AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell] | Mer 14 Jan - 12:27

Sasha bifurqua dans une rue, d’un pas rapide. Elle avait vu des Peacekeepers à un croisement, et elle voulait les fuir au plus vite : pas question de se faire enfermer quelque part. Cela faisait sept mois qu’elle réussissait à s’en sortir, plus ou moins bien, et même si la situation était difficile, elle se disait que cela pourrait être pire. Son frère l’aidait toujours et le printemps commençait à arriver : les temps seraient moins durs.

L’adolescente n’avait pas passé l’hiver seule, elle n’aurait pas survécu de toute manière. Sous les conseils d’une jeune femme qu’elle avait rencontrée, elle était allée se renseigner sur la communauté des mutants dont elle avait vaguement entendu parler en traversant le Black Market. Là, elle fit la connaissance de fondateur, Jake Caldwell, et d’autres. Après mûres réflexions, elle décida de passer l’hiver avec eux, et non pas dans une maison isolée et non chauffée, avec pour risque de se faire attaquer à tout moment par des Peacekeepers ou des mutants en quête d’un peu de nourriture. Elle passa donc trois mois en compagnie de tous ces gens aussi paumé qu’elle, aidant du mieux qu’elle pouvait pour participer et non pas être un poids : elle donna une grande partie de ce que son frère lui apportait. Elle avait continué à le voir toutes les semaines, en se gardant bien de lui dire que son aide ne suffisait plus et qu’elle avait été obligée de rejoindre cette communauté. Il faisait tellement d’efforts pour elle, il prenait tellement de risques qu’elle ne voulait pas le décevoir en lui disant qu’elle avait accepté l’aide de quelqu’un d’autre. Elle avait peur de sa réaction, lui qui lui demandait toujours d’être prudente et de limiter tous contacts avec d’autres personnes. Il ferait sûrement une attaque s’il apprenait que Sasha était rarement terrée dans un coin, et qu’elle prenait elle-même des risques inconsidérés. En même temps, elle ne pouvait pas se faire à l’idée de rester enfermée tout le temps, avec pour seule sortie sa rencontre avec son frère. Ce n’était pas concevable pour elle, qui avait soif de liberté et qui avait toujours passé sa vie à l’extérieur, à traîner avec ses amis, pour ainsi éviter l’ambiance pesante de sa maison.

Les gens avaient beau être gentils avec elle durant ces trois mois, Sasha ne les adopta pas totalement. Elle n’acceptait toujours pas l’idée qu’elle était différente aujourd’hui, pas totalement et le fait de voir et d’entendre tous ces gens s’accommoder de la situation, cela la dérangeait. Peut-être aussi était-elle devenue un peu sauvage, à force de vivre seule, et elle n’arrivait pas à s’adapter au quotidien de la communauté. Alors, une fois les beaux jours revenus, Sasha avait pris la décision de partir il y a environ deux semaines, sans prévenir personne, comportement égoïste qu'elle regrettait un peu. Elle n’avait pas été suffisamment proche de quelqu’un pour en discuter, et elle n’avait pas envie qu’on essaie de la convaincre de rester. Elle ne supportait plus vraiment de mentir à son frère à côté, qui se cassait la tête pour lui faire plaisir. Au fond d’elle-même, elle avait toujours su que cette situation aurait été provisoire. Elle partit alors avec le strict nécessaire pour survivre et uniquement avec des choses que Matt lui avait donné : des fringues de rechanges, un peu de nourriture, des livres pour s’occuper et le briquet qui lui permettait d’utiliser sa mutation, bien qu’elle ne s’en serve toujours pas beaucoup. Sasha s’était retrouvé une planque dans le même quartier où elle avait trouvé refuge au début. Et c’était d’ailleurs vers là où elle se dirigeait, en espérant que personne ne l’avait vu.

Sasha prit plusieurs rues, en essayant de s’éloigner un maximum de la zone de danger. Elle enjamba la clôture de sa « maison » et y entra par derrière, comme à son habitude. Avant toute chose, elle se figea à l’entrée pour y guetter d’éventuels mouvements : elle n’était jamais sûre de trouver sa maison vide quand elle rentrait se terrer, et c’est toujours avec une petite appréhension qu’elle franchissait le pas de la porte. Un avantage de la communauté des mutants avait été ce semblant de sécurité qui lui avait peut être inculqué de mauvais réflexes aujourd’hui : elle se savait beaucoup moins vigilante qu’avant et tôt ou tard, elle allait le regretter. Seulement, depuis qu’elle avait quitté la communauté, elle se sentait bien mieux, plus à l’aise, plus libre. Personne ne l’avait bridé pour autant, elle n’avait pas été séquestré : elle ne saurait pas l’expliquer.

Elle attendit quelques minutes et, une fois rassurée, elle finit par monter dans la chambre où elle planqua son sac dans un placard. Sasha préférait vivre en hauteur : si elle entendait un bruit, elle aurait un temps d’avance pour s’enfuir par la fenêtre. Du moins, c’était l’idéal dans son esprit peu expérimenté en fuite d’urgence : elle n’avait jamais été dérangé la nuit et c’était bien une chance selon elle. Sasha finit néanmoins par redescendre, un livre à la main et rejoindre ce qui devait être le salon, à l’époque. C’était peut être futile, mais elle aimait reprendre de vieilles habitudes, comme lorsque, chez ses parents, elle lisait dans le salon, au calme, dans l’espoir que quelqu’un vienne s’intéresser à elle. Elle s’installa dans un fauteuil, qu’elle avait installé de sorte qu’il fasse dos à la fenêtre : ainsi, personne ne la repèrerait de loin, la fenêtre donnant sur la rue principale.

Sasha commença alors sa lecture, un roman pour adolescent basique, sans une once de fantastique : les histoires de pouvoirs, de mutations, tout ce qui touchait à du fantastique ou de la science-fiction, elle n’appréciait plus. Elle vivait déjà sa propre histoire, ça lui suffisait. Il lui fallait des lectures normales, alors qu’auparavant, elle avait tendance à les critiquer.

Quelque peu fatiguée, Sasha finit par s’assoupir – son roman n’étant pas des plus passionnants, il fallait l’avouer. Elle se réveilla en sursaut, lorsqu’un bruit la fit sortir de son demi-sommeil. Elle se crispa dans son fauteuil, se faisant la plus petite possible : merde, c’était pas son jour. Elle n’avait aucune chance de fuir, on la remarquerait. Sa seule chance était de se faire discrète, bien que l’idée du fauteuil retourné ne soit plus aussi discret que ça, dans son esprit.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutant Community Leader

Féminin

MESSAGES : 43
HUMEUR : Rebelle
FEAT : Jensen Ackles

Points : 340

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jake Caldwell
Mutant Community Leader
Message Sujet: Re: Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell] | Dim 25 Jan - 14:20

Durant les quelques mois de l’hiver, la petite communauté qu’avait fondé Jake avait accueilli une jeune femme qui acceptait assez mal sa situation, notamment le fait de devoir être aider par les autres, bien qu’elle avait tenté d’aider comme elle pouvait, elle avait partagé des provisions qu’on lui donnait, le « leader » avait eu l’impression qu’elle ne s’adaptait pas. Il comprit qu’il ne s’était pas trompé quand la jeune femme parti sans rien dire, sans prévenir.

La communauté avait tenté d’intégrer la jeune fille, avait discuté de leur don, avait tenté de lui montrer que tout cela était normal. Ils avaient tous apprécié qu’elle ait apportés et partagés ce qu’elle avait. Ce comportement avait été forcement apprécié mais l’homme avait vite vu qu’elle ne semblait pas aller mieux, qu’elle avait un comportement qui indiquait la fuite. Il avait tenté de se montré présent comme tout le monde mais pas non plus envahissant. Quand il avait découvert son absence le matin, il s’était dit que c’était de sa faute, qu’il n’était pas assez présent, elle aurait pu se confier. Il n’aurait pas tenté de la retenir, de la dissuader, il lui aurait juste dit qu’elle pouvait revenir quand elle voulait et qu’elle pouvait toujours venir demander de l’aide pour quoique ce soit, ne fusse que pour parler, pour passer une heure avec d’autre personne. Il ne voulait pas que les personnes qui venaient ici se sentent emprisonnée, il voulait juste qu’elles se sentent à l’aise, qu’elles sachent qu’elles étaient les bienvenue et qu’elles pouvaient toujours revenir si elles partaient pour une raison ou une autre. Il n’en voulait pas à ceux qui s’en allait, il pouvait comprendre ce besoin d’indépendance, c’est vrai que vivre ensemble, en grand groupe pouvait peser mais c’était une chance pour les plus faible et certains pouvaient apprendre des autres, il avait pour habitude de ne considérer personne comme un poids, chacun avec ses capacités et ses faiblesses. Sa vision était peut-être un peu utopiste mais il ne voulait pas voir une personne mise de côté, surtout qu’ils étaient déjà des reclus de la société à cause de leur pouvoir, alors pourquoi les rejeter une fois de plus ? Pourquoi les condamnés à mourir ? C’était un acte inutile et inhumain à son goût.

Malgré le départ de Sasha, la vie devait continuer, les courses à se faire, protéger les autres aussi, c’était malheureusement ainsi. Ce n’était pas qu’il se fichait de la jeune fille, que du contraire, il s’en inquiétait comme à chaque mutant de sa connaissance mais il ne pouvait rien faire de plus pour la jeune fille, surtout si elle ne le voulait pas. Il pouvait toujours tenter de la retrouver, de voir si tout va bien, d’assurer que cela ne le dérangeait pas qu’elle demande une indépendance et dire qu’ils étaient là si nécessaire, qu’il y avait toujours une petite place pour elle, un petit paquet si jamais elle en avait besoin, quelqu’un pour lui rendre service… Mais il fallait qu’il tombe sur elle et qu’il puisse tenter de discuter et surtout de la mettre à l’aise. Il espérait juste tomber sur la jeune fille pour tenter de lui expliquer, de parler avec elle, mais on ne tombait pas sur les gens qu’on voulait au détour d’une ruelle si c’était le cas, tout le monde attendait entre deux ruelles et feraient les cents pas pour trouver la personne qu’il voulait, y compris les peacekeepers et les hunters.

Pendant qu’ils se faisaient toute ses réflexions sur le départ de mademoiselle Campbell, Jake avait décider de se rendre sur le black market pour trouver des informations et aussi quelques vivres pour aider un peu son groupe, il devait se reprendre pour faire attention à toutes les menaces qui pouvait se trouver sur le chemin et pour ça, il ne devait pas être pensif.

Alors qu’il traversait les rues de sa cachette au black market, il crut reconnaître une silhouette, peut-être pensait-il trop à ses protégés perdu ? Mais dans le doute, il se devait de vérifier, il voulut la suivre, il prit la ruelle dans laquelle il l’avait vu disparaitre mais malheureusement, rapidement, il y avait un croisement, il resta la quelque instant, il tenta même d’utiliser son don pour voir s’il entendait les pensées de quelqu’un mais rien n’y fit. Il n’avait plus qu’un choix : Choisir une ruelle au hasard, tenter de pénétrer dans les maisons vides. Ce n’était pas l’idée qui l’enchantait le plus mais il se devait de le faire. Il commença donc son périple, évidemment, il prit une ruelle qui ne donnait sur rien. Il dû faire demi-tour et poursuivre son chemin, il en essaya plusieurs avant de retrouver la maison ou se cachait la jeune fille. Il ne savait pas encore qu’il avait réussi.

Une fois dans la maison, il se devait de tenter d’appeler la jeune fille, de tenter de signaler sa présence, il commença par ouvrir les portes commençant à fouiller les pièces, évidemment, vu la vétusté du bâtiment mais aussi au fait qu’il soit abandonné, cela faisait du bruit, ses pieds sur le sol crissait grâce – si on peut dire ce mot – aux cailloux, poussières et autre chose sur le sol. Il finit par arriver par ce qui devait être, anciennement, le salon, il fit l’ensemble des meubles, le divan, … mais quelques choses clochait, tout était mis face à la vitre sauf un seul fauteuil, comme si une présence voulait se cacher, la position ne tenait pas du « naturel », de la suite logique de l’arrangement de la pièce. Peut-être que…
Devait-il tenter de parler ? Il hésitait, l’idée que ce soit un piège l’effleura mais il ne parvint pas à s’enlever la tête de l’idée qu’il avait déjà vu la silhouette. Il devait essayer.

- Est-ce qu’il y a quelqu’un dans ce fauteuil retourné ? Je peux venir me mettre en face de vous et vous regarder ? Ce serait plus agréable. Je ne sais pas si vous êtes la silhouette que j’ai vu en passant dans la rue, mais … j’ai cru vous reconnaître mais je n’en suis pas sûr, si cela ne vous dérange pas, je vais avancer vers vous.

Il se sentait presque un peu ridicule mais dans un sens s’il était seul et bien personne ne pouvait assister à cet étrange spectacle et s’il y avait une autre personne dans la pièce et bien sans doute répondrait-elle d’une manière ou d’une autre et il serait fixé. Il se décida à faire quelques pas en direction du siège retourner, prudemment, il ne voulait rien faire qui pourrait lui risquer, encore plus, la vie. Mentalement, il croisa les doigts, car le risque d’un piège était toujours présent.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Girl on Fire

Féminin

MESSAGES : 107
FEAT : Elle Fanning

Points : 853

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Sasha Campbell
Girl on Fire
Message Sujet: Re: Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell] | Mar 27 Jan - 19:43

Sasha retint son souffle, espérant que les bruits qu’elle avait entendus ne soient qu’en fait le résultat d’un cauchemar et qu’elle soit encore en train de rêver, à moitié. Dans le cas contraire, elle changerait de planque, si elle s’en sortait bien évidemment. Elle essaya de rester immobile du mieux qu’elle le pouvait, assise sur le fauteuil, son livre contre elle : c’était trop tard, elle était repérée. On pouvait entendre le plancher grinçait sous des pas qui approchait. Et puis, une voix s’éleva. Une voix familière, qu’elle avait entendue pendant trois mois. Tous ses muscles se relâchèrent alors qu’elle reconnu Jake Caldwell, le leader de la communauté des mutants. Impossible de se tromper : Sasha avait suffisamment eu à faire à lui pendant l’hiver. Il était présent pour toute la communauté, et veillait sur chacun – ce qui avait été difficile pour Sasha, qui avait pris des habitudes d’âme solitaire. Elle laissa échapper un soupir : elle le reconnaissait bien là, avec ces mots rassurants et ses bonnes intentions. Il ne voulait pas l’effrayer, mais c’était un peu raté. Enfin, il n’était pas fautif : l’adolescente n’avait pas été prudente. C’était une leçon qu’elle retiendrait, au moins.

Parce qu’il n’y avait plus aucun danger, Sasha se laissa glisser hors du fauteuil, le corps encore engourdi par sa sieste. Elle abandonna son livre et s’y accouda, faisant maintenant face à Jake. Elle lui adressa un sourire timide, constatant qu’elle n’avait pas oublié le son de sa voix – heureusement pour elle – et que c’était bien lui qui était entré dans le salon.

« Jake. »

Ce fut tout ce qu’elle prononça pour le saluer, levant légèrement la tête. C’est qu’elle devenait sauvage, et qu’elle n’était pas vraiment ravie de se retrouver devant le chef de la communauté des mutants. Elle les avait quitté depuis une semaine peut être, et elle avait espéré ne croiser personne pendant un long moment – ou du moins aussi longtemps que possible. Il faut dire qu’elle était un peu honteuse et gênée de les avoir lâchés sans un mot, sans un merci de l’accueil ou de l’aide apporté pendant l’hiver. Sans eux, elle n’aurait peut être pas survécu du froid, malgré la nature de sa mutation et toute l’aide apporté par son frangin. En partant ainsi, elle avait cru que c’était la meilleure des solutions sur le moment, parce qu’elle avait eu peur de s’être trop attachée à ce confort au final. S’en aller sur un coup de tête avait vraiment été pour elle un moyen brutal de revenir à sa situation initiale, moins chaleureuse mais plus pratique pour elle, par rapport à son frère. Maintenant que Jake se trouvait en face d’elle, elle n’était plus aussi sûre de son choix : qu’allait-il lui dire ? Etait-il déçu ? Quelque part, Sasha s’en préoccupait, même si elle s’était montrée distante vis-à-vis de tous pendant ses derniers mois et Jake le premier. Peur de s’attacher, peur de se plaire, peur de décevoir son frère en même temps, il y avait tout un tas de raison à son comportement. Et dans l’immédiat, elle avait surtout peur de la réaction.

Une chose la perturbait néanmoins, les premiers mots de Jake lui revenant en tête : pourquoi l’avait-il suivi jusqu’ici ? Visiblement, il l’avait reconnu un peu plus tôt et pour une raison qu’elle ignorait, il avait tenu à la suivre jusqu’ici, pour s’assurer qu’il s’agissait bien d’elle. En même temps, Sasha n’était pas sûre qu’il y ait beaucoup d’adolescente aux longs cheveux blonds traînant dans la Seamy. D’abord, même si les jeunes mutants de son âge devaient exister, ils n’étaient sûrement pas seuls : peut être étaient-ils entourés de leurs familles, contrairement à Sasha qui avait été trahi par ses propres parents. Ensuite, Sasha était quand même un peu trop téméraire, et multipliait les escapades, ne supportant pas de rester enfermer trop longtemps dans une chambre, ce qui ne devait pas être l’attitude de tous les adolescents de la Seamy, qui restait un endroit dangereux. Alors, ce n’était pas étonnant que Jake ait pu la reconnaître : peut être devrait-elle considérer de se couper les cheveux, ou à défaut de se les teindre, pour se fondre un peu plus dans la masse ? Cela ne résolvait pas son problème de base : pourquoi Jake était-il ici ? Elle avait peur qu’il essaie de la ramener dans la communauté : était-ce pour son propre bien ou pour tout ce que Matt pouvait lui apporter en termes de vivres ou d’occupations ? Sasha n’avait pas eu l’impression d’avoir une place primordiale là-bas, alors elle ne voyait pas pourquoi Jake s’acharnerait à la ramener. Ce n’était même pas son genre, de ce qu’elle avait pu observer pendant ces trois mois. Elle ne savait pas vraiment quoi lui dire – ayant toujours en tête son départ un peu lâche – et resta quelques secondes silencieuse. Néanmoins, elle finit par retrouver la parole en se souvenant des trucs bateau que sa mère pouvait sortir à ses amis, et décida de les utiliser ici.

« J’espère que tout va bien à la communauté. »

Pure formule de politesse, et parce qu’elle sentait bien qu’elle ne pourrait pas éviter ce sujet. Elle baissa les yeux au sol un instant, pour adresser ensuite ce même sourire timide qu’elle avait eu plus tôt. Elle se sentait bien bête, mais elle devait quand même faire un effort pour celui qui l’avait accueilli sans lui poser de question ni sur elle, ni sur comment elle avait fait pour survivre avant. Elle finit par s’assoir à moitié sur l’accoudoir du fauteuil non sans jeter un coup d’œil dehors : elle était certes avec Jake, mais les Peacekeepers – ou les Hunter - pouvaient toujours rôder dehors, et les apercevoir de l’extérieur.



    welcome to my life
    » When you feel my heat look into my eyes, it's where my demons hide. Don't get too close it's dark inside, it's where my demons hide •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell] |

Revenir en haut Aller en bas

Assumer ses choix. [PV Jake Caldwell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Deserted Districts-
TopBottom
Ouvrir la Popote