AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Meeting in the dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Meeting in the dust | Mar 23 Déc - 13:15



Cela faisait plusieurs jours que Dante errait parmi les bâtiments délabrés de la Seamy area. L’hiver touchait à sa fin, et si la zone restait dangereuse et peu hospitalière, la survie y était déjà beaucoup plus simple.
  Il évitait soigneusement le contact avec les personnes qu’il pouvait apercevoir, il préférait prendre le moins de risques possibles pour l’instant. Il aurait certainement à rejoindre un groupe à un moment ou à un autre, il le savait, mais tant qu’il pouvait l’éviter et se débrouiller seul, il s’en passerait.
  Et pour cela, son pouvoir était extrêmement pratique.

  Il n’en revenait toujours pas. Il ne savait pas trop à quel point son pouvoir était puissant par rapport à d’autres, mais c’était grisant. Il s’entrainait un peu tous les jours, il en testait les possibilités, les limites, et il devait dire que c’était assez satisfaisant. Il pouvait élargir sa conscience à une bonne quinzaine de mètres de distance en se concentrant assez, ça lui permettait largement de savoir à quel point un bâtiment était abandonné avant d’y entrer.

  Le véritable problème qu’il avait pour l’instant, c’est qu’il ne savait pas vraiment quoi faire. Il avait son vélo, qui lui permettait de se déplacer facilement. Il avait aussi de l’argent, ce qu’il avait retiré à la banque plus ce qu’il avait volé à son frère, ça lui permettrait de se nourrir au marché noir pendant quelques temps. Mais il ne pourrait pas rester indéfiniment dans cette partie abandonnée de la ville, il fallait qu’il trouve quelque chose.
  Un bruit

  Il tourna la tête et se rabattit brutalement derrière un pan de mur. Quelqu’un approchait, un peacekeeper ? Peut-être, il n’avait pas eu le temps de voir.
  Il ragea un instant contre la nature de son pouvoir. C’était de loin son plus gros défaut : il fallait qu’il le déclenche, qu’il se mette dans un état de transe, pour pouvoir l’utiliser. De plus, l’exercice était fatiguant, il ne pouvait pas l’utiliser plus de quelques minutes, même s’il s’améliorait avec l’exercice.
  La personne n’avait pas l’air pressée, du moins pas comme un traqueur qui ferait sa ronde. Il jeta un coup d’œil autour de lui et se dirigea vers une cage d’escalier à moitié effondrée. En essayant de faire le moins de bruit possible, il ramena son sac et son vélo près de lui et s’adossa contre la partie encore debout. En soupirant, il attendit que le vagabond s’éloigne, fidèle à sa décision de rester seul.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mar 23 Déc - 23:38

Aria avait des nœuds plein la tête. Les idées y fusaient sans se renouveler, entassant toute sa matière grise dans une centrifugeuse lancée à plein régime, et pas un « eurêka » à l'horizon pour mettre un terme à ce train infernal. L'hiver s'était écoulé lentement. Au début, surtout, Aria avait cru devenir folle. Elle avait entassé des dizaines et des dizaines de cadavres dans des fourgons, dont nombre de gamins, et avait senti vaciller plus d'une fois l'équilibre pourtant d'acier de son ego. On l'avait mutée, ensuite, dans un service moins rude. Mais le meilleur : elle avait pu revoir sa sœur, en bonne santé fort relative, mais vivante et toujours combative. Un peu trop. Marque de fabrique des Blake.
Après cette entrevue, pour s'occuper, oublier l'hiver et sa dévorante inquiétude pour Eryn, elle s'était impliquée dans ses recherches. Sans trop savoir ce qu'elle recherchait, d'ailleurs.  Une clef qui donnerait un sens à... à « tout ça ». Qu'est-ce qui avait tout bouleversé ; qu'est-ce qui était réellement mis en place pour réparer les choses ; quelqu'un savait-il vraiment ce qu'il faisait, quelque part, aux commandes de cette ville ? A quoi jouait Gallagher ; quel genre de remède voulait développer la Néo Corp. ? Ne pouvait-on pas faire une distinction entre les mutants dangereux et les inoffensifs... ? Aria secoua la tête. Cette dernière réflexion, quoi que sensée, était complètement égoïste. Le pouvoir de sa sœur, en soi, n'avait rien de dangereux. Pourquoi la traquait-on ?

Ralp, devant elle, émit un jappement inquiet qui la tira du manège effréné de ses pensées. Et alors qu'elle revenait à l'instant, une volcanique mauvaise humeur vint faire vaciller l'air autour d'elle, balayant sans vergogne le froid de la soirée.

Joshua Stone.
Allait.

Mourir.

La princesse s'était tranquillement préparée à passer la soirée, pelotonnée dans son canapé, chocolat chaud et vieux films pour compagnie, lorsque son coéquipier avait brusquement débarqué chez elle. Il devait se rendre à un gala, avait besoin d'une cavalière, et la fille qu'il avait initialement invité (et qui avait eu plus de présence d'esprit qu'Aria sur ce coup là) s'était retirée. Aria serra les dents, redressa son fier petit menton, et allongea le pas. Il l'avait baratinée au sujet d'une soirée qui lui ferait le plus grand bien et d'ailleurs, cette adorable raclure de baskets de grande surface lui avait même apporté une robe pour l'occasion !

A peine convaincue et apprêtée, Joshua l'avait embarquée sans rien lui dire pour finalement la laisser tomber sans AUCUNE explication, en plein milieu de... DE NULLE PART ! Heureusement, Aria connaissait suffisamment la Seamy pour s'y orienter, mais vêtue comme elle l'était d'une somptueuse robe noire, couverte d'un manteau de haute couture, montée sur d’impressionnants talons (que cet affreux énergumène allait lui rembourser étant donné le traitement qu'ils devaient subir), elle n'était pas prête de rentrer chez elle ! Elle se félicitait d'avoir emmené Ralp, et plus encore son revolver et ses fioles de Neo Serum, accrochés à sa cuisse. Couplé avec son indéniable classe, en dépit de la situation, et son air de Nemesis fusant vers la cible de sa juste vengeance, personne n'avait encore tenté de l'ennuyer.

La princesse s'arrêta, inspira une fois encore, tenta de voir les choses plus froidement. Ou disons plutôt : de les mettre en sursis. Elle allait se remettre en route lorsque Ralp, un peu plus loin, se mit à aboyer. Aria n'attendit pas pour se saisir de son arme et le pointer quelque part vers l'aboiement de son chien : une maison aux trois quarts effondrée, la planque parfaite, pour n'importe qui de potentiellement dangereux. Elle carra les épaules, affermit sa prise sur la crosse et annonça d'une voix claquante :

- Montrez-vous ! Les mains en l'air et pas de gestes brusques, je suis armée. Ne pensez même pas à fuir, ou je lance le chien.

Ralp confirma, d'un grognement menaçant.

Note:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mer 24 Déc - 1:52

Il ne put réprimer un sursaut au premier aboiement.
 
  Un chien ? ET une arme ? Sérieusement ? On ne pouvait pas simplement le laisser en paix ?
  Il pensa un instant à s’enfuir. En sortant de l’autre côté du bâtiment il aurait quelques minutes d’avance, et avec son vélo il pouvait certainement distancer un chien. Et s’il lui prenait l’envie de tirer ?
  Il jura.

  « Okay je sors, tenez votre chien hein, je ne suis pas armé ! »

  Les mains au-dessus de la tête, Dante s’éloigna de son précieux abri, et ce qu’il vit le laissa un moment égaré.
  Devant lui, une jeune femme en talon et habit de soirée le braquait avec son arme. Plutôt jolie, Elle ne devait pas être beaucoup plus vieille que lui, peut-être plus jeune même, c’était difficile à dire. Sa fine musculature et ses formes, bien que modestes, étaient harmonieusement mises en valeur par une robe noire moulante, il en aurait certainement rougit si la situation le lui avait permis.

  « Vous êtes plutôt bien habillée pour vous promener par ici, non ? »

  Il eut un petit rire nerveux. Ce n’était probablement pas le moment pour faire de l’humour, mais il fallait bien détendre l’atmosphère d’une façon ou d’une autre, il voulait juste sortir de cette aventure vivant.
  La tension en lui diminua un peu, elle n’avait pas l’air méchante, et si elle voulait le voler ou l’agresser, son chien serait déjà en train de lui arracher une jambe.
  Il se demandait surtout ce qu’elle pouvait bien faire dans la Seamy area habillée comme ça. Il n’y avait que des gens perdus, des peacekeepers et des mutants par ici. Oui, peut être une mutante, échappée d’une soirée qui aurait mal tournée ? Mais qui emmènerait chien et revolver dans une soirée ? Là, il séchait …

  « Ecoutez, dit-il en baissant les mains, vraiment, je n’ai même pas d’arme sur moi, on pourrait peut-être se calmer ? »

  Il la dévisagea encore un instant

  « Vous avez besoin d’aide ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mer 24 Déc - 2:59

La trouvaille de Ralp, après s'être annoncée à son tour, sortit de sa cachette, mains sagement en l'air. Allons bon, qu'est-ce que c'était ? Un type a l'air plutôt inoffensif, sans style particulier mais doté de deux yeux noisettes avenants, la détailla d'un air intrigué. Air qui lui rappela sa situation rageante et lui tira un soupir menaçant...
Certes, elle détonnait avec le décor, mais quitte soulever un contraste, autant le faire avec panache et sans sourciller ! Gardant pleinement sa royale contenance, Aria Blake haussa un sourcil inquisiteur, redressant son menton de princesse, et attendit qu'il en dise plus... Elle avait l'avantage, après tout, c'était à lui de tout faire pour sembler sympathique...

Et il s'y prit vraiment très mal.
Très, très mal.
Cet énergumène, déjà en sale position, ne trouvait rien de mieux que de remuer le couteau dans la plaie : OUI elle était bien habillée, elle était même TRES BIEN habillée, merci de le souligner ! Elle était aussi maquillée avec un soin subtil frôlant la perfection, coiffée, parfumée, et parée de bijoux d'argent, discrets, mais ajoutant de fins éclats à sa tenue éblouissante ! Elle était une martyre, sublime, blessée et abandonnée par le pire des hommes au milieu d'un sordide terrain fort accidenté pour ses magnifiques chaussures qui, si elles rallongeaient élégamment ses jambes déjà immenses, torturaient aussi ses pauvres pieds délicats !
Finement observé, petit génie, effectivement, elle était plutôt bien habillée pour ce « par ici » en ruine !

Elle plissa ses yeux de biche, le canon de son arme rivé sur ledit petit génie, paré plus que jamais à lui rajouter un peu de plomb dans la cervelle. Et il riait ? Non... Est-ce qu'il avait osé rire ? Il se moquait ? En voilà un qui n'allait pas s'en sortir à si bon compte ! Avait-il l'impression d'avoir quelqu'un de spécialement guilleret, face à lui ? Ralp gronda...

Le jeune arriviste poursuivit, tentant de gagner des points... Il était tant passé dans les négatifs qu'Aria ne broncha pas d'un cil, son canon toujours bien ciblé sur le front du petit comique. Elle planta un regard féroce dans ses yeux noisettes, le détailla de la tête au pied, prit le temps de se faire une idée... Il ne semblait vraiment pas être un mutant prêt à attaquer, affolé, drogué ou quoi que ce soit. A vrai dire, c'était même elle qui l'avait délogé de sa planque... Rien ne prouvait son manque d'intention belliqueuse, mais il fallait avouer que, pour une embuscade, le bout de mur qu'il avait choisit pour se cacher n'était pas le meilleur angle stratégique, loin s'en fallait. Il se trouvait néanmoins dans la Seamy Area dans la soirée, et statistiquement, il y avait de grandes chances pour que ce soit un mutant en cavale. Son visage pourtant ne lui rappelait pas grand chose, sans doute n'était-il pas affiché sur le tableau des grands ennemis de la ville, et à vrai dire... Aria était trop lasse, après l'hiver, pour essayer de trouver un horrible mutant quelque part dans l’apparence aimable de son vis-a-vis. Elle poussa un soupir, baissa son arme, sans la ranger, et, d'un ton désabusé aux accents précieux de la noblesse, répondit avec un air faussement interrogateur :

- Vous êtes tueur à gage ?

C'était la seule aide dont elle rêvait ce soir là. Envoyer un traqueur aux trousses Joshua Stone... quoi que...

- Non, laissez tomber, je préfère m'en charger moi-même, fit-elle avec un gracieux mouvement de main dissuasif.

Elle balada son regard alentour, juste au cas ou, et reporta de nouveau son attention droit sur son compagnon de misère :
- Et vous ? Vous êtes plutôt ordinaire pour vous promener par ici, non ? le paraphrasa-t-elle avec un air détaché assaisonné d'un poli, mais peu crédible intérêt.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mer 24 Déc - 12:55

Après un long moment passé a le toiser de la tête aux pieds, la belle inconnue baissa finalement son revolver, sans toutefois le ranger. Son chien a ses pied paru se calmer instantanément, mais on pouvait sentir en lui le garde du corps aux aguets.

  Vraiment, cette femme l’intriguait de plus en plus. Il avait définitivement écarté la thèse du mutant, elle n’était pas en cavale et habitait manifestement la Bright town. On l’avait très certainement larguée la pour une quelconque raison, mais il ne se faisait pas d’illusions. Sous ses beaux atours et sa façon hautaine et princière de parler, son attitude et ses regards trahissaient une maîtrise totale du terrain. Il fallait qu’il fasse attention, elle pouvait se révéler dangereuse.

  Sa première question le laissa amusé, il ne savait pas qui l’avait laissé la, mais il allait certainement passer un sale quart d’heure s’il recroisait un jour la jeune femme. Il se demanda encore ce qui avait pu lui arriver pour la pousser à traverser ce désert de décombres et de poussière en talons.
  La désinvolture de la deuxième l’arrangeait bien, il n’aurait pas à répondre avec précision. Il peaufinait déjà une petite histoire pour expliquer sa présence par ici, ça pouvait lui sauver la vie autant qu’une bonne cachette, mais s’il pouvait rester vague, c’était encore mieux.

  « J’habite dans la Bright, et j’avoue que je n’ai pas l’habitude de passer par ici. Il lui jeta un petit sourire désabusé. Problèmes de famille, enfin, vous voyez le tableau. »
  Il se surprit, il n’était pas si loin de la vérité.

  Cela faisait plusieurs jours qu’il n’avait pas eu l’occasion de discuter avec qui que ce soit, mis à part les quelques vendeurs du marché noir. Et finalement, malgré son caractère solitaire, ce serait agréable de profiter d’une présence pendant la soirée. Intérieurement, il se moqua de lui-même, ne venait-il pas de décréter qu’elle risquait d’être dangereuse ?

  Un dernier coup d’œil à la jeune femme manqua de le faire changer d'avis, son air peu amène se disputait à l'énervement que lui procurait sa situation. Mais après tout, ils étaient dans la même situation en cet instant, perdus au milieu d'une ville déserte. Elle pourrait  peut-être profiter autant que lui d’un peu de compagnie.
  Il se tourna vers son sac et entreprit de l’ouvrir avec des gestes lents, en gardant ses mains bien en évidence, il ne faudrait pas qu’elle pense qu’il voulait la piéger. Il en sortit un paquet de biscuits sablés, et l’ouvrit en lui présentant la boîte.
 
  « Mauvaise soirée ? »

  C’était une invitation simple, si elle n’en voulait pas tant pis, chacun repartirait simplement de son côté, du moins il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Jeu 25 Déc - 4:18

Alors que le jeune homme semblait considérer comme acquis sa survie dans leur duo nouvellement formé, Aria continuait de le toiser avec méfiance. Plus par réflexe que par réelle suspicion, ce brave type paraissait franchement amical. D'ailleurs, lorsqu'il lui répondit sur le ton de la conversation, elle décida que la soirée avait été suffisamment longue et profita de cet imprévu dans son pénible périple pour faire une pause.
Oui. Son Altesse la Princesse A., alias Aria Blake, assit son somptueux et princier postérieur sur de poussiéreux décombres. Un mur rompu, apparemment. Son revolver posé à portée de main, elle entreprit ensuite de retirer ses bourreaux pédestres et lâcha un soupir de plaisir en sentant ses pieds enfin libres, agitant ses orteils avec un sourire satisfait. Joshua paierait pour ça aussi.

« Problèmes de famille », ah ! Si elle voyait le tableau ! Aria esquissa un rictus railleur et acquiesça d'un air compréhensif. Ralp vint se coller contre sa jambe, jaugeant son potentiel adversaire, et la demoiselle lui grattouilla le cou.
Elle ne croyait pas une parcelle de seconde son acolyte de la soirée lorsqu'il affirmait habiter dans la Bright. Déjà parce que sa tenue et son sac à dos ne racontaient pas l'histoire d'un type qui se baladait innocemment dans la Seamy pour le plaisir d'en découvrir la faune et la flore, et ensuite parce qu'il n'était absolument pas crédible de se balader dans le deserted district à cette heure pour un bonhomme lambda. Mais franchement ? Elle n'en avait rien à faire. Même son ironie de principe n'était pas en état de faire remarquer le peu de vraisemblance de cette situation. Sans doute parce que sa propre situation personnelle était plus farfelue encore. S'il voulait être un type de la Bright allant se balader au clair de lune, un loup-garou ou un lutin amateur de zones sinistrées, il n'avait qu'à le dire ; actuellement, Aria n'irait pas chercher plus loin.

Le garçon s'en prit alors à son sac. Aria n'hésita pas un instant pour se ressaisir de son arme, et Ralp tendit tous ses muscles, prêt à bondir. Il se calma rapidement néanmoins, en sentant le peu de conviction que mettait sa maîtresse dans la tenue de son revolver... En effet : la princesse le tenait d'une main, à bout de bras, prête à devenir plus menaçante si besoin était, mais restait plutôt flegmatique, pour l'heure...  Son ami, de surcroît, s'appliquait à faire des gestes lents juste pour la rassurer. C'était plutôt sympa.

Il sortit alors un paquet de biscuits et le lui tendit. Elle considéra le cadeau un instant, son esprit dérapant quelque peu sur l'improbable de la situation. Abandonnée en tenue de soirée au milieu d'un champ de ruine par un charismatique goujat, elle rencontrait un petit bonhomme ordinaire qui lui offrait chevaleresquement des biscuits. Des biscuits, quoi. C'était... c'était sans doute la chose la plus adorable qu'elle ait vécu depuis des semaines.
Aria pinça les lèvres, pour ne pas rire. Pas pour se moquer, plutôt pour le comique de la pièce. Elle observa quelques secondes le radeau sa soirée, et esquissa finalement un beau sourire chaleureux en guise de remerciement. S'emparant d'un biscuit comme elle l'aurait fait d'un calumet de la paix, elle reposa son revolver à côté d'elle et répondit :

- Ça, tu peux le dire...

Oh et, puisqu'il l'invitait à un goûter tardif et lui proposait (mais si !) de raconter ses malheurs, tant pis pour lui :

- Je me suis faite emmener quasiment de force dans une soirée bizarre, pour finalement n'avoir jamais l'occasion d'y mettre les pieds !

Avec un « pff » méprisant :

- L'arriéré fini qui m'accompagnait m'a plantée là, comme ça, sans explication, comme si je n'étais pas en robe de soirée et talons hauts au milieu d'un champ de ruine accidenté ! Tu y crois, toi ? J'aurai dû lancer Ralp après lui !

Caressant la tête de son chien, elle le présenta :

- Mon chien, Ralp.

Elle mordit dans son biscuit, puis poussa un soupir exaspéré :

- Non mais franchement ! Est-ce que j'ai l'air d'être un chaton maladif qu'on abandonne au coin d'une rue sordide ?

Elle se désigna d'un geste empreint de son élégance naturelle, l'air de trouver complètement fou qu'on puisse choisir n'importe quelle urgence plutôt que le superbe pur joyau qu'elle représentait. Elle secoua la tête en haussant un sourcil navré pour ce Joshua dénué de tout sens des valeurs.

- Et tes problèmes de famille ? On t'a mis à la porte ou tu fuis une copine envahissante ? fit-elle sans transition.

Instinct de potin éveillé :

- Ou son mari... ?

Elle lui offrit un sourire gourmand d'histoires croquantes, prête à entrer dans n'importe quel mensonge pourvu qu'on lui change un peu les idées.

Note:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Jeu 25 Déc - 14:57

Elle avait accepté son offre, et il la vit s’installer sur un morceau de mur, nonobstant la facture de sa robe.
  En s’asseyant, elle laissa échapper deux longues jambes magnifiquement ciselées, dont elle enleva les talons qui devaient la faire souffrir. Il ne put s’empêcher d’y égarer son regard, appréciant la courbe délicate de ses longs mollets et la finesse de ses pieds. Leur nouvelle proximité lui permettait  aussi de découvrir une multitude de détails que la nuit (en plus du revolver sur son front) lui avait cachée. Il distingua quelques tâches de rousseur qui parsemaient son nez, des éclats d’argent discrets à son cou et ses poignets et la fragrance subtile d’un parfum.
  Cette nuit ne s’annonçait finalement pas si pénible.

  Un gâteau à la main, il alla lui-même s’assoir contre un pan de mur, écoutant l’histoire et secouant la tête avec un rictus d’incrédulité. Il en admirait presque le courage du goujat, lui-même n’aurait jamais osé infliger ça à pareille créature.

  Il eut un petit rire à la mention du chien chassant ledit arriéré.

- Je ne donne pas cher de sa peau si jamais tu le recroises un jour …

  « Tu »
  Le mot sonna bizarrement dans sa bouche, après la petite aventure qu’ils avaient vécue plus tôt, mais c’est avec plaisir qu’il l’acceptait. Et après tout, ils devaient avoir quasiment le même âge.

  Le gardien s’appelait donc Ralp. C’était une belle bête, un fier animal au poil soyeux, et qui avait l’air aussi fidèle qu’un chien puisse l’être. Il lui tendit un gâteau, histoire de voir s’il était aussi accepté de ce côté là.

- Non c’est sûr, je dois dire que tu te débrouilles même plutôt bien parmi les gravats, un flingue à la main.

  Il lui adressa un sourire franc, aucun sous-entendu ni moquerie, c’était la pure vérité. A vrai dire, la plupart des femmes qu’il avait connu n’auraient même pas su quoi faire dans pareille situation. Sa prochaine question fit écho à ses pensées et le fit rire, si seulement c’était aussi simple.
  Un bon point pour lui, elle avait l’air de croire à son histoire, ou en tout cas elle ne la discutait pas.

  Il s’adossa un peu plus au mur derrière lui et prit quelques secondes pour réfléchir à sa question, laissant son regard se perdre dans la nuit.
  Une copine ? Il n’en avait pas eu beaucoup. Quelques-unes bien sûr, il n’était pas moins séduisant qu’un autre après tout, mais il ne restait jamais bien longtemps en couple, il recherchait trop la solitude et une telle relation l’étouffait.
   Ses parents ? Comment auraient-ils réagit s’ils avaient appris pour sa mutation ? D’ailleurs comment ont-ils réagit en le voyant disparu ? Ils ont dû s’affoler, appeler la police, la fac, ses amis … C’est vrai qu’il n’avait même pas laissé un mot. Il se demandait si les infos avaient parlé de lui. Peut-être, il espérait que non, il voulait rester aussi inconnu que possible.
  Il se demanda finalement s’il n’avait pas été irresponsable, il n’avait prévenu personne, et ses parents devaient vraiment s’inquiéter. Son regard s’assombri quelque peu, il faudrait tout de même qu’il leur donne un signe de vie, il leur écrirait une lettre. Plus tard.

- Une copine ? nan, j’aurais préféré, dit-il en riant. Non, mes parents voudraient que je commence à travailler, s’en est suivi une dispute ou ils ont finalement décidé de me forcer la main en me jetant de chez eux. Soit je commence à travailler et ils m’aident à trouver un appart – en supposant qu’il y en ait encore à San Francisco – soit je continue mes études, mais je ne vis plus chez eux.


  Il s’en voulait de blâmer ainsi ses parents, mais il lui fallait bien une excuse plausible. Et après tout, il valait mieux que ce soit faux. Il ne put s’empêcher d’alléger leur soi-disant responsabilité malgré tout.

- Enfin, ce n’était pas vraiment un ultimatum, plus une menace. Je suis parti seul sous le coup de la colère, je suppose qu’ils s’attendaient à me voir revenir avant la nuit … Et me voilà, au milieu d’une ville en ruine, cherchant un endroit calme où je pourrais dormir.


  L'explication était peut-être un peu bancale, mais il espérait que ça suffirait.
  Il se laissa aller en soupirant contre son dossier improvisé. Quel spectacle ils devaient offrir tous les trois. Une magnifique femme en tenue de soirée, accompagné de son chien et d’un vagabond crado, qui mangeaient des gâteaux au milieu d’un champ de ruine.
  L’image le fit sourire.

- Cette nuit se passe bien mieux que ce à quoi je m‘attendais en fin de compte
, dit-il en lui adressant un sourire. Tu habites dans la Bright city  je suppose ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Lun 29 Déc - 23:34

En réalité, passé le côté comique, le tableau devait être plutôt joli… Le décor, quoique chaotique, avait ce charme chargé de mélancolie que les ruines savent si bien inspirer, surtout lorsqu’elles sont saupoudrées d’étoiles. Et seuls ambassadeurs de la vie, comme autour d’un thé, petits biscuits au rendez-vous, discutaient un autochtone et une princesse ayant abandonné ses souliers de verre. Sans oublier le superbe mâtin montant fidèlement la garde. Aria eut un sourire attendri lorsque, un sablé sous la truffe, Ralp ne broncha pas d’un pouce en posant deux yeux impassibles sur le garçon, l’air de dire « tu crois que tu vas m’avoir comme ça ? »

- Ralp n’accepte que ce que je lui donne, fit-elle avec un soleil dans la voix, moi ou quelqu’un de ma famille.

Pieds-nus, ou presque, dans la poussière, elle fit un pas pour attraper la friandise des mains de son compagnon, se rassit, et la tendit à Ralp qui l’avala après l’avoir reniflé prudemment.
Elle sonda un instant le regard de son vis-à-vis avant de sourire à son compliment, acquiesçant pour souligner son accord : elle se trouvait plutôt dégourdie, étant donné sa situation. La traqueuse était certes une habituée du terrain, mais c’était d’ordinaire avec d’horribles baskets, un jean et un coéquipier. De confiance. Il semblait que sans salaire pour le motiver, Mister Stone ne valait plus un clou. Ooouch, ça c’était méchant pour lui, il avait dû l’entendre jusque dans sa planque d’ignoble lâcheur !

Ce fut alors au tour de son impromptue rencontre de raconter son chemin. Jambes croisées, un coude sur le genou, le menton posé sur son poing, Aria l’écouta, laissant au placard son air de pimbêche favori pour savourer ce répit dans cette horrible soirée. Elle n’avait toujours pas le cœur à juger les propos du bonhomme, et se contenta d’afficher une mine attentive. Elle rit doucement au nouveau compliment caché, se redressant. En caressant Ralp, elle répondit :

- Oui, dans cette chère Bright. Et en ce qui me concerne, la soirée s’annonçait excellente, avant que ce mufle ne vienne m’extirper de mon cocon, fit-elle en faisant les gros yeux à Ralp, comme si c’était un Joshua enfant à réprimander.

Elle soupira, s’appuya sur un bras, en arrière, regardant son acolyte :

- J’aurais mieux fait d’aller à cette soirée avec toi, déclara-t-elle avec un geste élégant de la main dans sa direction, tu ne payes pas de mine mais tu as plus de classe avec tes biscuits que mon imbécile de collègue avec son costume et son sourire Colgate.

Evoquer Joshua lui tira un soupir rageur qu’elle laissa s’effilocher dans l’air, regardant le ciel au dessus de sa tête. Un silence passa avant qu’elle ne reprenne, jouant le jeu :

- Tes parents sont sévères. Mener ce genre de politique dans ce contexte… Ma famille n’est pas de ce côté-ci du blocus, pour ma part, mais si c’était différent, je détesterai qu’on soit séparé…

Elle haussa les épaules, comme pour dire « mais c’est mon point de vue », une moue compatissante aux lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mar 30 Déc - 14:43

Le compliment était étrangement tourné, mais il en sourit et l’accepta avec plaisir. Et c’était vrai qui plus est, il se voyait mal dans une soirée mondaine, habillé en costard-nœud papillon tiré à quatre épingles. Il s’imagina un instant ainsi au bras de sa charmante compagne, encore une vision incongrue. Quoique, il l’aurait accompagnée avec plaisir.

  Dante dû réfléchir un instant avant de répondre à sa question. C’était un exercice bien singulier, il devait maintenant discuter d’une situation qui n’existait même pas. Son empathie naturelle lui permettait de se mettre à la place des personnes qu’il ne connaissait pas ou peu, et il n’eut pas de mal pour  se mettre en situation et trouver une réponse adaptée.

- Au contraire, j’ai eu le temps d’y réfléchir, et je pense qu’ils font vraiment ça pour moi. Ils veulent que je sois autonome le plus rapidement possible, que je gagne de l’argent et que je sache me débrouiller seul, au cas où ça dégénèrerais encore plus au dehors. Ce n’est pas ce dont j’ai envie, mais compte tenu de ce qu’il se passe actuellement, je comprends leur position.


  Il n’aimait pas mentir. Oh, il savait le faire, des années à cacher ses sentiments ça formait relativement bien, mais il n'aimait pas, question d’éthique. Et la vérité se révélait souvent être beaucoup plus simple, ça évitait les positions comme celles-ci.

  L’envie de tout raconter l’assailli brusquement.
  La découverte de sa mutation, sa fuite, son errance depuis et les nuits froides à l’extérieur. Elle connaissait peut-être un endroit plus en sécurité où se cacher après tout. C’était beaucoup trop risqué malheureusement, il ne savait toujours pas qui elle était, et la question du pistolet restait à l’orée de son esprit. Qui, mis à part un peacekeeper ou un renégat, pouvait en transporter un sur lui, jusque dans une soirée qui plus est. Il doutait fortement qu’elle soit recherchée, ce qui ne laissait pas beaucoup de possibilités.

- Qu’est-ce que tu penses de tout ça ? Je veux dire, la quarantaine, les mutants et les peacekeepers qui les chassent ?


  Il fallait qu’il en sache un peu plus. Si elle tenait les mutants en aversion, il en serait prévenu, dans le cas contraire, et bien, il aviserait.  Et si ça pouvait écarter la conversation de ses soi-disant problèmes familiaux, c’était tant mieux.

  Il espérait seulement qu’il ne se mettait pas en danger tout seul en abordant la question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Mer 31 Déc - 20:34

Aria replaça une mèche derrière son oreille, tout en affichant un air peu convaincu. Elle prit une inspiration sceptique, prête à commenter : des parents qui laissaient leur enfant à la rue alors que cette dernière s’emplissait de gens se prenant pour des dieux, ou pire, des hunters prêt à hacher menu tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un mutant ? D’accord, la Bright était plus sécurisée que la Seamy, mais en ce cas, qu’est-ce qu’il fichait là ? S’il n’avait pas d’amis chez qui s’incruster, il risquait de ne pas passer la nuit suivante.
Alors quoi, pour rendre leur fils plus autonome ? Il fallait être sacrément irresponsable ou particulièrement peu averti des évènements. L’hiver n’était pas fini, il faisait encore très froid, et Aria savait, pour avoir eu le plaisir d’entasser des cadavres par monceaux, que la mort attrapait les errants de San Francisco aussi surement qu’une faux fauche les blés. Ce n’était pas franchement le moment de responsabiliser son fils en le fichant à la porte ! L’envoyer aux Peacekeeper, à la limite, pour le dégourdir…

Elle se ravisa pourtant de critiquer vertement ce comportement qu’elle trouvait assassin : après tout, son histoire n’était peut-être même pas réelle. Et puis, il enchainait déjà, sans doute peu désireux de s’étendre sur son mensonge -ou son horrible famille. M’enfin tout de même, on ne venait pas dans la Seamy si on n’avait rien à cacher.

A moins que ce ne fut là un garçon particulièrement naïf… Oui… Oui, ça se tenait… C’est vrai : qui offrait des biscuits, menacé d’une arme -et d’un chien- à son assaillant –et son chien ? Peut-être était-il persuadé du bon sentiment de ses parents –n’avait-il pas dit qu’il avait pris le temps d’y réfléchir ?- alors que ceux-ci riaient aux larmes de leur mauvais tour. Ce pauvre garçon était peut-être tel que les héros des contes de son enfance : un peu trop honnête pour voir qu’on se payait sa tête. Mais oui ! Le genre à toujours chercher une explication positive et tarabiscotée aux agissements des mauvais génies, plutôt que de voir en face la cruelle vérité ! Les contes devaient bien s’inspirer de quelque chose ! Peut-être rencontrait-elle là, au milieu d’une ville à l’agonie, l’inspiration d’un conte… cette soirée prenait décidemment une tournure presque féérique.

Elle réfléchissait sérieusement à son délire, considérant le visage tout de même très sympathique de son complice de biscuits, lorsqu’elle sentit comme une attente… La princesse revint brusquement à elle : diantre, il lui avait posé une question ! Une question difficile d’ailleurs, rester plongée dans ses pensées avait dû être un acte manqué…

Que pensait-elle de la situation de la ville… ? Elle était profondément perdue, voilà. Tout ce qu’elle était capable de penser, c’est qu’il fallait impérativement rester dans le cœur de la course pour trouver comment sortir sa frangine du chaos ambiant. Et aussi parce qu’être inactive la rendait folle.
Elle se mordilla la lèvre, gestuelle familière lorsqu’elle réfléchissait… Compte tenu du grand pourcentage de chance que son compère soit un mutant –ou un personnage de conte, avait-on dit-, elle n’allait pas lui agiter son peacekeeperisme sous le nez -quoique, ce pourrait être drôle-, elle n’allait pas non plus lui dire qu’elle farfouillait partout pour savoir comment extirper sa sœur mutante et avidement recherchée par les autorités, alors… une vérité plus générale ?

- Je pense que j’aimerai bien être n’importe où ailleurs, dit-elle, maussade. Pour le reste, je n’en sais trop rien…

Il prenait des risques, tout de même… Parler ouvertement de la catastrophe, peu de gens s’y aventuraient avec des inconnus… La théorie du conte prenait du galon…

- Peut-être qu’ils ont raison, pour la quarantaine, même si ça ne me plait pas beaucoup. Tu imagines ce que des terroristes pourraient faire avec ces mutations ? L’humain est bien trop dangereux pour posséder ce genre de dons. Quant aux peacekeepers…

La vérité, après tout.
- Je n’y comprends rien. Essayer de stabiliser la situation en enfermant les mutants, pourquoi pas, mais finalement ça sème un vent de panique chez les gens infectés, et je me demande s’il n’aurait pas mieux valut les mettre en confiance. Mais, ils sont peut-être mieux à Alcatraz qu’aux mains des Hunters…

Elle regarda Ralp, comme pour se rassurer. Il s’en fichait, lui, de tout ça.

- J’ai surtout l’impression qu’il n’y a pas de bonne réponse à notre problème…

Sa voix avait pris un accent un peu plus rauque alors qu’elle s’étonnait de ne pas avoir formulé cette pensée plus tôt. Elle essayait de ne pas songer de façon si peu constructive, d’ordinaire, mais son inquiétude pour Eryn, et celle de ne jamais revoir le reste de la famille Blake, la rongeait. Ou peut-être était-ce l’hiver qui lestait son moral dans une mer trouble et glacée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Choose your path

Masculin

MESSAGES : 34
HUMEUR : indécis
FEAT : Shia LaBeouf

Points : 380

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Dante Dalinn
Choose your path
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Ven 2 Jan - 17:45

Être ailleurs.
  Dante se leva pour faire quelques pas, regardant le paysage désolé. Il avait du mal à l’admettre lui-même, mais il ne voulait pas « être n’importe où ailleurs ». Ils vivaient des moments dangereux, surtout pour lui en tant que mutant, mais c’était de loin l’expérience la plus excitante qu’il ait vécu dans sa vie. Il avait fui sa famille pour cette seule raison finalement, aucun d’eux ne pourraient comprendre pourquoi il ne se rendrait pas.

  Il fut légèrement soulagé par les paroles de son acolyte. Elle ne lui disait pas tout, bien sûr, ils ne se connaissaient même pas, mais au moins ne soutenait-elle pas complétement l’action des Peacekeepers. Pouvait-elle faire tout de même partie des gardiens de « l’ordre » de San Francisco ? Certainement. Il ne poserait pas la question pour ne pas lui laisser croire que ça le préoccupait, mais cela restait une forte possibilité.
  Et malheureusement, elle n’avait que trop raison. La quarantaine demeurait le seul choix possible. On ne pouvait connaître les intentions de tous les mutants qui arpentaient la ville, les laisser s’échapper au dehors c’était leur permettre de faire ce que bon leur semblait avec ces pouvoirs.
Pourtant, tous n'étaient pas mauvais.

  Il eut brusquement l’impression d’être piégé. Il l’avait vaguement pressenti, mais l’entendre ainsi le lui faisait réellement prendre conscience. Il l’énonça presque malgré lui.

- Alors la guerre entre les deux camps ne finira jamais … Par peur, par haine ou … ou par envie, les gens se battront toujours contre les mutants n’est-ce pas ?

  Il eut un frisson. Il en avait peut-être trop dit, mais tant pis, il avait besoin de partager ses craintes, ou qu’on les infirme, mais il n’y croyait pas beaucoup.

  L’intonation de sa dernière phrase le laissa perplexe. Quelque chose la touchait personnellement dans cette histoire, il était incapable de dire quoi, mais il avait senti une chape de préoccupations tomber sur la jeune femme. Il préféra revenir sur une rumeur qui lui faisait froid dans le dos.

- Les Hunters ? On en a vaguement entendu parler à la fac, ils existent vraiment ? Je veux dire, il y a un groupe qui tue des mutants ? Il ne put réprimer un ricanement en secouant la tête. Alors c’est ça être mutant ? Des personnes innocentes enfermés comme des criminels ou abattues comme des bêtes sauvages ?

  C’était beaucoup trop ridicule, ces personnes n’avaient rien fait pour mériter cette guerre.
  Il n’avait rien fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Dim 18 Jan - 11:56

- Innocentes… ? répéta Aria d’une voix sourde.

La traqueuse planta la foudre dans les yeux de son compagnon, une attitude glaciale se coulant lentement dans tout son corps. Elle arbora un rictus cynique, avant de continuer :

- C’est comme ça que tu vois les choses ? fit-elle d’un ton distant, les pauvres mutants, martyrs et incompris, sauvagement assassinés par d’affreuses personnes incapables de supporter cette différence ?

Elle secoua la tête, voilà qu’elle regrettait de s’être arrêtée là pour discuter. Evidement, ce mec était probablement un mutant, il n’allait pas chanter les louanges de ceux qui les traquaient, mais il ne fallait pas non plus exagérer ! Aria avait vu des mutants qui n’avaient rien d’innocent, c’était d’ailleurs ce qui l’avait persuadée de devenir traqueuse !

- C’est vraiment trop simpliste ! grinça-t-elle en considérant ses chaussures d’un regard rageur.

Décidément, le doute n’était plus permis : ce type était un gigantesque naïf ! Arguant que ses pieds ne méritaient pas d’avantage de torture, elle opta pour saisir ses bourreaux à la main et se remit debout, Ralp sur ses talons.
Du haut de toute son altière prestance, elle décocha un regard hautain flanqué d’une moue déçue presque boudeuse à son acolyte. Elle avait arrêté des mutants qui profitaient de la situation, et menaçaient des gens qui pour le coup étaient innocents. Si elle n’était pas certaine de la réponse donnée au problème mutant, Aria savait néanmoins que beaucoup des gens infectés étaient de véritables menaces. Elle le fixa un bref instant, et… non décidément, ce type n’avait pas l’air bien méchant… Elle soupira, tentant de réprimer son élan de colère, saisit d’un geste colérique empreint de grâce son revolver toujours posé sur son siège improvisé et, l’agitant au rythme de ses mots, sous le nez du naïf :

- On verra bien combien de temps vous allez tenir, dans cet enfer, toi, tes biscuits, et tes airs de Dora ! Et surtout…

Elle regarda un instant le sol, regagnant le vieux squelette de route qui semblait être praticable pour ses pieds presque nus.

- … surtout, fit-elle en redressant la tête vers son compagnon, surtout ton immense apparente naïveté ! Je sens qu’elle va se fracasser contre la cruelle réalité de ce que peut bien faire la nature humaine une fois dotée de supers pouvoirs !

Poing armé sur une hanche, yeux perçants, petit menton fièrement redressé, elle toisa ce personnage de conte d’un air pas tout à fait antipathique. A dire vrai, son attitude lançait plus un défi qu’une quelconque insulte, elle challengeait presque ce petit nouveau dans la Seamy de réussir à garder ses biscuits et son grand cœur dans le chaos qu’il rejoignait. Réalisant son jeu et son manque de véritable colère, elle s’autorisa même un petit sourire espiègle du coin des lèvres…
… Lorsque Ralp se tendit brusquement, grondant contre quelque chose, derrière elle… Aria n’y pensa pas à deux fois, elle pivota, laissant tomber ses chaussures, revolver pointé vers… Oh… qui parlait d’un manque véritable de colère… ? Aria, gardant le nouveau venu en joue, un sourire délicieusement boréal gelant ses traits d’une beauté polaire, ne prononça qu’un mot aux doux reflets sucrés du miel…

- Ralp ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Double Agent

Masculin

MESSAGES : 276
HUMEUR : Vénale
FEAT : Stephen Amell

Points : 2139

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Joshua Stone
Double Agent
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Dim 18 Jan - 11:59


Spoiler:
 

Vous avez dû entendre à vous en faire saigner les oreilles que Joshua Stone est un goujat.
Il va falloir remettre les choses à leur place : ce n’était absolument pas le cas. Tout est une question d’ordre de priorité.

Joshua, avant d’avoir abandonné sa Princesse préférée dans les recoins glauques de la Seamy Area, avait reçu un coup de téléphone alarmant, qui réclamait sa plus vive attention dans les plus brefs délais. Et par là, il entendait bien entendu qu’il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Il avait brièvement analysé la situation : embarquer miss Blake avec lui et risquer d’entacher sa si somptueuse réputation, ou bien laisser une femme très capable de se débrouiller toute seule en compagnie de son fidèle mâtin pendant qu’il vaquait à ses occupations ? Franchement, Aria aurait dû être flattée : jamais il n’aurait abandonné une frêle donzelle dans de telles conditions ; il faisait pleinement confiance à sa partenaire.

Puis, ce n’était pas pour bien longtemps.
Soit, s’il arrivait quoi que ce fût à Aria Blake, il ne se le pardonnerait pas. Et il serait furieux contre elle, peut-être. La tortueuse mais implacable logique joshuesque réclamait cette précision.

Le voilà donc qui revenait sur ses pas, le traitre supposé lui donner des renseignements gravement blessé sur son épaule. Roué de coups, ses jours n’étaient certes pas en danger immédiat, mais son état n’en restait pas moins inquiétant ; il avait oscillé entre conscience et inconscience sur une bonne partie du trajet.

Cela tombait très mal.


Il trouva la Princesse en curieuse compagnie, ses chaussures à la main et furibonde. Avant qu’elle ne pût lâcher son mâtin sur lui, il leva sa main libre pour la stopper, avant de se lancer dans son discours :

« Je sais que tu es furieuse mais comme tu peux le voir, c’était nécessaire. Je te raconterai tout en chemin. »

C’était que le temps leur était toujours compté. Il commença à faire glisser l’homme inconscient de son épaule pour le déposer aussi délicatement que possible au sol, tout en poursuivant :

« On peut toujours y aller si tu veux tes informations, mais il faut s’occuper de lui d’abord… »

En fait, ce serait impossible. Mais les invitations étaient à son nom, et  Aria ne pourrait pas se rendre au gala seule. L’inverse était suspicieux aussi, quoi qu’il fallait bien faire quelque chose du pauvre bougre… Il leva enfin le nez sur l’étrange compagnie de la Princesse – comment faisait-elle pour trouver des valets si vite ? – et le jaugea d’un rapide coup d’œil vertical, se demandant déjà s’il s’agissait d’une menace, ou non, de sa potentielle mutation… Puis son regard se posa sur Ralp qui ne bronchait pas.

Jugeant l’instinct du canin fiable, il enchaîna :

« À moins que ton ami puisse l’emmener à l’hôpital ? Oui, ça serait parfait. »

Si la situation n’avait pas été aussi grave, probablement aurait-il lancé sa réplique à la cantonade. Déjà, il se redressait, comme si la situation était résolue, épousseta sa veste de costume pour s’assurer qu’il n’y avait aucune tâche dessus.

Oh bien sûr, le valet numéro deux – eh, il demeurait numéro un au classement ! – pouvait être mutant, pouvait fuir les autorités… Le Néo Serum pourrait leur indiquer. Néanmoins, il pouvait toujours appeler les secours, puis s’éclipser dès leur arrivée. Les Peacekeepers étaient trop peu nombreux pour dépêcher des équipes complètes et ils privilégieront la survie d’un blessé à la poursuite d’un fuyard.


I’m Alive « I'm alive, well you're dead inside, I'm a slap in the face to your lullaby, Got you all tongue tied 'Cause you're living a lie, my friend… » I’m Alive - Shinedown .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Meeting in the dust | Lun 27 Avr - 16:24

Le chien grondait, planté à la droite d’Aria, prêt à bondir dès que la princesse l’y autoriserait et, honnêtement… elle y songeait… Une petite empreinte de croc dans le joli mollet de son traitre d’équipier lui apprendrait peut-être les bonnes manières…
Joshua balaya la situation d’une attitude qu’Aria interpréta, avec un peu de mauvaise volonté peut-être, comme un insupportable « je-sais-tout », posant un cadavre au sol, juste devant elle. Elle avait déjà baissé son arme, mais son visage restait figé dans une expression… dangereusement inexpressive… Elle haussa un sourcil dédaigneusement intéressé par la potentielle palpitante histoire de l’abandon de sa majestueuse personne par Joshua et titilla du bout du pied le corps flasque devant elle… Ca avait l’air à peu près vivant, tout compte fait… Au moins, son coéquipier ne disparaissait-il pas pour assassiner d’illustres inconnus pendant qu’elle devait crapahuter douloureusement dans la Seamy…

Le Peacekeeper, débarrassé de son fardeau, analysa un peu mieux l’apparente situation, sous l’œil glacial d’une Aria qui ne décochait pas un mot, toujours indécise quand au sort qu’elle réservait au malotru. Il proposait toujours d’aller à la soirée, et en dépit de sa furieuse envie de lui balancer sa main en travers de la figure, et de faire dignement demi-tour pour rentrer chez elle par ses propres moyens… elle se devait de prendre un peu de recul : cette soirée pouvait être vraiment très instructive, agir impulsivement n’était peut-être pas prudent… Bloquée entre sa nature profonde qui la poussait à planter là Joshua avec tout le mépris dont elle était capable, et son côté froidement calculateur qui voyait d’abord ses intérêts, elle laissa Joshua et le petit aventurier aux biscuits discuter de ce qu’il faudrait faire du mort. Du blessé.
Quelque part, dans la périphérie de l’arène où s’opposaient sa furieuse envie d’assassiner Joshua et celle d’en apprendre d’avantage au gala, une voix maigrelette tentait de faire valoir un autre point de vue : peut-être son collègue avait-il réellement eu une urgence, de celle qu’on ne peut pas ignorer, et… mh… non cette réflexion n’avait aucun intérêt : elle n’offrait aucun exutoire son égo blessé. Elle lui permit de prendre sa décision, cependant : allons, elle ne le reconnaitrait pas avant d’avoir fait endurer quelque chose de très créatif et très désagréable à Joshua, mais il fallait avouer que ce n’était pas dans le genre du personnage de faire quoique ce soit, de façon délibérée et gratuite, qui pourrait réellement la blesser. Elle poussa un soupir, détendit ses épaules, fit fondre son masque boréal en une expression certes pleine de colère mais légèrement moins flippante, rangea son arme et, prenant appui sur son coéquipier, entreprit de remettre ses chaussures. Hélas.

- Parfait, dit-elle d’un ton royalement résigné, allons à ce gala, après tout.

Elle épousseta un peu sa tenue, redressa le menton, planta un regard plein de dédain dans les yeux de Joshua et, d’un ton légèrement répugné, comme adressant la parole à quelqu’un de particulièrement peu ragoûtant :

- Ce serait dommage que cette soirée soit une abyssale déception sur tous les plans, n’est-ce pas ?

Se tournant vers le peut-être-mutant, elle se composa un visage plus chaleureux :

- Tu ne fais bien sûr pas parti du lot, c’était une rencontre franchement inattendue, mais très sympa, merci de ne pas t’être comporté comme le dernier des crétins.

Avec un soupir et d’un ton tordu par le cynisme :

- L’actuel détenteur du titre est fermement campé sur ses positions, faut-il dire.

Elle lui fit un beau sourire et choisit sa phrase d’adieu :

- Merci de t’occuper de…

Elle fit un geste vague vers le cadav…corps, et à l’instar de son collègue, avec qui elle avait bien plus en commun qu’elle n’aurait voulut l’admettre, considéra la situation comme réglée :

- … de ça… C’est très gentil. Je crois que nous t’en devons une, et si tu as besoin d’aide, n’hésite pas à venir nous trouver à la Station Police.

Elle appuya ses dires d’un regard malicieux, néanmoins plein de soleil :

- Si tu as besoin d’un Peacekeeper ou deux… Tu n’auras qu’à demander Aria Blake ou Joshua Stone.

Il était parfaitement clair, son vis-à-vis ne pouvait pas en douter, qu’elle le soupçonnait fortement d’être ce qu’elle était habilitée à traquer. Il était tout aussi clair qu’elle ne le menaçait pas le moins du monde, peut-être même lui proposait-elle réellement son aide, sous son air narquois.

Elle reprit une attitude de peste diplômée avec les félicitations à l’unanimité du jury et planta un nouveau pieu dans l’égo de son collègue :

- Méfie-toi de Joshua Stone, cependant, il n’est pas toujours aussi fiable qu’on le voudrait.

Elle savait que Joshua n’aimait pas qu’on remette en doute son professionnalisme, mais elle était rudement contrariée. Tant pis pour la fierté du Peacekeeper. Il devait savoir, néanmoins, que la petite princesse ne s’ennuierait pas à tailler minutieusement ses venimeuses aguilles si Joshua avait réellement perdu toute son estime et son amitié. Elle lui fit un affreux sourire rayonnant la vengeance de longue haleine qui ne faisait que débuter, et trahissant une évidente intention de connaître tous les tenants et aboutissants de la fascinante raison qui avait bien pu pousser Joshua à la laisser tomber aussi peu galamment.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Meeting in the dust |

Revenir en haut Aller en bas

Meeting in the dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Seamy Area :: Deserted Districts-
TopBottom
Ouvrir la Popote