ses frères d’armes. Encore maintenant, fortes de ses tangibles convictions, elle n’hésiterait pas à réitérer son choix si l’occasion se présentait. Et pourtant. Jamais elle n’avait ébruité les secrets des Hunters, jamais elle n’avait pris l’initiative de leur mettre des bâtons dans les roues, d’enrayer leur implacable traque.
Trahir ceux qui l’avaient façonnée, c’était encore au-delà de ses forces.

Néanmoins, elle n’avait pas encore énoncé ses requêtes, il serait toujours temps pour Lysander de ravaler sa politesse et refuser catégoriquement de précieuses informations à Eryn. Il s’autorisait, donc, à sélectionner les réponses qui lui seyaient.

Donc, si les sourcils d’Eryn pratiquaient l’ironie tacite saupoudrée d’une pointe de surprise, sa bouche, elle, ne se défaisait pas d’une ride amère : un éventuel refus serait l’objet d’une contrariété aux aspects dilemmatiques.

Elle s’assura qu’aucune oreille indiscrète ne pointait le bout de son lobe au coin de la ruelle et baissa d’un ton, alors qu’elle décidait d’aborder le sujet épineux à rebrousse-poil dans l’espoir de calmer la potentielle fidélité tenace de l’ancien lieutenant pour les Peacekepeers :

« Je cherche des renseignements sur Alcatraz. »

La concision d’Eryn était souvent troublante, agaçante, voire accablante. En l’occurrence, néanmoins, elle avait un but tout tracé ; souvent, on découvrait des choses plutôt inattendues et fort utiles en laissant des questions vagues flotter à la libre interprétation de celui à qui elles s’adressaient. Allait-il en déduire immédiatement qu’elle cherchait à faire évader quelqu’un ? Allait-il plutôt rapprocher cela à l’évasion de la mystérieuse Détenue 47 ? Ou bien, déduirait-il plutôt qu’elle s’interrogeait sur la mystérieuse Neo Corp. ? Caesius Lysander n’était pas parvenu au grade de lieutenant complètement démuni en ce qui concernait le poids de sa matière grise, et malgré elle, elle était plutôt curieuse de voir ce qu’il en était.

Bien d’autres questions se tourbillonnaient dans son esprit.
Eryn était avide de réponses et, pourtant, s’évertuait à agir avec caution. C’était la stratégie qu’elle avait décidé de mener pour cet entretien étrange, et comptait bien s’y tenir sans céder à l’impatience dévorante qui l’assaillait, la rendant fébrile. Elle caressait déjà l’espoir d’en apprendre un peu plus. Un lieutenant en savait forcément plus que Dawn et Aria.

D’autres questions encore, elle n’oserait jamais les poser, de peur que sa source ne se carapatât. Était-ce fréquent que les Peacekeepers fussent contaminés ? Leurs effectifs, à quelle vitesse diminuaient-ils ? Quel genre de munitions recevaient-ils via les approvisionnements de la Neo Corp. ? Pourquoi avaient-ils changés leurs modes de patrouille ? Les Neo Drones récemment lâchés sur la ville étaient-ils munis de caméras de surveillance ?
Oh, toutes ces choses lui brûlaient les lèvres, les mots provocateurs s’appropriant déjà un ton acéré en son for intérieur, si jamais la conversation venait à dégénérer.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 11:31

Ma politesse et le ton de ma voix bienséant semble la surprendre un peu, au vu de ses sourcils qui expriment son étonnement. Mais elle ne se laisse pas démonter - elle ressemble à une arme, une bombe avec un but, un objectif. Je continue de me méfier d'elle, tout en cherchant une souvenance de ce qu'elle représentait, dans mon ancienne faction. Une mutante, dangereuse, extrêmement recherchée. Avait-elle tué ? Je ne me souvenais plus. Je n'étais pas capable, alors que ma fuite datait de moins de sept mois - six peut-être, ou cinq. Le temps s'écoulait d'une façon différente pour moi ici ; jour après jour, bloqué sur une survie autre que la mienne. Je vivais à travers les autres, mais ce n'était pas un problème en ce qui me concernait. Eryn Blake cherchait peut-être ses mots, face à moi ; je continuais de l'observer, calmement. Devant son absence de sourire, face au pli presque grognon de ses lèvres, mon propre sourire s'était fait hésitant. Mais, sans aucune douceur, elle tranche l'air entre nous de son interrogation, non sans avoir vérifié que personne ne nous espionne.

Le mot résonne, et je le répète, presque fébrilement. « Alcatraz. » Comme si ce son avait une vie, une forme, et qu'elle s'échappait de moi, comme d'une prison. Je secoue lentement la tête, pas forcément négativement, juste un mouvement qui prouve l'effet pensif que forme ce mot en moi. Un regard vers la brune me suffit pour voir qu'elle attend une réponse. Non seulement elle attend, mais elle sera sans aucun doute prête à recevoir avec fureur une infirmation. Je choisis donc avec soin mes mots. Elle n'a demandé des renseignements que sur cet endroit, mais je songe à bien d'autres divulgations qui pourraient lui servir. Je médite sur ma loyauté - où va t-elle ? Ne serais-je qu'un tourne-casaque de plus, une fois que j'aurais colporté les rumeurs ? Si j'ai jamais donné ma confiance en les Peacekeepers, elle a été détruite le jour où j'ai fui. Le jour où j'ai vu la lueur de peur dans leurs regards. J'étais devenu la proie, ce jour-là. J'avais toujours eu des soupçons, et je n'avais pas tenu à les vérifier - à mon avis, certains mutants que nous attrapions, ceux qui étaient vivants, ceux qui étaient capables de conscience (quoique parfois, pas forcément) ils nous étaient ravis. Où, pourquoi ? Pour des expérimentations. C'était la chose la plus logique, la plus implacable et la plus horrible à faire. Et quand j'avais compris, la main pleine de glace, le virus maudissant mon corps, j'avais fui. Pour ne pas savoir. Pour ne pas perdre la dernière parcelle d'assurance en l'humanité qui brillait en moi.

« Je n'y ai jamais mis les pieds. » J'attends deux secondes, puis reprend, dans un murmure cadencé, d'un souffle bas et rauque, plein d'une assurance grave. « Mais cela ne signifie pas que mes oreilles n'ont pas traîné. Ce qui va suivre ne sont que mes théories, mais voilà ce qu'elles sont. Lorsque nous capturions des mutants, ils ne restaient pas longtemps entre nos mains. La plupart étaient emmenés là-bas. A mon avis ... Ils servent de cobayes, sur cette île. » Plusieurs raisons me venaient à l'esprit sur pourquoi elle voulait en connaître plus. La raison la plus évidente était qu'un de ses proches était là-bas. Tenait-elle à le faire sortir ? Si elle avait cela en tête, je devais la tempérer. « Leur Néo-Serum est fabriqué là-bas. Leurs fariboles sur un laboratoire comme les autres, ce ne sont que du vent. Ils doivent se servir de souches génétiques de leurs captifs ... » J'aurai pu être l'un d'eux. Je soupire et passe ma main dans mes cheveux. Que rajouter de plus ? Je viens de lui avouer ce qui m 'avait pris des mois à savoir. Et pour quoi ? Pour ses beaux yeux ? Non. Parce que j'étais trop honnête pour mentir. La cause humaine globale me semblait plus véridique à suivre, plus chevaleresque. Je regrettais sincèrement mes tueries sur les mutants - même si ça n'avait été qu'en cas de défense, pour sauver ma vie. La culpabilité me rongeait, comme une vermine invisible, charriant dans mon sang des traces de douleur mentale, de souvenirs souillés de sang. Je toussote, mon regard un brin perdu de nostalgie et j'émets d'une voix un peu éraillée : « Je ne puis guère vous être plus utile que cela. A moins que vous ayez d'autres interrogations ? »

Vais-je devoir divulguer d'autres réponses à de féminines énigmes ? Devrais-je trahir plus profondément les Peacekeepers ? Non, je n'ai pas trahi. Ce sont eux qui m'ont trompés. Ils étaient prêts à me capturer, à me livrer à cette prison remplie de mes semblables. Mes mains dans mes poches sont glacées - je le sens, pourtant sans aucune douleur. Le froid ne me fait plus mal, il fait partie de moi. J'inspire lentement - un paquet d'émotions semblent se heurter en moi. Mais je dois me calmer. Je ne tiens pas à blesser accidentellement la femme devant moi. Cela me semble pourtant arriver à chaque fois - je ne suis qu'un danger public, un ennemi qui se fait héros de l'humanité. Pathétique ersatz de ces surhommes anciens, pâle copie d'un dieu qui n'est qu'un orgueilleux humain.



LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 12:35

Une mutation entraînant des capacités télépathiques auraient été épuisante pour quelqu’un comme Eryn. La déformation professionnelle la pousserait à sonder les esprits de chacun, en quête d’une information vitale, d’un détail révélateur, d’un outil crucial pour exercer un chantage profane. La curiosité la rongerait constamment, l’indiscrétion n’aurait plus de limites seulement pour assouvir les désirs de sa paranoïa grandissante et nourrir son opinion sur la déchéance humaine.

Pourtant, la situation aurait aussi un certain comique. Elle percevrait les interrogations de Caesius Lysander à son sujet, et elle ne pourrait probablement pas s’empêcher de répondre, armée de railleries fielleuses. Si elle avait tué ? Oui, dans tel et tel conflits au Moyen-Orient, les corps criblés de balles pouvaient encore témoigner de son funeste passage. Eryn était un soldat avant tout et elle avait emprunté le chemin de la violence.

Avait-elle tué à San Francisco ? Une telle question lui arracherait une réponse acide tandis que le poids de la culpabilité raisonnerait avec la notion de nécessité dans les tréfonds de sa conscience. D’abord sous les ordres de Carter, puis quand il s’agissait d’une question de vie ou de mort, oui, elle s’était incarnée en puissance exécutrice. Elle trouvait consolation dans l’efficacité de son acte et l’inéluctabilité de la faucheuse.
La traîtresse loi du plus fort.

Eryn commençait à avoir des difficultés à se concentrer ; même la rigueur de son entraînement ne saurait la rendre omnisciente. Ses sens à l’affût d’une approche furtive tout en surveillant les remous de la mutation de son interlocuteur  s’avéraient être plutôt distrayants. L’écouter avec attention tout en surveillant son propre langage corporel, cela relevait de l’impossible.

Ainsi, la jeune femme parut peu à peu se séparer de sa rigide façade, et certains signes d’exaspération commençaient à transparaître derrière son masque. Elle grinça des dents, seule véritable réaction révélant qu’elle avait bien entendu. Plutôt que des confirmations, voilà qu’on lui servait de nouvelles suppositions. Certes, qu’ils fussent plusieurs à en venir aux mêmes déductions relevaient, quelque part, d’une forme légère d’affirmation. Mais pour être tout à fait franche, elle ne croyait pas à de ridicules histoires d’extra-terrestres sous prétexte qu’un pourcentage aberrant de la population américaine s’accrochait obtusément à des délires et hallucinations d’enlèvements par de petits bonhommes verts. Elle trouva donc dans les paroles de Lysander qu’un maigre réconfort pour alimenter ses inquiétudes et ses soupçons.

Finalement, les Peacekeepers ne valaient pas mieux qu’elle lorsqu’elle était sous les ordres de Carter : ils obéissaient docilement et toléraient les cachotteries de la Neo Corp. en échange de la seule arme efficace contre les mutations. La pensée lui arracha un souffle moqueur.

Elle scruta les traits de son vis-à-vis dans l’espoir d’y déceler l’ombre d’un mensonge, l’esquisse d’une traîtrise. Mais non, à moins qu’il fût un menteur d’exception, l’homme semblait s’en tenir à la stricte vérité. Elle commençait à se demander si elle ne perdait pas son temps ici. De ce qu’elle avait compris, Lysander était depuis quelques mois dans la Seamy. Trop longtemps pour la renseigner sur des événements plus récents. Voilà, s’il était d’une honnêteté et d’une serviabilité désarmantes, il n’en restait pas moins incapable de lui donner de plus amples informations.

Elle n’avait plus qu’à miser sur ses capacités de raisonnement par rapport à des faits antérieurs si elle voulait glaner quelque chose. Ce bavard de Dawn ne savait pas pourquoi elle était aussi activement recherchée, pas plus qu’Aria. Tous deux étaient tenus dans l’ombre. Mais le lieutenant avait dû être proche d’Everwood et de Montgomery, non ? Quelques brides d’informations auraient-elles rampées jusqu’à lui ? Cela valait le coup d’essayer.

« Pourquoi les Peacekeepers s’acharnent contre moi ? »

Si elle avait déjà ses soupçons en la matière, Caesius aurait peut-être une confirmation plus concrète cette fois-ci, qui permettrait à Eryn de mieux se préparer à certaines éventualités. C’était aussi l’occasion de voir de quel bois était chauffé son mystérieux interlocuteur. Là encore, elle demeurait sur le qui-vive ; à tout moment, son petit jeu pourrait se retourner contre elle et mieux valait rester vigilante. Elle n’osait pas s’asseoir ou trouver une position plus confortable. Elle s’était contentée de se tourner légèrement et son regard volait régulièrement vers l’entrée de la ruelle. Cette attitude pourrait attirer les soupçons n’importe où, mais pas au Black Market ; les contrats divers, prémices d’une force mercenaire dans la Seamy, se négociaient souvent à l’abri des oreilles indiscrètes. Ils avaient donc encore un peu de temps devant eux, en théorie.

Enfin, en admettant que l’interrogatoire au style lapidaire ne fit pas fuir le questionné.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 13:33

J'aurai été un piètre lieutenant si je n'avais pas su distinguer quand  quelqu'un se sentait floué. Eryn Blake n'était de toute évidence pas satisfaite des réponses que je venais d'engranger de ma mémoire pour elle. Certes, ce n'était que mes théories, mais je sentis une vague vexation me tordre le ventre. Elle venait, me posait des questions, et jugeait sa curiosité inassouvie. Je sentis tout mon être se tendre, se crisper. Je n'étais pas regardeur au vu de la reconnaissance qu'on me prodiguait, mais en cet instant j'aurai apprécié ne serait-ce qu'un peu de gratitude. Un simple sourire, un regard qui disait merci. Au lieu de cela, j'avais une interlocutrice irritée de mes réponses. J'eus la pensée soudaine suivante : pars. Mais cela m'aurait trop coûté de tourner le dos à quelqu'un qui avait besoin de moi, ou des informations que je pouvais détenir. Je me sentais bête, idiot, face à cette situation où j'aurais dû mener, puisque j'étais celui qui avait les informations. Or, Miss Blake était clairement celle qui contrôlait cette disposition spatiale et mentale.

Ma politesse me mena à une autre interrogation. Cette-fois, elle n'amena pas avec elle son lot de résurgences hantées. Plutôt une surprise sincère, qui éclaira mes traits d'un étonnement enfantin. J'eus envie de répondre de façon cinglante, parce que vous avez loupé un sourire peut-être ?, mais cela était au-dessus de moi. Je ne pouvais me montrer cynique, à cause de cette espèce d'empathie du justicier qui me rendait si impuissant, dans certaines situations. Je me faisais littéralement bouffer. Puis, sans savoir pourquoi, cela ramena à la surface de mon inconscient une ancienne discussion. Avec Jason Everwood. Quand j'étais lieutenant, nous nous entretenions souvent. Nous avions passé, moi et ma troupe, une journée difficile à courir après la mutante Blake. J'avais posé une question, une simple question. Et ce que Jason m'avait expliqué était sorti sans arrière-pensée. Involontairement. Son pouvoir. Ils en avaient après son pouvoir. Sa mutation. Elle était la clé de sa traque - comme pour beaucoup. Mais c'était encore différent avec elle. Bien des renseignements me revenaient soudainement. Comme un coup dans l'estomac. Je ne voulais pas forcément de ce qui se faisait clair à mes yeux, mais je ne pouvais lutter.

« Votre mutation. Elle leur serait utile - extrêmement utile. Si mes souvenirs sont bons ... Elle a un rapport avec les mutations d'autrui. » Imperceptiblement, mes mains se mirent à pulser des vagues froides, et je grimaçais. En disant ces mots, en dispersant ces bouts de verres invisible entre nous, ne venais-je pas de me la mettre à dos ? Mon essence la jugeait menace, brusquement. Je ne me remémorais pas quel impact elle pouvait avoir sur les autres contaminés ; pouvait-elle m'enlever cette malédiction ? « Quelle est cette mutation, exactement ? »

Je ne pouvais dissimuler le ton avide dans ma voix. Mais elle pouvait se fourvoyer - aussi, dans un geste délicat, en me reculant pour bien montrer que je ne désirai pas lui faire mal, je retirais mes mains de mes poches afin de les lui montrer. Deux grandes mains aux longs doigts agiles, à la force musculeuse nerveuse. Deux grandes mains à la peau bleutée, qui sifflaient dans l'air en émettant une vague de condensation, tellement elles étaient froides. Le givre ne les avait pas encore recouvertes, mais cela n'allait pas tarder, vu les émotions qui naissaient en moi comme des bouquets de chardons. Pourquoi lui montrais-je cela ? Elle n'allait pas m'aider. Mais je voulais tenter. « Je suis capable de créer de la glace. Mais je ne sais pas me contrôler. Êtes-vous capable de lutter contre ça ? Est-ce pour ça que les Peacekeepers désirent vous attraper ? Parce que vous ... pouvez annihiler les mutations ?  » La situation s'était inversée ; je posais les questions. Mais quelque chose me soufflait qu'elle n'allait pas me répondre. Qu'elle était ici pour avoir des réponses, et pas pour se voir bombardées de question. Je soupirais et mis mes mains dans mon dos. Avant qu'elle ait pu répondre, je détournais le regard et maugréai « Laissez tomber. »  Et puis, par acquis de conscience, je dévoilais une dernière information ; « La dernière fois - il y a donc environ six ou sept mois - que j'étais chez les PeaceKeepers, ils parlaient de renforcer leurs groupes et d'une nouvelle confection de gardes. Ils ont également avancé qu'ils allaient déployer plus d'effectifs afin de vous attraper. Peut-être cela a t-il changé avec la détenue 47.   »

N'en avais-je pas assez dit ? Je baissais le regard, et fis volte-face. Je ne voulais plus parler de tout ça. Elle avait formé des vagues dans le lac de ma survie tranquille. Elle avait lancé de la dynamite et tué les carapaces de mes souvenirs. Je ne lui en voulais pas ; je m'en voulais à moi-même. Je m'éloignais de quelques pas, avec l'impression d'être un lâche et un imbécile. La pulsation glaciale dans tout mon être ne pouvait que me donner raison, non ?



LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 15:04

Il arrivait qu’Eryn fût surprise. Il lui prenait de ciller et de laisser s’échapper un souffle, ses lèvres entr’ouvertes. Elle pouvait même, parfois, perdre le contrôle d’un réflexe agressif ; sa main volait alors vers l’une de ses armes, prête à en découdre. Un froncement de sourcil pouvait trahir son état d’esprit, un pli soucieux barrer son front. Toujours des manifestations discrètes ou logiques lorsqu’elle se trouvait passablement désarçonnée par une situation.

Jamais, ô grand jamais Eryn demeurait immobile, les bras ballants.
Pourtant, c’était ce qui allait se passer.

Son amabilité légendaire ne fit pas fuir son interlocuteur. Eryn oublia même de s’en soucier ; avare en matière de remerciements et signes de reconnaissances, elle affichait toujours cet air déterminé, frisant l’arrogance. C’était probablement la façon dont ressortait le côté princier des membres de la famille Blake. Il n’était pas question, pourtant, d’une forme de dédain ou d’un sentiment de supériorité à proprement parler. Eryn poussait seulement son pragmatisme aux limites du possible, ce qui faisait d’elle quelqu’un de relativement handicapé dès qu’il s’agissait de relations sociales. Marquée à jamais pas la discipline militaire, elle peinait à voir au-delà des liens formés au sein de son unité, les rivalités et la franche camaraderie qui ne nécessitaient aucune parole, si ce n’étaient les boutades, qu’elles fussent moqueries affectueuses ou persiflages venimeux. Elle n’avait aucune raison de se montrer perfide envers ce Caesius coopératif et cela seul marquait une neutralité, seule attitude amiable qu’Eryn se connaissait. Au-delà, on se versait dans l’hypocrisie aiguë ou le sentimentalisme mielleux : très peu pour elle.

Hélas, les personnes en mesure de comprendre le comportement de l’ex-membre des forces spéciales ne couraient pas les rues.

La réponse qui vint avait plus l’air d’une confirmation, cette fois. Elle ne faisait donc pas face à un parfait escroc et elle se félicita même de ne pas lui avoir craché quelques pensées perfides. Mais le flot de parole – heureusement pas semblable aux babillages de Dawn – ne sembla pas s’amoindrir, et Lysander enchaîna de façon fort peu civilisée, retournant l’interrogation contre son interrogateur. Ignorait-il que c’était elle qui posait les questions ?

Mais pis encore ; il lui fit l’affront de l’interroger sur sa mutation.
Sa colère enfla dans sa poitrine, ombrageant ses prunelles. Comme pour beaucoup, sa mutation avait anéanti son existence et elle ne la portait certainement pas avec fierté, aussi utile fut-elle. Elle l’avait arraché aux siens et s’en vantait nullement. Elle avait instillé le doute dans ses veines et ce noir poison s’était propagé jusqu’à son cœur de glace.

Caesius, sous le voile de paranoïa et de colère qui éclipsait parfois le bon sens d’Eryn, lui paraissait soudain comme un conspirateur fébrile. Les mains bleutées confirmèrent la nature de la mutation et Eryn ne pensa qu’à l’atout qu’elle perdait maintenant qu’il lui révélait cette information. Elle retint de justesse un « Je sais » particulièrement agacé.

Ses émotions dissimulées sous son masque virevoltèrent une fois de plus lorsqu’il lui demanda son aide, à demi-mots.

Influencer, stopper les mutations ?
L’idée ne lui avait jamais traversé l’esprit. Enfin si, peut-être, lorsqu’elle émettait de multiples hypothèses sur les raisons de sa traque, et seulement une fois coincée sur Alcatraz comme un vulgaire rat de laboratoire.

Et sciemment, de son propre chef ?
Ses prunelles se rivèrent sur les mains de Caesius tandis que les questions tourbillonnaient dans son esprit, stoppant l’engrenage huilé de ses habitudes prudentes. Elle laissa des secondes s’étirer sans jeter de regards alertes au coin de la rue, laissa son ouïe dériver sous le tambourinement des battements de son cœur. Et si… Et si elle explorait ses perceptions, cherchait à les amoindrir ou à les intensifier ? Si elle s’essayait à changer le rythme des pulsations, ou la température, toutes ces dimensions que son sixième sens lui indiquait par des illusions perçues par ses autres sens ?

Elle n’eut pas le temps de pousser sa réflexion plus en avant que les mains disparaissaient déjà derrière le dos de leur propriétaire.

Les dernières paroles de Caesius achevèrent de plonger Eryn dans la confusion. Elle qui pensait devoir l’interroger consciencieusement, lui arracher la moindre parcelle d’information, elle demeura muette, alors qu’il lui tournait le dos. Il avait, en si peu de temps, ravalé son indiscrétion, prouvé sa vivacité d’esprit et poussé un peu plus son statut de traître en lui révélant des informations cruciales.

La bonté en plus, elle commençait vraiment à comprendre ce qui les rendaient semblables : les rejets, la solitude, le vide du désespoir contrebalancé par le désir de servir, protéger. Chercher son utilité en ce monde dévasté.

Quand elle songea enfin à se reprendre, quand le troisième pas éloignant l’ancien lieutenant d’elle fut esquissé, Eryn laissa échapper malgré elle :

« Attendez ! »

Brièvement, elle se sentit comme dans la peau de la fillette qu’elle avait été si longtemps auparavant, tassée dans l’ombre imposante du général Blake, étouffée par de petites craintes inoffensives mais griffues, et habitée par un désir de plaire et d’acceptation presqu’étouffant.

Elle chassa son embarré, s’ébroua mentalement et avoua sans se départir de son ton sec :

« Je suis capable d’identifier les mutations. Mais je n’ai jamais essayé de les… influencer. »

Ainsi, elle laissait tomber l’une des barrières qu’elle avait érigé entre elle et le monde, dévoilant, poussivement, une de ses incertitudes.

Eryn n’était certes pas polie, ni civilisée.
Les remerciements se présentaient sous des formes différentes, des pans éthérés de sa personnalité.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 17:24


Je n'avais pas réfléchi. J'avais divulgué ces renseignements parce que cela me semblait être la chose à faire. Tourner le dos à cet acte était sûrement la chose la plus froidement logique à faire. Mais à peine eus-je esquissé quelques pas maladroits que Miss Blake m'interpella. Je m'immobilisais, fis de nouveau volte-face. Mon regard accrocha ses traits. Pourquoi me retenait-elle ? Ses propos répondirent à mes interrogations alors que j'avais tenté d'y mettre un terme. Je n'avais pas voulu jouer les curieux, et pourtant, elle venait de satisfaire mon intérêt. Pourquoi ?

Elle ne m'avait pas remercié. Devais-je voir ce qu'elle m'énonçait comme une espèce de monnaie de consolation ? Je haussais les sourcils, interdit. Je pris quelques secondes sur moi, pour digérer cette information, mais aussi pour assimiler la situation. Mine de rien, en l'espace d'un instant, quelque chose avait changé, vacillé, oscillé. Je ne savais plus sur quel pied danser. Je me mordillais la lèvre - elle avait donc su quelle était ma mutation avant même que je le lui dise. Je ne savais pas ce que je pouvais encore lui apporter - pourquoi avait-elle voulu me retenir ? Incompréhension, pulsation fébrile qui m'emportait dans un maelström d'émotions. « Je vois.  » Je retins un soupir, et affichais un sourire. « Je n'ai jamais mis les pieds à Alcatraz. Mais je me souviens d'avoir entr'aperçu des plans. J'en ai de vagues résurgences. Mais je vous déconseille de ne serait-ce que désirer y aller et m- » Je m'interrompis et d'un pas rapide, me mis à côté de Eryn. Deux hommes étaient apparus au bout de la ruelle, et leurs regards se fichaient dans nos deux êtres. Le visage devenu impassible, je murmurais d'une voix troublée : « Eloignons-nous de là. » Je m'écartais de la ruelle, vers un endroit qui semblait bouché. Néanmoins, d'un geste assuré, j'écartais un bout de tôle, et dévoilais une sortie qui donnait sur un autre entrelacs de ruelles. Je m'y glissais, sans vérifier que Eryn suivait. A sa guise de suivre mes conseils ou non. Je me mis à marcher, puis m'autorisais un regard vers la demoiselle.

« J'ai été parmi ceux qui vous ont traqués. J'en suis navré, à présent. Je puis vous dire une chose, qui peut sembler étrange, mais je tiens à être franc. Vous êtes une femme pleine de surprises. Vous avez été en mesure de nous filer entre les doigts à chaque fois. C'est curieux d'avoir à admettre cela, mais d'un certain côté, je vous ai toujours admiré. » Singulier discours. Ca n'avait rien à faire dans cette situation, mais peut-être que le respect que j'avais pour elle l'amadouerait un peu. J'en doutais fort. Nos pas lents nous permettaient d'avancer sans se presser. Il faisait frais, mais je ne ressentais pas la morsure du froid. « De l'avis de bien des gens, je ne suis qu'un traître. J'ai été dans une unité qui n'est pas appréciée ici, et le déshonneur de cette faction m'a éclaboussé. En sus, je suis un mutant, dangereux par nature. Mais je puis vous assurer que je désire aider les autres. Alors, si dans les plans que vous concevez - car vous avez sûrement le crâne gorgé d'idées j'en suis certain - vous avez le loisir de m'aider à faire mon devoir, j'en serai ravi. »

J'avais présenté cela comme si elle m'aidait. Eryn Blake était fière. C'était évident. Elle préférerait sûrement penser qu'elle me tend la main, plutôt que je ne lui tend la mienne. Pour moi, peu m'importait, si je pouvais être d'une quelconque utilité. Eryn Blake était une farouche détentrice d'une liberté que beaucoup rêvaient. Elle était farouche, bagarreuse, fière, hautaine, telle une panthère. Elle ressemblait à un animal aux abois. Je ne voulais pas qu'elle perde cette étincelle. Je voulais qu'elle l'utilise au mieux. Je ne la connaissais pas, mais quelque chose chez elle me poussait à vouloir l'épauler. Miss Blake avait dévoilé quelque chose, le temps d'une seconde infinie. Non pas une douceur féminine, ou une amicale lueur. C'était autre chose, de plus féroce - en accord avec son caractère. « D'autres questions ? » fis-je, sans pouvoir marquer un léger sourire, vaguement amusé. Mon corps tout entier commençait à m'envoyer le message de contractures douloureuses. La récompense de mes efforts du matin. La faim débutait en mon estomac, mais je songeais qu'inviter Miss Blake à aller déjeuner passerait pour une piètre invitation, qui risquait de finir par une rebuffade. Je me contentais donc de sourire, attentif, mon regard posé sur elle.




LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Dim 25 Jan - 20:00

Aller sur Alcatraz ?
Cela ne faisait pas partie des projets d’Eryn, aux dernières nouvelles ; elle ne fit pas mine de corriger son interlocuteur pour autant.  Non, si quelqu’un devait se rendre sur Alcatraz, ce serait quelqu’un de sain, un Peacekeeper ou encore mieux, quelqu’un de la Neo Corp… Charlotte Hawkins pourrait-elle lui révéler ce qui se passait vraiment, sur l’île-prison ?

La mention des plans l’intrigua.
Ces plans, il fallait qu’elle les consultât absolument pour les mémoriser ! C’était là tout à fait le genre d’information dont elle avait absolument besoin. Pas pour mettre à exécution un machiavélique projet, mais plutôt pour se tirer d’un mauvais pas si le pire venait à arriver. Ce serait un atout considérable si jamais elle se faisait attaquer et devait se tenter de s’échapper. D’autres scenarii s’esquissaient déjà dans sa tête, le prix d’or que devait valoir ce genre d’information sur le marché noir…

Ce qu’en ferait Drake Carter, si la situation venait à se gâter pour lui, s’il en venait à un conflit direct avec les gens de la Bright City. Et puisque le Neo Serum y était produit, une attaque sur Alcatraz signifiait la fin du règne des Peacekeepers… De quoi alimenter, ensuite, la nécessité extrémiste qu’il prônait, incitant ainsi les forces de l’ordre à exécuter les mutants plutôt que de les capturer.

Il lui fallait ces plans.

Elle n’eut malheureusement pas l’occasion d’en apprendre plus dans l’immédiat, deux silhouettes se profilaient au bout de la ruelle, leurs ombres de charognards s’étirant dans la ruelle. Eryn n’était pas intimidée le moins du monde, mais sa méfiance et son bon sens lui indiquaient clairement que ce n’était pas le moment de contrarier les guetteurs de charognes et de coûts juteux pour le moment. La discrétion était de mise. Elle s’abstint donc de toute provocation, et, docile malgré elle, suivit son compagnon d’infortune. Elle s’en voulait toujours, d’ailleurs, de lui avoir cédé du terrain, de s’être brièvement épanchée, de lui avoir soufflé son secret.

La perspective des plans, cependant, faisait courir des frissons sur sa peau, une excitation fébrile qu’elle n’avait pas ressentie depuis longtemps.

Après avoir repoussé la paroi de taule derrière elle le plus discrètement possible, elle rattrapa Caesius à grandes enjambées souples et discrètes. Une fois à nouveau à ses côtés, elle balaya le compliment d’un revers de main. Si elle était flattée, elle n’en montra rien ; Eryn était tellement consciente de ses capacités et de ses limites qu’elle reléguait ses dérobades à des enfantillages dangereux. Et quand bien même consciente de ses talents… à quoi bon les utiliser pour se terrer dans sa couardise ?
Ces temps-là étaient, répétons-le une fois de plus, révolus.

Elle glissa donc d’un ton empressé, toujours impatiente de le questionner sur les plans :

« J’ai juste été bien entraînée. »

À force de courir après les terroristes en cavale, on s’imprégnait des habitudes de ses proies pour mieux les traquer.

Avant qu’elle ne pût enfin poser sa question, voilà que Caesius se lançait dans la suite de son discours. Diantre. Voilà qu’il était aussi bavard que Dawn, en fin de compte. Eryn le maudissait obligeamment dans un recoin de son esprit tandis que l’impatience faisait frémir ses lèvres. Elle l’écouta, néanmoins, car son offre n’avait rien d’anodin.

Eryn était tellement plongée dans son éducation militaire, tellement obnubilée par la hiérarchie et tellement peu féminine qu’elle n’avait absolument pas conscience de ce qu’elle inspirait, de l’admiration que certains lui témoignaient. Elle ne saisissait pas comment des gens comme Anderson Dawn et Caesius Lysander pouvaient éprouver le besoin de l’aider, de l’assister. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi Harper l’avait laissée filer, alors qu’il la tenait dans les étroits filets de la traque, blessée, affaiblie, prête à être cueillie. Sa conscience d’elle-même se réduisait à ce qu’il y avait de plus pragmatique, de plus physique, ce que lui avaient inculqué l’habitude et les ordres.

Elle sourcilla et, l’espace d’un instant, sonda la ruelle silencieuse autour d’eux. L’obscurité ne la gênait plus vraiment et elle laissa la quiétude s’installer autour d’eux en dépit de l’aspect lugubre des lieux. Derrière, personne ne les suivait.

Elle s’arrêta, levant son regard noisette sur son interlocuteur, sondant sa sincérité. Elle ne le connaissait pas assez pour en juger dès l’instant, mais elle gravait de multiples détails dans sa mémoire pour tâcher, plus tard, d’apprendre à lire sur ses traits, de le comprendre au moindre geste. Ou du moins, essayer ; cela lui avait pris des années de pratiques avec les membres du commando auquel elle avait appartenu…

Sa voix perdit en férocité, mais pas en détermination. Elle ne chercha même pas à nier les plans qui, jour après jour, se dessinaient dans sa tête, construisant un schéma à l’anarchique logique.

« J’y songerai. »

Ce n’était pas le ton de la rebuffade ; elle avait accompagné sa laconique réponse d’un hochement de tête plutôt que d’un regard fuyant. Elle y songerait vraiment, c’était une promesse. Elle ne comprenait que trop bien le désir d’accomplir son devoir et celui, moins avouable, de vouloir fuir la solitude. Était-ce pour lui échapper un peu plus longtemps qu’elle avait accepté de le suivre ? Elle écarta la question de son esprit : ce n’était pas le moment.

Elle avait une autre question :

« Où sont les plans dont vous parliez ? »

Voilà, on y venait enfin.



Spoiler:
 


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Lun 26 Jan - 10:11



Plus la discussion avançait, plus je réalisais que j'étais un moulin à paroles. J'en disais trop, trop facilement. J'étais un traître peut-être, mais cela ne me donnait pas le droit de dévider mon sac à la première personne qui me posait des questions. Pourtant je ne ressentais nulle culpabilité - j'avais le sentiment de faire ce qu'il fallait. Quelque chose de juste, pour une cause juste. Pourtant Eryn ne m'avait aucunement dévoilé ses fameux plans, ou même ses objectifs. Cette pensée me refroidit, et m'interpella - je devais faire attention. Qui sait si je n'étais en train d'aider le mauvais camp ? C'était exagéré, mais je devais nécessiter de la vigilance.

La façon dont elle répondit d'un ton empressé me fit tiquer. C'était une femme de toute évidence forte et battante. Etait-ce de l'humilité, ou encore autre chose ? Je mis cela de côté pour y songer plus tard - Eryn Blake avait toujours représenté une forme de liberté, d'autonomie, dans mon inconscient populaire. M'étais-je fourvoyé ? Je continuais de marcher, tout en surveillant autour de nous. Je n'avais pas l'air inquiet, mais il ne fallait pas que l'on tombe sur d'autres gens, au vu de l'intérêt de notre discussion. De plus, je n'appréciais jamais d'être interrompu. Je glissais un coup d'oeil vers Eryn ; elle y réfléchirait ? Bien, je pouvais faire avec ce genre de réponse. Je n'étais pas difficile. Même une négation ne m'aurait pas ennuyé. Je n'attendais rien, de personne, sauf de moi - mes seules espérances concernaient non ma durée de vie ou le confort possible, mais mes devoirs envers l'humanité. Ma propre vie ne m'appartenait plus, j'étais l'homme des Hommes. « Merci. » Je ne pouvais pas ne pas la remercier. De plus, elle faisait des efforts pour gommer l'aridité de sa voix. Je l'écoutais poser une autre interrogation.

Elle me laissa songeur. « C'était ... Dans le bureau de Everwood. Il était avec quelqu'un, dont je n'ai pas vu le visage. Il lui présentait ces plans, sur son bureau. Je pense qu'il le gardait là-bas, sous clé. » Il l'avait rapidement rangé en me voyant toquer à la porte entrouverte. Je secouais la tête, et grattais ma joue couverte de chaume blond-roux. J'avais gagné cette espèce de barbe depuis que je m'étais enfui. Cela contrastait avec mon visage lisse d'il y a plus de six mois. J'étais moins repérable en tant que Lieutenant Lysander - du moins l'espérais-je. J'avais des questions envers Miss Blake, mais je les retins dans ma gorge, comme on emprisonne de fragiles créatures. Elle n'avait manifestement pas apprécié que je la questionne, tout à l'heure. Je ne comprenais pas encore pourquoi elle m'avait répondu, peut-être pour m'enjôler, me séduire afin que je réponde plus facilement. Pourtant, on ne pouvait pas dire que je faisais le difficile ou le réticent.

« Vous avez un passé militaire. Ne pensez-vous pas que l'on pourrait aider Seamy en leur prodiguant des conseils, voir des entraînements martiaux ? » Idée en l'air, comme une poupée de chiffons. Je secouais la tête encore une fois. J'en disais trop. Je me dévoilais sans aucune pudeur, et si habituellement je n'étais pas un interlocuteur des plus taciturnes, c'était pire encore en ce jour. « Pardonnez-moi. Je parle trop. » Je m'arrêtais enfin, à un carrefour vide de toute présence. Entre des immeubles, le soleil avait décidé de darder ses rayons paresseux. Tranquillement, je profitais de quelques instants sous la lumière pâle et dorée, vaguement tiède. Mon regard se glissa jusqu'au visage de Miss Blake. Avais-je encore besoin de demander si elle avait encore d'autres interrogations ?



LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Lun 26 Jan - 11:43

Bureau d’Everwood…

Eryn se souvenait plutôt bien du défunt Jason Everwood. Elle ignorait si elle devait l’admirer ou le mépriser pour son comportement, cette faculté à décider que les mutants seraient mieux sur Alcatraz, et à pactiser avec le diable – Jeffrey Gallagher, en dépit de sa capacité à sauver la ville de la famine, n’avait rien d’un saint. Drake Carter l’avait tout de suite détesté ; l’animosité entre les deux hommes acidulait l’atmosphère de façon palpable. Sans aucun doute, le meneur des Hunters devait, non pas se réjouir, mais fort bien s’accommoder de la disparition du Peacekeeper.

Elle réfléchissait à la façon dont elle pourrait se procurer ces plans. Se faufiler elle-même à la station ? Du pur suicide. Impliquer Aria ? Hors de question. Demander à Dawn ? Elle avait déjà suffisamment de dettes envers lui. Engager un voleur ? Envisageable, mais très risqué. Et puis, comment payer de tels services ?

Les possibilités se multipliaient dans son esprit ; elle s’efforçait d’envisager toutes les solutions possibles, calculant minutieusement les risques que cela impliquaient. Sans compter, bien entendu, la possibilité que les plans ne se trouvassent plus dans les locaux.

Encore plongée dans ses réflexions, elle ne fut guère surprise d’entendre Caesisus s’exprimer à nouveau. Classé dans la catégorie « bavards conscients de l’être », Eryn se contenta d’hausser les épaules à son excuse. Si les palabres incessants aux propos spontanés agaçaient souvent, en l’occurrence, ils lui permettaient de jauger le personnage. Elle cherchait les défauts, les qualités, les possibles utilités, surtout. Et puis, un peu de compagnie humaine ne pouvait pas faire de mal.

Elle tourna le dos au soleil ; ses yeux s’étaient bien trop adaptés à l’obscurité constante des successions de planques pour apprécier la luminosité pourtant tamisée des rayons. Par contre, la chaleur sur son dos contrastait délicieusement avec l’hiver insoutenable qu’ils avaient subi.

Sa réponse gagna en sècheresse. Aurait-elle été élevée comme sa sœur, peut-être se serait-elle fendu en un rire acerbe, riant de la naïveté de la suggestion.

« Les aider ? Leur apprendre à se battre n’aidera pas. »

Elle eut soudain un doute.
La question avait-elle un fond véritable, ou s’agissait-il de sonder les véritables desseins d’Eryn ? Elle lança un regard d’avertissement à son interlocuteur, cet air qui rappelait que trop un fauve. La méfiance rampa en elle, la collant de cette façon viscérale, engluant ses tentatives sociables.

Elle n’en poursuivit pas moins :

« Cela ne fera que créer de nouveaux conflits, des pertes dans les deux camps. Caldwell les aide bien plus en les incitant à vivre en communauté. »

Eryn n’était pas pacifiste, loin de là. Mais la violence n’engendrait que la violence. S’ils apprenaient à combattre, les mutants s’enhardiraient à utiliser leurs « pouvoirs » comme des armes et attaqueraient peut-être même la Bright. Pour tout dire, Eryn était même surprise qu’aucun groupuscule extrémiste mutant n’avait encore vu le jour. Cela viendrait.
Autant ne pas les encourager.

La meilleure chose qu’ils pouvaient faire pour la population de San Francisco, c’était trouver une solution durable. Eryn avait toujours évolué au sein de son commando et avait pleinement conscience qu’un petit groupe bien organisé pouvait être l’instigateur du changement. Ce qui revenait une fois de plus à ce simulacre d’idée, cette considération : quitter les ombres angoissantes de la solitude et former une petite équipe.
Peut-être.

Elle décida de tempérer sa réaction agressive, à la fois familière avec le sens de la justice de Lysander, tout en se trouvant diamétralement différente. Il œuvrait pour tous tandis qu’elle avait été formée à sacrifier des pièces sur un échiquier.

« Mais j’admire votre désir à leur venir en aide. »

Un altruisme qui le mènerait à sa perte, mais pas moins louable, selon elle.

Elle garda cette pensée pour elle, se sentant bien lâche, tout d’un coup.
Si elle s’efforçait de ne pas abandonner quelqu’un en danger immédiat, si elle lâchait parfois quelques conseils à l’ombre d’une ruelle, si elle avait aiguillé Sasha Campbell vers la communauté mutante, elle n’arpentait pas les parties délabrées de la ville pour venir en aide aux gens. Elle n’avait pas quitté ses planques hivernales pour sauver ceux qui gelaient dans les rues. Elle privilégiait de loin sa propre survie ; se sacrifier, mourir bêtement sans atteindre son objectif n’était pas envisageable.

Une nouvelle question effleura ses pensées, étonnamment douce ; Caesius avait-il de la famille à San Francisco ? Ou en-dehors ? Bien entendu, elle ne poserait cette interrogation qui lui glaçait les lèvres, parce qu’elle entraînerait indubitablement une réciproque qu’elle préférait garder pour elle. Après tout, Aria n’avait peut-être pas encore intégré les rangs des Peacekeepers quand Caesius avait été forcé de les quitter.

Elle soupira.
Inutile de s’attarder davantage, il était fréquent que des Hunters traînassent du côté du Black Market et elle ne voulait pas être repérée.

« Votre coopération me sera très utile », souffla-t-elle en guise de remerciement, entamant les adieux.

S’il n’en tenait qu’à elle, elle serait partie sans même un mot de plus, plantant Caesius là, tout auréolé des rayons timides du soleil. Ses efforts civilisés illustraient tant sa détermination à s’extirper de sa solitude, mais aussi à une forme de remerciements teinté d’arrogance, comme si elle faisait grâce de sa compagnie.


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The Ice Damned

Masculin

MESSAGES : 17
HUMEUR : Justicière
FEAT : Tom Hiddleston

Points : 153

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Caesius Lysander
The Ice Damned
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Lun 26 Jan - 18:44


J'étais quelqu'un de loquace par nature. Parler ne me dérangeais pas, et j'avais une certaine facilité à articuler des sujets communs et bateaux. Pourtant, trahir plus profondément encore mes anciens engagements me pesait à la manière d'une barque heurtant un récif. Un battement douloureux résonnait en moi, sans que je puisse y faire quoi que ce soit. Je ne me sentais pas coupable, mais je savais que je commettais faute sur faute, en ébruitant ces informations.

Le dos tourné au soleil, Eryn était auréolée de lumière. Sans son air grave et sa voix cassante faisait ressortir un contraste avec l'ambiance presque chaleureuse. Ma peau se réchauffait, mais je pris quand même quelques minutes pour enfiler des gants de cuir noir sur mes doigts à la peau bleutée. C'était quelque chose que je voulait cacher, non par honte mais par peur - terreur de blesser quelqu'un, même involontairement. Certes, tout mon corps était capable de déchaîner la glace, mais c'était surtout mes mains les vecteurs.

Le raisonnement de Eryn était tout à fait logique. Mais j'avais un tout autre point de vue. « Pourtant, nous luttons pour notre liberté. Et quand les peacekeepers nous la ravissent par la force, ne serait-il pas équitable que nous puissions répondre ? » Mais je fis un geste de la tête, pour dénaturer ma question - c'était une réflexion jetée en l'air, encore une fois, et je ne voulais pas qu'elle croit que je voulais la convertir à mon avis. A ses yeux, je devais être un incorrigible bavard, un traître à ses engagements, et un être qui ne lui avait apporté que quelques informations dilapidées et squelettiques. Qu'elle admire ce côté de ma personne, j'en doutais légèrement. Tout dans son attitude me dictait qu'elle ne me comprenait pas. A moins qu'elle n'ait formé de légers indices - lesquels m'étaient passés par-dessus la tête. A dire vrai, comprendre Eryn Blake n'était ni mon fort ni mon désir.

Croisant les bras sur ma poitrine musculeuse, je contemplais la jeune femme devant moi. Le vent balayait quelques mèches, presque blanches sous l'effet du soleil. Je haussais un sourcil, puis m'autorisais un sourire. Rien ne m'avait prévenu, mais Eryn Blake se trouvait être une femme très différente de celles que j'avais croisé autrefois - ou même récemment. Elle semblait loin de ces créatures souvent soumises à leurs émotions, pleine d'une empathie parfois origine de danger. Cette femme-là était forte, droite et un rien sèche. Pourtant, elle ne m'était pas antipathique. Il y avait une étincelle chez elle qui m'attirait, qui me dictait de la suivre, comme un satellite face à un astre. « Ma coopération vous sera toujours offerte. » C'était totalement sincère. A elle de le deviner ou de l'entendre dans mon ton amical.

Plus loin, des bruits me firent lever la tête. Je fronçais le nez et posais un dernier regard sur Eryn. Je voulus lui dire quelque chose, mais ne fis qu'un hochement de tête. C'était peut-être un peu sec, mais c'était sûrement mieux qu'un flot de parole. Je me détournais d'elle, et m'avançais vers les ruelles plus loin. J'avais la main sous mon blouson - à la recherche du holster contenant ma vieille arme de service. Bizarrement, des souvenirs indésirables remontèrent à la surface. Des réminiscences, des résurgences pulsant dans mon crâne - mon ancienne fiancée, le chien que nous avions, mes troupes, mes amis, ma famille. J'avais coupé les ponts avec eux - à dire vrai, je pense sincèrement que tous m'auraient tourné le dos en sachant ce que j'étais devenu. Marcia, celle qui devait partager ma vie, aurait sûrement eu peur. Elle aurait désiré me protéger, pour mieux me vendre plus tard, pour mon bien. Quant à mes parents, ils auraient refusé de m'aider. Peut-être que cette vie que je menais, à présent, était la meilleure que j'avais à espérer. Je soupirais, puis allais faire le gendarme auprès de deux mutants aux avis divergents. C'était toujours mieux qu'une attaque de Peacekeeper.

Spoiler:
 




LIKE A PIECE OF ICE ✽
Accéder à la science, c'est, spirituellement, rajeunir, c'est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] | Jeu 29 Jan - 15:36

La liberté ?
Quelle liberté ?

Eryn ne se considérait pas tellement libre, piégée dans la zone en quarantaine, asphyxiée par les frontières que trop étroites de San Francisco. Ils étaient parqués comme de vulgaires animaux, que ce fut dans les cages d’Alcatraz ou dans les tréfonds de la Seamy Area. S’ils se battaient, c’était pour la survie.

Elle pinça les lèvres, expira sèchement pour écarter la réponse qui ne lui convenait guère. Néanmoins, elle n’avait pas envie de s’étaler sur le sujet, pas plus que de se lancer dans une longue argumentation. Les conversations présagées par ce genre de sujet se montraient souvent houleuses et chargées de ces souvenirs qui lui putréfiaient l’âme, car pour exposer un point de vue né de l’expérience, il fallait se lancer dans le conte fétide des horreurs passées. Très peu pour elle. C’était, à ses yeux, une perte de temps ; son interlocuteur se montrerait probablement aussi inflexible qu’elle.

Faisant de son mieux pour oublier le regard de Caesius sur elle – elle n’aimait pas tellement qu’on lui porta tant d’attention ou qu’on la dévisage – elle songea à ses propos, à leur signification. Aucun remerciement ne vint fleurir sur ses lèvres. Elle se sentait dépassée par cette confiance spontanée, cette aide offerte. En cela, Lysander s’apparentait à Anderson Dawn et, non, décidément, elle ne comprenait pas. Une telle situation devrait faire ressortir le pire chez les gens de la Seamy. Ils devraient se plonger dans cet état presqu’animal où sa propre survie et celle des siens devait primer sur toute autre chose. C’était viscéral : prendre la fuite quand un danger se présentait. Se nourrir avant tout. Régresser à la loi du plus fort. Dans cette logique, vivre en groupe était envisageable, mais les étrangers étaient fort peu conseillés. La nature humaine entraînait méfiance et trahisons. Alors, pourquoi certains s’évertuaient-ils à se montrer sous leur meilleur jour ? Pourquoi faisaient-ils preuve de tant de bonté ?

Parfois, Eryn se demandait si elle ne s’était pas trompée, si elle n’avait pas surestimé les vices cancéreux, si elle n’était pas elle-même le seul monstre capable de se cloîtrer ainsi dans un égoïsme pragmatique.

Non.
Caesius faisait sans aucun doute partie d’une espèce rare, elle avait juste un don pour trouver des gens aux grands cœurs alors que, généralement, elle se répugnait à s’entourer de personnes trop gentilles. Leurs idéaux s’avéraient souvent naïfs et leur positivisme lui tapait sur le système.

Elle se contenta d’un bref hochement de tête, presque simultané au geste de l’ex Peacekeeper et se détourna, empruntant la direction opposée. Au loin, les éclats de voix lui parvenaient. Au moins deux personnes. Et elle préférait de loin ne pas être repérée.

Quant à l’offre de Caeisus, elle l’accompagna sur tout le trajet qui la ramenait à sa planque actuelle ; elle se demandait si elle parviendrait un jour, à quémander de l’aide, à ployer suffisamment son orgueil pour pouvoir mettre sur pied une équipe. Si cela arrivait, elle n’hésiterait probablement pas à le trouver pour l’entraîner dans sa mission désespérée : Eryn ne faisait pas dans la demi-mesure.


Terminé !


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Fishing for Information [Terminé] |

Revenir en haut Aller en bas

Fishing for Information [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Black Market :: Main Square-
TopBottom
Ouvrir la Popote