AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Breaking News

Nouveau design : votre avis
De nouveaux Prédéfinis
Concours Estival
A venir : Concours de Votes

Awards
Jen Walker

Toubib de la CB !
Jensen Wicket

Flingueur de la CB !

Votez !
Topsite1 TopVelusia TopFiletduDiable




 

Partagez|

Drake Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Drake Carter | Sam 2 Fév - 18:08




Drake Carter


feat. Christian Bale


Identité


Âge: 37 ans
Occupation: Lieutenant, leader des Hunters
Contamination: Sain
Pouvoir éventuel: Aucun
Personnalité: Patriote, rancunier et autoritaire, voire autoritariste, il aime imposer sa volonté, sa façon de voir les choses. Il estime d’ailleurs que c’est pour ça qu’il est le leader des Hunters et que les hommes qui le suivent le font avec tant de déférence. C’est un homme qui aime l’ordre et qui justifie ce qu’il ne comprend pas de cette manière. Il est très apprécié par ses hommes, non pas uniquement en raison de sa capacité à rationnaliser les événements, mais également parce qu’il sait faire preuve de beaucoup d’humanité et parfois même d’un brin d’humour, si la journée est particulièrement faste.
On lui a toujours dit qu’on pouvait considérer un homme par rapport à la façon dont il traitait ses inférieurs. Pour cela, ses soldats le respectent et le suivraient jusque dans la mort si nécessaire. Toutefois, les mutants n’étant pas humains, les mutants étant un bouleversement de son ordre, il les déteste avec force. Tuer un humain, c’est méprisable. Mais tuer un ennemi est un haut fait de guerre. Dans son désir de se sortir de sa situation catastrophique, cette autarcie subie, il a reporté ses rancunes envers ses supérieurs sur les mutants.
Physique: Son mètre quatre-vingt deux et son corps athlétique lui confèrent une certaine prestance. Associée à ses yeux, qui ne sont que très rarement illuminés d’émotion quelconque, cette apparence lui assure un charme certain dont il n’abuse que peu. Si les femmes le trouvent séduisant, il ne semble pas le remarquer, ou tout du moins, pas s’y intéresser.
Consacrant sa vie à l’armée, à son pays, il a également cédé son corps, qu’il entraîne régulièrement, pour pouvoir faire face à n’importe quelle situation demandant d’user de force brute ou d’endurance.
Quand il s’observe dans le miroir, ce n’est pas pour louer les muscles saillants, la plastique de son corps. C’est plutôt pour admirer certaines cicatrices, pas toutes si belles qu’on le lui avait dit, et se remémorer ce qu’il a sans le moindre regret donné à son pays.
Il s’attarde peu à contempler son visage, mais d’aucuns considèrent que ses traits sont durs, parfois sévères, souvent trop neutres. Le nez fin, le front marqué de quelques rides, il porte sa presque quarantaine comme il le peut, tentant de ne pas remarquer qu’il n’est plus aussi athlétique qu’à ses vingt ans – même s’il l’est toujours bien plus qu’un civil moyen. Si ses cheveux n’étaient pas perpétuellement courts, on pourrait noter qu’ils semblent sur le point de blanchir. Ses lèvres dissimulent de parfaites dents blanches, mais peu de gens peuvent se vanter de les avoir contemplées au détour d’un sourire.

Opinions


Impact de la situation:
Un peu déboussolé, plein de rancœur envers ses supérieurs qui l’ont abandonné avec ses hommes dans ce chaos, il a eu le sentiment d’être réellement trahi par cette patrie qu’il aime tant. Il reste pourtant maître de la situation, du moins le croit-il, en contrant avec la seule chose qu’il connaît : l’ordre. La décision qu’il a prise, se mettre en chasse, poursuivre les mutants et les exécuter est peut-être motivée par la conviction que s’ils disparaissent, ses supérieurs autoriseront enfin ses hommes à quitter la ville.
Se faisant figure de génie, il mène les hunters en chasse avec le calme placide qui le tiendrait s’il était en mission commando et il pense l’être. Délaissé par ses supérieurs, livré à lui-même, il a pris la décision qui s’imposait et improvisé dans une certaine limite avec les moyens du bord : quelques armes, quelques hommes, beaucoup d’espoir.
Ce n’est pas tant pour lui qu’il a fait tout ça – personne ne l’attend au-dehors de la ville – c’est avant tout pour ses soldats. Ils avaient besoin de sortir, de rentrer chez eux. Puis Drake réalisait subitement qu’il oubliait sa femme. Et qu’il oubliait les distances entre eux. Même à titre personnel, l’incident lui avait permis de réellement prendre conscience de comment se positionner par rapport à sa vie privée. Et ça l’agaçait de constater qu’il avait encore le temps de penser à tout ça en situation d’urgence.
Il avait un peu hésité, avant de donner ses ordres. Devaient-ils ou non laisser les mutants en vie ? Finalement, il avait décidé que non. C’était une lutte, ce n’était pas humain, ça ne méritait pas de rester en vie.
Eryn, c’était encore un cas à part.
Il n’y avait pas à comprendre pourquoi certains avaient muté et d’autres non, il n’y avait pas de recherches à mener. L’élimination pure et simple était ce qu’il préconisait en toute circonstance.
Quant au sort qu’il réservait à ceux de ses Hunters qui avaient la malchance d’être mutants…

Soi réel



Pseudonyme: Temi
Comment avez-vous connu ce forum: C’est Eryn qui m’en a un peu (beaucoup) parlé et qui m’a convaincue (tyrannisée) pour que je m’inscrive. J’ai lutté. Mais elle est trop forte. Alors me voilà.
Autre chose ?: Je débute parfaitement, c’est ma première fois, pour le RP, alors je suis un peu paumée partout. Et en plus, j’suis nulle en anglais. Voilà.



Shut Down soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Drake Carter | Mar 5 Fév - 16:11


Histoire


La polysémie de l’ordre.

Organisation

Durant toute son enfance, passée dans une petite ville à distance raisonnable de Pierre, dans le Dakota du Sud, Drake avait entendu parler de l’ordre. Il commençait à peine à en saisir toute la complexité, à l’aune de ses dix-sept ans, quand la jeune fille au pair qui l’avait élevé retourna dans son pays natal, provoquant le premier grand désordre de sa vie.
Il déambulait, l’âme en peine, dans les rues de son quartier, mains dans les poches et tête basse. Isabela avait créé un sacré vide en partant. Il lui avait semblé la connaître depuis toujours et cette espagnole à l’accent coloré qui avait grandi entre trois frères et qui savait le mener à la baguette allait lui manquer.
L’ordre. C’était elle qui, la première, lui avait inculqué que chaque chose avait une place. « Range ta chambre », « après chaque utilisation, un objet retourne à sa place », ces sentences avaient rythmé son enfance, même bien après qu’il eût pris le pli, qu’il devînt le plus organisé de tous ses amis.
À présent qu’elle était partie, il ne savait pas quoi faire de sa vie. Le lycée allait s’achever, il serait probablement diplômé sans une quelconque distinction : il s’était organisé afin de n’exceller dans aucun domaine, de rester passable partout, ne créer aucun déséquilibre, aucun désordre. Il n’y avait probablement pas matière à s’inquiéter, ses parents lui disaient qu’il avait encore le temps pour se décider : du droit, de la médecine, toutes ces disciplines pouvant servir à l’intérêt commun, éviter les études de lettres qui ne servaient à rien d’autre qu’à ouvrir l’esprit, faire réfléchir, semer le trouble. Ce n’était pas concevable. Pas pour lui.
Endoctriné par sa mère de substitution, conscient de suivre des dogmes avec l’ardeur d’un religieux – lui-même croyait un peu en Dieu, mais pas trop non plus. Juste au cas où –, Drake n’avait pas le courage de trahir tout ce qu’elle lui avait appris. Il ne savait pas ce qu’il allait faire.
Par dépit plus que par attachement à son pays, il décida de s’engager dans l’armée, se faire garant de l’ordre établi. Le reste, ça viendrait plus tard, si nécessaire, si vraiment, il fallait être passionné.

Hiérachie

Un quotidien exaltant. Ce qui était pour lui du dépit était devenu une réelle passion, une vibration intense de chaque instant. Ici, chaque chose était à sa place. Chacun avait un rang, une classe, un rôle défini et évident. Il força sur ses abdominaux pour terminer sa série à l’unisson de ses camarades d’unité, gardant un air neutre sur le visage.
La chaleur cuisante du soleil le déstabilisait. En quittant sa région natale, il n’avait pas envisagé qu’il serait pris à la gorge par les différences de climat. C’était son premier été dans cette région des États-Unis, en septembre, il fêterait sa première année d’engagement. Et autant de temps sans rentrer chez lui.
Sans la moindre hésitation, il sautait sur la moindre occasion de rester en poste, remerciant ses supérieurs avec foi, bénissant la force de l’Amérique, la grandeur de ses valeurs.
Son regard se promena sur la caserne entre deux ordres, comme s’il devenait nécessaire pour lui de faire un point sur sa vie, alors qu’il était encore si jeune.
Jamais il n’aurait pensé qu’il lui était possible de tant aimer son pays, de tant vouloir le protéger et admirer sa construction, son organisation, la vénérer avec force et abnégation.
Ce qui était pour lui du dépit était devenu l’objectif de sa vie, son accomplissement le plus total.
Et qu’importait qu’il lui faille souffrir pour accomplir son devoir.
Voici donc ce qu’était sa place, son rang, son rôle dans le système universel.
Il était garant de l’ordre.
Il était Drake Carter, soldat de l’armée des États-Unis.

Méthode

— Procédons par ordre et méthode.
L’ordre vibra doucement. La jeune mariée pouffa en entendant cette phrase sortir de la bouche de Drake, comme début des événements. Il se tourna vers elle et lui adressa un demi-sourire, alors qu’elle restait à l’écart, s’étant vue interdite de s’investir dans le déménagement, pour ne pas troubler le développement de l’enfant.
Ses rondeurs avaient commencé à poindre sur son ventre deux mois auparavant, juste après leur mariage.
La sentence prononcée était celle qui signifiait le début des opérations, qui seraient donc vite bouclées. Elle connaissait Drake mieux que personne et savait comment il agissait. D’abord la réflexion, l’analyse. Puis l’action, méthodique et ordonnée, comme l’était toute sa personnalité, comme si le désordre était la plus évidente des hérésies.
Elle sourit de plus belle en portant sa main à son ventre, contemplant ses frères et son mari remplir la maison qui deviendrait le foyer du bonheur et de la famille la plus épanouie qui puisse exister dans tout le pays.
Drake était l’homme qu’elle avait voulu suivre, qu’elle suivrait toute sa vie. Il possédait en lui cette flamme universelle qui donnait envie de soulever des montagnes et qui imposait le respect. Par-delà même ses convictions profondes, il avait foi en l’humain, foi en la vie. Elle l’aimait tendrement. Ce n’était ni la fougue de la passion, ni sa folie destructrice, mais les sentiments étaient vrais et eux seuls importaient.
Ils seraient bien, ensemble, dans cette maison. Elle s’était toujours vue en parfaite femme au foyer, mariée à un militaire actif et énergique. Elle avait réalisé son rêve.
Quand il se tourna vers elle pour lui sourire de nouveau, s’approcher et l’enlacer doucement, ni l’un ni l’autre ne se doutaient encore qu’il y aurait un gouffre immense qui viendrait les séparer.
— Tu vas bien ? demanda-t-il au creux de son oreille.
— Oui.
Elle ne mentait pas. N’avait pas conscience de mentir. Et même si ça lui avait effleuré l’esprit et le corps, elle se contenta de regarder les mains de son mari se poser sur son ventre fertile au renflement discret.
Parce qu’elle savait qu’ils pourraient tout surmonter. Parce qu’ils savaient qu’ils pourraient tout surmonter. Tous les trois. Drake, elle et le bébé.

Norme

— Elle me fait penser à Isabela, confessa-t-il à propos de la jeune recrue qui venait d’arriver.
Sa femme haussa un sourcil, tirant sa chaise et s’installant à table sans un mot.
— Isabela ? La jeune fille au pair dont tu n’as plus de nouvelles ?
Drake hocha la tête en dépliant la serviette qu’il étala sur ses genoux avant d’inverser les couverts que son épouse avait – bien entendu – encore mal déposés sur la table. Elle servit le repas en examinant le visage de son mari d’un air suspicieux, d’un air un peu jaloux.
— Elle est espagnole, cette jeune recrue ?
— Eryn Blake, précisa-t-il en retenant un sourire. Non, pas le moins du monde. Je ne crois pas. Mais quelque chose dans son attitude me fait penser à Isabela. Elle sait s’y prendre avec mes hommes. Elle en a déjà remis un à sa place et elle vient à peine d’arriver. Je sens qu’elle n’aura pas tant de mal que ça à se faire respecter.
Finalement, il lâcha ce sourire qui se pressait contre ses lèvres et jeta un regard espiègle à sa femme, qui fronça encore plus les sourcils, qui finirent par se rejoindre tant elle plissait le front.
— Je l’aime beaucoup. Elle pourra faire de grandes choses et devenir quelqu’un d’important.
Un long silence s’installa sur la salle à manger de ce couple sans enfant et Drake se replongea dans ses pensées, infidèle à ses habitudes. Eryn Blake était une jeune femme très intéressante et, il en était certain, elle allait bouleverser son ordre établi. Plutôt que de tenter de tuer la révolte qu’il sentait gronder en elle, il avait, pour la première fois de sa vie, envie d’adapter son ordre à ce nouveau désordre, bien plus sympathique que les précédents, bien plus attachant.
Il souhaita parvenir à lui faire une place, qu’elle fasse partie intégrante de son ordre, de sa façon de voir les choses. Modifier ses codes pour ne pas en exclure l’une des rares personnes à parvenir à lui arracher un sourire.
Il ne remarqua pas le regard suspicieux que lui porta son épouse, alors qu’il se levait pour reprendre ses rituels où il les avait abandonnés au profit de la recrue.

À suivre…

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Want More ?


Invité
Invité
Message Sujet: Re: Drake Carter | Mar 5 Fév - 16:13

Et puis merci tout le monde pour l'accueil ! (Même si ça fait un peu peur de voir que je suis (un peu) connue avant même d'arriver '___')
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Chief Executive Officer

Masculin

MESSAGES : 716
HUMEUR : Excentrique.
FEAT : Robert Downey Jr

Points : 512

Voir le profil de l'utilisateur

Want More ?


Jeffrey J. Gallagher
Chief Executive Officer
Message Sujet: Re: Drake Carter | Mer 6 Fév - 19:20

Meuh non, faut pas avoir peur voyons 8D
Bienvenue parmi nous, très bon choix de PV, j'adore ce que tu as déjà écrit *_*



Keep calm and admire Gallagher's style.

Revenir en haut Aller en bas





Want More ?


Contenu sponsorisé
Message Sujet: Re: Drake Carter |

Revenir en haut Aller en bas

Drake Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shut Down RPG :: Backstage :: Cimetière des présentations-
TopBottom
Ouvrir la Popote