AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Who had some questionning to do? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Narrator

MESSAGES : 178
HUMEUR : Contagieuse
FEAT : © holidaycase sur Tumblr

Points : 482

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Agent Mutagène
Narrator
Message Sujet: Who had some questionning to do? [Terminé] | Dim 3 Fév - 15:52

Interrogatoire
Les rôles seraient-ils inversés ?

Charlotte Hawkins désespère face à l'impossibilité de la mission que lui a confié Gallagher dans un ultimatum plutôt cruel : retrouver Eryn Blake pour se racheter. Et alors qu'elle se morfond, son bien heureux patron débarque, déclare qu'il a un plan et qu'elle serait la personne idéale... Il la saisit par le coude, l'embarque dans sa voiture et la dépose chez... les Peacekeepers?

Sean n'en revient pas, en voyant Charlotte escortée de son patron pénétrer dans la station... "Je dois vérifier tous mes comptes, déclare Gallagher. Il y a eu fraude quelque part... Pourriez-vous faire interroger ma secrétaire pour écarter les soupçons malvenus ? Par votre fliquette la plus agressive... Blake ? Oui, Blake sera parfaite. Je repasse dans quelques heures."

C'est médusé que l'adjoint au shérif fait pénétrer dans la pièce une Charlotte morose et une Aria incrédule...
Et bien, mes douces... Une mission de taille ?

♦ C'est Charlotte puis Aria !
♦ Le maximum de mots est de 800 ! (Défi plus adressé à Charlie, à vrai dire.)
♦ Charlotte doit trouver le moyen de se renseigner sur Eryn. Oh oh !
♦ Aria doit vraiment interroger cette pauvre Charlotte sur cette histoire saugrenue de fraude...
♦ Une question, un doute ? N'hésitez pas à poster à la suite du sujet "Les Caprices de l'Agent Mutagène pour nous en faire part. (Mieux que le MP, car votre partenaire de RP sera ainsi au courant !)

On vous souhaite un bon jeu... Uhuhuhuh...


Dernière édition par Agent Mutagène le Mar 2 Juil - 21:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Dim 3 Fév - 18:34

Charlotte poussa un énième soupir devant l’écran de son ordinateur. Depuis quelques temps, elle n’arrivait plus vraiment à travailler comme avant, avant son escapade au Black Market. Jamais elle n’aurait pensé que savoir qu’elle n’était pas mutante et qu’elle ne le serait jamais ne soit pas un réel soulagement. Ce fut le cas le temps d’une semaine néanmoins, jusqu’à ce qu’elle avoue à son patron qu’elle s’était servie de dossiers de l’entreprise pour retrouver une mutante activement recherchée. Son patron portait, en effet, un intérêt tout particulier à Eryn Blake à cause de son pouvoir. Beaucoup de Peacekeepers la traquaient mais personne auparavant n’avait réussi à mettre la main sur elle et avoir une vraie conversation avec elle. Gallagher avait mal pris le fait que Charlotte n’ait rien fait pour l’emmener avec elle à la Neo Corp. : pour l’avoir vu suffisamment longtemps, elle avait compris que coopérer ne ferait certainement pas parti des plans de la jeune femme. Autant dire tout de suite que la nouvelle mission de Charlotte était vouée à l’échec, du moins, c’était son avis.

Tous les matins, en se levant, elle préparait une excuse à son patron. Tous les matins, en arrivant dans les locaux de la Neo Corp., elle était sûre de voir débarquer son patron et elle était sûre qu’il lui demanderait si sa mission avançait. Sauf que pour le moment, sa mission était toujours au point mort. Aussi, quand elle vit débarquer Gallagher ce matin là, son attitude l’a surpris. Mais elle finit vite par avoir peur lorsqu’il lui dit qu’il avait un plan et qu’elle était la personne idéale. Charlotte sut tout de suite où il voulait en venir : il avait un plan pour sa mission. Il lui avait dit qu’il l’aiderait en cas de besoin – acte terriblement généreux de sa part. Et voilà maintenant qu’il l’entraînait à l’extérieur : Charlotte eut à peine le temps de se préparer, Gallagher était visiblement pressé. Elle essaya de le questionner un peu mais il garda le mystère : il lui dit seulement qu’il l’emmenait au poste de police. Charlotte ouvrit la bouche pour demander pourquoi mais elle se ravisa aussitôt : elle savait plus ou moins pourquoi. Elle avait épluché le dossier Blake une bonne centaine de fois, elle savait qu’Eryn avait une sœur chez les Peacekeepers. Atout considérable, certes, mais elle doutait cependant que l’ex militaire ait pu s’approcher de sa sœur : c’était un risque trop grand selon Charlotte. Enfin, voilà maintenant qu’elle devait agir et cela ne lui plaisait pas. Qu’est ce qu’elle devait faire au juste ? Son patron ne lui répondit pas, elle le saurait donc en tant voulu.

Le trajet en voiture fut relativement court et Charlotte suivit docilement son patron, sans faire de vagues. A quoi ça servait de toute façon ? Elle essaya de ne pas se montrer surprise lorsque Gallagher fit son petit speech, ni de prêter trop d’attention à Sean : il fallait qu’elle se concentre, qu’elle guette chaque indice donné par son patron sur son plan. Elle adressa cependant un signe de tête à Sean assurant que tout allait bien : la situation était sous contrôle. Mais elle ne l’était évidemment pas : Charlotte eut dû mal à contenir son angoisse en entendant le nom de Blake. Pardon ? Elle allait donc se faire interroger – pour un fait imaginaire – et par la sœur d’une fugitive en plus ? Alors que Sean était parti pour quelques secondes, Charlotte adressa un regard perplexe à son patron, ne comprenant pas le but de la manœuvre. « Posez les bonnes questions. Ce sera un double interrogatoire. » lui murmura-t-il, fier de son idée, alors que Sean revenait pour l’escorter vers une autre pièce. Charlotte poussa un soupir résigné et la lumière se fit rapidement dans son esprit : voilà donc son fameux plan. Franchement douteux mais Charlotte n’avait pas le choix. Elle devrait poser elle aussi des questions et pas la peine de chercher sur qui ou sur quoi, elle avait parfaitement compris. Cela faisait parti de la généreuse aide apportée pour qu’elle mène à bien sa mission.

Charlotte s’assit sur la chaise indiquée par Sean, qu’elle remercia, et adressa un sourire poli à Aria, qui était déjà là. Il fallait qu’elle se montre digne de confiance non seulement pour le faux interrogatoire mais aussi dans l’optique qu’Aria réponde à ses questions sur sa soeur. Charlotte fronça légèrement les sourcils, faisant mine de réfléchir – c’est qu’elle devenait douée pour jouer un rôle.

« Blake … Votre nom me dit vaguement quelque chose. »

Pour commencer, c’était pas mal. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle connaissait sa sœur, de peur qu’elle se braque. Et puis, techniquement, ce n’était pas à elle de poser des questions. Elle devait donc mettre au point une tactique, et vite.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Dim 3 Fév - 21:28

C’était une blague particulièrement nulle et en tant que maîtresse du jeu désignée volontaire, Aria aurait beaucoup aimé en connaître la chute… Que s’était-il passé au juste… ? Une espèce de cinglé avait débarqué comme une tornade, suivit de près par une jolie blonde en tailleur, avait discuté quelques minutes avec Sean et… ? Sean venait la sommer de faire un interrogatoire ? Brèves explications sensées tout éclaircir : le cinglé, Jeffrey Gallagher –oups- voulait s’assurer de l’innocence de sa secrétaire sur un sujet qu’Aria ne maitrisait absolument pas. Génial. Une fraude à la Néo Corp., jamais la princesse n’avait ne serait-ce qu’effleuré n’importe quel dossier lié à l’entreprise. Elle était traqueuse ! Traqueuse ! Elle attrapait ce qu’on lui demandait d’attraper, c’est tout !

- Sean est-ce que tu te moques de moi ? Je ne sais même pas qui est cette fille, comment veux-tu que je…
- C’est pas à moi qu’il faut faire un interrogatoire, Aria, débrouille-toi comme tu veux mais fais-moi un bon boulot !
- Je peux au moins savoir son nom… ? pesta-t-elle avec humeur.
- Charlotte Hawkins, allez, tu n’as qu’à prendre la première salle !

Charlotte Hawkins.
Voilà qui changeait tout.

D’abord stupéfaite, Aria se remit rapidement en mémoire tout ce que sa sœur lui avait dit au sujet de cette Charlotte : elle était venue trouver Eryn pour savoir si elle était mutante, en savait suffisamment pour avoir lu un dossier, situation aisée… Secrétaire de Jeffrey Gallagher, effectivement ça mettait à l’aise, et ça donnait accès aux informations. Déjà une question résolue. Peut-être que cette Charlotte était effectivement à l’origine de la fraude décelée par le grand patron, si celle-ci concernait un piratage d’informations.

Aria partit investir la salle qu’on lui avait donnée et réfléchit à toute allure en attendant l’arrivée de son interrogée, posant les choses à plat : une femme venait se faire interroger pour fraude à la Néo Corp. où elle travaillait. Gallagher en personne l’amenait. Aria, sans rapport avec l’histoire, était désignée pour l’interrogatoire. Aria étrangement liée à Eryn Blake, mutante activement recherchée, sollicitée par la suspect quelques jours auparavant. Coïncidences ? Ben voyons.
Trop tard pour penser : Charlotte entra dans la pièce, suivie de Sean. Aria répondit à son sourire par un bref signe de tête, et fusilla le sheriff du regard…

Et elles ne furent plus que deux. Quelle attitude adopter ? Aria ne parvenait pas à se décider et restait totalement stoïque : bon flic ? mauvais flic ? elle ne connaissait rien de cette Charlotte Hawkins, comment savoir quel rôle endosser face à une totale inconnue pour lui soutirer des informations ?

- Blake… Votre nom me dit vaguement quelque chose.

Aria ne cilla pas. Manifestement, cette Charlotte voulait la jouer détendue. Aria planta ses yeux dorés dans ceux de sa proie du jour et la fixa un bref instant :

- Le votre ne me dit rien, répartit-elle froidement, j’ai pourtant une excellente mémoire.

Elle laissa passer un court silence, observant Charlotte, le visage terriblement neutre. Il était naturel que « Blake » lui chatouille la mémoire, cependant c'était là un fait qu'Aria n'était pas sensée connaitre. Charlotte devait savoir ce qu’elle faisait, si ses informations au sujet d’Eryn étaient la cause de la fraude, elle ne tendrait pas un tel bâton à Aria. Pire : si elle avait eut accès au dossier d’Eryn, elle devait savoir que cette dernière avait une jeune sœur et donc… s’amusait de la situation plutôt cocasse ? Quel sac de nœuds… Bien, autant entrer dans le jeu en attendant d’y voir un peu plus clair.

Aria fit mine d'avoir terminé l'examen de son accusée et feignit de se détendre, s'asseyant face à Charlotte, mains croisées sur la table et lui accordant même un petit sourire en coin :
- Je fréquentais beaucoup les soirées de la Bright, toutefois, quelqu’un a pu me mentionner un jour.
Puisqu’à l’évidence, Charlotte ne devait pas être étrangère au beau monde de la Bright…
- Parlez-moi un peu de votre travail, Charlotte. Puis-je vous appeler Charlotte ?

Mieux valait la jouer bon flic et tenter de savoir ce que signifiait cet interrogatoire à la crédibilité bancale…

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Lun 4 Fév - 20:05

Quel accueil. Charlotte sut dorénavant que faire parler Aria ne serait pas simple. Elle se retint de lui demander tout de suite si elle n’avait pas une sœur mutante, ce serait bien trop déplacé. Même sans sa mission, si elle avait rencontré Aria par hasard, elle ne lui aurait pas posé la question. La famille était un sujet trop douloureux en ce moment pour Charlotte, elle l’évitait donc fortement, de peur qu’on lui pose des questions à elle aussi. Or, sa famille, tous au Kansas, lui manquait énormément. Il fallait qu’elle trouve une autre approche et cela n’allait pas être des plus simple : ce n’était pas son boulot ça. Elle n’était pas censée établir des stratégies précises, elle s’occupait plutôt de superviser et de faire un rapport de ces stratégies à son patron. D’accord, elle s’y connaissait un peu, à force de lire les propositions des différents conseils, mais ce n’était pas ce à quoi elle était formée. Combien de temps aurait-elle devant elle ? Gallagher la tuerait certainement si elle ne récupérait aucune information. Mais face à quelqu’un comme Aria, elle savait qu’elle aurait beaucoup de mal à la faire parler.

Quoique. Après s’être montrée très froide, elle sembla se détendre et lui sourit. Peut-être que Charlotte n’avait pas opté pour une bonne approche : lui révéler sans détours que son nom lui disait quelque chose l’avait visiblement braqué. Enfin, son attitude était quelque peu déroutante. Charlotte décida d’observer d’abord : contrairement à Eryn, elle n’avait jamais lu de dossier sur Aria. Mis à part le fait qu’elle soit Peacekeeper et la petite sœur d’une fugitive, elle ne savait rien d’autre. Donc, il fallait qu’elle la cerne un minimum pour pouvoir lui soutirer les informations voulues. Seul bémol : Charlotte n’était pas une experte en manipulation, loin de là. Elle n’était pas fourbe, elle était droite, franche, elle n’aimait pas les moyens détournés. Elle devait prendre sur elle, c’était loin d’être gagné. Elle essayait de se dire que sortie de là, si elle arrivait à savoir ce que devenait Eryn, au moins ça, son patron serait fier d’elle et peut être que ce double interrogatoire suffirait à racheter sa « trahison ». Là-dessus, Charlotte n’avait que peu d’espoir : Gallagher voulait parler à Eryn, il lui avait dit de trouver un moyen pour l’approcher et la ramener à la Neo Corp. Tant qu’elle n’y parviendrait pas, il ne serait pas satisfait et continuerait à la harceler jour après jour : elle ne serait pas tranquille tant que le cas Eryn Blake ne serait pas classé, tout dépendait d’elle. Cet interrogatoire était donc capital, elle n’avait pas le droit à l’erreur. Elle devait peser chaque mot pour ne pas paraître suspecte : elle ne savait toujours pas si Aria avait des contacts réguliers avec sa sœur et si c’était le cas, elle doutait franchement qu’elle le lui avoue, à moins d’être complétement idiote. Aria avait beau être jeune, elle devait être lucide : si elle racontait à tout le monde qu’elle voyait régulièrement une fugitive, qu’elle l’aidait à survivre et à se cacher, elle ne ferait pas long feu chez les Peacekeepers. Charlotte eut la chance d’avoir un patron comme Gallagher, qui pensait d’abord à ses intérêts avant la loi, elle avait évité le licenciement de peu. Pour Aria, ce serait certainement différent, même si Charlotte trouvait ses raisons moralement légitimes.

Charlotte esquissa un sourire à son tour à la mention de soirées de la Bright. Oh elle en avait fréquenté, grâce à son patron, mais pas tellement au final : elle préférait de loin le confort de son appartement. C’était une fille de la campagne, après tout.

« Peut être. » répondit-elle simplement, en haussant les épaules.

Les choses sérieuses commencèrent ensuite. Du moins, le vrai interrogatoire sur une fraude imaginaire. Le fait qu’Aria l’appelle par son nom la dérangea un peu mais elle décida de ne pas la contrarier : tant qu’elle ne l’appelait pas Charlie, cela restait décent.

« Appelez-moi comme vous voulez. » commença-t-elle, avec un sourire avenant. « Pour répondre à votre question, je suis un peu multifonctions. J’assiste M. Gallagher, je lui transmets des rapports sur divers sujets, je trie ses papiers, j’ai accès à tout ce qui concerne de près ou de loin l’entreprise. »

Charlotte fit une pause, une idée lui vint alors. Une idée peut être vouée à l’échec, mais autant essayer quand même, elle n’avait pas trente-six mille idées dans tous les cas.

« Vous avez besoin de savoir à quoi j’ai accès en détails, je suppose ? »

Se montrer coopératif était déjà un premier objectif : elle devait s’innocenter d’un fait qui n’existait pas, après tout. Son but : essayer d’amener le sujet des dossiers des personnes recherchées. Et peut-être de faire le lien avec Eryn.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Jeu 7 Fév - 18:45

Aria faisait son possible pour se concentrer sur Charlotte et deviner ce que cachait cette affaire mais franchement, ça n’avait rien de simple. Mille et une choses tournaient dans sa jolie tête brune, comme par exemple : pourquoi ne lui avait-on pas dit l’objet de la fraude ? Donné ne serait-ce qu’un maigre dossier sur Hawkins ? Pourquoi était-elle chargée de l’interrogatoire, elle en particulier qui n’avait aucune compétence dans cette affaire ? Pourquoi Jeffrey Gallagher s’était-il pointé en personne à la station police ? Qui était cette fille, au final, pour se trouver au milieu de si étranges recoupements ? Comment prévenir Eryn au sujet de Charlotte sans éveiller de soupçons ? Et surtout, surtout : comment choisir parmi les millions de possibilités qui s’offraient à elle la façon la plus cruellement efficace de supprimer Sean ?

Quelque chose clochait indéniablement, Aria pouvait le sentir dans toutes les fibres de son corps. Rien n’était logique, planifié, justifiable. Une insidieuse paranoïa lui soufflait qu’elle était en mauvaise posture vis à vis de cette femme, qu’elle pourrait trahir Eryn sans même s’en rendre compte, et devant un membre de l’entreprise qui produisait de l’anti-mutant en sérum !
Maîtrisant chacun de ses muscles, retenant d’une main de fer la paranoïa qui menaçait de la rendre nerveuse de façon visible, Aria posa un regard calme sur sa suspect : juste une charmante blonde coopérative venue se faire innocenter pour une fraude, rien de pernicieux. Et pourtant. Il était absolument inconcevable que Charlotte Hawkins ne sache pas qui elle avait en face d’elle. Quelque soit la manière d’aborder la question, à plus de quatre-vingt pourcents, la secrétaire devait avoir conscience de se faire interroger par la cadette d’une mutante fugitive recherchée par la Néo Corp. qu’elle avait elle-même contactée plus tôt. Ca n’avait aucun sens. Aucun. A moins que Charlotte ne soit dans la rébellion et infiltrée dans l’entreprise. Mais Charlotte était saine. Une sympathisante alors ? Sinon pourquoi ne pas avoir vendue Eryn, puisqu’elle avait réussi à la trouver ? Ou peut-être que tout ceci faisait parti d’un plan, peut-être qu’Eryn était déjà alpaguée sans en avoir conscience ? Et que venait faire cet interrogatoire dans l’histoire ? Attendait-on d’Aria qu’elle soutire à Charlotte des informations sur sa propre sœur, sur le moyen qu’avait employé Charlotte pour la joindre ? On lui en aurait parlé au préalable ! Etait-elle elle-même visée ? Mais alors pourquoi se trouvait-elle à la place du flic ? Et pourquoi Gallagher, manifestement en personne, avait-il demandé cet entretien ? Ca, ça c’était très bizarre. Etait-il au courant de quelque chose, avait-il une idée particulière ? Ou plus candidement : tout simplement le compagnon d’Hawkins ? La déposait-il tout à fait innocemment à ses rendez-vous ? Même à un interrogatoire dont il était le commanditaire ? Ca semblait cocasse mais après tout, qui était Aria pour juger de l’étrangeté de certains couples…

La princesse s’accrocha à ce que disait Charlotte comme à une bouée de sauvetage pour ne pas sombrer dans son flot de questions inquiétantes et ne pas perdre sa contenance. Elle ne put s’empêcher toutefois de hausser un sourcil alors que la demoiselle mentionnait son assistance à M. Gallagher, en parfaite symbiose avec l’hypothèse d’Aria quant à une potentielle affinité entre eux… Essayant de faire passer ce petit dérapage pour de l’intérêt, elle esquissa un sourire encourageant et regretta de ne pas pouvoir faire semblant de prendre des notes – à la bousculer pour entrer dans la salle, elle n’avait même pas pu prendre de quoi écrire ! C’était n’importe quoi ! De quoi devait-elle avoir l’air, franchement ?
Elle s’adossa à sa chaise, croisant tranquillement les bras, gardant sur Charlotte deux yeux à l’affût. Après tout, elle n’avait qu’à faire au mieux ce qu’on lui avait demandé, s’inquiéter pour Eryn était sans aucun doute le meilleur moyen de faire un faux pas.

- En effet, répondit-elle, plus j’aurai de détails, plus il sera rapide de vous innocenter. Vous avez conscience, j’imagine, que ce dont on vous suspecte peut aller assez loin…

Y aller au culot, Aria ne pouvait pas tellement faire mieux, puisqu’elle n’avait aucune information en main. Elle prit une mine à la fois grave et attentive à ce que Charlotte avait à lui dire, restant pour l’heure dans son rôle de gentil flic compréhensif. Ce qui n’était pas évident : Hawkins en savait sans doute dix fois plus qu’elle sur l’affaire qu’elle était sensée maîtriser suffisamment pour manipuler l’entretien. C’était fichtrement ridicule ! Ne pas s’énerver… Rester de marbre… Ne pas se trahir… Se trahir. Pourquoi Aria avait-elle l’impression d’être celle qui avait quelque chose à cacher… ?

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Jeu 14 Fév - 21:34

Bien, Aria allait dans son sens : elle voulait plus de détails. Elle lui rappela également la raison première de cet interrogatoire, la soi-disant fraude. Charlotte l’avait mis de côté, se focalisant uniquement sur son propre objectif, donné par son patron. Elle se savait innocente de toute façon et elle ignorait même l’existence d’une fraude. Pour elle, cela restait un prétexte trouvé par son patron pour l’emmener voir Aria Blake, elle en était même persuadée en fait. Du coup, même si elle se montrait coopérative, elle ne se sentait absolument pas concernée et cela se voyait sûrement dans son attitude. Aussi, elle essaya de se rattraper dans un premier temps.

« J’ai parfaitement conscience que ce dont on m’accuse est grave. Mais je peux vous assurer que je suis complètement innocente, je n’ai rien à voir dans cette affaire. Désolée de vous faire perdre votre temps, mais c’est un passage obligé j’imagine. »

Charlotte ne se souvenait pas d’avoir atterri au poste de police pour fraude en vérité, ce n’était pas forcément un passage obligatoire pour elle. Déjà, parce qu’elle faisait toujours tout parfaitement, dans les règles, sans jamais sortir du droit chemin. Elle était bien trop honnête pour s’abaisser à de telles pratiques, son patron devait le savoir. Elle ne lui mentait jamais, elle avait même été incapable de lui cacher sa rencontre avec Eryn, pour dire. Donc le fait qu’elle se trouve en plein interrogatoire en ce moment même était étonnant : la tête de Sean en la voyant ici le prouvait. Il la connaissait suffisamment pour savoir qu’elle ne ferait jamais rien contre son patron, de peur de perdre son travail qu’elle chérissait tant. Charlotte n’était donc pas du tout habituée à ce genre de situation bien qu’elle en connaisse la forme : elle avait lu suffisamment de rapports et vu suffisamment de films pour avoir une idée de ce qu’était un interrogatoire de police.

Charlotte était sereine concernant cette partie de l’interrogatoire : impossible qu’elle soit accusée de quoi que ce soit à moins que Gallagher invente encore quelque chose. Il y avait un moment qu’elle n’avait pas constaté quelques choses de bizarre, d’anormal dans les chiffres de la Neo Corp.. Bien qu’elle ne soit pas une experte, une fraude se voyait vite et généralement, elle était mise au courant presque en même temps que son patron. Elle n’était jamais envoyée au poste de police directement. Elle n’était donc pas tellement préoccupée par l’affaire là, mais plus par l’interrogatoire qu’elle devait mener elle-même. Elle n’était pas sûre de vouloir profiter d’Aria comme ça, ni de trahir Eryn, qui l’avait quand même sauvé d’une bande de voyous. Mais son travail passait avant ses états d’âmes : elle tenait trop à sa vie professionnelle, tant pis pour ces deux inconnues qui n’avait rien demandé. Elle s’en voudrait, c’était évident. Mais au moins, elle garderait son travail. Aussi, elle décida de mettre son idée de plan à l’exécution. Elle ne savait pas vraiment où cette idée allait la mener ni si c’était assez subtil mais elle n’avait pas d’autres possibilités et c’était le moment idéal. Des détails. Aria voulait des détails, elle les aurait. Néanmoins, la suite n’allait peut-être pas lui plaire et Charlotte essayait déjà de préparer une phrase ou deux pour éviter de braquer Aria.

« J’ai accès vraiment à tout, vous faire la liste complète serait fastidieux et bien ennuyant à mon avis. » Charlotte fit mine de réfléchir quelques secondes. « Je peux vous citer les principaux. Il y a évidemment les rapports financiers, les projets commerciaux et depuis récemment les dossiers sur les personnes recherchées ayant contracté une mutation … »

Elle se coupa alors, comme si elle venait d’avoir une révélation, elle fronça même les sourcils, histoire d’être un peu plus crédible. En réalité, elle l’avait eu depuis longtemps, depuis que son patron avait réclamé la présence d’Aria pour l’interrogatoire mais elle essaya de jouer du mieux qu’elle le pouvait. C’était un peu bancal, Aria se douterait peut-être de quelque chose, mais Charlotte estimait qu’elle avait fait l’effort d’essayer quelque chose et si ce n’était pas concluant, Gallagher devrait se contenter de ça, elle ne pouvait pas faire mieux : elle n’était pas une actrice et l’improvisation, ce n’était pas son fort.

« Mais bien sûr ! Voilà où j’ai entendu votre nom, je l’ai lu dans de ces dossiers … » commença-t-elle, l’air soulagé d’avoir enfin trouvé. Elle s’adoucit ensuite, prenant une expression désolée, comme si elle présentait ses condoléances : « Vous avez une sœur mutante … Cela doit être ... difficile. »

C’était quitte ou double : Charlotte se doutait bien que son manque de discrétion allait certainement énerver Aria. Mais peut-être que dans la panique, elle lui révélerait quelque chose, elle comptait là-dessus en tout cas.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Dim 17 Fév - 18:42

Aria en resta complètement abasourdie : non… Elle n’avait pas… ? Ciel ! Elle aurait pu l’embrasser ! Cette Charlotte Hawkins venait de lui donner la clef de sa libération, la raison, enfin, de pouvoir aller voir Sean et lui coller une gifle retentissante ! Pouvoir hurler sa colère au grand jour, cesser enfin ces mesquineries quotidiennes qui l’aidaient à garder sa santé mentale loin, très loin de sa rancune dévorante ! Aria Blake venait officiellement d’apprendre la mutation d’Eryn Blake !
La princesse eut toutes les peines du monde à garder contenance. D’ailleurs, elle n’y parvint pas. Elle éclata de rire : un rire nerveux, désagréable, qui n’avait rien de communicatif. Qui mettait plutôt… mal à l’aise. Allons, Aria avait dépensé des trésors de patience et de self-control à faire l’ignorante quant au cas alarmant d’Eryn, souriant chaque jour au bureau quand elle n’avait qu’une envie : cracher sa déception au visage de ses faux-culs de collègues et matraquer le premier qui visait sa frangine, et voilà que débarquait une jolie jeune blonde, lors d’un interrogatoire tout à fait insensé, qui lui annonçait comme une fleur et avec un air compatissant adorablement sincère, qu’Eryn était mutante !
Libération, vous dis-je !

Elle inspira profondément, calma ce qui dérapait dangereusement vers le fou-rire, et se composa une mimique bon enfant :
- Excusez-moi, vous…
Aria entra dans le rôle qu’elle avait dû tenir jusque là, une ultime fois :
- Êtes-vous… êtes-vous en train de suggérer que… Eryn ? Vous êtes bien certaine de parler cette Blake-là, n’est-ce pas ? Parce que c’est un nom répandu, faites attention. Réfléchissez bien à ce que vous êtes en train de me dire : Eryn Blake, la militaire la plus froide et déterminée, après le général du même nom, serait… mutante ?
Elle ricana, tentant de mettre un peu de bonhommie dans son éclat sans réellement y parvenir :
- C’est… ridicule…

Elle se redressa, planta cruellement ses prunelles dans celles de Charlotte et, se penchant au dessus de la table, continua son numéro avec tout le talent de comédienne dont elle état capable :

- Charlotte, qu’est-ce que vous faites ? Vous pensez m’amadouer ? Parce qu’il vous faudra trouver une meilleure faille que ça, ma famille est en béton. Voyez-vous, en dépit des liens… légers, que j’entretiens avec mon ainée, je pense savoir d’elle une chose : si Eryn Blake était mutante, elle se tirerait une balle dans le crâne plutôt que d’être un danger pour des citoyens américains. Valeurs de Blake.

Elle termina sa tirade avec le sourire en coin agaçant de ceux qui savent de quoi ils parlent et prennent les autres pour des ignares. Elle parvint même à rendre ses yeux rieurs. De fait, elle se gaussait d’imaginer ce que dirait Eryn en la voyant parler d’elle en ces termes, et de façon si… radicale ? Franchement, ce patriotisme exacerbé de la part d’Aria c’était… rare… Mais mieux valait jouer le jeu jusqu’au bout des détails ! Elle tapa du plat de la main sur la table et se leva, faisant quelques pas dans la pièce.

Voilà, la partie devenait un peu plus claire : Charlotte en était venue à Eryn rapidement, naturellement et sans appréhension. Donc soit Eryn était déjà bel et bien piégée dans un traquenard où Charlotte jouait un rôle clef, soit cette dernière vendait le bâton qui pourrait la battre. Trouver Eryn sans la vendre, pour un membre de la NéoCorp, ça faisait pas sérieux. Alors en parler aux Peacekeeper… ? Hawkins n’avait pourtant pas l’air d’être de ces femmes qui aiment vivre dangereusement… mais après tout, le tailleur ne fait pas la secrétaire.
Aria choisit de suivre sa première hypothèse : si Eryn était piégée dans quelque chose qu’elle ignorait, Aria devait en apprendre plus… Et si tel était le cas, cet interrogatoire prenait de sérieux airs de coup monté. Manifestement, on attendait d’Aria qu’elle joue un rôle dans la pièce. Dommage qu’on ait bâclé son script, cette mise en scène improvisée par les chefs ne tenait absolument pas debout. Ah on voulait coincer les sœurs Blake ? Bonne chance ! Aria se campa plus vigoureusement encore dans son rôle : flic borné sûr des valeurs de son clan, rôdé aux manipulations de bases d’un suspect inquiet…

- Donc, et si vous en avez terminé avec vos plates tentatives pour me déstabiliser, nous pourrions reprendre cet interrogatoire. Vous avez accès à tout ce qui concerne les finances, dites-vous. Concrètement, pourriez-vous, si vous le vouliez et grâce à votre statut, commettre un vol ?

Aria composa son masque avec soin : rictus hilare encore accroché aux lèvres mais mine indulgente de celle qui comprend qu’on puisse commettre des faux pas, poussé par l’inquiétude. Elle « donnait à Charlotte une seconde chance ». Haha.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Lun 25 Fév - 16:13

Charlotte ne s’attendait pas du tout à ce genre de réaction venant de la part d’Aria. Lorsque celle-ci éclata de rire, la secrétaire la regarda, décontenancée, puis s’inquiéta pour son état mental : réagissait-elle ainsi à chaque fois qu’on lui parlait de sa sœur mutante ? Puis, la situation devint un peu plus claire. C’est qu’était vraiment la reine des gaffes en ce moment ! Aria n’était pas censée savoir pour sa sœur pour une raison que Charlotte ignorait totalement. Elle ne comprenait même pas comment c’était possible, comment ses collègues avaient pu lui cacher un truc pareil. C’était gros, très gros et puis Aria devait avoir accès à certains dossiers, non ? Cacher celui d’une mutante activement recherchée, certainement la plus recherchée actuellement ne devait pas être facile. Charlotte avait au moins une bouée de sauvetage : elle avait peut-être fait une gaffe mais ce n’était pas de sa faute : comment était-elle censée savoir que la petite sœur d’Eryn Blake n’était pas au courant de cette histoire ? Gallagher ne l’en avait pas informé, le savait-il lui-même ?

Charlotte finit par comprendre l’hilarité de la jeune femme : si Eryn avait été une mutante, elle ne serait plus vivante aujourd’hui d’après Aria, elle aurait cédé au suicide. Pourtant, elle était bel et bien en vie : Charlotte l’avait rencontré et elle semblait vouloir se battre. A peine intimidée par les menaces de la jeune femme, Charlotte tenta de se rattraper et elle ne la quitta pas des yeux.

« Libre à vous de vérifier, je suppose que vous avez accès aux dossiers des mutants. Je pensais que vous étiez au courant, ce n’était pas une manière pour moi de vous amadouer, je ne suis pas stupide au point de vouloir sympathiser avec quelqu’un censé m’interroger. Ca, c’est l’attitude de quelqu’un qui a quelque chose à cacher, ce n’est pas moi. Pourquoi vous aurai-je parlé si ouvertement de votre sœur sinon ? C’était juste pour vous montrer que j’ai accès à tout dans l’entreprise et que j’avais lu votre nom dans un dossier, voilà. »

Cet interrogatoire l’ennuyait vraiment, surtout que maintenant, elle était persuadée que son patron l’avait envoyé ici pour rien : Aria ne savait rien de sa sœur. Si elle ne savait même pas qu’elle était mutante cela voulait dire qu’elle ne l’avait plus vu depuis un moment : elle était donc inutile dans l’histoire, Charlotte n’arriverait pas à obtenir d’autres informations. Elle soupira, un peu dépitée : ce n’était pas encore aujourd’hui qu’elle arriverait à se racheter. Elle ne pensait pas le moins du monde que Aria pouvait jouer un jeu : elle avait eu une réaction telle qu’elle ne pouvait pas être au courant de quoi que ce soit … Charlotte était loin de se douter qu’elle faisait fausse route, très loin. Elle partait juste perdante désormais et ne voyait pas du tout comment se rattraper, le plan de Gallagher venait d’échouer : il ne fallait pas compter sur Aria pour avoir un quelconque renseignement sur sa sœur. Si son patron ne la croyait pas, Sean pourrait toujours affirmer le fait qu’elle n’était pas au courant du dossier Eryn Blake, elle était certaine qu’il ferait ça pour elle si elle le lui demandait et ce, sans chercher à comprendre ce qu’il se passait.

Charlotte était quelque peu agacée : elle voyait sa chance de pouvoir se racheter définitivement aujourd’hui s’envoler. Essayer de faire bonne figure était donc quelque peu difficile, surtout avec une Aria assez remontée en face d’elle. Pourtant, Charlotte venait de lui avouer un truc dément, sa sœur était une mutante, elle aurait pu en être un peu plus reconnaissante, à moins qu’elle ne la croit toujours pas. Enfin, cette information n’était pas compliquée à vérifier dans tous les cas et Charlotte savait qu’elle n’avait rien à se reprocher là-dessus – mis à part le fait d’avoir tout déballer alors que cela devait rester caché. Aria lui posa une nouvelle question alors, elle semblait bien décidée à vouloir faire son boulot : Charlotte devait donc se montrer un peu plus coopérative et arrêter d’amener le sujet Eryn Blake à chaque fois que c’était à son tour de parler. Elle soupira donc à nouveau, exaspérée par le ridicule de l’interrogatoire. Gallagher pouvait pas débarquer maintenant et mettre fin à cette mascarade ?

« Je ne pourrais pas commettre de vol. D’abord parce que je crois aux valeurs de l’entreprise et que je gagne suffisamment bien ma vie pour ne pas avoir à m’abaisser à ces pratiques douteuses. Ensuite, parce que je ne suis pas la seule à contrôler les finances, je ne fais que vérifier que tout est en ordre la plupart du temps. »

Charlotte priait pour que cet interrogatoire prenne fin, au plus vite : elle n’avait plus rien à faire ici.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Ven 1 Mar - 17:07

Aria balaya avec une désinvolture presque insultante la justification de Charlotte quant aux révélations sur sa sœur, la mine agacée, comme grimaçant poliment devant les frasques d’un gamin impertinent qui ne savait pas quand s’arrêter. Essayait-elle de se rendre désagréable ? Presque. Si elle devenait trop compréhensive, comme elle avait eu la prime intention de le faire, elle craignait que Charlotte n’insiste sur Eryn. Mieux valait créer une atmosphère distante, ainsi la secrétaire n’aurait-elle aucune raison valable d’insister, et avoir l’air bornée coupait court à toute tentative de persuasion. Ca fonctionnait, à première vue : Charlotte poussa un soupir… déçu ? Aria avait-elle gagné cette première manche ? Hawkins renonçait à l’inclure comme pion dans le plan pour coincer sa sœur ?

La peacekeeper sentit un froid soulagement la submerger : elle n’avait commis aucun impair, elle ne serait pas celle qui vendrait Eryn. Mais dans ce bref répit, elle perçut également toute l’immensité de ce qu’il lui restait à franchir avant de considérer l’affaire close. Un, ne pas relâcher sa vigilance et mener cet entretient jusqu’au bout. Deux, prévenir Eryn sans la mettre en danger, ce qui allait se révéler difficile, peut-être la surveillerait-on. Trois, trouver des infos sur ce fameux plan… Quatre, le… désamorcer ? Hahaha. Sa vie était foutue. Foutue.

Choc. Un pic glaçant de peur traversa sa moelle épinière alors qu’elle prenait conscience de son erreur de jugement : si elle persistait dans cette mascarade, si Charlotte repartait bredouille, on allait la laisser à l’écart ! Aria ne serait peut-être pas responsable si on coinçait Eryn, mais elle aurait lâchement fuit ! Tout se passerait à son insu, elle vivrait dans l’attente perpétuelle d’une terrible nouvelle et ne pourrait absolument rien faire pour sa sœur !

Elle en eut le vertige et grimaça, s’appuyant lourdement sur la table… Ouh… C’était pas le moment de se relâcher… Elle fit de son mieux pour saisir ce que lui disait Charlotte, mais son esprit semblait très loin… Le stress bouffait ses réserves de sucres ou l’angoisse l’assommait-elle purement et simplement ? Aria perdait pied, elle se savait de plus en plus pâle et ne parvenait pas à raccrocher son rôle. Hawkins allait la confondre… La pauvre princesse avait beau être une traqueuse efficace, elle n’en était pas moins une simple étudiante couvée et adorée de tous quelques mois plus tôt, et gérer l’épée de Damoclès au dessus de la tête de sa sœur lui donnait franchement la nausée.

Elle avait failli faire fausse route. Cet interrogatoire était bateau, Charlotte devait le savoir aussi bien qu’elle et le mener jusqu’au bout serait aussi ambigu que de dire « eh oui je cache quelque chose ! » … Aria prit une inspiration et relâcha ses épaules, faisant un énorme effort de self-control pour ne pas faire trembler sa voix :

- Ca suffit. Arrêtons ça, c’est ridicule. Vous n’avez pas commis de vol, c’est clair, et je ne suis pas du tout qualifiée pour vous interroger sur ce sujet, de toute façon. Qu’importe comment je retourne tout ceci dans ma tête, la seule explication que je puisse trouver à cette pathétique mise en scène c’est…

Elle s’arrêta, pinça les lèvres, puis se rapprocha de Charlotte, posant une main sur sa chaise, une autre sur la table.

- Ecoutez moi attentivement : je vais de ce pas vérifier vos informations. Si vous m’avez menti, Charlotte, je me débrouillerai coûte que coûte pour vous faire payer très cher cet affront. En revanche si…

Elle déglutit, mimant l’angoisse, ce qui n’était pas très difficile dans son état :
- Si Eryn est effectivement devenue mutante et se bat contre la sécurité de San Fransisco… Je me fous de savoir ce que vous fichez là, qui vous envoie et pourquoi, mais je veux participer à son arrestation et l’enfermer moi-même dans la cellule la plus sordide d’Alcatraz !

Elle laissa à Charlotte le temps d’imprimer ses paroles feintes de façon fort convaincantes, puis tourna les talons et sortit de la salle. Le couloir était vide. Elle s’adossa au mur et inspira profondément, lentement, pour se calmer. Cette fois, elle s’était vraiment mise dans le pétrin. Mais c’était le meilleur moyen d’aider Eryn. Elle vérifia que personne n’épiait depuis l’autre côté de la vitre teintée, puis se dirigea d’un pas déterminée vers le bureau de Sean : du tréfond de ses tripes toute la colère qu’elle avait contenue se mit à bouillir, et elle entra.

*

Aria revint dans la salle d’interrogatoire une dizaine de minutes après son départ.
- J’espère que vous aimez ? fit-elle avec un sourire sans joie en brandissant l’un des deux cafés qu’elle avait amené.
Elle s’assit face à la secrétaire.
- Reprenons du début et soyons sincères, cette fois. Qu’est-ce que vous faites ici, Charlotte ?

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Ven 1 Mar - 19:49

Charlotte observa un instant Aria pâlir, sans trop savoir ce qu’il lui arrivait. Etait-ce le contrecoup de la révélation sur sa sœur mutante ? Prenait-elle réellement conscience de la vérité en cet instant ? Charlotte s’inquiéta l’espace d’un instant : qu’avait-elle provoqué ? Allait-elle pouvoir continuer de mener cet interrogatoire ? La secrétaire préféra rester distante, prête à se lever au cas où Aria ferait un malaise. Mais elle n’arriva pas jusque là et la suite ne plut guère à Charlotte qui fronça les sourcils, essayant de feindre l’incompréhension. Aria venait de tout deviner : tout ceci était une mise en scène. Charlotte n’arriva pas à être soulagée lorsque la Peacekeeper affirma qu’elle était convaincue qu’elle n’avait rien volé. Une telle nouvelle, ça en réjouit plus d’un en temps normal, mais comme Charlotte n’avait rien fait et que Aria se rendait compte que l’interrogatoire n’était pas valable, elle oublia de se réjouir. Elle faillit lui répondre, calmement, que son patron l’avait emmené ici sans la consulter, sans rien lui dire, que cet interrogatoire devait être fondé quand même mais Aria reprit la parole en se rapprochant d’elle. Charlotte l’écouta avec attention, comme demandée par la peacekeeper, toujours en paraissant déroutée – ce qu’elle était quand même au fond, ne comprenant pas du tout ce qu’il se passait dans la tête d’Aria.

Les menaces d’Aria ne l’effrayèrent pas : Charlotte savait qu’elle avait raison au sujet d’Eryn. Ce qui l’intrigua cependant, c’était la suite : Aria souhaitait non seulement participer à l’arrestation de sa sœur mais en plus, elle voulait l’enfermer dans une cellule sordide. Pardon ?! C’était sa sœur, non ? Charlotte voudrait défendre sa famille coûte que coûte, jamais elle voudrait faire partie de quelque chose de nuisible pour ses sœurs, ou ses frères. Non, Aria devait délirer … Ou alors, elle devait détester sa sœur. N’avait-elle pas dit plus tôt qu’elle n’était pas proche d’elle ? Charlotte ne savait pas trop ce qui avait pu se passer entre les deux pour qu’Aria en arrive à lui dire ça … De son point de vue, cela restait impensable.

Charlotte ne trouva rien à lui dire avant qu’elle parte, elle se contenta d’acquiescer, pensive. Elle se retrouva alors seule dans la salle : elle avait souhaité que l’interrogatoire finisse au plus vite, c’était raté, elle s’en doutait. Aria allait revenir avec les informations sur Eryn, sur sa mutation. Et des questions, assurément. Qu’allait-elle pouvoir lui demander ? Voulait-elle vraiment traquer sa propre sœur pour l’enfermer ? D’accord, c’était son métier mais, et la morale dans tout ça ? Aria ne tarda pas à revenir, deux tasses de cafés en main. Charlotte n’avait pas vu le temps passer, essayant de trouver une échappatoire possible. Si Aria ne comptait plus l’interroger sur la soi-disant fraude, n’avait-elle pas le droit de partir ? Retenant un nouveau soupir, elle esquissa un sourire poli en prenant une tasse.

« Merci, c’est parfait. »

Evidemment qu’elle aimait le café, c’était un peu une drogue sans laquelle elle ne tiendrait pas son rythme de travail. Les choses sérieuses reprirent alors, pour le plus grand malheur de Charlotte, qui ne savait pas quoi faire. Que devait-elle dire ? Elle était là pour avoir des informations sur Eryn par Aria, mais elle ne pouvait pas lui dire ça, non. Elle pria pour que Gallagher revienne, et vite. Il aurait dû penser à suivre l’interrogatoire par oreillette et micro : il aurait au moins pu la guider ! Ce genre de truc ne faisait pas partie de ses compétences, ce n’était pas son job de raconter des histoires à des flics pour son patron. Charlotte avait peur de faire une nouvelle gaffe mais au point où elle en était, arriverait-elle à limiter les dégâts ? Elle n’y croyait pas. Elle espérait juste que son patron soit conciliant face à cet échec : elle pensait toujours qu’elle avait échoué, qu’Aria ne savait rien et qu’elle serait inutile. Charlotte décida d’être directe et prit la parole après avoir bu une gorgée de café.

« Votre sœur a des problèmes, de gros problèmes. Mais elle peut s’en sortir, grâce à nous. Enfin, je n’ai pas l’impression que vous vouliez qu’elle s’en sorte, vous ne pouvez donc rien faire. Cet interrogatoire n’ayant plus lieu d’être, puis-je m’en aller ? »

Tout nier en bloc était inutile : Aria ne risquait pas de la lâcher vu qu’elle semblait avoir de gros doutes. Pour le peu qu’elle avait pu voir, elle n’était pas du genre à abandonner rapidement. Lui délivrer quelques éléments et jouer un peu sur les sentiments furent la seule solution que trouva Charlotte. Elle ne comptait pas forcément en dire plus, son patron la tuerait certainement, pas la peine de s’enfoncer plus. Et si Aria pouvait la laisser partir, ce serait parfait.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Lun 4 Mar - 19:05

- Ce que je veux, c’est remettre ma sœur sur les rails.

Le ton était sec et cassant, la mimique sombre, déterminée, mais préoccupée. Aria ne voulait surtout pas avoir l’air de s’inquiéter réellement d’Eryn. A tout prix, elle voulait ne pas laisser le moindre doute quant à son appartenance aux Peacekeepers, à leur traque aux mutants, ne pas donner l’impression de pouvoir retourner sa veste pour les beaux sentiments fraternels… ce qu’elle avait par ailleurs plus ou moins déjà fait…
Quoi qu’il en soit, pour l’heure, elle se concentrait sur les valeurs qu’on lui avait inculquées : fierté, honneur de la famille, droiture, honnêteté, efficacité. Eryn était mutante et potentiellement dangereuse ? Eryn devait donc être enfermée. Elle n’y avait pas pensé toute seule ? C’est qu’il fallait la réveiller. Point à la ligne. Pour son rôle, elle évitait de tenir compte du reste, de la partie plus douce de son éducation, comme de ne jamais laisser tomber la famille ou de ne rien faire en contradiction avec ses principes. Oui, le général Blake était du genre simple, carré et pas très innovant dans sa façon d’élever ses enfants.

Aria but une gorgée de café, comme pour laisser l’acide nectar emporter sa colère « justifiée » envers sa sœur, et poussa un soupir. Prenant un air distant et ignorant avec sa superbe naturelle de princesse de Manhattan la tentative d’esquive de Charlotte, elle dit sur un ton songeur :

- J’imagine que le service deviendrait méfiant en apprenant que Jeffrey Gallagher et sa secrétaire magouillent des mascarades bancales pour questionner les Peacekeepers. La Bright penserait sans doute que la Néo Corp est un peu désespérée…

En soit rien de si grave, hélas, ce pourquoi Aria n’essayait pas spécialement de faire passer ses spéculations pour des menaces. Elle joua un instant avec son gobelet sur la table et reprit :

- Votre patron envoie sa secrétaire pour tenter de me soutirer des informations… Ce n’est pas vraiment votre domaine de compétence, je me trompe ? C’est un peu embarrassant pour vous d’avoir à ce point échoué, non ? Je peux peut-être toutefois vous aider pour qu’Eryn « s’en sorte ».

Aria esquissa un sourire en coin, comme franchement désabusée en se remémorant le discours de Charlotte. Ce qu’elle était, quelque part, mais pas pour les même raisons. Gallagher devait vraiment être un petit peu désespéré, en réalité, pour monter cette mascarade. Il voulait Eryn. Pourquoi la Néo Corp. voudrait-elle à ce point Eryn ? Surement pas pour bêtement l’enfermer à Alcatraz, ça c’était un truc de Peacekeeper.
Ce devait être à cause de son pouvoir, détecter les mutants instinctivement, c’était pratique, mais en quoi cela intéressait-il l’entreprise ? Etait-ce utile à leurs recherches pour trouver l’antidote qui mettrait fin à tout ce cauchemar ?

La traqueuse tenta de se focaliser sur la conversation et reprit :
- J’ignore ce que vous voulez dire par « qu’elle s’en sorte », mais si Eryn peut être utile à San Franscico et qu’elle préfère se cacher, j’estime qu’il est de mon devoir de lui remettre les idées en place. Si je peux vous aider, vous devez me le dire.

Elle hésita un instant avant d’ajouter :
- J’aimerais aussi savoir pourquoi la Néo Corp. s’intéresse à Eryn, la traque est un travail de Peacekeeper, que comptez-vous faire une fois que vous l’aurez attrapée ?

Se révéler curieuse la faisait glisser sur une pente qu’elle aurait préféré éviter : elle avait l’air de s’intéresser au sort de sa frangine. Ce qui était véridique, et en soit assez normal, mais ça collait un peu moins bien avec l’image de digne fille d’un général polaire et flickette engagée qu’elle voulait donner. Tant pis. Si elle ne tentait pas d’en savoir plus, elle s’en mordrait les doigts plus tard et de toute façon, elle avait du mal à trier correctement ses pensées. Elle faisait de son mieux pour garder la tête froide mais la situation commençait franchement à lui peser. Elle aussi voulait en finir au plus vite, et plutôt que d’ignorer la demande de Charlotte, c’est avec grand plaisir qu’elle aurait voulu lui répondre « Mais bien entendu, navrée de ne pas pouvoir vous aider, tenez-moi au courant et aurevoir ! » mais elle voulait être sûre d’avoir tenté de tirer tout ce qu’elle pouvait de la situation.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Ven 8 Mar - 19:44

Charlotte fronça les sourcils. Aria voulait remettre sa sœur sur les rails ? Mais pourquoi ? Qu’est-ce que ça allait lui apporter ? Ne se rendait-elle pas compte de la gravité de la situation ? Sa sœur était une fugitive, une mutante ! Qu’elle voulait qu’on la capture, ça la dépassait encore. Elle ne comprenait pas comment elle pouvait faire ça à sa propre sœur. Mais soit. C’était ainsi : Charlotte n’allait pas essayer de convaincre Aria de ne rien faire vu qu’il fallait absolument qu’elle trouve le moyen d’approcher Eryn.

Aria la menacait-elle ? Pour Charlotte, ce n’était pas là le problème : Aria n’allait pas réussir à salir la réputation de la Neo Corp. En général, les gens se méfiaient des flics et la Neo Corp. fait tout pour que la population vive dans de bonnes conditions. Entre les Peacekeepers et la Neo Corp., le choix était vite fait pour Charlotte. Le vrai problème, c’était qu’Aria avait vu juste dans le plan de Gallagher et ce, à cause d’elle : elle n’avait pas réussi à être assez subtile. Comme Aria le soulignait si bien, ce n’était pas son domaine de compétence. Charlotte ne considérait pas ça comme un échec, mais plutôt comme une preuve qu’elle n’était pas faite pour ça, elle n’était pas assez fourbe. Charlotte avait cependant du mal à accepter les paroles d’Aria, parfois dure dans ses propos. Elle essayait alors de faire bonne figure, en restant le plus calme possible, terminant le café qu’elle lui avait donné. A quoi bon s’énerver de toute façon ? Le plan de Gallagher n’avait pas marché parce que lui-même n’était pas assez renseigné sur Aria, ce n’était donc pas de sa faute.

Aria voulait aider la Neo Corp. et faire en sorte qu’Eryn s’en sorte ? Charlotte avait un peu de mal à suivre, mais qu’importe. Elle soupira face à ses questions, se rendant compte qu’elle ne pouvait pas y répondre. L’avenir de sa sœur une fois capturée était censé rester confidentiel : Charlotte ne pouvait pas révéler ce qu’elle savait à n’importe qui et mettait un point d’honneur à ignorer les expérimentations sur les mutants : son job ne concernait pas cette partie. Elle, elle s’occupait de la paperasse, ce genre de chose. Elle ne voulait pas être impliquée dans quoique ce soit qui soit lié aux mutants. Elle devrait livrer Eryn d’une façon ou d’une autre mais elle s’arrêterait là. Elle savait suffisamment de chose pour ne pas avoir envie d’en savoir plus, voilà tout. Et elle n’était même pas curieuse. Elle doutait vraiment qu’Aria se contente de ce qu’elle lui avait dit mais elle n’avait vraiment pas le choix : si elle en disait plus, son patron n’approuverait certainement pas. Charlotte s’adressa alors à Aria d’un air désolé – mais sincère.

« Je ne peux rien vous dire de plus malheureusement. Vous auriez été utile si vous aviez su où se cachait votre sœur mais ce n’est pas le cas apparemment, donc cette affaire ne vous concerne plus. D’après ce que j’ai pu comprendre, vous ne saviez même pas que votre sœur était une mutante … Si on vous l’a caché, c’est qu’il y a une raison. Je suppose que vos collègues ont voulu vous ménager et ça doit rester ainsi : moins vous en saurez, mieux ce sera pour vous, croyez-moi. »

Charlotte espérait qu’elle se fasse une raison. Elle ne pouvait rien lui dire et leur conversation continuerait à ressembler à un dialogue de sourd : elle ne pouvait pas faire de concession de toute façon. Aria devrait se contenter de ses maigres informations. C’était un peu donnant-donnant : si un jour elle apprenait quelque chose sur Eryn et qu’elle livrait ses informations à la Neo Corp., peut être qu’elle en saurait plus. Mais ce n’était pas à Charlotte de décider de ça, c’est pourquoi elle n’évoqua pas cette possibilité. Elle croyait ce qu’elle disait : moins Aria en saurait, mieux ça serait pour elle. Même si elle ne s’entendait pas avec sa sœur, elle restait un membre de sa famille, cela devait compter au moins un peu. Charlotte n’était cependant pas sûre d’elle sur ce point, n’ayant jamais été en froid avec sa famille. Ce genre de situation la dépassait : elle s’imaginait très mal participer à l’arrestation d’une de ses sœurs, elle n’en aurait même pas la force. Charlotte soupira alors et secoua la tête brièvement.

« Je ne peux vraiment rien vous dire de plus, tout ça ne dépend plus de moi. »

Elle se répétait mais c’était pour qu’Aria comprenne la complexité de la situation et surtout, qu’elle la laisse partir. Charlotte savait cependant qu’elle devait être frustrée par sa réponse : elle venait d’ignorer tout son discours, volontairement et qu’elle ne se contenterait peut être pas de ça.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Mar 12 Mar - 19:48

Aria poussa un long soupir et s’adossa à son siège, lorgnant le mur d’un œil vide, café à la main. Que pouvait-elle faire de plus ? Elle n’avait rien pour retenir Charlotte, rien pour la convaincre de parler, rien non plus pour la persuader de la faire tremper dans l’affaire. Ce qui était sans doute normal : Hawkins était secrétaire, après tout. Même si elle avait réussi à piéger Eryn, ce qui n’était pas un mince exploit, ce n’était pas elle qui contrôlait les opérations. Tout ce qu’elle pouvait sans doute faire, c’était de rester bien droite dans les instructions qu’on lui avait données. Savait-elle seulement le fond de l’histoire, pourquoi la Néo Corp. voulait Eryn ?
La traqueuse posa son regard si singulier si la jolie blonde assise en face d’elle. Impossible de savoir à quel point cette femme était impliquée dans les petites histoires de l’entreprise. Et elle ne parlerait pas, elle risquerait de perdre sa place.

Autrement dit, Aria ne pouvait rien obtenir de plus de cet entretient, elle n’avait qu’à laisser partir Charlotte.

- Vous savez… fit Aria d’un ton froid et distant, Eryn et moi avons grandi dans une famille assez stricte. On n’a jamais vraiment été toutes les deux ensemble, je ne saurais même pas vous dire sa couleur préférée ou ce genre de babiole que savent normalement les sœurs.

Elle fronça les sourcils, comme prenant conscience de la réelle distance qui la séparait de son ainée :

- Je ne sais même pas si nous avons un jour eu une vraie conversation… Ou même une conversation tout court…

Elle but une gorgée de café, se demandant pourquoi elle s’entêtait à jouer son petit jeu… D’autant plus qu’il lui était un peu cruel de le jouer : en fait, ce qu’elle disait était plutôt juste. Ca ne l’avait pas spécialement gênée ou alarmée jusque là, ça ne lui avait qu’à peine effleuré l’esprit… Mais Eryn et elle était vraiment deux étrangères. Pourtant, ça ne l’empêcherait pas de la défendre de toute sa hargne contre le premier qui tenterait de lui faire le moindre mal.
Pourquoi, alors, blablatait-elle de ça à Charlotte, faisant comme un flash-back sur une musique larmoyante, quoiqu’aux résonnances un peu trop glaciales ? Deux évidentes réponses lui vinrent immédiatement à l’esprit. La première pour la stratégie : marteler définitivement qu’Eryn et elle n’avaient rien en commun et ne se contacteraient jamais naturellement. La seconde, plus Arianesque : retenir encore un peu cette Hawkins, qui avait voulu se jouer d’elle, dans cette salle pleine de tension pour l’enquiquiner avec des souvenirs de famille. Elle esquissa un petit sourire désabusé, secoua la tête et se redressa.

- Bah. En dépit ce gouffre qui nous sépare, Eryn est de ma famille. Si elle est devenue mutante, elle est dangereuse pour la ville. En tant que Blake, elle aurait dû se rendre d’elle même aux autorités.

Aria haussa les sourcils, yeux agrandis dans le vague, comme définitivement stupéfaite de la conduite de sa sœur :

- J’ai du mal à croire qu’elle préfère nous fuir plutôt qu’aider la ville !

Elle leva les yeux au ciel, continuant sa petite scène avec un talent certain :

- J’aimerai dire que ça ne lui ressemble pas mais… en réalité, je n’en sais rien.

Elle ricana, l’air un peu perdue, comme submergée par cette étrange histoire, et se passa une main sur le front :

- Peut-être que ça peu sembler cruel de la part de sa petite sœur, mais je reste persuadée qu’il est de mon devoir de la remettre sur le droit chemin, elle doit se rendre et si elle peut être utile pour créer un antidote, ou quoi que veuille en faire la Néo Corp., elle doit coopérer.

Aria termina son café, hésita un instant puis… Décida de laisser partir Charlotte. Mieux valait ne pas trop jouer avec le feu. Elle se leva souplement et se dirigea vers la porte :

- Bien, je ne vais donc pas vous retenir plus longtemps. Je ne sais pas du tout où est ma sœur, je ne saurais même pas le deviner, mais si je peux vous être utile d’une quelconque autre façon, s’il vous plait, dites le moi.

Elle eut un rictus mordant :

- Sans essayer de me faire avaler une histoire ridicule cette fois. C’est assez insultant.

Elle vrilla ses prunelles ambres sur Charlotte et attendit que celle-ci sorte, lui tenant la porte, affichant un air un peu trop affable pour ne pas cacher quelques accents carnassiers.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Big Boss Secretary

Féminin

MESSAGES : 947
FEAT : Diane Kruger

Points : 1573

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Charlotte G. Hawkins
Big Boss Secretary
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Sam 20 Avr - 18:43

Charlotte n’osait plus demander à Aria si elle pouvait s’en aller maintenant, de peur de devoir encore une fois devoir rendre des comptes. Alors, elle restait presque muette : de toute façon, elle ne pouvait plus rien dire sans risquer sa place au sein de la Neo Corp. Une fois, pas deux, elle avait retenu sa leçon. Aria commença un monologue sur sa famille et son enfance avec sa sœur que Charlotte écouta alors poliment malgré le ton froid de la Peacekeeper. Elle ne lui en tint pas rigueur cependant : elle avait de bonnes raisons pour réagir comme ça après tout, elle avait essayé de la piéger et maintenant, elle ne pouvait rien lui dire quant à l’avenir de sa grande sœur ni pourquoi la Neo Corp. la voulait absolument.

Charlotte s’était fait la réflexion lors de leur rencontre qu’elle et Eryn étaient complètement différentes, le discours d’Aria ne faisait que le confirmer. Elles ne venaient pas du même monde, la famille de Charlotte n’étant pas stricte du tout et la famille était une valeur fondamentale : elle n’était pas proche de tous ses frères et sœurs mais chacun était prêt à aider l’autre s’ils avaient des problèmes. Elle avait toujours eu de grandes conversations avec chaque membre de sa famille et quand elle les avait au téléphone, elle pouvait parler avec eux pendant plusieurs heures. Charlotte savait qu’elle se trouvait à présent à des millénaires des sœurs Blake, Eryn comme Aria. Elle trouvait aussi qu’Aria et elle étaient différentes et quoiqu’elle en dise, Charlotte avait l’impression d’avoir, par moment, Eryn en face d’elle. Les deux filles se ressemblaient un peu, le gouffre qui les séparait n’était pas si grand que ça, elle finirait par s’en rendre compte toute seule.

Les propos d’Aria restaient incompréhensibles à ses yeux. Charlotte aurait réagit comme Eryn, elle aurait voulu se cacher à tout prix pour éviter de finir à Alcatraz ou dieu sait où. Pourtant, elle était attachée à la loi, c’était bien la dernière à essayer de griller un feu rouge par exemple. Sachant un peu ce qu’il s’y passait, elle ne souhaitait à personne de finir là-haut, même pas à son pire ennemi. Aider la ville ? Mais en quoi ? Charlotte fronça les sourcils. Elle n’était pas certaine que Gallagher voulait Eryn dans le but d’aider la ville, c’était plutôt dans son propre intérêt. Enfin, encore une fois, Charlotte ne pouvait rien dire, elle devait se taire sur les projets de son patron, secret professionnel oblige. Et puis, elle ne voulait plus le trahir, ce serait la fois de trop. Créer un antidote ? Pourquoi pas. Mais Charlotte doutait fort que trouver un antidote aux mutations était un objectif de Gallagher. La situation lui profitait tellement, pourquoi essayer de régler tout ça ? Il serait obligé de trouver une solution, au bout d’un moment, mais seulement trois mois venaient de se passer, tout allait bien, dans la Bright du moins. Au-delà, c’était une autre histoire, évidemment.

Au moment où elle s’y attendait le moins, Aria finit par se lever en disant qu’elle n’allait pas la retenir plus longtemps. Charlotte en fut soulagée bien que sa journée n’était pas encore fini : elle allait devoir raconter à son patron ce qu’il s’était passé et elle s’attendait déjà à sa réaction. Elle pourrait au moins lui dire qu’elle était sûre qu’Aria ne savait rien sur sa sœur – elle en était persuadée, Aria avait réussi son coup – mais qu’elle était prête à les aider. Aria avait l’air sincère et cela arrangeait Charlotte de la croire. Elle se leva à son tour, en essayant de cacher son envie de partir au plus vite. En général, elle était douée pour ça, son métier l’obligeant à assister à des réunions parfois très longues. Elle s’arrêta en face d’Aria, qui lui tenait la porte.

« Merci pour votre coopération. Je suis désolée que vous vous sentiez insultée, ce n’était pas mon intention. J’avais cependant des directives, je suis sûre que vous me comprenez sur ce point, les ordres sont les ordres. »

Une fille de militaire devait comprendre ça, c’était sûr. Charlotte était sincère dans tous ses propos : elle n’aimait pas tromper les gens ainsi, elle était droite. D’où ses histoires bancales qu’elle essayait tant bien que mal d’inventer.

« J’espère cependant qu’on vous éloignera de cette affaire, le plus possible. La famille et le boulot, ça ne fait jamais bon ménage. »

Là encore, Charlotte était sincère : elle était persuadée que si Aria vendait sa sœur, elle le regretterait, quoiqu’elle dise. Alors, dans un élan de sympathie, c’était tout ce qu’elle pouvait lui souhaitait. Elle lui adressa alors un signe de tête poli et quitta définitivement la pièce pour affronter son patron, qui devait certainement l’attendre quelque part.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Part-time Tracker Princess

Féminin

MESSAGES : 717
HUMEUR : Coriace
FEAT : Gemma Arterton

Points : 1240

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Aria Blake
Part-time Tracker Princess
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Sam 4 Mai - 18:17

Charlotte se leva tranquillement et se dirigea vers la porte, comme si tout ce qu’il venait de se passer n’était qu’une discussion entre femmes d’affaires, une réunion pour mettre quelques petites choses au point, rien de plus. Le côté tyrannique d’Aria regretta de ne pas avoir joué avec cette demoiselle qui avait si grossièrement essayé de la piéger, elle aurait voulu la mettre mal à l’aise, se rendre effrayante mais… Comme la secrétaire le lui rappela « les ordres sont les ordres ». Elle n’avait fait que suivre des directives, elle n’était qu’un pion que quelqu’un avait déplacé avec une hâte stupide. Ou un génie qu’Aria n’avait su déceler.

La princesse prit sur elle pour garder encore contenance et ne pas frissonner en sentant les sueurs froides électriser son échine : l’entretien était presque terminé, plus que quelques secondes et elle pourrait relâcher la tension, cette horrible angoisse qui l’étranglait à l’idée de faire un faux pas, même minime, qui trahirait sa sœur.

- Je comprends, vous avez suivi vos instructions et vous avez bien fait. Je souhaite qu’on vous prépare mieux le terrain la prochaine fois, ajouta-t-elle avec un petit sourire un coin.

A première vue, Charlotte la croyait innocente de toute complicité avec Eryn, mais Aria ne pouvait en jurer. Cette Hawkins, après tout, était peut-être une excellente actrice si elle avait réussi à tromper Eryn. Il faudrait absolument qu’Aria contacte son ainée pour que toutes deux parviennent à tirer les choses au clair. La princesse retint un frisson : c’était peut-être là le but de cette entrevue ratée, faire en sorte qu’elle se précipite pour avertir Eryn et les coincer ainsi…

Aria se concentra sur ce que disait Charlotte pour ne pas s’alarmer de plus belle. Elle fronça les sourcils pour ne pas quitter son personnage, mais sourit intérieurement : au fond, cette charmante blondie avait l’air franchement sympathique.

- Votre sollicitude me touche, répartit Aria d’un ton dur.

Ne pas quitter le personnage.

- Ma famille comme mon boulot son néanmoins très différents des vôtres, j’imagine.

Elle fit mine de relativiser, inspira et s’adoucit :

- Je vous dois des remerciements, cependant. Vous m’avez informé de la situation d’Eryn, contrairement à bien d’autres qui auraient dû le faire avant vous.

Elle esquissa un vague début de sourire chaleureux :

- Merci, vraiment, fit-elle avec toute la franchise du monde.

Oh oui, merci. Enfin. Sa situation évoluait, enfin : plus besoin de cacher qu’elle savait pour la mutation d’Eryn ! Plus besoin de marcher sur des œufs en permanence, de faire semblant de ne pas en vouloir à la station police toute entière ! Sa vigilance éreintante allait pouvoir baisser de quelques crans pendant son service et surtout, son règne de rancune allait pouvoir débuter…

Elles s’échangèrent un signe de tête et Charlotte quitta la salle. Aria la regarda s’éloigner, puis se sentit soudainement très lasse. Il fallait qu’elle s’asseye, absolument. Elle vacilla jusqu’à la chaise et se rassit. Tout son stress retomba, elle se sentit vidée de toute force : avait-elle réussi ? Charlotte l’avait-elle vraiment cru ? Aria rentra sa tête entre ses bras posés sur la table, affalée, respirant profondément : du calme… Se calmer et résumer la situation.
Que s’était-il passé ? Gallagher avait utilisé sa secrétaire pour interroger Aria à son insu au sujet d’Eryn.
A première vue, le plan avait foiré en beauté.
On pouvait néanmoins supposer qu’une affaire aussi bancale avait une autre visée. Comme la faire paniquer et courir retrouver Eryn, par exemple. A moins que Charlotte Hawkins n’ait un doctorat en psychologie subliminale pour lire en Aria comme dans un livre au nez et à la barbe de cette dernière. Ce qui semblait peu probable.

Donc, se préparer au pire : on s’attendrait peut-être à la voir prévenir Eryn. Comment parer ça ? Eryn venait régulièrement fouiner dans la boîte aux lettres de sa cadette pour qu’elles restent en contact, ce qui de déjà dangereux à la base, passait à carrément suicidaire dans l’esprit rendu paranoïaque de la princesse. Le comble ? Le seul moyen qu’avait Aria de prévenir Eryn de ne pas approcher de sa boîte aux lettres et bien… c’était de mettre un message dans ladite boîte aux lettres. Malédiction.

Migraine en perspective. Aria se redressa : elle avait une longue journée à finir, du nerf ! Elle se leva, quitta la salle et se prépara à faire un « rapport » à Sean.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Narrator

MESSAGES : 178
HUMEUR : Contagieuse
FEAT : © holidaycase sur Tumblr

Points : 482

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Agent Mutagène
Narrator
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] | Mar 11 Juin - 12:00

Défi Terminé !


Un défi rondement mené que voilà... Félicitations à toutes les deux !
Vous repassez désormais en jeu libre sur la liste de l'Agent Mutagène. Un mp vous sera envoyé si jamais on a un nouveau défi pour vous~ Et il y en aura ! Nous sommes jamais à court d'intrigues et de difficultés. ♥
Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Who had some questionning to do? [Terminé] |

Revenir en haut Aller en bas

Who had some questionning to do? [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Bright Town :: Guarded Block :: Police Station-
TopBottom
Ouvrir la Popote