AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Aaron Harper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 20:00




Aaron Harper


feat. Tyler Hoechlin


Identité


Âge: 32 ans

Occupation: Sous-lieutenant (faisant aussi office de négociateur et de tortionnaire, crise oblige…)

Contamination: Sain

Pouvoir éventuel: Pouvoir cité une réplique de film dans n’importe quelle situation ?

Personnalité: On peut différencier deux aspects dans le caractère d’Aaron : l’Aaron de tous les jours et celui du boulot.


Quand il n’est pas en mission, Aaron est assimilable à un sale mioche imbu de sa personne. Cherchant à être supérieur dans tous les domaines par rapports aux autres, il méprise la plupart des personnes qui ont le malheur de le côtoyer n’hésitant pas à les rabaisser à la moindre occasion. De ce fait, il rejette toute forme d’autorité, surtout si celle-ci émane d’un de « ses dégonflés de bureaucrate » comme il se plait à dire. A contrario, il éprouve un profond respect et une confiance aveugle aux peu de personnes qui ont réussi à trouver grâce à ses yeux. Bien sûr le lieutenant Drake Carter en fait partie, Eryn Blake aussi, enfin avant qu’elle soit devenue une de ses choses. Un fait amusant est que presque la totalité de ces personnes sont des personnages de fiction, la plupart du temps tiré de ses films préférés.

Ce qui nous fait passer à un deuxième pan de sa personnalité, Aaron est un cinéphile depuis sa plus tendre enfance. Incollable dans tous les genres, des classiques aux plus récents, il adore tellement ça qu’il est capable d’en parler à n’importe quel moment avec n’importe qui. Par exemple, les rares fois où il prend la peine de discuter avec ses collègues, la conversation tourne autour du septième art. De cette passion, il tire une capacité aussi inutile qu’énervante de pouvoir trouver une citation de film s’accordant parfaitement à la situation. Un petit conseil, évité de critiquer ses œuvres favorites sous peine de diverses ecchymoses et contusions.

Oui, Aaron a le sang chaud voir bouillonnant et le qualifier de colérique serait un euphémisme. Un rien suffit à le mettre hors de lui et à la fâcheuse tendance de démolir son environnement pour se calmer. Inutile de préciser qu’il vaut mieux l’éviter quand il est dans cet état. Des rumeurs racontent que derrière ces crises se cache un exutoire à sa nature ultra violente et que c’est pour se canaliser qu’il est rentré dans l’armée.

Dès qu’il est envoyé sur le terrain, Aaron devient plus docile et surtout plus professionnel. Sachant que tout écart de conduite peut lui couter la vie, il arrive à mettre son tempérament de côté. Acceptant de se plier aux ordres et étant plus cordiale (pas trop quand même) envers ses compagnons d’arme. Devenant ainsi un parfait petit soldat suivant les ordres à la lettre, dont la réussite de la mission est l’objectif premier. De ce fait, il est apprécié par ses supérieurs pour sa grande efficacité bien que ses méthodes soient discutables et qu’il ne puisse s’empêcher de faire des références cinématographiques douteuses lors des manœuvres.

En effet, lorsqu’il est au commandement, Aaron est à la fois respecté et craint par ses hommes qu’il dirige d’une main de fer. N’étant pas du genre à faire dans la dentelle, il est adepte du « on tire puis, on pose les questions ». Selon lui, seul les résultats comptent peu importe les dommages collatéraux entrainés. Et pour cela, il utilise parfois des pratiques extrêmes et radicales, tels que la torture ou la prise d’otage, pour parvenir à ses fins.

En réalité, Aaron voit en l’armée, un terrain idéal pour se défouler et faire ressurgir sa nature destructrice. La montée d’adrénaline due aux combats est devenue l’équivalent d’une drogue pour lui. Les proies trop dociles ne l’intéressent pas, il a besoin qu’elles luttent pour leurs vies, qu’elles se débattent ou qu’elles le supplient de les épargner. C’est pour répondre à cette addiction qu’il rentra après quelques années de services dans les forces spéciales.

Pour résumé en quelque mot, on peut dire qu’Aaron est un cinéphile immature et égocentrique doublé d’un psychopathe refoulé.

Physique: Mesurant un peu moins d’un mètre quatre-vingt-dix et doté d’un corps musclé, bien entretenu et entrainé. Aaron est assez fier de l’allure que lui donne son physique. Jouant sur son côté « bad boy » avec ses cheveux noirs ébènes auxquels on ajoute son regard profond qui ne laisse rien transparaitre. Le plus souvent, il se laisse pousser une barbe de deux ou trois jours afin de se donner un côté ténébreux.

Aucun tatouage, ni piercing mais une flopée de cicatrice causée par toute sorte d’évènement allant du simple combat de bar à l’assaut d’un groupe terroriste. Il adore les regarder comme certains le feraient avec un album photo, car tout ça lui rappelle de bon souvenir. Quand l’ennui le guette, il lui arrive fréquemment d’écrire sur ses bras des punchlines l’ayant marqué étant gamin. Pour cette simple raison, il privilégie les vêtements à manches courtes.

Son code vestimentaire reste très simple, un T-shirt blanc et un jean délavé parfois accompagné d’une veste en cuir noir. Il n’est pas non plus rare de le voir porter des lunettes de soleil quand le temps s’y prête. Depuis l’accident quelques accessoires sont venus enrichir sa tenue. Tout d’abord, un desert eagle qui ne quitte plus le côté gauche de sa ceinture, oui, car Aaron est gaucher. Ensuite un vieux sac de sport, qu’il porte en bandoulière, contenant différents outils, tels qu’une lame crantée, un talkie-walkie et des lumières chimiques. Son dog tag ? Il doit être dans la terre, recouvert de boue, il avait jeté ce truc dès qu’ils avaient réalisés que leurs supérieurs les avaient abandonnés.

Bien que son style et son physique ont un effet plus ou moins ravageur chez la gente féminine. Attirer les femmes n’est pas son objectif, quoique que cela ait des avantages, il essaye juste de ressemble le plus possible à ces héros préférés.


Opinions


Impact de la situation: Dès qu’on les avait envoyés sur place, il sentait que quelque chose allait merdé. Alors, quand le gouvernement les lâchèrent, il ne fut pas trop surpris. Tandis que ses coéquipiers se morfondaient sur leurs sorts, il sentait l’excitation monter en lui. Lorsque Drake leurs exposa son plan et créa les hunters. Il n’hésita pas à les rejoindre, d’abord car il a foi en son supérieur mais aussi car son programme d’extermination des mutants semblait distrayant.

Aaron s’est plus que bien adapté à la situation, pour lui San Francisco est devenu un immense terrain de jeu où il prend plaisir à traquer, torturé et tué les mutants. Déjà que tué un être humain ne l’embêtait pas plus que ça, abattre une de ces choses n’était guère plus gênant que d’écraser un insecte. Pour lui, un mutant n’est plus un homme c’est une bête enragé qu’il faut éliminer et il ne devrait pas avoir d’exception. Il est donc récalcitrant par rapport aux décisions du lieutenant sur le fait d’accepter les mutants au sein de leurs groupes, mais il lui fait tout de même confiance. Ce qui ne l’empêche pas de les surveiller de près et d’exécuter ceux qui ont l’air suspect.

Cependant, il reste un évènement qui a choqué Aaron. La désertion d’Eryn Blake et le fait qu’elle soit devenue une mutante. Dire qu’il avait trouvé digne de lui un de ces monstres, le dégoûtait. Si encore, elle s’était livrée, on l’aurait surement abattue en dernière avec tous les honneurs qu’elle méritait. Mais le vrai problème n’était pas le cas Eryn Blake, mais le raisonnement qui en découlait : tout le monde peut muter. Il existe une phrase pouvant résumer ses pensées à cet instant : « Soit on meurt en héros, soit on vit assez longtemps pour se voir endosser la peau du méchant » enfin plutôt du mutant dans ce cas.


Soi réel



Pseudonyme: je réponds à Aqua ou Asaki

Comment avez-vous connu ce forum: Google + top forum

Autre chose ?: Défi : réussir à citer ou faire référence à un film dans tous mes postes. \o/


Shut Down soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 20:02


Histoire



~Metro~



Si vous demandez à Aaron son histoire, il vous tiendra à peu près ce discours. Ses parents étaient de riches industriels qui moururent dans un accident de voiture, lorsqu’il avait un an. On le confia à son oncle et sa tante qui le traitèrent comme un raté, l’obligeant à faire toutes les corvées et le faisant dormir dans un cagibi situé sous un escalier. Mais à son onzième anniversaire, un homme vint leur rendre visite, lui apprenant que la mort de ses parents n’étaient pas accidentelle mais qu’il s’agissait en réalité d’un assassinat. Meurtris par cette nouvelle, il décida de se venger et commença un entrainement intensif dans tous les domaines, physiques et intellectuels. Devenant ainsi un justicier de l’ombre combattant les criminels qui gangrenaient sa cité. Quand sa mission fut achevé, il délaissa son costume de héros du peuple pour rentrer dans l’armée afin d’aider le maximum de personnes.

Croyez-le ou non, mais cette version n’est qu’un tissu de mensonge inventé par Aaron. Elle est même assez éloignée de la réalité. Pourquoi mentir ? Peut-être car sa vie n’était pas assez spectaculaire ou bien qu’il n’a simplement aucune envie de se souvenir. Enfin si vous êtes vraiment intéressé par son passé le voici.


~1~



Les premières années de la vie d’Aaron ne sont pas les plus intéressantes. Il est né dans une bourgade du Mississippi. Fils d’agriculteur, il était le cadet d’une famille de cinq garçons. Bien que ne roulant pas sur l’or, lui et ses frères ne manquèrent de rien, que ce soit sur le plan physique ou affectif. Pour résumé, ils formaient une belle petite famille heureuse comme de milliers d’autres.

Ses parents prirent vite conscience que leur petit dernier n’était pas vraiment comme les autres. Contrairement à ses frères qui aimaient tant jouer dans les prés, il se contentait de rester assis dans son coin comme si tout cela l’ennuyait. A vrai dire, se courir les uns après les autres, ne l’intéressait pas particulièrement. Le plus souvent, il regardait une fourmilière, observant le flux continuel de fourmis aller et venir. Ces petites bêtes l’intriguaient grandement, c’était des êtres vivants tout comme lui et sa famille, certes en plus minuscules, et pourtant il était si facile de les tuer. Les voir fuir après qu’il en ait écrasé une, l’amusait au plus haut point. Si sa mère semblait horrifier en voyant le moyen de divertissement de son fils. Au contraire, son père ne semblait pas s’inquiéter plus que ça. Il savait que les enfants, de par leurs innocences, pouvaient se comporter comme des créatures cruelles dépourvues de tous remords.

Le premier gros incident, qui leurs mit la puce à l’oreille, se passa vers ses six ans durant sa première année au primaire. Son institutrice leurs avait déjà fait remarquer qu’Aaron ne l’écoutait pas et embêtait ses camarades. Rien de vraiment spéciale, leurs fils était juste la brute de l’école et ils pouvaient gérer ça. Mais quand, en cours d’arts, il commença à dessiner des cadavres ce fut la panique. Ils furent convoqués chez le principal, on leurs conseilla d’aller voir un psychologue, mais son père refusa catégoriquement. Une fois rentrée chez eux, sa mère s’écroula en sanglot pendant que son père lui expliquait que ce qu’il avait fait n’était pas bien, qu’on risquait de l’emmener dans un hôpital spécial. Il n’aimait pas voir sa mère pleurer et il ne voulait pas partir. Depuis ce jour, dès qu’il devait faire un dessin, il faisait un arc-en-ciel, on ne les convoquait pas pour des arc-en-ciel.

Il n’eut pas d’autres problèmes pendant presque cinq ans. Quoiqu’il avait gagné la réputation d’enfant difficile à force de se bagarrer avec les autres garçons du village. Si sa mère semblait avoir oublié l’évènement passé, celui-ci hantait l’esprit de son père. Son fils n’était pas méchant, il avait juste cette… maladie. Pour l’instant, il arrivait à le contenir, mais ce n’était qu’une solution temporaire et il le savait. Un jour arrivera, où il ne pourra plus retenir ses pulsions et ce jours-là, il commettra l’irréparable. Comment l’aider à se décharger de cette violence ? Il n’en dormait plus, cherchant en vain une solution. C’est lors d’une de ces nuits d’insomnie qu’il la trouva, accroché au mur du salon, un fusil de chasse. Si Aaron devait exprimer toute sa violence mieux valait que ça soit sur des animaux. C’était décidé, dès demain, il l’emmènerait chasser.

Pour ses seize ans, ces frères lui offrirent un superbe couteau à dépecer. Depuis quelques temps tous ses cadeaux d’anniversaire se rapportaient à la chasse, à quatorze ans, il avait reçu son permis de port d’arme, l’année suivante, ce fut un fusil. Si sa famille semblait heureuse de voir Aaron enfin s’investir pleinement dans une activité, son père s’en inquiétait de plus en plus. Ils avaient commencé par de petits rongeurs ce qui eut le mérite de le calmer un certain temps. Mais son intérêt pour la chose n’avait fait que grandir, l’obligeant à traquer des proies de plus en plus grosses afin de satisfaire l’appétit croissant de son enfant. L’avoir initié à cela avait été une terrible erreur. Une fois qu’il a goûté au sang, un loup ne peut plus redevenir un simple chien.


~2~



La pièce était plongée dans l’obscurité, seul un mince filet de lumière arrivait à percer à travers le rideau mité qui faisait office de rempart entre l’astre flamboyant et son lit douillet. Aaron entrouvrit lentement les yeux, il arrivait à peine à distinguer la silhouette des meubles de sa chambre. Dès qu’il fut habitué à la pénombre, il se traina dans la cuisine à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. Son choix se posa sur un vieux paquet de chips oublié au fond d’un placard quasiment vide. Depuis combien de jours n’était-il pas sortit ? Un mois, peut-être deux, voire plus. Il avait perdu toute notion du temps depuis un moment. Une fois le sachet terminé, il le jeta dans un coin puis retourna sous la couette. Son quotidien se résumait à ça, manger et dormir comme s’il n’avait plus gout à la vie. Comment en était-il arrivé là ?

Il était parti du domicile familiale pour aller étudier sur la côte Est. Partir était un bien grand mot, son père lui avait un peu forcé la main dès qu’il avait atteint la majorité. Il ne lui en voulait pas, son fils s’était transformé en bombe à retardement, il était normal qu’on l’éloigne afin de protéger le reste de sa famille. Il lui fallut moins d’un mois pour être viré de son université pour coup et blessures sur d’autres étudiants. Sanction qui l’arrangea plus qu’autre chose, de toute façon il n’avait jamais aimé étudier et plus rien ne pouvait l’entraver. Il avait déjà tout prévu, il irait en Alaska afin de s’isoler le plus possible de la civilisation, vivant de la chasse et de la cueillette et finirait sa vie sur la banquette du bus abandonné qui lui aura servi de refuge.

Enfin tout cela n’était qu’utopie pour une personne comme Aaron et il s’en rendit vite compte. Il l’avait traqué sur des kilomètres pendant une bonne dizaine d’heures. La bête était à ses pieds haletant, il lui avait perforé un poumon ce n’était qu’une question de temps. Il dégaina doucement son couteau qu’il plaça au niveau du cœur de l’animal. Il l’enfonça doucement sous la peau, se concentrant sur le rythme cardiaque de sa proie, un ultime battement puis le silence. Il l’avait tué alors pourquoi sa main tremblait encore ? Il réalisa que trop bien ce que cela signifiait. Les animaux ne lui suffisaient plus, il lui fallait autre chose. La réalité le terrifia, il voulait faire de mal à personne, mais ses pulsions le pousseraient inéluctablement à commettre l’irréparable. C’est ainsi qu’il commença sa vie d’enfermement, tel un ermite voulant éviter les gens afin de ne pas être tenté.

Au final, l’isolement n’avait rien arrangé bien au contraire sa frustration n’avait fait qu’empirer. Et un soir, ce qui devait arriver, arriva. Il était descendu dans la rue à la recherche de sa première victime. Son regard scrutait la foule, pour commencer, il lui fallait une cible isolée qui ne serait pas trop dur à maitriser. Il jeta son dévolu sur une jeune femme qu’il fila prudemment en attendant le moment propice. Elle bifurqua dans une ruelle, Aaron posa la main sur le manche de sa lame, son cœur battait la chamade tellement il était excité. Il tourna à son tour, dans le passage, mais plus rien. Il ne l’avait quand même pas perdu ? Non, impossible qu’elle est été aussi rapide… Il regarda autour de lui à la recherche d’un bâtiment susceptible d’abriter sa proie. Le seul endroit plausible était un vieux cinéma, il se décida donc à entrer.

Elle était là, assise dans la salle de projection. Il s’installa deux rangées derrière elle, essayant de se calmer, il devait juste patienter jusqu’à la fin du film. Il jeta un coup d’œil sur le billet qu’il avait acheté, il était écrit « fight club ». Il réalisa qu’il n’avait jamais vu de film auparavant, certes il avait déjà regardé la télé avec sa famille, mais ils ne visionnaient que ces téléréalités stupides. Lorsque les lumières s’éteignirent, Aaron vécu les deux heures et quinze minutes, les plus intenses de sa vie. Le film était fini depuis une dizaine de minutes, la fille devait déjà être loin et pourtant il était encore enfoncé dans son fauteuil à contempler l’écran vide. Ses pulsions avaient complètement disparu au profit d’une envie de rattraper son retard cinématographique.

Pendant presque deux ans, il avait écumé les vidéo clubs et les cinémas afin d’améliorer sa culture sur le septième art. Il avait vu de tout, passant des navets au chefs-d’œuvre, s’extasiant sur le charisme de certains protagonistes et apprenant par cœur certaines répliques cultes. Bien qu’il adorait sa nouvelle passion, il sentait qu’elle perdait de son effet tranquillisant. Encore une fois, son instinct venait reprendre le dessus. Cependant, il avait appris une chose après avoir visionné tant de film, s’il existait un endroit qui pouvait répondre à ses attentes, c’était l’armée. Tel un loup apprivoisé afin de devenir un chien de chasse.


~3~



Sa famille avait dû faire une de ses têtes quand ils apprirent qu’il s’était engagé. Il fallait avouer qu’Aaron n’avait pas le profil du bon soldat, il n’était pas du genre à se soumettre à l’autorité et avait la fâcheuse habitude de se battre avec ceux dont la tête ne lui revenait pas. Le camp d’entrainement avait mis à rude épreuve sa patience, tout d’abord son instructeur était un gros con qui semblait pouvoir ouvrir la bouche seulement pour gueuler des ordres. Et ses coéquipiers étaient des incapables, des imbéciles et des pleurnichards enfin tout ce qu’il méprisait le plus. Si cela ne tenait qu’à lui, il aurait déjà plié bagage, mais en ayant vu « Full Metal Jacket », il savait que cette étape était nécessaire pour atteindre le champ de bataille.

Après une année de calvaire, on l’envoya directement sur le terrain. Leur mission était simple, il devait neutraliser un groupuscule de rebelle, il allait enfin avoir de l’action. Mais ce fut une désillusion, ils ne faisaient que patrouiller à la recherche de la base des rebelles. Heureusement, il y avait eu quelques affrontements qui l’amusèrent au plus haut point, pour dire il avait même tué son premier homme. Cela faisait des mois qu’ils quadrillaient la zone afin de trouver leur repère et il commençait à en avoir marre. Alors, lorsque son équipe captura un prisonnier, il décida de l’interroger personnellement avant de le ramener au campement. Bien sûr, il ne lui répondit pas, ce qui embêta un poil Aaron, car il n’avait pas prévu de stagner ici des années, il fallait utiliser une méthode plus radicale. Il n’avait jamais torturé quelqu’un auparavant, cependant une phrase trottait dans sa tête :« Tu lui coupe un doigt et tu dis qu’après tu coupes le reste, si il porte des petites culottes en dentelle, il te l’avouera ». Au bout du troisième, il déballa tout ce qu’il savait.

Et le voilà convoqué par les généraux, c’était surement à propos de ce qu’il avait fait au prisonnier pourtant ça leur avait permis d’en finir avec cette rébellion. Bon, il avait dû transgresser une bonne dizaine de loi, il serait normal qu’on le radie. Mais c’est le contraire qui se passa, on le félicita pour ses résultats et on le fit monter en grade. L’affaire allait être enterrée. Il tira une conclusion de cette histoire, ce sont les gagnants qui définissent les crimes de guerres. Leurs objectifs atteints, ils furent rapatrié chez eux, en attente d’un nouvel ordre de mission. Aaron, trouvant le quotidien de soldat pas assez excitant, demanda son transfert dans les forces spéciales. C’est ainsi qu’il rejoint l’équipe du lieutenant Drake Carter avec lequel il accomplira pas mal de missions.

Cette fois-ci, on les envoyait pour gérer une explosion en plein milieu de San Francisco et leurs supérieurs croyaient à une menace terroriste. Il observait, du haut de l’hélicoptère, le pylône de fumée orange qui s’élevait dans le ciel. Il avait vu assez de film pour savoir que dans ce genre de situation, il y avait toujours un truc qui merdait.


~ Attaque ~



Aaron courait comme un dératé dans les ruines d’un ancien immeuble situé près de l’explosion. Il avait aperçu sa proie pendant une patrouille nocturne et s’était approché discrètement de sa cible. Il aurait pu lui tirer dans le dos, qu’il soit mort avant même d’avoir réalisé sa présence, mais ça n’aurait pas été amusant. Il préféra se dévoiler au jeune homme qui, dès qu’il le vit, pris ses jambes à son cou. Maintenant, il le pourchassait et c’est qu’il était rapide le bougre, enfin ça rendait la chasse que plus intéressant. Il entendit un bruit sourd suivi d’un hurlement ce qui le poussa à ralentir la cadence. Il dégaina son arme, il était toujours possible que ce soit un piège. A sa grande déception, il s’arrêta au niveau d’un énorme gouffre où reposait au fond sa victime en pleure. Il souffla dépité, c’était pas drôle quand il se faisait mal tout seul. Il descendit prudemment pour le rejoindre, c’était qu’un gamin, il devait pas avoir plus de dix-huit ans et il le suppliait de l’épargner, promettant qu’il était sain, qu’il n’avait pas de mutation. Qu’est-ce qu’il en avait marre de ces pleurnichards… Il pointa son arme sur lui.

« Ecoute, j’en ai rien à foutre de tes arguments. Que tu sois un mutant ou pas, n’a en fait aucune importance puisque je vais tout de même te tuer. C’est pas contre toi petit, mais j’ai un problème, j’en ai besoin. Pourtant, crois-moi, je suis pas un garçon méchant... j’ai seulement le côté obscur un peu plus prononcé. »

Un coup de feu retenti dans la nuit.



Dernière édition par Aaron Harper le Lun 1 Avr - 19:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Law Abiding Citizen

Féminin

MESSAGES : 704
HUMEUR : Secrète
FEAT : Rose Leslie

Points : 468

Voir le profil de l'utilisateur http://reve-inverness.forumactif.com/

Want More ?


Killy Novak
Law Abiding Citizen
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 20:52

Bienvenue o/

Personnage intéressant What a Face Si tu as la moindre question, n'hésite pas ;)


« Catch me if you can »
::
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 21:54

Bienvenuuuue :D
J'adore ton défi, c'est juste trop cool, je vais m'amuser à lire tes posts et guetter les références (a)


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 22:21

Bienvenue =) !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chief Executive Officer

Masculin

MESSAGES : 716
HUMEUR : Excentrique.
FEAT : Robert Downey Jr

Points : 512

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jeffrey J. Gallagher
Chief Executive Officer
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Jeu 21 Mar - 23:03

Je. suis. trop. fan.
Bienvenue parmi nous What a Face
Je rejoins l'avis de Charlotte, j'adore ton défi !



Keep calm and admire Gallagher's style.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Sam 23 Mar - 12:22

Bienvenu :)

Et la même pour ton défi, c'est juste trop bon ;)
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Lun 1 Avr - 19:20

Bon, bah voilà juste pour dire que j'ai finit ma présentation ^^. Et n'hésitez pas à me dire si il y a des incohérences ou autre. Aussi désolé si l'histoire parait saccadé et qui part un peu dans tout les sens, j'ai eu des semaines plus chargé que prévu Sleep et j'ai du l'écrire petit à petit x).

Sinon ravi que mon défi vous plaise, j'ai déjà fait référence à quelques films dans ma prez' donc essayer de les trouver ^.^
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Lun 1 Avr - 19:28

1) J'A.D.O.R.E ton avatar Love
2) Bienvenuuuuuuuuuuuuue ! o.o
3) Personnage trop intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mutation Sensor

Féminin

MESSAGES : 1838
HUMEUR : Égarée.
FEAT : Jaimie Alexander

Points : 2897

Voir le profil de l'utilisateur http://moodypoison.blogspot.fr/

Want More ?


Eryn Blake
Mutation Sensor
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Lun 1 Avr - 21:37

Ta fiche est validée !

Te voilà paré à affronter l'univers de Shut Down !

Outre la référence à Harry Potter dans le mensonge d'histoire qu'Aaron sert à tout le monde et le magique et génialissime Fight Club dans ton histoire, j'adore le petit défi que tu t'es lancé ! Histoire sans incohérence, personnage intéressant, on te reprochera donc quelques fautes d'accord (surtout masculin/féminin) et quelques confisions entre infinitifs du premier groupe et participes passés. Rien d'insurmontable, donc !
Sous peu, nous allons t'ajouter ta couleur et recenser ton avatar !

Pense bien à :
♦ Remplir ta fiche de profil en fonction de ton personnage (la partie contact aussi !)
♦ Générer ta fiche de roleplay (toujours dans le profil ^_^)
♦ Créer ta fiche de suivi dans la Treasure Box
♦ Faire ta demande de rang !

Et en plus...
Les Caprices de l'Agent Mutagène te permettront de bénéficier d'un quatrième RP, où les mises en situation seront imposées par le Maître du Jeu. Idéal pour les surprises, l'action ou encore la bonne intégration à l'intrigue actuelle du forum !
♦ Et quand tu as tout bon... Les demandes de RP n'attendent que toi ! ♥

Si tu as des questions ou des suggestions supplémentaires, tu peux te rendre dès maintenant dans la catégorie Ask & Tell, ou encore mpotter les membres du staff !

Bon jeu parmi nous ! ♪


Dread the Truth
Take the pictures off the wall, Erase the thoughts, forget them all. The choice is yours  to save yourself, Or in the hands of someone else ? » Skumfuck – Sum41 .unbreakable
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chief Executive Officer

Masculin

MESSAGES : 716
HUMEUR : Excentrique.
FEAT : Robert Downey Jr

Points : 512

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jeffrey J. Gallagher
Chief Executive Officer
Message Sujet: Re: Aaron Harper | Lun 1 Avr - 22:37

J'adore ton histoire o.o



Keep calm and admire Gallagher's style.

Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Aaron Harper |

Revenir en haut Aller en bas

Aaron Harper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Backstage :: Cimetière des présentations-
TopBottom
Ouvrir la Popote